José María Quiñones de León (1873-1957)

José María Quiñones de León (1873-1957) – Image extraite des Annales politiques et littéraires : revue populaire paraissant le dimanche, 30 septembre 1923 (Source gallica.bnf.fr / BnF)

 

Portrait par Pierre Salmon

L’énigmatique José María Quiñones de León

Son nom figure sur la plaque d’inauguration de l’Institut d’Études Hispaniques, on peut donc regretter que José María Quiñones de León reste un personnage énigmatique. Ce dernier est pourtant une des éminentes figures du rapprochement franco-espagnol durant le premier XXe siècle.

J.M. Quiñones de León a œuvré pour un rapprochement culturel et politique entre la France et l’Espagne. Loué pour sa francophilie et sa grande intelligence, ce fils d’un ancien attaché militaire à l’ambassade espagnole à Paris revient dans la capitale comme attaché d’ambassade (1905) puis comme premier conseiller (1914). C’est en août 1918 qu’il est nommé ambassadeur, poste qu’il ne quitte qu’avec la chute de la monarchie espagnole en 1931. Il se fait remarquer pour l’énergie qu’il dédie aux bonnes relations hispano-françaises durant la Première Guerre mondiale et pour le rôle qu’il joue ensuite au sein de la Société des Nations. Grand ami du roi espagnol Alphonse XIII, il jouit aussi d’une très bonne réputation dans les milieux politiques parisiens et au sein des élites artistiques.

C’est dans un contexte de rayonnement culturel espagnol en France qu’il faut replacer l’inauguration de l’Institut d’Études Hispaniques en mai 1929. En Espagne, la loi de fondation de la Casa de Velázquez puis la fondation partielle de l’édifice le 20 novembre 1928 devaient beaucoup au don grâcieux d’un terrain à la France par Alphonse XIII. Pour sa part, l’Espagne avait la volonté de développer une image positive de la culture espagnole à l’étranger afin de combattre les préjugés sur la Péninsule ibérique. La fondation du Colegio de España sur la cité universitaire y répond totalement. Inauguré en 1935, le collège d’Espagne serait en partie l’œuvre de J.M. Quiñones de León puisque c’est lui qui aurait mené les négociations avec les autorités françaises pour sa fondation.

Il est revanche plus difficile de connaître son rôle exact concernant la fondation de l’IEH. Si l’ambassadeur participe en 1927 à la pose d’une première pierre de l’édifice en présence du ministre de l’Instruction publique, son rôle pour le reste est moins connu. Il n’est par exemple pas cité parmi les généraux donateurs ayant permis la construction de l’IEH (voir archives du lundi n° 66) et, lors de l’inauguration, ce sont surtout les efforts de Carlos Ibañez de Ibero comme fondateur d’un centre d’études franco-hispaniques, de Lambla de Sarria comme architecte et du marquis de Casa de Valdés comme mécène qui sont loués. Il n’empêche que la présence de l’ambassadeur à la cérémonie d’inauguration consacre les bonnes relations entre France et Espagne et permet de réunir autour de sa personne de nombreuses personnalités y ayant contribué.

De 1931 à juillet 1936, début de la guerre civile espagnole, J.M. Quiñones de León reste en retrait de la vie politique. C’est avec la tentative de coup d’État militaire ratée que l’ancien ambassadeur sort de l’ombre. Durant la guerre civile et ses suites immédiates, il met à profit ses nombreuses relations – on le sait proche de Camille Chautemps, Albert Sarrault, Alexis Léger, Philippe Pétain ou encore René Massigli – pour défendre en France les intérêts des insurgés. Bien que ces derniers ne soient pas légalement reconnus, il assure un rôle d’ambassadeur officieux du régime rebelle. J.M. Quiñones de León aurait même joué un rôle de premier ordre dès les premiers jours du soulèvement des rebelles. Ce serait en effet lui qui aurait fait pression sur le ministre des Affaires étrangères britannique Antony Eden pour que ce dernier émette de lourdes réserves à l’encontre d’une possible aide française accordée aux républicains espagnols. Les historiens estiment aujourd’hui que cette entrevue entre Antony Eden, le président du Conseil Léon Blum et le ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos aurait influé un revirement français, au point qu’aucune aide (ouverte) ne fut fournie au régime légal espagnol.

À ce rôle diplomatique officieux s’ajoute un autre plus obscur comme chef de l’espionnage franquiste en France. Certaines études espagnoles montrent un rôle beaucoup plus déterminant dans cette mission qu’on avait bien voulu l’entendre jusqu’ici. J.M. Quiñones de León est présenté comme un personnage clé ayant œuvré à la création des services franquistes en France et ayant facilité à cette fin des échanges avec les autorités allemandes. Il aurait même joué un rôle important à la tête du Servicio de Información de la Frontera del Nordeste de España (SIFNE) en supervisant le contre-espionnage et en dénonçant les facilités accordées par la France aux républicains espagnols. À cette occasion, il est même soupçonné de mettre à profit ses relations avec le directeur du Colegio de España – Ángel Establier – pour y recueillir des informations servant au régime franquiste. En définitive, même s’il se chargeait essentiellement des questions dites « politiques », le réseau d’espionnage qu’il supervisait depuis l’hôtel Meurice à Paris a tout de même servi à la « répression extraterritoriale » (Guixé i Coromines) du nouveau régime franquiste.

Les motivations qui l’ont poussé à rallier l’insurrection franquiste restent énigmatiques. Il semble avoir accordé une grande aide financière au régime insurgé aux côtés de Juan March et de Francisco Cambó mais aurait entretenu des relations tumultueuses avec Franco. En 1931, pourtant, il a été impliqué dans un scandale pour avoir fait disparaître des documents l’impliquant dans la révolte de Jaca quand ce dernier n’était encore que commandant d’armée. Le 28 février 1939, J.M. Quiñones de León devient le premier ambassadeur parisien du régime franquiste nouvellement reconnu par la France. Il n’occupe ce poste qu’un mois mais permet au nouveau régime de tisser des liens solides avec la France et à celui-ci de récupérer des biens républicains stationnés en France. Malgré cette (courte) nomination honorifique et les démarches effectuées pour la reconnaissance du régime franquiste, J.M. Quiñones semble être tombé en disgrâce auprès de Franco et de son entourage. Ses convictions monarchistes et son espoir déçu de ne pas avoir pu rétablir Alphonse XIII sur le trône d’Espagne peuvent l’expliquer. De même, sa figure « trop » conservatrice pour certains et les distances qu’il a gardées avec le mouvement phalangiste et le Movimiento en général ont accentué le discrédit dont il souffrait en Espagne. Il faut croire que l’image du « plus parisien des Espagnols » (La Revue diplomatique, octobre 1929) demeure complexe. Déjà, dans un numéro des Annales Politiques et Littéraires publié le 30 septembre 1923, Raymond Recouly remarquait à son propos qu’il était « capable, à force d’intelligence et de ténacité, de finir par accorder des thèses qui paraissaient absolument contradictoires ». N’est-ce pas là un précoce mais juste hommage ?

Quelques ressources pour aller plus loin :

Principales sources utilisées :

  • Pour les journaux cités, n’hésitez pas à aller sur Gallica.
  • Sur l’inauguration de l’IEH, voir notamment le bulletin hispanique (« Inauguration de l’Hôtel d’Institut d’Études hispaniques de Paris », Bulletin hispanique, 31-3, 1929, p. 271-273. À consulter ici).
  • Archives de la préfecture de police (Paris) : BA 2155 (dossier « Quinonés de Léon (sic) ») ; BA 1663 (dossiers « correspondance »).
  • Archives du Service Historique de la Défense (Vincennes) : GR 7NN2 206.
  • Archives du Centro Documental de la Memoria Histórica (Salamanque, Espagne) : « Representación Diplomática del Gobierno Nacional de España en París (Francia) ».

Quelques ouvrages pour aller plus loin :

Pedro Barruso Barés, Información, diplomacia y espionaje. La Guerra Civil española en el Sur de Francia (1936-1940), Saint-Sébastien, Hiria, 2008.

Jordi Guixé i Coromines, La República perseguida : exilio y represión en la Francia de Franco : 1937-1951, Valence, Universitat de València, 2012.

Antonio Niňo Rodrīguez, « Bâtir des châteaux… en France ou la naissance du collège d’Espagne à Paris », Siècles, 20, 2004. À consulter ici.

Jean-Pierre Ressot (1938-2014)

 

(Source de la photographie : Donatella Pini)

Portrait par Boyer Denise

Fonction(s) ou statut(s) à l’Institut d’Études Hispaniques :

étudiant (1956-1962)

assistant (1966-1978)

maître assistant (1978-1988)

maître de conférences (1988- 2003)

Son don des langues et son goût pour la littérature avaient orienté Jean-Pierre Ressot vers l’espagnol. Reçu parmi les premiers à l’agrégation, en 1962, il est d’abord professeur au lycée de Poitiers (1962-1964), puis coopérant à l’Académie Royale Militaire de Meknès (1964-1966) avant d’être recruté à la Sorbonne qui allait devenir Paris IV-Sorbonne quelques années plus tard. Il y a été successivement assistant, maître-assistant et maître de conférences. Sa facilité de contact, sa clarté d’esprit et sa curiosité intellectuelle l’ont immédiatement fait estimer de tous. Il a été l’un des premiers à l’Institut Hispanique à s’intéresser aux approches nouvelles du phénomène littéraire dérivées du structuralisme. C’est ce qui l’a amené très vite à créer avec quelques collègues un enseignement d’initiation à la littérature de première année inspiré de ce type de travaux, l’UE 102, dont beaucoup d’anciens étudiants disent comme elle leur a été profitable. Il y a assuré pendant des années un groupe de TD et le cours magistral concernant le roman. De cette collaboration sont aussi sorties deux publications collectives, l’article «Notes sur Tiempo de silencio» (1976), réédité en 2001 lorsque le roman figurait au programme de l’agrégation, et le manuel Poésie et poétique (1981), objet de plusieurs rééditions. Jean-Pierre Ressot a aussi assuré en troisième année, alors dite de licence, des cours concernant le roman espagnol contemporain particulièrement appréciés. Il a souvent participé à la préparation des concours lorsqu’une œuvre du programme relevait de ses compétences.

Parallèlement à ces activités d’enseignement, Jean-Pierre Ressot menait ses travaux de recherche sur le roman contemporain et particulièrement sur Ramón J. Sender. Ses articles et communications, par leur rigueur, leur inventivité critique et la solidité de leur fondement théorique et méthodologique, sont des modèles du genre dont on peut regretter qu’ils n’aient pas été réunis en volume. Son ouvrage Apología de lo monstruoso: una lectura de la obra de Ramón J. Sender, publié l’année même de sa retraite, est l’équivalent d’une thèse d’État par sa qualité et son volume. Il a aussi publié des traductions et des éditions critiques.

Pour aller plus loin:

Bibliographie sommaire

Études critiques

« De Sender à Malraux… », in langes offerts à Charles-Vincent Aubrun. Paris, Éditions Hispaniques, II (1975), pp. 195-203. Réédité en espagnol in Ramón J. Sender: in memoriam. Antología crítica, José-Carlos Mainer ed. Zaragoza, DGA, 1983, pp. 333-341).

« Le personnage historique (Carlos II el Hechizado) chez Ramón J. Sender: figurativisation et illusion référentielle », in IVe Colloque du SEL: Le personnage en question. Toulouse, Travaux de l’Université de Toulouse – Le Mirail, série A, t. 29, 1984, pp. 195-203.

« Les Espagnols face à leur guerre: la solution négativiste de Ramon J. Sender ». Imprévue, 2, 1986, pp. 87-98.

« Tiempo histórico y texto », in Las representaciones del tiempo histórico, Jacqueline Covo éd.. Lille, PUL, 1994, pp. 39-46.

Apología de lo monstruoso: una lectura de la obra de Ramón J. Sender. Huesca, IEA, 2003, 512 p.

« Las seducciones estéticas de la locura (Ramón J. Sender) », in Follia, follie, Maria Grazia Profeti éd. Firenze, Alinea, 2006, pp. 387-401.

Traductions

L’aimant (Imán). Ramón J. Sender. Paris, Imprimerie Nationale,1994.

Le Mari le plus constant, Orphée (El marido mas firme, Orfeo). Lope de Vega. In Théâtre espagnol du XVIIe siècle, t. 1. Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994.

Editions critiques

El viaje entretenido. Agustín de Rojas Villandrando. Madrid, Castalia, « Clásicos Castalia », 1972.

Monte Odina. El pequeño teatro del mundo. Ramon Sender. A Coruña, Ediciós do Castro, « Biblioteca del exilio », 2003)

 

Paul Guinard (1895-1976)

Professeur

Portrait par Martine Heredia 

Grand spécialiste de la peinture espagnole, Paul Guinard a enseigné de nombreuses années l’Histoire de l’art espagnol à L’Institut Hispanique. Après avoir pris sa retraite de l’université de Toulouse, il a assuré les cours de licence et de maîtrise en histoire de l’art à l’Institut.

J’ai eu la chance de suivre ses cours en licence, la dernière année de sa vie ; il meurt en effet à 81 ans, renversé par une voiture, devant la Casa de Velázquez où il résidait. La rue porte désormais son nom.

Agrégé d’histoire, détaché auprès du Ministère des Affaires étrangères, Paul Guinard est d’abord nommé, en 1922, professeur d’Histoire de l’art à l’Institut français en Espagne, activité absorbante qui l’oblige à renoncer à la thèse de doctorat qu’il avait entreprise sur le Greco. Il réalisera plus tard, en 1959, une thèse sur Zurbarán.

De 1932 à 1962, il est directeur de l’Institut français et il n’aura de cesse de servir la cause de l’art français en Espagne (première publication : Arte francés, manuels Labor, Barcelone) tout comme de faire connaître l’art espagnol en France (premier ouvrage : Madrid et l’Escorial, coll. Les villes d’art célèbres, Laurens, Paris, 1935).

De 1945 à 1962, il est conseiller culturel de l’Ambassade de France en Espagne. De 1955 à 1958 il est administrateur par intérim de la Casa Velázquez, au décès de Maurice Legendre en 1955, et jusqu’à la nomination de M. Terrasse, en 1957. Il s’occupe alors essentiellement de la haute administration et des manifestations officielles de la Casa. De 1962 à 1965, il est professeur d’Histoire de l’art à la faculté de lettres de l’Université de Toulouse et continuera de donner des cours d’art à Madrid, à la Complusense, et à l’Institut hispanique de la rue Gay-Lussac.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur Le Greco, Zurbarán, Velázquez, Goya, le Musée du Prado… qui ont contribué à faire connaître l’art espagnol en France.

Il devient en 1932 directeur de l’Institut français en Espagne et le restera pendant trente ans, soucieux de promouvoir la culture française en Espagne et de rendre accessible la culture espagnole en France.

Pour en savoir plus :

Quelques publications de Paul Guinard:

  • El Greco, Lausanne, Skira, 1956.
  • Zurbarán et les peintres espagnols de la vie monastique, Paris, Editions du temps, 1960.
  • Les peintres espagnols, Paris, Le Livre de poche, 1967.
  • Zurbarán, tout l’œuvre peint, Paris, 1975.
  • Goya, tout l’œuvre peint, Paris, 1976.

Et aussi, sur le passage de Paul Guinard en Espagne :

  • « Les années Guinard : 1932-1962 », in l’Institut français de Madrid : 100 ans de culture et d’enseignement (1910-2010), Madrid, 2010.
  • Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne : L’Ecole des hautes études hispaniques et la Casa Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle (1898-1979), Madrid, Bibliothèque de la Casa Velázquez, 1994.

 

Marqués de Casa Valdés

Portrait par Antonio Niño Rodríguez

À l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques, se trouve la plaque commémorative de l’inauguration du bâtiment, qui eut lieu le 29 mai 1929. On peut y voir cité en tant que membre du comité de direction le marquis de Casa Valdés. On retrouve ce même nom en tête de la liste des mécènes de l’Institut qui figure sur une autre plaque de marbre. La contribution du marquis au financement des travaux de construction de l’hôtel inauguré en 1929 dut être importante car il fut invité à prendre la parole lors de la cérémonie d’inauguration du bâtiment. Après l’intervention du recteur de l’Université de Paris, M. Charléty, celle du recteur de l’Université de Barcelone, M. Díaz González et celle du directeur général de l’Enseignement supérieur en Espagne, M. González Olivero, le marquis de Casa Valdés prononça un bref discours dans lequel il exposa les raisons de sa contribution : « Nous sommes dans cet hôtel parce que nous aimons profondément la France ».

José Valdés y Mathieu de Billy (1871-1938), deuxième marquis de Casa Valdés, était un aristocrate espagnol, sénateur et gentilhomme de la chambre du roi, chevalier de la Légion d’honneur et membre l’Automobile Club de France. Il venait d’une famille traditionnellement liée à l’armée, en particulier avec la cavalerie. Il était marié à la fille du comte de Revillagigedo, Grand d’Espagne, et vivait, avec sa mère et son épouse, au numéro 18 de la rue de Longchamp, dans le XVIe arrondissement de Paris. Nous savons relativement peu de choses de ce personnage et de ses liens avec l’Institut. Sa fortune, en revanche, devait être conséquente car, en 1933, lorsque fut créé sous la IIème République, un impôt sur les grandes fortunes, le marquis de Casa Valdés fit une déclaration de ses rentes à Madrid, tout en indiquant qu’il résidait à Paris. Il affirmait dans ce document que ses rentes s’élevaient à 324 502 pesetas, somme très importante pour l’époque. D’autant plus que ce chiffre est à considérer comme un minimum, en raison de la sous-estimation de ses biens en Espagne et de la plus que probable omission de son patrimoine en France ou dans d’autres pays. Ce patrimoine était, pour les deux tiers, composé de rentes foncières et, pour le dernier tiers, de valeurs mobilières.

Le bâtiment inauguré en 1929 était situé sur un terrain cédé par l’Université de Paris. La construction coûta 1 200 000 francs. Nous ne connaissons pas le chiffre précis de la contribution du marquis de Casa Valdés, mais, sans aucun doute, il s’agissait de la contribution la plus importante, ainsi qu’en témoignent les marques de reconnaissance qu’elle a reçues.

Voir l’Archive du lundi n° 67

José Da Silva Terra (1928-2014)

José DA SILVA, pseudonyme littéraire : José TERRA (24/05/1928 – 17/01/2014): Professeur de portugais à la Sorbonne-Paris IV (1988-1996) et 3 décennies auparavant lecteur de portugais à la Sorbonne (1961-1969)

Portrait par Monique Da Silva

 Titulaire d’une Licence de Lettres classiques (5 ans d’études) obtenue à l’Université de Lisbonne en 1956, José Fernandes da Silva fut d’abord Lecteur de portugais à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, de janvier 1957 à septembre 1961 (donnant aussi des cours au Collège universitaire de Nice), puis à la Sorbonne, à l’Institut de Portugais, d’octobre 1961 à septembre 1969. De 1962 à 1967, il prit part aux Cours d’Été Hispano-Portugais d’Orense-La Corogne, créés par Madeleine et Arcadio Pardo.

En janvier 1969, il fut nommé Assistant associé au Centre Universitaire Expérimental de Vincennes, choisi par le noyau cooptant (Louis Urrutia et Raymond Marcus). Responsable du département d’Études des Pays de Langue portugaise depuis octobre 1970, à Vincennes puis à St-Denis, il gravit tous les échelons universitaires, devenant Professeur en 1984, après avoir soutenu à Paris III, sous la direction du Prof. G. Boisvert, une thèse d’État sur travaux (5 vol.,1913 p, inédite), intitulée  João Rodrigues de Sá de Meneses et l’Humanisme portugais 

En octobre 1988, il quitta Paris 8 pour succéder au Prof. Teyssier à la direction du département des Études portugaises, brésiliennes et de l’Afrique lusophone de Paris IV, poste qu’il occupa 8 années durant jusqu’à sa retraite en septembre 1996, à 68 ans. En 1994, avec M.-C. Zimmerman et C. Esteban, il avait créé le séminaire de Poésie, le PIAL actuel, qu’il fréquenta avec enthousiasme pendant de nombreuses années.

Parallèlement, José Da Silva Terra, nom sous lequel il signait ses articles universitaires, fit cours à l’ENS de St-Cloud dans les années 60, puis pendant plus de 20 ans assura la préparation aux épreuves de portugais des concours d’entrée à HEC, à l’ESCP et à l’ESSEC, dont il faisait partie des jurys.

En 1977, il créa au Centre Culturel Portugais de la Fondation C. Gulbenkian des cours de Langue et Culture portugaises pour tout public (7 niveaux) qui permettaient d’obtenir l’équivalence à certaines U.V de l’Université de Paris 8  et dont il assura la direction pédagogique pendant 17 ans jusqu’en 1994.

Le prix « Talentos 2006 » qu’il reçut à Lisbonne en juillet 2007, dans la catégorie « Divulgation de la Langue portugaise » rendit un juste hommage aux 40 ans de sa vie universitaire dédiée à la diffusion en France de la Langue, de la Littérature et de la Civilisation portugaises.

Rappelons qu’avant son arrivée en France en janvier 1957, José Terra avait été l’un des membres fondateurs de la Société Portugaise des Ecrivains, cofondateur et codirecteur des revues Árvore et Cassiopeia éditées à Lisbonne entre 1951 et 1953 pour la première et en 1955 pour la seconde. Il fut aussi traducteur littéraire des éditions «Livros do Brasil », «Portugália Editora», «Publicações Europa-América» de Lisbonne et « Tavares Martins Editora» de Porto et obtint le Prix de Poésie «Teixeira de Pascoaes» en 1955 pour son recueil Canto Submerso.


Bibliographie (extraits)

* du lusitaniste

1) Obra Poética, Modo de Ler, Porto, 2014, contenant 4 recueils épuisés (Canto da Ave Prisioneira, 1949 [saisi par la Censure] ; Para o Poema da Criação, ed. Árvore, 1953 ; Canto Submerso, Portugália editora, 1956 ; Espelho do Invisível, Livraria Morais editora, 1959), 20 poèmes inédits et 20 autres publiés dans des revues

2) Méthode audio-orale pour l’enseignement du portugais: (20 leçons suivies d’exercices structuraux), méthode créée en 1968-1969 et adoptée dans diverses Universités en France et à l’étranger.

3) João Rodrigues de Sá de Meneses et l’Humanisme portugais, thèse inédite de 1913 pages, soutenue à Paris III-Sorbonne Nouvelle en 1984.

4) « Le Diálogo de Preceitos Moraes de João de Barros », in Bulletin des Etudes Portugaises, T. XXX, 1969 (avec reproduction en fac-similé du seul exemplaire complet de l’édition princeps de 1540, existant à la Bibliothèque Municipale de Rouen et identifié par José Terra en 1969), p. 77-87 + 14 p. en fac-similé contenant chacune 4 p. de l’original.

5) Camões, par Georges Le Gentil, traduction, avec préface, notes et appendice par José Terra, Lisboa, Portugália Editora, 1969, 280 p.

5) « Nouveaux documents sur les Portugais à l’Université de Paris (XVIe siècle) », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. V, 1972, p.190-260, ill.

6) « Seis poemas de André de Resende », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. VII, 1974, p. 431-469, ill. (Six poèmes en latin, dont cinq inédits, traduits en portugais avec une étude).

7) « Espagnols au Portugal au temps de la Reine D. Catarina. I – D. Julião de Alva (c. 1500-1570) », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. IX, 1975, p. 417-506, ill. (Sur des documents inédits).

8) « Um Humanista galego nos cárceres da Inquisição portuguesa – Cadabal Grauius Calydonius (c. 1512-1575) », « Hommage à Louis Urrutia » in Les Langues Néo-latines, Paris, n° 239, 1981, p. 39-54.

9) « Les Exils de Garrett en France », in Bulletin des Etudes Portugaises, nouvelle série, tomes XXVII-XXIX, 1967-1968, p. 163-211 (Sur des documents inédits).

10) « Os Emigrados liberais portugueses em França », in Les Rapports culturels et littéraires entre le Portugal et la France, Actes du Colloque, Paris, 11-16 octobre 1982, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1982, p. 323-338.

* sur le lusitaniste (sélection)

-Bernardes, José Augusto Cardoso, « TERRA (José Fernandes da Silva) », Biblos, Enciclopédia  VERBO das Literaturas de Língua Portuguesa, Ed. Verbo, Lisboa-São Paulo, vol. 5, 2005, p. 401-403.

– Coelho, Eduardo Prado, « A arte e o invisível na poesia de José Terra », in A palavra sobre a palavra, Porto, Portucalense editora, 1972, p. 205-214.

– Esteves, José Manuel da Costa « La poésie de José Terra: l’acte créateur comme acte libérateur », in Árvore (1951-1953) et la poésie portugaise des années cinquante, Actes du Colloque organisé par M. H. Araújo Carreira, Paris, Editions Lusophone, 2003, p. 81-98. Étude complétée et actualisée dans la Préface en portugais de Obra Poética de José Terra, Modo de Ler, Porto, 2014, p.11-35.

– Hörster, Maria António Henriques Jorge Ferreira, Para uma história da recepção de Rainer Maria Rilke em Portugal (1920-1960), Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa, 2001, p. 645- 652 et nombreuses autres références.

– Martinho, Fernando J.B., « José Terra : o canto ‘tenso e lúcido’ de um poeta a redescobrir », Colóquio Letras, C. Gulbenkian, n° 188, janeiro/abril 2015, p. 196-205.

– Zimmermann, Marie-Claire, « De l’obscur à l’écriture: un sonnet de José Terra », in Árvore (1951-1953) et la poésie portugaise des années cinquante, Actes du Colloque organisé par M.H. Araújo Carreira, Paris, Editions Lusophone, 2003, p. 99-111.

– Revue en ligne Iberic@l, n°9, printemps 2016, III/Documents, p. 217-254, Hommage à José Terra (Mònica Güell, Laurence Breysse-Chanet, Maria Graciete Besse, Marie-Claire Zimmermann), 20/03/2015 au Centre d’Études catalanes, Paris IV-Sorbonne.

– http://literaturaliteraturaliteratura.blogspot.fr/2013/10/jose-terra-vida-e-obra-poetica.html

Pour une bibliographie plus complète, voir le doc. PDF

José DA SILVA TERRA, Bibliographie


Voir aussi  Archives du lundi n° 8 : Hommage à José Terra par Hélène Thieulin-Pardo et Irène Da Silva, n° 16 : À la mémoire d’un ami, par Arcadio Pardo, n° 61 : un (futur) président de la République chargé de cours de portugais à l’IEH, par Monique Da Silva

Photographie: © Monique Da Silva, au secrétariat du Département de Portugais de l’université Paris 8 en juin 1985