Pedro Salinas (1891-1951)

Lecteur de 1914-1917 à l’Université de la Sorbonne

Portrait par Bernadette Hidalgo-Bachs

C’est en pleine première guerre mondiale que Pedro Salinas est nommé lecteur de littérature espagnole en Sorbonne. Toutefois, dans Cartas de amor a Margarita (1912-1915), il ne cache pas son enthousiasme de vivre à Paris. Dès son arrivée, le 3 décembre 1914, il écrit : « París continúa desarrollando ante mí su maravilloso espectáculo ». Féru d’art et de tous les genres littéraires, il sait qu’une riche vie culturelle l’attend, il affirme vouloir « enterarse de todos los movimientos artísticos del mundo ». On apprend dans la correspondance avec sa fiancée, Margarita Bonmati Botella, que Pedro Salinas connaît très bien la littérature française (il traduira entre autres Proust). En tant que lecteur, ses cours portent d’abord sur Fernán González : « Explico un día Fernán González y otro día los artículos de Larra. Lo primero es pesado y árido, pues todo es explicación del lenguaje y de formas antiguas del castellano ». Et sur les articles de Larra : « Explico costumbres, vida social y literatura de una época y eso es más ameno. ».

Dans ses lettres, il est souvent question des conséquences de la guerre. Ainsi Pedro Salinas écrit-il à sa fiancée dès le 1er décembre 1914 : « Ninguna casa editorial española trabaja durante la guerra y nadie toma lecciones particulares. » Une semaine après le début de ses cours, le 8 décembre 1914, le lecteur est surpris par le nombre réduit d’étudiants : « Son muy poco, seis, cuatro señoras y dos hombres. Como ves predomina la feminidad este año en la Universidad, a causa de la guerra ». Il constate très vite que « El ambiente de guerra le gana a uno » et il ne laisse pas de déclarer son antimilitarisme : « Lástima que todo haya venido a parar en un desastroso militarismo […] Yo tengo una gran confianza en la paz » (thème qui fera l’objet de deux longs poèmes de Todo más claro publiés en 1949).

Cependant la rencontre de nombre de professeurs s’avère très gratifiante comme celle d’Ernest Martinenche et, dès 1914, une longue amitié commence avec Mathilde Pomès et Jean Cassou.

En 1915, sur les conseils d’Américo Castro, Pedro Salinas va préparer pendant les deux années suivantes le concours universitaire pour être professeur de littérature car il est alors titulaire d’une licence d’histoire. Il préparera ensuite un doctorat.

Après ses années passées à la Sorbonne, il occupe la chaire de langue et de littérature espagnole à l’Université de Séville de 1918 à 1920. C’est son ami Jorge Guillén qui lui succèdera à la Sorbonne comme lecteur.

Pedro Salinas est ensuite professeur visitant à Cambridge University en 1922-1923. À partir de 1924, il commence à publier des recueils, des traductions, des essais. En 1928, il s’installe à Madrid, car on lui confie la direction des cours d’été pour étrangers au Centre d’Études Historiques. Plus tard, Pedro Salinas dirige alors l’Université Internationale d’été à Santander, institution unique en Europe, qu’il a créée, avec le soutien du Ministre de l’Instruction Publique, Fernando de los Ríos, sous le gouvernement républicain de Manuel Azaña. En 1935, il accepte un poste au Wellesley College et à l’Université Johns-Hopkins à Baltimore ; son opposition au franquisme et les problèmes matériels feront qu’il restera aux Etats-Unis avec sa famille jusqu’à sa mort à Boston en 1951.

Pour aller plus loin : bibliographie complète de Pedro Salinas

Robert Marrast (1928-2015)

Professeur

Portrait par Marie-Claire Zimmermann

C’est avec bonheur et avec émotion que je parlerai ici de Robert Marrast, dont je fus d’abord l’étudiante, puis la collègue et la fidèle amie.

Revenons au point de départ, c’est-à-dire à l’arrivée d’un jeune assistant à la Sorbonne, vers les années 1958-1960. Nous, étudiants d’espagnol, n’avions pas seulement cours à l’Institut Hispanique ou en Sorbonne, car déjà la place manquait, et, chaque semaine, nous occupions un amphithéâtre à l’Institut d’anglais, rue de l’école de médecine. Je me souviens donc de ce matin où, à l’interclasse, nous discutions avec animation et riions en toute liberté, en attendant le cours de littérature de licence qui allait porter sur Sonata de otoño, de Ramón del Valle Inclán. Tout en bas, quelqu’un soudain s’est arrêté et a posé sa serviette sur le bureau. Comme c’était un jeune homme, nous avons aussitôt pensé qu’il s’était trompé de lieu. Personne d’ailleurs ne le connaissait et nous avons continué à rire et à parler. L’inconnu s’est alors exprimé : « Robert Marrast, votre nouvel enseignant ». A voix basse, certains d’entre nous ont exprimé leur étonnement face à une telle jeunesse qui, sans doute, ne pouvait aller de pair avec le savoir de nos grands professeurs dont l’âge était censé garantir le talent. Le jeune assistant avait une voix claire et forte, parfaitement audible. Son autorité était perceptible : l’auditoire se tut et écouta la leçon, qui était remarquable. L’on découvrait un professeur passionné, très critique, visiblement exigeant face à son public. Mais, ce que nous avons ignoré ce jour-là, et que nous avons appris, par la suite, lorsque Robert Marrast l’a raconté avec son humour habituel, c’est que, juste avant d’entrer dans l’amphi de l’Institut d’anglais, il avait été interpellé par un appariteur qui lui avait dit que l’accès au bureau était interdit aux étudiants et qu’il fallait passer par une autre porte pour assister au cours d’espagnol. Robert Marrast avait donc dû prouver qu’il était bien membre du corps enseignant, d’où les excuses de l’appariteur, qui était aussi surpris que navré.

Cette anecdote, dont nous avons souvent ri ensemble, Robert Marrast et moi, met en évidence une jeunesse certes réelle et indiscutable, mais qui était aussi un trait de caractère qui allait de pair avec un sens aigu de l’ouverture, une extraordinaire disponibilité, le désir et la capacité de découvrir, d’explorer pour parvenir à une véritable connaissance. Robert Marrast fut toujours un professeur stimulant et attentif, depuis la licence jusqu’à l’agrégation. Il se fâchait parfois, lorsque nous étions négligents et superficiels, mais il connaissait parfaitement ses étudiants, ceux qui suivaient ses Travaux dirigés et aussi tous ceux qui posaient des questions après le cours général. Il s’étonnait de notre manque de culture, de notre peu de curiosité face à divers domaines extra-hispaniques, de notre insuffisance lors de la remise de travaux écrits et en particulier de nos dissertations : les notes attribuées étaient affligeantes et nous valaient parfois de durs commentaires, toujours tempérés par un humour confiant qui, au bout du compte, nous divertissait. Le dialogue était de mise : Robert Marrast parvint à faire inviter à l’Institut Hispanique des poètes, des hommes de théâtre et, plus généralement, des artistes ; il nous incita à lire et à fréquenter les bibliothèques et les librairies.

Cependant, Robert Marrast était aussi un immense chercheur, prêt à donner tout son temps à l’exploration des archives. Il évoquait avec fierté certaines trouvailles qui l’avaient d’ailleurs souvent surpris au cours de ses démarches, notamment lors de la préparation de sa thèse sur le poète José de Espronceda (publiée à Paris chez Klincksieck en 1974). Je me souviens de discussions que j’ai eues avec lui et qui m’ont beaucoup aidée lors de mes recherches sur les poètes. En effet, Robert Marrast soulignait la nécessité de bien connaître l’Histoire d’un pays, d’une époque, d’une culture et d’un milieu pour mener à bien, par d’autres biais, nos interrogations sur la nature du fait poétique dans l’œuvre que nous avions décidé d’interroger. Ce grand hispaniste avait la passion de l’Espagne, de la langue et de la littérature espagnoles qu’il avait découvertes alors qu’il avait entrepris des études de lettres classiques, avec grec ancien et latin.

Le jeune assistant devint professeur et il choisit alors la mobilité qui lui permit d’être en contact avec des publics différents. Il enseigna dans plusieurs universités : après la Sorbonne, il y eut Rennes II, Paris-III Sorbonne Nouvelle, Bordeaux III. Il était devenu Docteur honoris causa de l’Université d’Alicante. Le discours qu’il prononça à cette occasion met en évidence la fidélité de Robert Marrast à ses collègues et amis de la Sorbonne et, en particulier, la profonde reconnaissance envers les professeurs que nous eûmes tous à l’Institut Hispanique : Charles-Vincent Aubrun et Aristide Rumeau, à qui, d’une façon ou d’une autre, nous devons tant.

 

L’œuvre critique de notre ami est considérable. A côté d’articles, de communications et d’ouvrages divers figurent de riches volumes qui contiennent des textes édités et annotés par Robert Marrast :

Théâtre espagnol du XVIème siècle, sous la direction de Robert Marrast, Introduction de Jean Canavaggio, Paris, Gallimard, 1983.

Théâtre espagnol du XVIIème siècle, sous la direction de Robert Marrast, Introduction de Jean Canavaggio, Paris, Gallimard, 1994.

Rafael Alberti, Obras completas. Poesía II, Barcelona, Seix Barral, 2003.

Rafael Alberti, Obras completas. Prosa II, Barcelona, Seix Barral, 2009.

N’oublions pas enfin le traducteur dont les productions sont extrêmement nombreuses. Si Rafael Alberti est bien connu des Hispanistes aujourd’hui, c’est aussi grâce aux travaux et aux traductions de Robert Marrast.

 

Écrire, travailler, faire connaître : tel fut le parcours de Robert Marrast, qui ajoutait, lorsqu’on l’en félicitait, que ces mots impliquaient d’abord un durable plaisir.

Claude Esteban (1935-2006)

Portrait par Laurence Breysse-Chanet

On trouvera peut-être le mot
soleil
écrit sur une page.

Claude Esteban, poète, critique et traducteur de poésie, a été Professeur à l’Institut hispanique, où son enseignement sur la poésie et la peinture espagnole sont demeurés inoubliables pour tous ceux qui l’ont entendu. Il a par ailleurs, comme du même souffle, effectué un magnifique travail d’édition de poésie, dirigeant notamment de 1973 à 1981 la revue Argile des éditions Maeght et, de 1984 à 1993, la collection « Poésie » des éditions Flammarion. Il a également été Président de la Maison des Écrivains de 1998 à 2004.

Claude Esteban est né à Paris le 26 juillet 1935. Sa langue paternelle était l’espagnol, le français sa langue maternelle, si l’on s’en tient à la nationalité de ses parents, puisque son père était un républicain espagnol réfugié en France. Ce bilinguisme devait être le drame où allaient s’écrire les poèmes parallèles d’une vie, du nom du livre de traductions publiées chez Galilée en 1980.
Élève de l’École Normale, il se consacre d’abord à l’étude du français, du latin et de l’histoire, avant de passer l’agrégation d’espagnol.
Il commence à écrire dans les années 60 et publie son premier livre, La Saison dévastée, en 1968. À ses recueils de poésie, s’ajoutent des proses et des essais consacrés à une réflexion profondément vécue sur le déchirement du bilingue et le pouvoir du langage, à la poésie, à la peinture et à la sculpture – tout particulièrement de Velázquez, de Goya, mais aussi de Hopper, ou de Chillida et d’Ubac.
Il faut mentionner de très nombreuses et magnifiques traductions de poètes classiques ou contemporains de langue espagnole, Quevedo, Góngora, Jorge Guillén, Federico Garcia Lorca, César Vallejo, ou Octavio Paz.

C’est en 2006 qu’est publié son dernier livre de son vivant, Le Jour à peine écrit 1967-1992. Les éditions Gallimard ont publié à titre posthume en 2007 son dernier manuscrit, un poème-testament, achevé juste avant sa mort dans la nuit du 9 avril 2006, La Mort à distance.

 

Pour une bibliographie de Claude Esteban, nous renvoyons en particulier à celle de Xavier Bruel dans L’espace, l’inachevé Cahier Claude Esteban, sous la direction de Pierre Vilar, Éditions Farrago Éditions Leo Scheer, Tours, 2003, p. 315-338.

Quelques essais :
Claude Esteban, Critique de la raison poétique, Paris, Flammarion, coll. Critiques, 1987.

Le partage des mots, Paris, Gallimard, L’Un et l’Autre, 1990.

Quelques traductions :
Jorge Guillén, Cantique, Poèmes choisis, préfacés et traduits par Claude Esteban, Paris Gallimard, NRF, 1977.

Federico García Lorca, Romancero. Poème du Chant Profond, version française par Claude Esteban, Paris, Aubier, 1995.

À signaler :
Le travail du visible : Claude Esteban et les arts plastiques, Xavier Bruel, Paul-Henri Giraud, Araceli Guillaume et Christine Jouishomme (dir.), prologue Bernard Noël, Paris, Hermann, 2014. Le titre renvoie au magnifique ouvrage de Claude Esteban, Le travail du visible et autres essais (Paris, fourbis, 1992).
« Dans le souvenir de Claude Esteban », revue du CRIMIC en ligne Iberic@l, automne 2017.

Adélaïde de Chatellus (1968-2014)

 

Portrait par Milagros Ezquerro

Fonctions à l’IEH : Maître de conférences (2005-2014)

Adelaïde avait suivi un cursus de Lettres Modernes jusqu’à la Maîtrise, après avoir été admissible à l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-St Cloud. Elle est reçue à l’Agrégation d’Espagnol, puis obtient son DEA à Paris-Sorbonne. En 1994 elle inscrit, sous ma direction, une thèse de Doctorat sur l’œuvre d’Augusto Roa Bastos postérieure à Yo el Supremo, qu’elle soutient brillamment en 2000. Après avoir été ATER à l’Université de Caen, puis PRAG à Lille III, elle est recrutée Maître de conférences à l’Université de Rouen en 2000, puis en 2005 à Paris-Sorbonne. Elle préparait depuis 2011 une HDR qu’elle devait soutenir à la rentrée 2014.
En marge de ses recherches sur la littérature hispano-américaine contemporaine, Adélaïde avait une passion pour la traduction de la poésie : non seulement elle a publié de nombreuses traductions, mais en outre elle avait organisé et dirigé un atelier de traduction poétique, ouvert aux étudiants et aux collègues, avec l’appui actif de Claude Couffon, d’abord à Rouen puis à Paris-Sorbonne, dans le cadre du Printemps des poètes. Elle a également traduit et publié des nouvelles de Fernando Iwasaki, d’Andrés Neuman et de Juan Carlos Méndez Guédez.
Elle avait établi des relations institutionnelles et personnelles avec les Universités de Salamanca, Madrid, Sevilla et Granada, ainsi que Brown University.
Son domaine de recherche privilégié, depuis les années 2000, après sa thèse, était la nouvelle et le récit bref très contemporains, écrits en espagnol et en anglais par des écrivains originaires d’Amérique Latine mais résidant à l’étranger (Espagne, USA, en particulier) : c’est à ce phénomène qu’elle a consacré son inédit d’HDR, publié en 2015. En 2008 elle avait organisé un Colloque international, « El cuento hispanoamericano contemporáneo. Vivir del cuento », publié en 2009, qui avait réuni de nombreux auteurs et critiques d’Europe et des Amériques. En 2012, pour le quarantième anniversaire de la mort de la poète argentine Alejandra Pizarnik, elle avait organisé un Colloque international qui avait réuni les meilleurs spécialistes (Argentine, Espagne, USA, Québec, Mexique, Israël, France) et donné lieu a un remarquable volume : Alejandra Pizarnik: el lugar donde todo sucede.

Jean Sarrailh (1891-1964)

Portrait par Renée Clémentine Lucien

« Le nom de Jean Sarrailh reste lié à double titre à l’Institut Hispanique, par l’importance indéniable de son activité de chercheur au sein de l’hispanisme et par sa contribution en tant que recteur de Paris à l’élévation du bâtiment abritant l’Institut.
Lorsque l’ancien recteur de l’Université de Paris, Jean Sarrailh, s’éteignit le 29 février 1964, l’hispanisme venait de perdre l’un de ses plus solides piliers, et cependant la résonance de sa disparition ne se cantonna pas au monde de l’hispanisme international mais émut aussi le milieu intellectuel d’autres champs de la recherche et de l’enseignement. Ce n’est pas un hasard si la préface des deux tomes de « Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh » édités par le Centre de Recherches de l’Institut d’Etudes Hispaniques, 31 rue Gay-Lussac, Paris (5e), en 1966, fut rédigée par une autre brillante figure de l’hispanisme et de l’Institut Hispanique, Marcel Bataillon. L’on ne peut qu’être frappé par le nom de chercheurs renommés, dont Fernand Braudel, et d’éminents hispanistes ayant ou non exercé leur activité d’enseignement dans cet Institut figurant dans l’interminable liste des contributeurs. N’en citons que quelques-uns, Aubrun Charles Vincent, Bataillon Marcel, Blanquat Josette, Canavaggio Jean, Chevalier Maxime, Couffon Claude, Duviols Pierre, Guinard Paul, James Robert, Rafael Lapesa, Charles Marcilly, Mas Albert, Agustin Redondo, Noël Salomon. L’inlassable recherche de l’hispaniste Sarrailh sur Jovellanos aboutit à un impressionnant volume consacré à « L’Espagne éclairée de la deuxième moitié du XVIIIe siècle » (Paris, C. Klincksieck, 1954), livre de base faisant, à son époque, autorité sur l’Espagne des Lumières. Son volume sur les « Prosateurs espagnols contemporains » (Delagrave, 1927), fut un outil précieux pour les professeurs d’espagnol, et l’on ne peut que souligner son intérêt marqué pour la littérature contemporaine et ses fréquentes contributions au « Bulletin Hispanique ». L’américanisme ne fut pas en reste. Dans ses derniers moments, attelé à une recherche sur l’auteur de « Gil Blas », il adressa une étude aux « Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine », n°5, 1964: « A propos de A.R Lesage américaniste ».
Le Béarnais de Monein, incoerciblement attiré par le pays voisin, ayant séjourné 9 ans à Madrid entre 1916 et 1925, et engagé dans l’hispanisme par passion, ne se résolut jamais à reléguer au second plan ses travaux de chercheur lorsqu’il fut appelé à assurer de hautes fonctions administratives, à la tête du rectorat de Grenoble puis celui de Montpellier et enfin celui de Paris, en 1947. C’est à ce titre qu’en 1955, il fut accueilli parmi les membres de l’Académie des Sciences morales et politiques. Marcel Bataillon lui rend encore hommage par ces mots : « Mais quelques demeures de l’hispanisme porteront aussi témoignage du rôle qui lui incomba à une époque de rénovation de l’Université de Paris […] Grâce à son appui, l’Institut d’Etudes Hispaniques de la rue Gay Lussac a pu enfin s’étendre (vers le haut), à la mesure des effectifs d’étudiants que le fondateur, Ernest Martinenche, était loin de prévoir. Le nom de Sarrailh, perpétué par une belle œuvre d’hispanisant, restera aussi durablement lié à une phase d’essor de notre hispanisme universitaire ».

 

Voir également :

Archives du lundi:

-n° 13 Jean Sarrailh (1891-1964) et l’hispanisme par Clémentine Lucien

-n° 39: Jean Sarrailh : une lumière sur « la Ilustración » en Espagne par Adrián Almoguera

Carlos Serrano (1943-2001)

Portrait par Jean-François Botrel

« Más difícil que al cielo/ es contemplar al hombre, a todo el hombre » Serge Salaün.

Carlos Serrano (Buenos Aires, 8-II-1943– Paris, 12-III-2001).

Après des études à l’Institut d’Etudes Hispaniques, Carlos Serrano est reçu 1er à l’agrégation d’Espagnol en 1968. Assistant à l’université de Rouen de 1969 à 1972, puis à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, il soutient en 1973 une thèse de 3e cycle sur La guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne (1859-1904), préparée en collaboration avec M.-C. Lécuyer, sous la direction de Louis Urrutia. Nommé Maître-Assistant dans cette même université, il y exercera jusqu’en 1987, en participant, notamment, aux travaux du Centre de Recherches sur Idéologie et Discours (CRID). Entre 1981 et 1984 il est détaché à la Casa de Velázquez comme membre de la section scientifique. Après la soutenance en 1984, de sa thèse de Doctorat d’Etat sur Mouvements populaires et populismes en Espagne (1890-1910), préparée sous la direction d’Albert Dérozier, il est en 1987 nommé professeur de civilisation espagnole contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) où il dirigera de nombreuses thèses (17 seront soutenues entre 1993 et 2000) et créera le CRIMIC (Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains) dont il sera le directeur jusqu’à sa mort, assumée depuis qu’il avait subi une greffe du cœur en 1990.

Son impressionnante œuvre scientifique (plus de 200 ouvrages et articles entre 1976 et 2001) témoigne d’une insatiable curiosité et d’une inventivité qui l’ont amené à faire fi des découpages thématiques habituels ou des bornages chronologiques, même si c’est l’Espagne des XIX et XXe siècles qui a surtout retenu son attention, notamment la crise fin de siècle et la Guerre d’Espagne.

On observe chez lui la préoccupation permanente d’explorer des champs nouveaux, en exploitant les archives, la presse et les textes consacrés ou non, mais aussi la photographie ou le cinéma. Très tôt il s’est employé à faire dialoguer l’histoire et la littérature dans la perspective d’une histoire culturelle dont il a été un des plus constants pionniers et promoteurs dans l’hispanisme français, notamment au sein du groupe de recherche sur l’histoire culturelle de l’Espagne contemporaine qui a permis la production de 1900 en Espagne et de Temps de crise et « années folles ». Les années 20 en Espagne (1917-1930). Son dernier livre, El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, est devenu une référence en la matière.

A l’instar d’Arturo Serrano Plaja, son père, et de son grand-père maternel Jean-Richard Bloch, Carlos Serrano fut un intellectuel engagé, un homme de convictions, attentif à la révolution cubaine jusqu’à la fin des années 1970, et un homme de réflexion. C’est ce dont témoignent, aussi bien son approche critique du Parti Communiste Français pendant la Guerre d’Espagne que son dialogue prolongé avec l’œuvre d’Unamuno (cf. Miguel de Unamuno. Entre histoire et littérature), mais aussi sa prodigieuse capacité à débattre, à objecter et mettre en doute, sans concessions pour quiconque —y compris lui-même­—, avec un sens de la dialectique particulièrement achevé.

Il était l’intelligence même et comme la pensée en action.

Pour aller plus loin:

Principales publications :

La Guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne : idéologies et colonialisme en Espagne, Paris, PUF, 1976 (en collaboration avec Marie-Claude Lécuyer).

Joaquín Costa : crisis de la Restauración y populismo, 1875-1911 (en collaboration abec Jacques Maurice), Madid, Siglo XXI, 1984.

Final de Imperio. España, 1895-1898, Madrid, Siglo XXI, 1984.

Le tour du peuple. Crise nationale, mouvements populaires et populisme en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 1987. Trad. Espagnole : El turno del pueblo, Barcelona, Península, 2000.

L’Enjeu espagnol. PCF et guerre d’Espagne, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1987.

-Capa, Robert, Cuadernos de guerra en España (1936-1939. Los cuadernos inéditos de Robert Capa y Gerda Taro en España. Selección y presentación de…, Valencia, Sala Parpalló/IVEI, 1987.

1900 en Espagne. Essai d’histoire culturelle, Bordeaux, PUB, 1988 (co-édition avec Serge Salaün). Trad. espagnole : 1900 en España, Madrid, Espasa Calpe, 1991.

Carnaval en noviembre. Parodias teatrales españolas de Don Juan Tenorio, Alicante, Instituto Gil-Albert, 1996.

El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, Madrid, Taurus, 1999.
El nacimiento de los intelectuales en España (ed.), Ayer, 2000, 40.

Miguel de Unamuno. Entre histoire et littérature, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004).

Une liste complète des publications de Carlos Serrano, établie par M.-C. Lécuyer, peut être trouvée dans Hommage à Carlos Serrano. Ed. : Annie Molinié, Marie-Claire Zimmermann, Michel Ralle, Paris, Editions Hispaniques, 2005, vol. 1, pp. 13-28.

Bibliographie sur Carlos Serrano:

-Marta Bizcarrondo, Antonio Elorza, « Carlos Serrano, hispanista, catedrático de la Sorbona », El País (Madrid), 13-III-2001.

-Jean-Michel Desvois, Jean-François Botrel, Jacques Maurice, Serge Salaün, « Carlos Serrano », Bulletin Hispanique, 2001, n° 103-1, p. 7-8.

-Michel Lefebvre, « Carlos Serrano. Universitaire hispaniste », Le Monde, 17-III-2001.

-Jacques Maurice, Jean-Michel Desvois, « In memoriam : Carlos Serrano, un destacado hispanista », Historia Contemporánea, 2001 (I), n° 22, p. 5-6

-« Hommage à Carlos Serrano (1943-2001) », Les Nouvelles (Université Paris Sorbonne Paris IV), 8 mai-juin 2001, p. 8

-Annie Molinié, Marie-Claire Zimmermann, Michel Ralle (ed.), Hommage à Carlos Serrano, Paris, Editions Hispaniques, 2005, 2 vol.

Claude Couffon (1926-2013)

Professeur

Traducteur et poète

Portrait par Jean-Yves Masson

(extraits du texte publié dans Iberic@l, n° 6, Hommage à Claude Couffon)

http://iberical.paris-sorbonne.fr/wp-content/uploads/2014/11/06-13.pdf)

Claude Couffon a été un enseignant de haute mémoire à l’Institut Hispanique, mais il a été aussi un critique et un traducteur tout à fait pionnier à tous égards, dont l’enseignement était un partage constant, imprégné de ses découvertes fabuleuses. Au cours de sa longue activité, il n’a pas traduit que de la poésie, tant s’en faut[1]. Mais à regarder la bibliographie très impressionnante de ses traductions, la poésie forme le fil conducteur véritable de son activité : c’est par elle qu’il commence, au début des années 1950, avec des traductions de Lorca ou de Luis Ibarra, c’est par elle qu’il finit, sa dernière traduction publiée étant Jaguar et autres poèmes de la poétesse mexicaine Elsa Cross, née en 1946, publiée en 2009 chez Caractères.

De fait, les romanciers que Claude Couffon a traduits, ­Asturias et García Márquez, surtout ­ ont une caractéristique commune, c’est d’être aussi des poètes (Asturias) ou d’avoir une inspiration profondément poétique ; de concevoir la substance du roman comme liée à la poésie (García Márquez et bien d’autres). La poésie était aussi au cœur de la vie de Claude Couffon, qui a publié assez tardivement ses propres poèmes (à la parution de son premier recueil, en 1973, il avait déjà 47 ans), mais qui a manifestement toujours écrit de la poésie.

Travailler régulièrement pour les grandes maisons était le signe que Claude Couffon s’était imposé comme un des traducteurs d’espagnol les plus demandés de son époque, un des traducteurs auxquels les grands éditeurs font confiance car ils sont certains de la qualité du résultat. Mais dès lors qu’il s’agit de traduire des poètes, ce n’est plus cela qui compte en priorité car le but de l’éditeur et du traducteur ne saurait être de gagner de l’argent ! Or c’était bien de la traduction de poésie que « venait » Claude Couffon, et il s’est d’ailleurs servi de son prestige pour imposer certains poètes qu’il avait découverts : en 1982, quand Gallimard publie Poème du sud de Luis Mizón, le nom des deux traducteurs, Roger Caillois et Claude Couffon, retient à lui seul l’attention du public des amateurs de poésie.

La liste des éditeurs chez lesquels Claude Couffon a publié ses traductions poétiques correspond, de fait, à une bonne part de l’histoire de l’édition de la poésie dans la deuxième moitié du XXe siècle, on me permettra d’en nommer quelques-uns. Il commence chez Subervie, un des rares éditeurs qui apportent leur soutien aux Algériens en lutte pour leur indépendance dès le déclenchement des « événements » de 1954 qu’on n’appelle pas encore, à l’époque, la « guerre d’Algérie ». Son amitié avec Jean Sénac a joué un grand rôle dans cet engagement. Puis Claude Couffon rencontre Pierre Seghers, pour qui il traduit deux volumes de Nicolás Guillén en 1955 (Guillén venait d’obtenir le Prix Staline en 1954, dont on a peine aujourd’hui à imaginer le retentissement), Juan Ramón Jiménez en 1956 (année où Jiménez obtient le Prix Nobel), les Messages indiens d’Asturias en 1958. C’est chez Seghers que Claude Couffon publiera en 1962 les résultats de sa retentissante enquête sur Lorca (À Grenade sur les pas de Lorca), et il sera l’un des plus fidèles collaborateurs de la célèbre collection « Poètes d’aujourd’hui » lancée par Seghers en 1944 : il conçoit en 1964 le volume consacré à Nicolás Guillén, en 1965 celui sur Rafael Alberti, en 1970 celui sur Miguel Ángel Asturias, et en 1986 celui sur René Depestre. En 1963, Claude Couffon traduit Blas de Otero pour Maspero (Je demande la paix et la parole), Alberti pour les Éditeurs Français Réunis (Qui a dit que nous étions morts ?). Toutes ces collaborations, on le voit, celle aussi avec Maurice Nadeau (alors éditeur chez Julliard), signalent, ou plutôt confirment, l’engagement à gauche dont témoigne à lui seul le choix des auteurs (de Guillén à Neruda) : les Éditeurs Français Réunis sont une maison liée au Parti Communiste Français.

Traduire pour Claude Couffon est manifestement une manière de s’engager et non de s’effacer : ses sympathies vont aux opprimés, aux victimes des dictatures : c’est la raison intime de son enquête sur Lorca, bien sûr, mais aussi du soutien qu’il apporte à Luis Mizón, par exemple, jeune poète chassé du Chili par le régime de Pinochet. C’est certainement aussi sur cette forte conscience historique que se fonde sa collaboration avec les éditions Caractères : leur fondateur, Bruno Durocher (1919-1996), de son vrai nom Bronislaw Kamiński, est un rescapé des camps de concentration ; la collaboration de Claude Couffon avec Caractères est l’une des plus longues, de 1956 (traduction d’Espagne de Nicolas Guillén) et même 1954 (traduction d’une conférence du poète vénézuélien Juan Liscano à la Biennale de Poésie de Knokke-le-Zoute) à 2009 (la traduction de la poétesse mexicaine Elsa Cross, plus d’un demi-siècle de collaboration. Chez cet éditeur, Claude Couffon a dirigé la collection « Cahiers Latins » – fidélité restée présente jusqu’à la fin de sa vie, aux côtés de Jean Portante, qui a pris ensuite la direction de la collection –, il a publié deux volumes de la collection « Visite à » (Visite à Norge et Visite à Édouard Glissant). Significativement, c’est lui qui publie en 2000 avec Nicole Gdalia (qui a repris la direction de Caractères à la mort de Bruno Durocher) l’anthologie qui célèbre les cinquante ans de la maison d’édition (Un demi-siècle de poésie : les poètes de Caractères, 1950-2000).

Claude Couffon est également partie prenante de l’aventure éditoriale de la collection de poésie au format de poche « Orphée » dirigée par Claude Michel Cluny aux éditions de La Différence : dès la création de la collection (1989), Claude Couffon y publie une anthologie des poèmes de Gabriela Mistral intitulée D’amour et de désolation. Suivront des traductions de l’Équatorien Jorge Carrera Andrade, du Paraguayen Elvio Romero, du Mexicain José Gorostiza, et une passionnante édition complète des poèmes français d’Alfredo Gangotena (1904-1944).

Ces dernières références disent sa passion pour l’Amérique latine, qui se voit bien aussi par le choix des romanciers qu’il a traduits. Dans les dernières années de son activité, il réalise une incroyable série d’anthologies qui représentent une extraordinaire entreprise de « défrichage » éditorial, une exploration méthodique de l’Amérique latine, pays après pays : après les Poètes de la République dominicaine (éd. Amiot-Lenganey, 1992), et des anthologies de nouvelles d’Amérique du sud chez Anne-Marie Métaillé (Histoires d’amour d’Amérique latine, 1992 ; Histoire étranges et fantastiques d’Amérique latine, 1997), Claude Couffon publie aux éditions Patiño toute une série de volumes : Poésie dominicaine du XXe siècle d’expression espagnole (1997), Poésie hondurienne du XXe siècle (1997), Poésie guatémaltèque du XXe siècle (1999), Poésie cubaine du XXe siècle (1999), Poésie péruvienne du XXe siècle (1999), sans oublier une anthologie des Poètes de Chiapas aux éditions Caractère (1997, rééditée en 2009).

En ce sens, un traducteur est bien quelqu’un qui fait une œuvre, et cette œuvre est d’abord une œuvre de lecture ; il y a donc dans la littérature française du XXe siècle « les poètes de Claude Couffon ». Même si d’autres les retraduisent, ils resteront liés par sa personnalité, ses choix, son héritage. C’est ainsi qu’un traducteur, lui aussi, marque l’histoire de la littérature, et qu’il mérite qu’on y signale le rôle qu’il a joué : il a été un défricheur, ou mieux encore un découvreur ou un explorateur des continents littéraires : ce sont ces noms qui lui conviennent, qu’il nous plaît d’offrir ici à sa mémoire, avec tous ceux qui ont été ses lecteurs, et ses étudiants.

 

[1] Une rapide évaluation permet d’estimer à 160 environ le nombre de traductions publiées par Claude Couffon, en ne comptant que les volumes (à l’exclusion des textes traduits pour des revues, et en excluant les rééditions des 367 fiches que contient le catalogue de la Bibliothèque nationale, ainsi que les livres personnels qui ne sont pas des traductions. Cela ne peut être qu’un chiffre approximatif, car certains volumes ont été inclus dans d’autres sans être réédités tels quels, en particulier dans le cas des traductions de poésie, et il faut compter aussi les volumes dont Claude Couffon n’est pas le seul traducteur. Cela permet néanmoins d’affirmer qu’en 60 ans d’activité, il a publié en moyenne deux à trois traductions par an.

Jorge Guillén

Lecteur 1917-1918

Portrait par Arcadio Pardo (en cours d’élaboration)

En attendant, texte de L’Archive du lundi n° 10 :

Succédant à Pedro Salinas, Jorge Guillen fut nommé à la Sorbonne en 1917, l’année même où était créé en Sorbonne l’Institut d’Études Hispaniques. L’actuel édifice de la rue Gay-Lussac n’avait pas encore été édifié et c’est dans les locaux du boulevard Raspail qu’il enseigna jusqu’en 1923 « les rudiments de la langue espagnole », comme en fait état Claude Couffon dans le magnifique texte intitulé « Jorge Guillen et la France », où l’auteur retrace notamment les relations privilégiées entre le poète et l’IEH qui se sont manifestées bien au-delà de son expérience de jeunesse comme lecteur. Claude Couffon se souvient ainsi de leur amitié, nouée à partir de 1955, et nous apprend que Jorge Guillen « aimait venir dans [s]on bureau du 31, rue Gay-Lussac pour contempler le magnifique peuplier noir qui montait jusqu’à [s]a fenêtre. Et parler. Parler de Federico, d’Alberti, d’Antonio Machado, et aussi de son oeuvre personnelle, de son évolution, de Clamor, de ses essais sur la poésie […] pour égrener ses souvenirs intimes ou confier ses enthousiasmes » (p. 11).

 

 

Robert Ricard (1900-1984)

Portrait par Camille Lacau St Guily / François-Xavier Ricard

– Professeur et directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. Robert Ricard est nommé à la chaire d’espagnol de la Sorbonne — que Gaspard Delpy (1888-1952) laisse brutalement vacante, en décembre 1952 —, et dès sa première rentrée universitaire, en octobre 1953, directeur de l’Institut. Après un infarctus, en novembre 1954, même s’il demeure à la tête de l’établissement jusqu’en 1966, Robert Ricard réduira son investissement dans cette tâche.

robert-ricard-image

Robert Ricard, né le 27 janvier 1900, à Paris, est reçu à l’ENS de la rue d’Ulm, en 1918. À cause de l’incapacité où se trouve l’École de fonctionner, Ricard, dès la fin novembre ou le début décembre 1918, même s’il n’a d’autre projet que de préparer l’agrégation de lettres classiques, se retrouve à Madrid — l’Espagne étant restée en dehors de la guerre —, comme boursier de l’École des Hautes Études Hispaniques. Ricard y est « chargé pendant l’hiver de rédiger le Catalogue des marbres antiques du Musée royal du Prado ». Il participe aussi à des fouilles archéologiques à Bolonia, dans le Sud de l’Espagne. Lors de ce séjour, il commence à s’engager sur le chemin qui le fera bifurquer des « belles-lettres » et de l’Antiquité classique vers le monde ibérique. Ricard y fait, par ailleurs, une rencontre décisive, qui va le détourner du monde antique, fût-il hispanique, pour le faire se tourner résolument vers l’hispanisme moderne et contemporain. En juillet 1919, il fait la connaissance, à Madrid, de Maurice Legendre, pour qui il éprouvera toujours une très forte admiration et une vraie affection. Agrégé d’histoire et de géographie, celui-ci avait décidé de se tourner vers l’Espagne parce qu’il jugeait que ce pays était injustement méconnu en France, lui-même encouragé par le philosophe Jacques Chevalier. C’est au même moment qu’il rencontre pour la première fois Marcel Bataillon. Une forme d’amitié naît entre eux, plus intellectuelle sans doute qu’affective, et qui durera, là aussi, jusqu’à la mort de Bataillon, en 1977. En août 1920, Ricard obtient l’agrégation de lettres classiques. Mais il est décidément très attiré par la péninsule ibérique : en guise de service militaire, il est « détaché au service de l’attaché militaire de France au Portugal », grâce à quoi il passe deux ans à Lisbonne, d’octobre 1920 à octobre 1922, comme lecteur à l’Université.

Puis le voici de nouveau boursier à l’EHEH, pour une période de trois ans (1922-1925), où il côtoie Gaspard Delpy, Jean Sarrailh et Paul Guinard qui devient un ami. Ricard commence alors à travailler sur l’évangélisation du Mexique au 16ème siècle. Dès l’été 1924, il se met en relation avec son futur directeur de thèse, Paul Rivet, ancien médecin militaire, qui a évolué vers l’anthropologie et l’ethnologie, qui enseigne au Muséum d’histoire naturelle. Ricard lui manifestera toujours beaucoup d’estime, une sorte d’affection même, malgré des choix idéologiques et politiques très différents, voire opposés.

Il doit également valider son agrégation dans l’enseignement secondaire. Il est nommé professeur au Lycée Gouraud, à Rabat, pour la rentrée d’octobre 1925. Dès l’automne 1926, il commence à donner quelques cours à l’Institut des Hautes Études Marocaines ; à l’automne 1928, quittant définitivement l’enseignement secondaire, il y obtient un poste de « Directeur d’études des sources européennes de l’histoire du Maroc ». Il va occuper ce poste jusqu’en juin 1937, avec une parenthèse, au Mexique, en 1930-1931, où il est boursier. C’est probablement aussi, entre 1928 et 1930, qu’il commence une entreprise qui, surtout après 1933, l’occupera énormément, son futur livre sur Les sources inédites de l’histoire du Maroc.

Il soutient sa thèse, le 13 mai 1933, à la Sorbonne. Rivet fait partie du jury en tant que rapporteur ; le président est Ernest Martinenche, professeur à la Sorbonne et directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. La thèse a pour titre : La « conquête spirituelle » du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-24 à 1572. Ricard présente une « thèse complémentaire » : Un document portugais sur la place de Mazagan au début du 17ème siècle. Cette dernière est une illustration de la place que tiennent dans son travail le Maroc et le Portugal. Dès avril 1933, il est inscrit sur la « Liste d’aptitude aux fonctions de maître de conférences pour les études historiques hispano-portugaises ». Cela ne correspond pas tout à fait à ce qu’il aurait souhaité. En attendant, il reprend son poste à l’Institut des Hautes Études Marocaines, à Rabat.

C’est dans la période qui s’ouvre alors qu’il engage donc le second gros chantier de sa vie. Ce travail consiste à repérer dans les différents lieux d’archives anciennes, au Portugal, des documents qui n’en ont jamais été extraits, de sélectionner et analyser ceux qui concernent les relations entre le Portugal et le Maroc au 16ème siècle. Ricard coordonne et supervise toute cette entreprise, qui aboutira à la publication, entre 1939 et 1953, de six gros volumes sous le titre Les sources inédites de l’histoire du Maroc – Archives et bibliothèques du Portugal. Ricard reste en poste à Rabat, jusqu’à l’automne 1937. À cette date, il est nommé « professeur de civilisation hispanique et d’histoire moderne de l’Afrique du Nord » à la Faculté des lettres d’Alger. Dès l’automne 1944, Georges Le Gentil, titulaire de la seule chaire de portugais de la Sorbonne et qui doit prendre sa retraite au printemps 1946, lui demande d’être candidat à sa succession. Ricard ne se sent pas forcément le plus qualifié pour ce poste. Bataillon et les universitaires portugais s’emploient à le convaincre. Il se décide à présenter sa candidature. Dès janvier 1947, Ricard obtient le titre de « professeur sans chaire » ; dès novembre 1950, la « maîtrise de conférences » est transformée en « chaire de langue et civilisation luso-brésiliennes ». Puis, en décembre 1952, la mort brutale de Gaspard Delpy laisse vacante une chaire d’espagnol. Ricard y est nommé à la rentrée universitaire d’octobre 1953, ainsi que directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. Il retrouve donc ce qui a toujours été son terrain de prédilection, l’Espagne et l’hispanisme. Un an plus tard, au début de novembre 1954, il est victime d’un sérieux infarctus, qui l’oblige à un repos complet pendant plusieurs mois. Ce n’est qu’à la rentrée de 1955 qu’il peut reprendre son activité professionnelle. Entre-temps, Charles Aubrun, lui-même titulaire d’une autre chaire, a été nommé co-directeur de l’Institut d’Études Hispaniques, Ricard ne pouvant plus assurer cette charge. Curieusement, il ne démissionnera de ce poste qu’en 1966, alors que toutes les contraintes sont assurées par son « adjoint », ce que Ricard, malgré des rapports parfois difficiles entre eux deux (« Vous savez bien que, Aubrun et moi, c’est le jour et la nuit », confie-t-il à son assistant le plus proche), reconnaîtra publiquement en 1975 : « … nous avons partagé la direction de l’Institut… À dire vrai, le mot de partage est peu exact, car les parts ont été singulièrement inégales, et cette inégalité s’est produite à votre détriment… Je ne sais pas si j’ai régné, mais, ce dont je suis sûr, c’est que vous avez gouverné, et vous avez gouverné avec tout ce que cela implique d’incessant travail, de soucis lancinants et de responsabilités quotidiennes ». À partir de cette année 1955, l’histoire se ralentit. Sa santé le contraint à une vie moins active qu’auparavant. C’est pendant cette période qu’il met la dernière main à un volume de Sources inédites de l’histoire du Maroc – Espagne, qui paraît en 1956. Ces années sont aussi celles des reconnaissances officielles et des « honneurs ». Cependant, dans les dernières années de sa carrière, « il n’était pas très aimé par un certain nombre de collègues ». Était-ce pour son soutien persistant au régime de Franco et à la dictature de Salazar ? Pour ses convictions religieuses bien connues, à la fois discrètes et très affirmées, voire intransigeantes ? Pour sa réserve, peut-être perçue comme de la froideur, voire de l’orgueil ? Ce sont finalement les événements de mai 1968 qui le poussent à demander sa mise à la retraite avec un an d’avance, c’est-à-dire en juin 1969. Lors d’une modeste manifestation organisée par certains de ses collègues à l’occasion de son départ, il aurait dit en substance, dans son petit discours : « Je sais que beaucoup d’entre vous ne m’aiment pas. » Durant sa retraite, il s’attaque à la traduction du livre d’un religieux espagnol du 16ème siècle, Louis de Léon, intitulé Les noms du Christ, et qui est publiée en 1978. Il meurt le 4 août 1984.

Cette biographie est la synthétisation par Camille Lacau St Guily du texte de François-Xavier Ricard « Récit-portrait Robert Ricard », publié dans la revue Iberic@l, n° 11, 2017.

 

 

Bibliographie

Thèses de doctorat :

– Thèse principale : La « conquête spirituelle » du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-1524 à 1572, Paris, Institut d’Ethnologie, 1933. Traduit en espagnol (Mexico, 1947) et en anglais (Berkeley, 1967).

– Thèse complémentaire : Un document portugais sur la place de Mazagan au début du 17ème siècle, Paris, Geuthner, 1932.

Autres publications:

Marbres antiques du Musée du Prado à Madrid, Bordeaux – Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études Hispaniques 1923.

Études et documents pour l’histoire missionnaire de l’Espagne et du Portugal, Louvain, Aucam, 1931.

Études sur l’histoire des Portugais au Maroc, Cimbre, Acta Universitatis Conimbringensis, 1955.

Mazagan et le Maroc sous le règne du sultan Moulay Zidan, Paris, P. Geuthner, 1956.

Études hispano-africaines, Tétouan, Instituto General Franco, 1956.

Les sources inédites de l’histoire du Maroc. Archives & bibliothèque de Portugal, tome 2, Paris, Geuthner, 1939-1946 (avec Pierre de Cenival et David Lopes) ; tome 3, 1948 ; tome 4, 1951 ; tome 5, 1953 (avec Chantal de la Véronne). – Archives et bibliothèque d’Espagne, tome 2, Paris, Geuthner, 1956 (avec Chantal de la Véronne).

Galdos et ses romans, Paris, Institut d’Études Hispaniques, 1961 (2ème édition augmentée, 1969).

Aspects de Galdos, Paris, PUF, 1963.

Estudios de literatura religiosa española, Madrid, Gredos, 1964.

Études sur sainte Thérèse, Paris, Institut d’Études Hispaniques, 1968 (en collaboration avec Nicole Pélisson).

Études sur l’histoire morale et religieuse du Portugal, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1970.

Nouvelles études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris, Institut d’Etudes Hispaniques, 1973.

Très nombreuses collaborations à des revues générales ou spécialisées.

Traductions :

– Carlos Pereyra, L’œuvre de l’Espagne en Amérique, Paris, Les Belles-Lettres, 1924.

– Carlos Pereyra, La conquête des routes océaniques, Paris, Les Belles-Lettres, 1925.

– Damiao de Cois, Les Portugais au Maroc de 1495 à 1521, Rabat, Publications de l’Institut des Hautes Études Marocaines, tome 31, 1937.

– Louis de Léon, Les noms du Christ, Paris, Études augustiniennes 1978.

Académies :

– Correspondant étranger de l’Académie espagnole, de l’Académie espagnole d’histoire, de l’Académie portugaise d’histoire.

Décorations et distinctions :

Chevalier de la Légion d’Honneur, Commandeur des Palmes Académiques, Officier de l’Ordre de « Alfonso el Sabio », Officier de l’Instruction Publique du Portugal, Grand Officier du Ouissam Alaouite, docteur « Honoris causa » de l’Université de Grenade, membre d’honneur du « Consejo Superior de Investigaciones científicas ».

 

Sur Robert Ricard:

 

– Voir également : « Archive du lundi », n° 42.

 

Marie-France Delport (1946 -2015)

Fonctions à l’Institut d’Études hispaniques :

– Maître de Conférences en linguistique hispanique (1985-1999)

– Professeur de linguistique hispanique (1999-2013)

 

Portrait par Elodie Weber

           Née en 1946 à Angers, Marie-France Delport, après des études secondaires à Rennes puis à Valenciennes, entre en classe préparatoire littéraire au lycée La Bruyère de Versailles puis au lycée Jules Ferry à Paris. Pendant les quatre années qui suivent son intégration à l’École Normale supérieure de Fontenay (1966), elle découvre la linguistique à travers les cours que Maurice Molho dispense à Fontenay et à travers ceux de Bernard Pottier à la Sorbonne. Après une licence d’espagnol, de lettres modernes et de linguistique générale à la Sorbonne, Marie-France Delport soutient, sous la direction de Bernard Pottier, une maîtrise de linguistique consacrée aux jeux de mots de la langue espagnole. Les cours de Jean-Claude Chevalier et de Jack Schmidely qu’elle suit pendant ces mêmes années à la Sorbonne seront déterminants pour la suite de sa carrière : elle y découvre le guillaumisme, école linguistique qui servira de cadre théorique à l’ensemble de ses recherches, et entame une collaboration scientifique féconde et ininterrompue avec Jean-Claude Chevalier.

            Après avoir obtenu l’agrégation d’espagnol en 1972, Marie-France Delport entreprend, sous la direction d’André Joly, un doctorat d’État consacré aux verbes espagnols haber et tener. Professeur au lycée de Compiègne pendant deux ans, elle occupe par la suite les postes d’Assistante, de Maître-assistante et de Maître de Conférences à l’Université de Rouen (1974-1985), puis de Maître de Conférences à l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université Paris IV-Sorbonne, où elle entre en 1985. Après avoir soutenu son doctorat d’État, elle succède en 1999 à Jean-Claude Chevalier à la chaire de linguistique hispanique de l’Institut d’Études Hispaniques, poste qu’elle occupe jusqu’à sa retraite, en 2013.

            Chargée du cours de préparation à l’épreuve de linguistique de l’agrégation à l’ENS de Fontenay-Saint Cloud de 1979 à 2000, puis au CNED de 2002 à 2007, Marie-France Delport dispense également à l’ISIT un cours de traductologie, fruit de son étroite collaboration avec Jean-Claude Chevalier dans ce domaine. Dès 1999, elle anime à l’Institut d’Études Hispaniques un séminaire qui, pendant de nombreuses années, réunira étudiants de Master, doctorants, collègues de l’UFR et d’autres universités, et où interviendront des personnalités scientifiques reconnues.

            Invitée à de multiples reprises à l’étranger pour des conférences ou pour des cycles de cours de linguistique et de traductologie, Marie-France Delport exerce parallèlement un certain nombre de responsabilités scientifiques auxquelles elle ne mettra fin que contrainte par la maladie : présidente des Editions hispaniques de 1999 à 2013, elle préside également l’Association de Linguistique Ibéro-romane (Libéro) de 2008 à 2013 et crée en 2008 la revue Chréode. Vers une linguistique du signifiant, aboutissement d’un long cheminement scientifique initié à la fin des années quatre-vingt par J.C. Chevalier, M. Launay et M. Molho : l’unicité du signe linguistique y est affirmée comme l’un des principes essentiels.

            Atteinte d’une maladie de Parkinson qu’elle affronte avec une dignité et un courage admirables, Marie-France Delport meurt le 2 mai 2015, léguant à la linguistique hispanique une œuvre scientifique abondante et exigeante, laissant à ses thésards orphelins l’image de la rigueur alliée à une profonde humanité.

Bibliographie (extraits) :

Linguistique générale, hispanique et romane :

« Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », Permanences et renouvellements en linguistique hispanique. Actes du 6e Colloque de Linguistique hispanique, Toulouse, 18-19 mars 1994, CRIC, Université de Toulouse Le Mirail, 1996, pp. 217-227.

« L’expression de l’aspect transcendant et ses variations morphologiques en espagnol médiéval », De la variation linguistique et textuelle, Mélanges en l’honneur de Jean Roudil, Cahiers de linguistique hispanique médiévale, n°21, 1996-1997, pp. 199-229.

« Genèse de la phrase, genèse de la périphrase. Le niveau du langage chez Gustave Guillaume », Actes du 10e colloque international de psychomécanique du langage, Oloron-Sainte Marie, 3-6 juin 2003, Modèles linguistiques, XXV, 1 et 2 (n° 49-50), Toulon, 2004, pp. 115-127.

Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Etude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative, Paris, Editions Hispaniques, 2004, 508p.

« La razón de la sinrazón…et la raison du signifiant », Colloque La Parole poétique, Casa de Velázquez, Madrid 10-11 mai 2004, Bulletin hispanique, Tome 107, n°1, juin 2005, pp. 21-33.

«Une linguistique du signifiant ? », Chréode, n°1, Editions Hispaniques, 2008, pp. 11-35.

En collaboration avec Jean-Claude Chevalier :

« From Guillaume to a semiological approach to linguistics », The Psychomechanics of Language and Guillaumism, LynX, F. Tollis ed., vol. 5, 1996, University of Minnesota (USA) – Universidad de Valencia (Espagne), pp. 145-153.

« Du bon usage de la commutation », Estudios en honor del Profesor Josse De Kock, reunidos por N. Delbecque y C. de Paepe, Leuven University Press, 1998, pp. 111-132.

Traductologie :

« L’âge d’une œuvre. Auteur et traducteur aux prises avec le temps. », Bulletin hispanique, Tome 115, n°2, 2013, pp. 429-438.

En collaboration avec Jean-Claude Chevalier :

L’horlogerie de Saint Jérôme (Problèmes linguistiques de la traduction), Paris, L’Harmattan, 1995.

Jérômiades (Problèmes linguistiques de la traduction II), Paris, L’Harmattan, 2010.

Archives du lundi :

– n° 45 : Patrick Charaudeau, itinéraire d’un linguiste, de la propédeutique au doctorat d’Etat par Patrick Charaudeau.

– n° 72 : De l’espagnol à la préfectorale ! Par Eric Freysselinard.

– n° 76 : Petites chroniques des Editions Hispaniques par Béatrice Pérez.