L’Archive du lundi n°79 – Ernest Martinenche aux fêtes du Centenaire du Mexique

L’Archive du lundi n°79 – Ernest Martinenche aux fêtes du Centenaire du Mexique

Depuis l’accord de coopération universitaire signé le 30 mars 2015, l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), la plus grande université d’Amérique Latine, est devenue l’un des partenaires privilégiés de Sorbonne Université en matière de relations internationales (http://www.sorbonne-universites.fr/actions/international/temps- forts/mexique-un-partenariat-entre-sorbonne-universites-et-lunam.html).

Mais les relations entre les deux institutions ont en fait été étroites dès le début du siècle dernier, comme le révèle dans l’archive de cette semaine Miguel Rodríguez (voir aussi, pour les années 50, l’Archive n° 74).

Lettre de Louis Liard, président du Conseil de l’Université, rédigée à Paris le 3 mai 1910 pour faire d’Ernest Martinenche son représentant à l’inauguration de l’Université Nationale Autonome du Mexique (2 pages).

Extrait tiré d’un article de El Diario du 28 septembre 1910, relatant l’allocution en espagnol de Martinenche au cours de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle Université.

Alors que les festivités du Centenaire de l’Institut approchent, qu’une nouvelle “Sorbonne-Université” est sur le point de naître et que des liens institutionnels et personnels entre notre Université et l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) se mettent en place, les Archives du lundi retracent à nouveau le rôle d’Ernest Martinenche (voir Archive n° 11). Premier titulaire de la “Maîtrise de conférences” en Espagnol à l’Université de Paris, créée en 1906, devenu Professeur en 1919, directeur de l’Institut pendant des décennies, il a été au poste de commandement de l’hispanisme français – selon l’expression d’Antonio Niño – jusqu’à sa retraite en 1939. C’est ainsi que naturellement il fut nommé représentant de l’Université en Amérique latine lorsque les gouvernements de l’Argentine et du Mexique fêtèrent avec faste le centenaire de l’Indépendance en 1910, le premier en mai, le second en septembre. Martinenche fit alors une grande tournée continentale en visitant d’autres pays, en traversant les Andes et en remontant vers Panama et le Pacifique.

L’un des moments forts des cérémonies mexicaines fut, le 22 septembre 1910, l’inauguration de la nouvelle Université, une Université qui renaissait de ses cendres, une Université Nationale refondée ainsi à l’occasion du Centenaire. La Sorbonne fut invitée en tant qu’université la plus ancienne au monde, celle qui pendant des siècles y a exercé la plus grande influence. Tels étaient les mots de l’invitation officielle où elle était conviée en tant que “marraine”, privilège partagé avec deux autres universités : celle de Salamanque, parce qu’elle a servi de modèle à l’ancienne université de Mexico – qui, fondée en 1551, était restée jusqu’au début du XIXe la plus importante du Nouveau Monde – et celle de Stanford, un des exemples les plus parfaits des universités américaines qui, de surcroît, avait accueilli souvent des éducateurs mexicains.

Pour l’occasion, Louis Liard, président du Conseil de l’Université, nomma son représentant à l’inauguration, qu’il présenta dans sa lettre d’acceptation : Ernest Martinenche. Liard enverra un télégramme au moment des cérémonies de naissance – il vaudrait mieux dire baptême du nouveau-né – dont l’Université de Paris se déclarait fière de devenir la “première marraine” : “je voudrais avoir le pouvoir des fées pour lui donner dès le berceau l’amour de la Patrie, de la science et de l’humanité”. Et il terminait le message en exprimant le vœu de toujours préserver ces trois “amours” qui sont une triple raison d’être – disait-il – pour les universités modernes.

Martinenche, à Mexico, fut encore plus éloquent, lorsqu’au cours de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle Université. Il la tutoya rhétoriquement en lui donnant des conseils didéalisme latin pour sa vie future. Il fut particulièrement applaudi, car contrairement aux multiples délégués, il s’exprima dans l’espagnol le plus pur. La presse mexicaine se fit l’écho de son allocution, comme en témoigne un extrait tiré de El Diario daté du 28 septembre. Le texte de la “salutation” de Martinenche est reproduit dans l’album souvenir du Centenaire de l’Indépendance mexicaine.

La presse parla encore, dans les jours qui suivirent, des activités de Martinenche – parfois avec une certaine animosité (mais laissons la polémique à une autre archive !). À Mexico, il eut un grand succès en parlant des animaux dans la littérature. Il déposa une couronne de fleurs au monument franco- mexicain, à Puebla, lieu des grandes batailles lors de l’invasion du pays par Napoléon III. À Veracruz, un banquet réunit les autorités du port et les délégués français : les toasts portés à cette occasion furent clos par le verbe de Martinenche, “quien, en correcto español jugea le journal Iberia hizo presentes las gratas e imborrables impresiones que se lleva de México”.

Et en effet, il maintint des rapports chaleureux, même épisodiquement, avec ses interlocuteurs au Mexique, des autorités à l’Université telles qu’Ezequiel Chávez. Dans les archives de l’Université de Mexico, il est question d’un don de livres (dont l’ouvrage du Doyen Liard sur Les logiciens anglais contemporains), envoyé en août 1912 par le Groupement des Universités et Grandes Écoles en France pour les relations avec l’Amérique latine, animé par Martinenche.

En 1914, le jeune Alfonso Reyes se rappelle à son bon souvenir : “lors de l’inauguration de l’Université de Mexico j’ai eu l’honneur d’être présenté à vous par le libraire M. Raoul Mille (Libreria de Ch. Bouret). J’étais délégué [sic] envers vous par l’Ateneo de Mexico dont vous n’avez pas pu accepter une invitation puisque vous deviez repartir le lendemain”. Reyes, alors refugié à Madrid, se consacrait à ses études littéraires, plus particulièrement “à la Comédie Espagnole. C’est en me rapportant à vos ouvrages que votre souvenir m’est revenu”. Manifestement francophile dans la perception du conflit, Reyes proposa ses services à la propagande que menaient les Français en Espagne, “où les sourds travaux d’un certain parti politique font hésiter l’opinion” – dit-il encore dans la lettre, conservée dans la Capilla Alfonsina, le lieu de travail de Reyes à Mexico. Martinenche répondit fort chaleureusement, lui envoyant des brochures de son Groupement où était exposé en toute impartialité – dit-il – son point de vue sur la guerre.

Ce sera le début d’un rapport soutenu entre les deux hommes qui échangeront des textes et des messages d’amitié, malgré la distance. Dans les années vingt, alors que Reyes est déjà ambassadeur à Buenos Aires, les compliments de Martinenche devinrent de plus en plus précieux : “je ne désespère pas de venir vous y faire visite, et je garde toujours un autre espoir, celui de vous voir revenir à Paris d’où nous ne vous laisserons plus repartir”. En juin 1917, Martinenche le remerciait de l’envoi d’une traduction de Chesterton, Ortodoxia, que Reyes avait publiée à Madrid, tout en lui annonçant “l’intention de publier, à partir de cet hiver-là, une Revue de notre Institut qui sera d’abord trimestrielle et qui s’efforcera de tenir notre public au courant de ‘l’Espagne d’aujourd’hui’”. Ce sera Hispania, la première revue de notre Institut.