Regards croisés sur l’histoire et l’historiographie de l’art espagnol en France

DU 18 octobre 2017 AU 19 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international prévu dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques, actuelle UFR d’Études ibériques et latino-américaines. En collaboration avec l’Institut Cervantès de Paris.

Organisé par Nancy Berthier (Paris-Sorbonne) et Guillaume Kientz (Musée du Louvre), assistés de Adrián Almoguera (Paris-Sorbonne) et Eva Sebbagh (Paris-Sorbonne).

Cette rencontre scientifique a pour but de contribuer au riche programme d’activités organisées dans le cadre du centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques en s’intéressant aux nouveaux regards sur la fortune de l’art espagnol en France. Ces journées s’inscrivent également dans la suite d’un certain nombre d’évènements récents, organisés par le Louvre notamment (journées d’études Goya en 2012 et 2013, le colloque « El Greco » en 2014, et l’exposition « Velázquez » au Grand Palais de 2015).

On questionnera particulièrement les transferts artistiques entre la France et l’Espagne, l’histoire du goût pour l’Espagne et l’art espagnol depuis la France, le collectionnisme français d’art espagnol et l’histoire de l’historiographie hispaniste française. Grâce à la contribution de spécialistes reconnus, nous souhaitons ainsi encourager l’intérêt pour les études en histoire de l’art espagnol dans le milieu académique français, un intérêt étroitement lié à l’action de l’Institut d’Études Hispaniques qui jouit d’un grand prestige international qu’il convient aujourd’hui de rappeler et relancer.

Entrée libre pour le personnel de l’Université Paris-Sorbonne.

Entrée libre dans la limite des places disponibles pour les extérieurs sur inscription préalable avant le 16 octobre 2017 auprès de eva@sebbagh.net.

Programme du colloque :

MERCREDI 18 OCTOBRE (Salle des Actes, Paris-Sorbonne)

9h30 : Ouverture du colloque. Interventions de Barthélémy Jobert, José Manuel Albares, Nancy Berthier et Guillaume Kientz.

Matinée : Aller-Retour, Paris-Madrid

Modération : Thierry Laugée (Université de Paris-Sorbonne)

Au-delà de cette bipolarité, il s’agit d’étudier le rôle qu’ont joué les échanges entre la France et l’Espagne dans l’écriture de l’histoire de l’art espagnol. Les projets muséaux portés par les deux pays au XIXe siècle permettent-ils de parler d’influence réciproque ? La circulation matérielle des artistes et des œuvres s’est-elle faite à double sens ? La réflexion, selon le point de vue culturel, social ou marchand adopté, promet de multiples développements.

10h : Mathilde Assier (Université de Paris-Sorbonne / Ehehi – Casa de Velázquez), « “Mais n’ayons pas honte de notre indigence !” De nouveaux musées pour soutenir l’art contemporain à Madrid (1847-1898) »

10h30 : Stéphanie Demange (Université de Toulon), « Le réalisme espagnol : une peinture française ? Analyse d’une généalogie transversale (Paris-Madrid, 1889-1892) »

11h : Débat et pause

11h30 : Eliseo Trenc (Université de Reims), « Barcelone arriva-t-elle à remplacer Paris comme capitale artistique européenne pendant la Première Guerre mondiale ? »

12h : Martine Heredia (Université de Paris-Sorbonne), « Interactions à partir des années 1950 : quand el informalismo devient l’art informel »

12h30 : Débat et pause

Après-midi : Écrire sur l’Espagne

Modération : Jacques Terrasa (Université de Paris-Sorbonne)

Trop souvent oublié, le lien entre hispanisme et histoire de l’art n’est cependant pas étranger à la constitution, en France, d’un discours historiographique portant proprement sur l’art espagnol et ses évolutions depuis la Renaissance jusqu’au XIXe siècle. L’objectif est donc à la fois de déterminer quelle a été concrètement la place de l’hispanisme français dans ce travail d’écriture historique et de redonner tout leur relief aux noms des quelques auteurs qui ont participé à cette entreprise. Une approche chronologique permettra de mieux cerner la teneur des principaux apports réalisés pour les différentes périodes envisagées.

14h30 : Cécile Vincent-Cassy (Université Paris 13), « Le goût de l’Espagne. À propos de l’exposition des Trésors de la peinture espagnole, églises et musées de France de 1963 »

15h : Guillaume Kientz (Musée du Louvre), « Un œil sur l’Espagne : Charles Sterling et l’historiographie française des primitifs ibériques »

15h30 : Débat et pause

16h : Julien Lugand (Université de Perpignan), « De Viardot à Guinard : les historiens de l’art français et la peinture du XVIIe siècle espagnol. Un Siècle d’Or ? »

16h30 : Frédéric Jiméno (Mairie de Paris), « La contribution de l’historiographie française à l’histoire de l’art espagnol du XVIIIsiècle »

17h : Débat

 

JEUDI 19 OCTOBRE (Auditorium, Institut Cervantes)

« Tierras compartidas » : Goya et Picasso

Nés en Espagne et finalement adoptés par la France, Goya et Picasso font partie des rares artistes à avoir effectivement fait l’objet d’un investissement historiographique et mémoriel bi-national. Cette journée d’étude sera l’occasion d’observer comment, à l’échelle individuelle, ce jeu de confluence entre France et Espagne, vécu et posthume, a pu forger deux personnalités insolites qui figurent communément aujourd’hui au nombre des plus grands génies de l’histoire de l’art universel.

Matinée : Goya

Modération Adrien Goetz (Université de Paris-Sorbonne)

10h : Jacques Soubeyroux (Université de Saint-Étienne), « Contribution des intellectuels français à l’émergence et à l’extension de la lecture politique de l’œuvre de Goya »

10h30 : François de Saint-Chéron (Université de Paris-Sorbonne), « Malraux face à Goya (1933-1976) »

11h : Patrick Née (Université de Poitiers), « Yves Bonnefoy interprète de Goya »

11h30 : Débat et pause

Après-midi : Picasso

14h : Estrella de Diego (Universidad Complutense de Madrid), « Cannes, 1956 : Picasso tras Picasso fotografiado por Lee Miller »

14h45-16h45 : « Picasso entre quatre yeux », table-ronde modérée par José Manuel Albares.

Participants : Emmanuel Guigon (directeur du Musée Picasso Barcelone), Laurent Le Bon (directeur du Musée Picasso Paris), José Lebrero Stals (directeur du Musée Picasso Malaga), José María Luna (directeur de la Fondation Picasso Malaga)

16h45 : CLÔTURE DU COLLOQUE

 

Lecture-spectacle de “L’art de l’interview” de Juan Mayorga

Mardi 17 octobre 2017 | 19h

Institut d’Études Hispaniques, salle Delpy

Lecture-spectacle / mise en espace de la pièce L’art de l’interview (Juan Mayorga) par Hervé Petit et la Compagnie La Traverse

Organisation: Hervé Petit et  Yves Germain

Après la création fin 2016 de Deux femmes qui dansent (2009) de Josep M. Benet i Jornet (traduit du catalan par Denise Boyer), Hervé Petit et la Cie La Traverse proposent une lecture-spectacle de L’art de l’interview (2013) traduit du castillan par Yves Lebeau.

Il y a cinq personnages : trois femmes, un homme et une caméra vidéo. Les femmes, qui vivent sous le même toit, sont une vieille dame, sa fille et sa petite-fille ; l’homme est un intrus ; la caméra, c’est une bombe. Un jour semblable aux autres, en tant qu’instrument en vue d’un exercice scolaire, la caméra entre dans la maison. D’un côté et de l’autre de l’objectif, les femmes jouent à s’interviewer. En jouant, elles rient et se font du mal. Beaucoup de mal. Ainsi l’auteur résume-t-il sa pièce. Ou comment un retour de mémoire (vécue ou imaginée) blesse toute une famille.

Avec Elsa Dupuy, Nikola Krminac, Béatrice Laoût et Catherine Perrotte. Direction Hervé Petit.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles  sur inscription préalable avant le 15 octobre 2017 auprès de yg.germain@orange.fr

 

Juan Antonio Mayorga Ruano

Né le 6 avril 1965 à Madrid, il est traduit en plusieurs langues et joué dans de nombreux pays. En 1988, il obtient un diplôme universitaire en philosophie et en mathématiques. Il poursuit ses études à Münster, Berlin et Paris. Il devient docteur en philosophie en 1997. Il exerce les fonctions de professeur de dramaturgie et de philosophie à l’École Royale Supérieure d’Art Dramatique de Madrid. En Espagne, il obtient en 2007 le Prix National du Théâtre. En France, il a, entre autres, été monté par Jorge Lavelli (Himmelweg, Le Garçon du dernier rang, Lettres d’amour à Staline). En 2012, la pièce Le Garçon du dernier rang est adaptée au cinéma par François Ozon  sous le titre Dans la maison.

Plusieurs de ses pièces ont été publiées en France aux éditions Les Solitaires Intempestifs de 2006 à 2012 (la plupart traduites par Yves Lebeau)  : Himmelweg, Hamelin, Les Insomniaques suivi de Copito ou les Derniers Mots de Flocon de Neige, Le singe blanc du zoo de Barcelone, la Tortue de Darwin, la Paix perpétuelle, Le Garçon du dernier rang, Lettre d’amour à Staline, Le Cartographe.

 

Les études hispaniques en Sorbonne : un institut dans les soubresauts du siècle

9 octobre 2017 au 10 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international prévu les 9-10 octobre 2017 dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques, actuelle UFR d’Études ibériques et latino-américaines.

Équipe organisatrice : CRIMIC – EA 2561

Comité : Renée-Clémentine Lucien (Paris-Sorbonne), David Marcilhacy (Paris-Sorbonne), Antonio Niño (Complutense), Marie-Angèle Orobon (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Miguel Rodríguez (Paris-Sorbonne).

Entrée libre pour les personnels et étudiants des Universités Paris-Sorbonne et la Sorbonne Nouvelle sur présentation d’une carte en cours de validité.

Entrée libre dans la limite des places disponibles pour les extérieurs sur inscription préalable avant le mercredi 4 octobre 2017 auprès de hispaniques2017@gmail.com.

Organisé à l’occasion du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de Paris (1917-2017), ce colloque international se propose de réfléchir sur la place qui a été accordée, tout au long du XXe siècle, aux langues et aux cultures ibériques et ibéro-américaines dans le monde universitaire parisien. La réflexion engagée embrasse l’histoire de l’hispanisme parisien depuis ses débuts, en 1906, où fut créée la première chaire d’Espagnol à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, jusqu’à la fin des années soixante, où naquirent d’autres universités, dont la « Sorbonne- Nouvelle ». Outre l’étude du contexte historique qui favorisa la fondation et la consolidation de l’Institut d’Études Hispaniques, dans le cadre des relations diplomatiques hispano-françaises, on s’intéressera aux échanges intellectuels et à l’essor de l’hispanisme en France et dans d’autres pays.

L’objectif de ce colloque est aussi d’analyser le processus ayant conduit à la construction de nouveaux savoirs universitaires autour des langues, littératures et civilisations étrangères, leur champ disciplinaire s’étendant progressivement de la philologie à l’analyse littéraire, l’histoire et la civilisation, ainsi que les beaux-arts – architecture, peinture, arts décoratifs, musique et danse, etc.

Cette perspective comparatiste permettra de confronter l’émergence et la consolidation des études hispaniques à l’Université de Paris aux expériences de formations disciplinaires semblables de langues modernes – anglicistes, germanistes, italianistes, slavistes, etc. – qui eurent, comme les hispanistes, à mener un combat, dans le but d’être reconnus comme représentants et spécialistes de champs disciplinaires autonomes et légitimes. Il s’agira ainsi d’approfondir l’étude des similitudes et des dissemblances dans la construction des savoirs universitaires aujourd’hui désignés en France sous le sigle LLCE (Langues, Littératures et Civilisations Étrangères). Dans une perspective diachronique nous menant jusqu’aux réformes universitaires post-1968, l’on verra comment l’introduction de ces axes dans l’enseignement supérieur et la recherche est significative d’une évolution des études aréales à la Sorbonne et permet de comprendre leur actuelle configuration.

PROGRAMME DU COLLOQUE Les études hispaniques en Sorbonne

LUNDI 9 OCTOBRE 2017

Sorbonne : Salle des Actes

9h : ACCUEIL, PRÉSENTATION ET OUVERTURE DU COLLOQUE

– Ouverture :
Barthélémy Jobert, Président de l’Université Paris-Sorbonne ;
Fernando Puig de la Bellacasa, Conseiller d’éducation de l’Ambassade d’Espagne ;
Nancy Berthier, Directrice de l’UFR d’Études Ibériques et Latino-Américaines ;

Miguel Rodríguez, Directeur du CRIMIC.

– Conférence inaugurale de Jean-François Botrel (Université de Rennes 2)

1/ 11h: UNIVERSITÉ ET DIPLOMATIE : LA NAISSANCE D’UN INSTITUT

ModératriceMercedes Yusta (Université Paris 8)

– Jean-Marc Delaunay (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), La création de l’Institut d’Études Hispaniques : contexte et enjeux

– Antonio Niño (Universidad Complutense, Madrid)El hispanismo en la Sorbona : estrategias académicas, políticas y diplomáticas

– Álvaro Ribagorda (Universidad Carlos III, Madrid), La Gran Guerra y el desarrollo institucional del hispanismo en Francia y Gran Bretaña

Octavio Ruiz-Manjón (Universidad Complutense, Madrid), El Instituto de las Españas de la Universidad de Columbia y el desarrollo del hispanismo en los Estados Unidos

2/ 14h30: LE RAYONNEMENT DE L’HISPANISME PARISIEN À TRAVERS QUELQUES FIGURES

Modérateur : Jean-Pierre Étienvre (Université Paris-Sorbonne)

Darío R. Varela Fernández (Université du Maine, CERHIO, UMR 6258), Ernest Martinenche et ses réseaux intellectuels : construction de l’hispanisme français

María José Solanas Bagüés (Universidad de Zaragoza), Aurelio Viñas Navarro, apuntes biográficos de un historiador español en el Institut d’Études Hispaniques

Zorann Petrovici (Universidad Complutense, Madrid), El Centre d’études de l’Art catalan et de la Civilisation catalane: una empresa de internacionalización de la cultura catalana

Eliseo Trenc (Université de Reims), Joan Estelrich : le parcours d’un catalaniste à l’époque franquiste

Camille Lacau Saint-Guily (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC), Robert Ricard dans les années 1930-1940 ou les prises de position politique peu connues d’un futur Directeur de l’Institut d’Études Hispaniques

Jean Canavaggio (Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense), En souvenir de Charles V. Aubrun

3/ 18h-19h30 : TABLE RONDE « DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE AUX AMÉRIQUES »

Table ronde animée par Renée-Clémentine Lucien (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC)

Michel Bertrand (Casa de Velázquez, Madrid)

Pierre Civil (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, LECEMO)

Olivier Compagnon (IHEAL, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, CREDA)

François Delprat (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Bernard Lavallé (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Jacqueline Penjon (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, CREPAL)

 

MARDI 10 OCTOBRE 2017

Colegio de España : Salle Luis Buñuel

4/ 9h: LES ÉTUDES ARÉALES À L’UNIVERSITÉ DE PARIS : DÉBATS ET POLÉMIQUES ENTRE LES LANGUES

Modératrice : Julie Amiot-Guillouet (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC)

– David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC), La création des instituts de langues et cultures étrangères et la réorganisation de l’Université de Paris (1896-1939): renouvellement et internationalisation

– Jean Belorgey (Université de Rennes), Les débuts de l’hispanisme en France d’après une correspondance inédite (Gaston Rimey et Peseux- Richard)

– Xavier Galmiche (Université Paris-Sorbonne, UMR 8224 Eur’Orbem), Le comparatisme typologique, clef de l’émergence des recherches sur l’Europe centrale et orientales (1853-1930)

– Sylvain Briens (Université Paris-Sorbonne, REIGENN), La chaire d’études scandinaves de la Sorbonne (1909) : entre boréalisme et modernité

– Jean-François Laplénie (Université Paris-Sorbonne, REIGENN), Germanistique de combat, germanistique en dialogue : l’Institut d’Études germaniques de l’Université de Paris

– Claire Tardieu (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, PRISMES), Trajectoires des études anglicistes en Sorbonne

5/ 14h30: LANGUES ET CULTURES ÉTRANGÈRES, CONSTRUCTION D’UN CHAMP (PLURI)DISCIPLINAIRE

Modératrice : Catherine Heymann (Université Paris Nanterre)

– Miguel Rodríguez et Laurence Breysse-Chanet (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC), « Hispania » 1918-1922, une publication de l’Institut : la construction d’une discipline

HISTOIRE ET CIVILISATION

– Ignacio Peiró Martín (Universidad de Zaragoza), El hispanismo francés y la historiografía española a través de la correspondencia de Alfred Morel- Fatio: 1914-1924

– Marie-Angèle Orobon (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, CREC), La civilisation dans les études hispaniques (1900-1969) : la construction d’un champ

LANGUE ET LITTÉRATURE

– Corinne Mencé-Caster (Université Paris-Sorbonne, CLEA), Les études sur la langue à l’Institut : traits d’union entre grammaire et linguistique, entre romanité et hispanisme, entre Ancien Monde et Nouveau Monde

– Elisa Ruiz García (Universidad Complutense, Madrid), Mathilde Pomès, eminente hispanista, traductora y poeta

HISPANISME ET ÉTUDES APPLIQUÉES

– Charles Leselbaum (Université Paris-Sorbonne), Quand l’hispaniste rencontre l’entreprise : l’introduction des études appliquées en Sorbonne

– Clémentine Lucien (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC), La figure du parfait hispaniste : les nécrologies dans les publications des hispanistes

Master class María Novaro

07Samedi 7 octobre 2017

11h-13h

Institut d’Études Hispaniques, salle Delpy

31, rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Organisation: Véronique Pugibet

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription préalable auprès de : masterclass.novaro@gmail.com

La master class se déroulera en espagnol.

En lien avec le Festival de cinéma Viva México. Encuentros cinematográficos et en partenariat avec l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) dont les liens avec la Sorbonne remontent au début du siècle dernier, Master class de la réalisatrice qui s’est formée à l’UNAM.

À l’occasion de la programmation de son nouveau film Tesoros (2017) dans le cadre du Festival, María Novaro présentera son travail de réalisatrice (écriture, réalisation et production).

María Novaro a raconté le Mexique dans chacun de ses films. À travers un minutieux travail d’observation rendu possible par plus de 40 années de prises de notes et d’enregistrements réguliers, la réalisatrice a décrit un Mexique profondément attachant, gorgé de soleil, de couleurs et de musique où ses protagonistes partagent un trait culturel profond : la vocation irrévocable d’être heureux. Mais la situation s’est assombrie au Mexique. L’Etat du Veracruz, où elle a tourné le célèbre film Danzón il y a plus de 25 ans, est aujourd’hui une région déchirée par la violence, les vols et l’impunité. Il en est de même dans l’Etat du Guerrero où elle a filmé récemment Tesoros, son dernier long métrage, interprété par des enfants. Dans un Mexique qui souffre, l’espoir est nécessaire pour María.

Après des études à l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) en sociologie puis au CUEC (Centro Universitario de Estudios cinematográficos), María Novaro débute sa carrière cinématographique en 1981. Son travail de réalisatrice (écriture, réalisation et production) s’est déroulé dans un milieu où les femmes peinent encore à s’imposer. Ses thèmes de prédilection sont les femmes qu’elle présente à travers des portraits intimistes précis et délicats, leur volonté et capacité à prendre en main leur destin dans le Mexique actuel. C’est ce que révèlent ses longs métrages Lola (1989), Danzón (1991), El jardín del Edén (1994) et Sin dejar huella (2000) où les principaux protagonistes sont des femmes obstinées, en errance, à la recherche d’elles-mêmes. Son dernier film Tesoros (2017) pénètre à travers des rêves d’enfants, dans l’intimité de la vie des habitants de Barra de Potosí, paradis naturel sur la côte pacifique.

 

Penser l’histoire au cœur du XXeme siècle autour de Marcel Bataillon

30Le 30 septembre 2017 

1Oh-13h

Table ronde 

Penser l’histoire au cœur du XXeme siècle autour de Marcel Bataillon. Questionnements, méthode, divergences, échanges, archives

Rencontre autour des œuvres de quatre  grands historiens contemporains  de Marcel Bataillon

Présentation par Roger Chartier (Collège de France).

Intervenants :

Matilde Benzoni (univ. de Milan)  parlera d’Antonello Gerbi, Juan Ignacio Pulido  (univ. de Alcalá) d’Américo Castro, Laura do Mello (univ. de Paris Sorbonne) de  Buarque de Holanda et Louise Bénat Tachot (Univ. Paris Sorbonne) de Marcel Bataillon.

Organisation : Louise Bénat-Tachot (U. Paris-Sorbonne), en collaboration avec le Collège de France

Lieu et adresse : salle Delpy, Université Paris-Sorbonne, Institut d’études hispaniques, 31 rue Gay-Lussac 75005 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles  sur inscription préalable avant le 28 septembre 2017 auprès de Louise Bénat-Tachot <benat.louise@gmail.com>

 

 

Pour une archive de l’hispanisme (hors série): Max Armengaud

16vendredi 16 JUIN 2017 | 14h30 à 16h30

Table ronde en présence de Max Armengaud, photographe

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Salle des Actes, université Paris-Sorbonne

Après une série d’entretiens avec des hispanistes, la réflexion mémorielle sur l’Institut d’Études hispaniques à l’occasion de son Centenaire (1917-2017), prend la forme d’une séance « hors série » dont l’objectif est de réfléchir sur un plan théorique à la fonction de l’institution et aux liens complexes que l’individu noue avec elle. L’oeuvre photographique de Max Armengaud, qui depuis 30 ans réalise des portraits d’institutions (Palais de l’Elysée, Cité du Vatican, Château de Prague, etc), sera le point de départ de cette réflexion sur la fonction de ce qu’il définit comme des « repères identitaires collectifs ».

 

En savoir plus sur Max Armengaud

 

Accès

Salles des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Entrée par le 54, rue Saint Jacques, 75005 Paris (RER Luxembourg, bus 86, 38, 63)

Libre pour le personnel de l’Université Paris-Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris3

Pour les extérieurs, libre dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de nancy.berthier@paris-sorbonne.fr avant le 12 juin 2017

 

Hispanisme et études cinématographiques : émergence et consolidation d’un champ de recherche

Mercredi 14 juin 2017 | Toute la journée

Salle des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Activité en collaboration avec l’association Espagnolas en París et la dixième édition de son Festival Dífferent! L’autre cinéma espagnol , et avec le projet de recherche “Cine y televisión 1986-1995: modernidad y emergencia de la cultura global (CS02016-78354-P), université Carlos III de Madrid

Org. Julie Amiot, Nancy Berthier, Sergi Ramos, Jacques Terrasa, avec le concours de José María Riba

A l’occasion du Centenaire de l’Institut d’Études hispaniques, l’axe Arts visuels du CRIMIC se propose de mener une réflexion sur la manière dont les études cinématographiques ont émergé au sein de l’hispanisme français et ont configuré un espace de recherche qui a essaimé de multiples manières : master, doctorats, habilitations à diriger des recherches, organisations de manifestations scientifiques et culturelles, ou publications.

Journée d’études

Cette réflexion a pris la forme d’une journée d’études qui a fait intervenir une quinzaine de chercheurs, depuis la génération des « pionniers », jusqu’à celle des doctorants actuels. Elle s’est articulée en quatre tables rondes, respectivement animées par chacun des organisateurs membres du Crimic : Jacques Terrasa dialogua avec les premiers hispanistes ayant pris le cinéma pour objet d’étude privilégié (Emmanuel Larraz, Paulo Paranagua, Monique Roumette) ; Nancy Berthier avec des représentants de la génération suivante (Jean-Paul Aubert, Bénédicte Brémard et Françoise Heitz) , qui a travaillé sur le cinéma en bénéficiant d’une formation aux études cinématographiques alors qu’elles n’étaient pas encore consolidées au sein de l’hispanisme ; Julie Amiot-Guillouet recueillit les témoignages de ceux qui, par la suite, se sont formés directement auprès de Professeurs hispanistes spécialistes de cinéma (Marianne Bloch-Robin, Magali Kabous et Sonia Kerfa) ; Sergi Ramos enfin fit apparaître la richesse et la diversité des parcours de doctorants actuels, français et étrangers (Mercedes Álvarez San Román, Cristina Bernaldo, Jean-Paul Campillo et Francisco Montaña). Il s’agit de retracer une tendance de fond, en tenant compte des deux polarités de l’Hispanisme – Espagne et Amérique latine – , et en laissant s’exprimer la diversité des trajectoires de chacun). Ces tables rondes furent complétées par une conférence de clôture de Manuel Palacio, professeur de l’université Carlos III, sur la vision en Espagne de l’hispanisme français dans son approche des études cinématographiques.

Les intervenants et participants. Cour de la Sorbonne le 14/06/2017

Programme de la journée

9h : accueil

9h15 : ouverture, présentation

Table 1 : 9h30- 10h30

Coord. Jacques Terrasa (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Emmanuel Larraz (université de Bourgogne Franche-Comté), Paulo Paranagua (Le Monde), Monique Roumette (université de Paris Nord)

Table 2 : 10h30- 11h30

Coord. Nancy Berthier (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne)

Jean-Paul Aubert (LIRCES, EA 3159, Université de Nice Sophia Antipolis), Bénédicte Brémard (université de Bourgogne Franche-Comté, Centre Interlangues-TIL, EA 4182) et Françoise Heitz (université Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP, EA 4299.)

 

Table 3 : 14h-15h

Coord. Julie Amiot (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Marianne Bloch-Robin (CECILLE EA 4074, université de Lille Sciences Humaines et Sociales), Magali Kabous (LCE EA1853, université Lumière-Lyon 2) et Sonia Kerfa (LCE EA1853, université Lumière-Lyon 2)

Table 4 : 15h-16h

Coord. Sergi Ramos (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Mercedes Álvarez San Román (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne), Cristina Bernaldo (LER, université de Paris-8), Jean-Paul Campillo (université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) et Francisco Montaña (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne)

16h30 Conférence de clôture

Manuel Palacio (Tecmerin, universidad Carlos III de Madrid)

 

 

Départ pour le cinéma Majestic Passy pour l’inauguration du Festival

 

Prix cinématographique

La coïncidence commémorative entre le Centenaire et la dixième édition du festival  Dífferent! L’autre cinéma espagnol , se traduira enfin par la remise d’un prix cinématographique CRIMIC/Sorbonne dans le cadre du Festival.

 

Accès 

Salles des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Entrée par le 54, rue Saint Jacques, 75005 Paris (RER Luxembourg, bus 86, 38, 63)

Libre pour le personnel de l’Université Paris-Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris3

Pour les extérieurs, libre dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de nancy.berthier@paris-sorbonne.fr avant le 12 juin 2017

 

 

Pour une archive de l’hispanisme (4): Jean-Paul Duviols

02vendredi 2 JUIN 2017 | 14h30 à 16h30

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Présentation

Dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut Hispanique (1917-2017), les équipes de recherche du département EILA de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, associées à l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris-Sorbonne, proposent une série d’entretiens-conférences consacrée à l’hispanisme en relation avec l’Institut d’Études Hispaniques au XXe siècle. Ces séances d’ego-histoire, réparties entre Paris-Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle, se tiendront en 2016 et 2017 et donneront la parole à quelques grands noms de l’hispanisme français, en particulier autour d’une réflexion mémorielle sur l’Institut et son rôle dans l’histoire des études ibériques et latino-américaines.  La première séance sera consacrée à un entretien avec

Jean-Paul Duviols

Professeur des Universités. Université Paris-Sorbonne

Jean-Paul Duviols, agrégé d’Espagnol, a occupé la chaire de “Littérature et civilisation de l’Amérique Latine” à Paris-IV de 1991 à 2000. Il est l’auteur d’une Grammaire espagnole (Bordas) et de deux séries de manuels scolaires pour l’enseignement de l’espagnol (Sol y Sombra et Cambios, 1972-1989). Leur originalité était basée essentiellement sur l’importance accordée à l’Amérique latine, à sa littérature, à son histoire et à ses créations artistiques, à l’introduction d’extraits de presse, de publicités et de dessins d’humour qui s’ajoutaient aux documents proposés aux commentaires, et enfin sur leur riche iconographie et sur un choix de textes très diversifiés.

Il a dirigé de nombreux ouvrages pour les presses universitaires de Paris Sorbonne. Il anime depuis vingt ans, le premier jeudi de chaque mois, les Tribunes des livres de la Maison de l’Amérique latine .

Un siglo de hispanismo en la Sorbona

L’ouvrage d’Antonio Niño, est en vente aux Editions hispaniques, au prix de 12 euros

Présentation de l’ouvrage par Miguel Rodríguez

Professeur d’histoire des Relations internationales à l’Universidad Complutense de Madrid, Antonio Niño Rodríguez a mené un travail de recherche, en vue d’obtenir le Doctorat en Histoire, sur les hispanistes français et l’Espagne, travail réalisé sous la direction de Juan Sisinio Pérez Garzón et avec le soutien de Bernard Vincent. Ce travail novateur, très remarqué, fut publié en 1988, sous le titre « Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España », par le CSIC (Centro Superior de Investigaciones Científicas), la Casa de Velázquez et la Société des Hispanistes Français, dans une édition conjointe qui associait des institutions importantes de notre champ disciplinaire, « l’hispanisme », et ce centre de recherche scientifique essentiel en Espagne que représente le CSIC. Cet ouvrage couvre la période allant des années 1875 – qui voient les débuts de la modernisation de l’université française, l’apparition de la « Revue Historique » et de « Romania » et, dans ce cadre, la naissance de l’hispanisme – à 1931, époque où l’institutionnalisation de la discipline est achevée, avec ses revues scientifiques encore existantes de nos jours, époque où sont fondées ces institutions représentatives de notre métier que sont la Casa de Velázquez et l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de Paris.

À l’occasion du centenaire de l’Institut, le Professeur Niño reprend les grandes lignes de son travail pionnier pour souligner comment notre Institut a été vecteur de culture et un outil diplomatique dans la période d’entre-guerres, important pour la collaboration universitaire binationale. En même temps Niño poursuit sa recherche, en évoquant son évolution à travers les soubresauts du siècle, entre la Restauration, la République et la Dictature. Quel fut le rôle de cet institut universitaire parisien, partie de la Sorbonne – jusqu’à son démembrement immédiatement postérieur aux événements de 68 ?


El libro de Antonio Niño está a la venta en las Éditions hispaniques al precio de 12 euros

Presentación del libro por Miguel Rodríguez

Catedrático de Historia de las Relaciones internacionales en la Universidad Complutense de Madrid, Antonio Niño Rodríguez llevó a cabo, para obtener un Doctorado en Historia, un trabajo de investigación sobre los hispanistas franceses y España, realizado bajo la dirección de Juan Sisinio Pérez Garzón y con el apoyo de Bernard Vincent. Este trabajo novedoso, muy bien acogido, fue publicado en 1988 con el título Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España, por el CSIC (Centro Superior de Investigaciones Científicas), la Casa de Velázquez y la Société des Hispanistes Français, en una edición conjunta que asociaba importantes instituciones de nuestra área disciplinaria, “el hispanismo”, con el centro de investigación esencial en España que es el CSIC. Esta obra cubre el periodo que va desde los años 1875 – que ven surgir los inicios de la modernización de la universidad francesa, la aparición de la “Revue Historique” y de “Romania”, y, en este marco, el nacimiento del hispanismo – hasta 1931, momento en el que se afianza la institucionalización de la disciplina, con sus revistas científicas que siguen existiendo hoy, y momento en el que se fundan estas instituciones representativas de nuestra profesión que son la Casa de Velázquez y el Instituto de Estudios Hispánicos de la Universidad de París.

Con ocasión del Centenario del Instituto, el Profesor Niño recoge las grandes líneas de su trabajo pionero para subrayar cómo nuestro Instituto ha sido un vector de cultura y un instrumento diplomático en el periodo de entreguerras, importante para la colaboración universitaria binacional. Al mismo tiempo, prosigue su investigación, evocando la evolución del Instituto a través de las convulsiones del siglo, entre la Restauración, la República y la Dictadura. ¿Cuál fue el papel de este instituto universitario parisino, que forma parte de la Sorbona, hasta su desmembramiento inmediatamente posterior a los acontecimientos de 1968?

 

Variations sur le Siècle d’Or : Bataillon, Cassou, Rumeau, Aubrun, Molho

Samedi 13 mai  2017  | 9h30-12h30

Table ronde coordonnée par Mercedes Blanco et Maria Zerari

CLEA LEMH (Littérature d’Espagne et du Monde Hispanique au Siècle d’or)

Intervenants: Florence d’ARTOIS, Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jean-Pierre ÉTIENVRE, Yves GERMAIN, Maria ZERARI

Avec la participation des doctorants du LEMH

Les interventions, qui laisseront une large place aux questions et au débat, porteront sur cinq personnalités qui ont, à des titres différents, écrit à propos ou à partir de la littérature du Siècle d’Or, et dont nous sommes de différentes manières les héritiers. Nous assumons un choix qui est quelque peu anthologique et qui, comme toujours en pareil cas, comporte une part d’arbitraire. Sans oublier les personnes et leur lien, plus ou moins fort, à l’institution dont nous célébrons le centenaire, nous souhaitons que les intervenants prêtent surtout attention à leur œuvre ou leurs travaux en gardant le fil conducteur d’un questionnement commun : pourquoi, à partir de quoi, avec quels outils, dans quel contexte intellectuel, voire idéologique, ces importantes figures d’hispanistes s’intéressèrent-t-ils à la littérature classique de langue espagnole ?

 

Marcel Bataillon et Robert Ricard: convergences scientifiques et divergences politiques

Jeudi 27 avril  2017  | 17h-19h

Bibliothèque Marcel Bataillon, Institut d’Etudes Hispaniques, 31 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Table ronde dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’études hispaniques (1917-2017) sur le thème “Marcel Bataillon et Robert Ricard, convergences scientifiques et divergences idéologiques”

En présence de:

François-Xavier Ricard (fils de Robert Ricard), Gilles Bataillon (petit-fils de Marcel Bataillon, directeur d’études de l’EHESS), Benoît Pellistrandi (ancien directeur des études à la Casa de Velázquez, professeur au lycée Condorcet).

Organisation et coordination:

Camille Lacau St Guily (maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne)

Proposée dans le cadre des festivités du Centenaire de l’Institut d’études hispaniques (1917-2017), cette “Rencontre” a pour objet l’amitié quelque peu tumultueuse que Marcel Bataillon et Robert Ricard tissèrent tout au long de leur vie. Elle débuta en 1919 à Madrid et prit fin à la mort de Marcel Bataillon, en 1977. Si les deux hommes se sont toujours beaucoup estimés, notamment sur le plan scientifique, ils ont connu des divergences politiques et religieuses importantes

Voir également “L’Archive du lundi” n° 46

 

Pour une archive de l’hispanisme (3) : Anne-Marie Quint

vendredi 3 mars 2017 | 14h30 à 16h30

Amphithéâtre  D02 Université Sorbonne Nouvelle Paris3, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Présentation

Dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut Hispanique (1917-2017), les équipes de recherche du département EILA de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, associées à l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris-Sorbonne, proposent une série d’entretiens-conférences consacrée à l’hispanisme en relation avec l’Institut d’Études Hispaniques au XXe siècle. Ces séances d’ego-histoire, réparties entre Paris-Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle, donnent la parole à quelques grands noms de l’hispanisme français, en particulier autour d’une réflexion mémorielle sur l’Institut et son rôle dans l’histoire des études ibériques et latino-américaines.  La troisième séance est consacrée à un entretien avec

Anne-Marie Quint

Professeur des Universités. Sorbonne Nouvelle Paris 3

anne-marie-quint-2-wpcf_200x260

Parcours professionnel

par Maria Cristina Pais Simon

Après avoir passé trois années à l’Ecole Normale d’Institutrices d’Albi (Tarn) et un an à l’Ecole Normale d’Institutrices de Montpellier (Hérault), Anne-Marie Quint monte à Paris en 1960 pour préparer le concours d’entrée à l’ENS de Fontenay-aux-Roses.

Entre 1960 et 1964 Anne-Marie Quint fréquente assidument l’Institut Hispanique et l’Institut de Portugais et séjourne, en 1961-1962, en Espagne. Munie de l’agrégation d’espagnol, obtenue en 1964, Anne-Marie Quint enseigne cette langue au Lycée Bellevue du Mans, puis au Lycée Victor Hugo de Poitiers jusqu’en 1967, année où elle intègre l’enseignement supérieur et devient assistante d’espagnol et de portugais à l’Université de Poitiers. 1970 marque son arrivée à la Sorbonne Nouvelle-Paris III qu’elle ne quitte qu’en 2000. D’abord assistante d’espagnol et de portugais, elle devient ensuite maître-assistante dans ces deux disciplines, puis maître de conférences de portugais. En 1992, après l’obtention d’un Doctorat d’Etat, elle accède au grade de professeur des universités.

Les XVIe, XVIIe, XIXe siècles portugais ainsi que les XIXe et XXe siècles brésiliens ont été ses domaines de recherche, mais Anne-Marie Quint a également publié une thèse sur l’humaniste chrétien Frei Heitor Pinto (1525 ?-1584 ?), des éditions critiques et plusieurs traductions d’œuvres littéraires portugaises et brésiliennes.

 

Deux ou trois choses sur Andrés Urdaneta (Caracas, 1995): étudiant, musicien, romancier et poète

mardi 21 février 2017 | 17h30 à 18h30

Dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Études hispaniques, mardi 21 février 2017 (17h30-18h30), la bibliothèque Marcel Bataillon a accueilli Andrés Urdaneta (Caracas, 1995), étudiant en Licence à l’université Paris-Sorbonne, jeune poète et romancier qui, à la suite de deux recueils de poèmes, vient de publier le roman drolatique La lucidez del fuego  (éd. Oblicuas, 2016). Maria Zerari a présenté l’écrivain et son dernier livre, donné la parole à l’auteur et animé les débats de la rencontre.