L’Archive du lundi n°61 – Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH

L’Archive du lundi n°61 – Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH
Deux mois tout juste après la mort de Mário Soares, l’archive de ce lundi proposée par Monique Da Silva est l’occasion de rendre hommage à un de nos illustres chargés de cours et d’élargir encore, avec cette figure politique, l’éventail des catégories de personnalités des mondes ibériques accueillis en Sorbonne tout au long des cent dernières années

Article de Mário Soares publié dans le « DN Opinião », le 11 février 2014, où il parle de José Da Silva Terra

Pages extraites du livre « Mémoire vivante. Mário Soares : Entretien avec Dominique Pouchin » (Paris, Flammarion, 2002) où Mário Soares raconte son expérience de professeur

 

Photographie de Mário Soares donnant des cours du soir à Rennes

Photographie de la remise du titre de « Docteur Honoris Causa » de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle à Mário Soares, le 18 octobre 1989. Outre Mário Soares, sous l’horloge, on reconnaît le Professeur Georges Boisvert debout derrière le micro et notre collègue hispaniste, Mme le Recteur Michèle Gendreau-Massaloux à la gauche de Mário Soares

La famille des lusistes réunis autour d’Anne-Marie Quint à l’occasion de séance d’égohistoire « Pour une archive de l’hispanisme (III) : Anne-Marie Quint » du vendredi 3 mars 2017.

Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH
« Voici mon premier patron en France ! », c’est ainsi que plaisamment, après la Révolution des œillets, le Doutor Mário Soares, Premier Ministre, puis deux fois Président de la République portugaise, présentait parfois son ami de longue date, José Da Silva Terra (voir nos archives n°8 et 16) à ses interlocuteurs (cf. doc. n°1).
En effet, s’ils s’étaient connus fin 1948, alors qu’ils avaient respectivement 24 et 20 ans, lors de la campagne électorale (avortée) du général Norton de Matos à la Présidence de la République portugaise, puis comme étudiants à l’Université de Lisbonne, ils ne se revirent qu’en 1970, lorsque Mário Soares eut 24 heures pour choisir entre la déportation au Timor-oriental ou l’exil n’importe où à l’étranger et qu’il se rendit avec sa famille à Paris.
Il fallait subsister et trois Universités françaises l’accueillirent successivement grâce à sa première formation, une Licence en Sciences historico-philosophiques obtenue à l’Université de Lisbonne avant sa Licence de Droit.
Mai 68 n’était pas loin : sa première expérience d’enseignant du Supérieur fut agitée, les deux autres plus calmes, normales (cf. doc. n°2).
Convié à poser sa candidature à une « charge de cours » d’Histoire par José Da Silva Terra, alors responsable du département d’Etudes des Pays de Langue portugaise du Centre universitaire expérimental de Vincennes et choisi à l’unanimité moins une voix, virulente, parmi plusieurs candidats, Mário Soares y enseigna l’Histoire du Portugal contemporain au 2e semestre 1970-71, du moins 3 mois sur 4, car les cours se tenant le samedi après-midi de 13h à 16h la foule était nombreuse. Tenaillé entre les gauchistes de l’Université qui le traitaient de fasciste et de néo-colonialiste et les agents de la Pide envoyés par l’Ambassade du Portugal, il ne put prendre normalement la parole pendant 4 semaines, jusqu’à ce qu’un étudiant salarié dûment inscrit en Licence de Portugais et syndicaliste à la CGT tape du poing sur la table, exigeant un vote pour qu’on le laisse parler et qu’on laisse aux étudiants le soin de juger par eux-mêmes. Ce fut la fin du spectacle et le cours se déroula normalement pendant les 3 mois restants.
Après ces débuts épiques à Vincennes, Mário Soares, invité par le Professeur Jean-Michel Massa, occupa à Rennes II un poste d’ « assistant associé » pendant 2 ans (1971-1973), donnant même des cours du soir de Portugais à des adultes français dans le cadre de la Formation permanente (cf. doc. n°3).
L’année suivante, ce fut le Professeur Paul Teyssier qui l’invita à enseigner comme chargé de cours à Paris IV, non sans s’être assuré auparavant auprès de José Terra qu’il « ne faisait pas de politique dans ses cours ». (Il est vrai que Mário Soares venait d’être élu secrétaire général du Parti Socialiste Portugais, fondé le 19 avril 1973 à Münstereifel en RFA).
En 1973-74 il assura donc un enseignement de Civilisation (2h) dans l’UV T-103 « Littérature et Civilisation du Portugal contemporain (XIXe et XXe siècles) », la Lectrice Maria Helena Paiva se chargeant de la Littérature. L’année scolaire s’achevait lorsque les Capitaines d’Avril déclenchèrent au Portugal ce qu’on appela après le défilé du 1er mai la Révolution des Œillets, mettant fin à ses prestations dans l’Université française qui lui décerna à 3 reprises le titre de « Docteur Honoris Causa », d’abord à Rennes II en juin 1977, à la Sorbonne Nouvelle Paris 3 le 18 octobre 1989 (cf. doc. n°4) et à Bordeaux III en 2010.
Monique Da Silva

L’Archive du lundi n°60 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 1/2

L’Archive du lundi n°60 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 1/2

Cette semaine l’Archive du lundi se laisse porter par la voix de Jean-Pierre Ressot à travers un texte inédit, un hommage coordonné par Corinne Cristini et introduit dans cette première partie par Donatella Pini.

Première partie de l’hommage rendu à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), qui fut Maître de Conférences à l’Institut d’Études Hispaniques durant plusieurs années.

Photographie de Jean-Pierre Ressot

« Es un gusto para mí entregar a los amigos de la Sorbona unas páginas de Jean-Pierre Ressot que quedaban todavía inéditas en su despacho de Padua, sobre el autor al que dedicó la mayor parte de su actividad crítica. Estas páginas salen de una introducción preparada para un proyecto de traducción de la serie novelesca “Crónica del alba” de Ramón J. Sender, y son emblemáticas de su acercamiento al texto literario pues rehúyen programáticamente de lo anecdótico y referencial y buscan, en cambio, las instancias profundas que “mueven” los resortes de la escritura.
Sus amigos parisinos conocen mejor que yo la importancia que tuvo para Jean-Pierre el hecho de transmitir a los estudiantes su pensamiento y método analítico. Por esto me parece muy feliz la idea de sacar a luz un texto suyo tan significativo con la ocasión del centenario de la institución en que invirtió lo mejor de su entusiasmo y energía docente. »
Donatella Pini (Universidad de Padua)
(Padua, 2/2/2017)

Extrait de l’introduction de Jean-Pierre Ressot à un projet de traduction de l’œuvre de Ramón J. Sender, « Crónica del alba » (« Chronique de l’aube »). Ce texte inédit sera publié (dans sa version espagnole) dans le prochain numéro de la revue « Laberintos, Revista de estudios sobre los exilios culturales españoles » (n°18, 2016). Il paraîtra également (dans sa version originale) dans la revue en ligne du CRIMIC de l’Université Paris-Sorbonne, Iberic@l (n° 11, printemps 2017).

En fait, pour bien prendre la mesure de l’autobiographie dans « Chronique de l’aube », il faut essayer de se replacer dans l’esprit de l’auteur à l’époque de la rédaction du roman. D’abord, si les exilés sont souvent déchirés entre deux mythes contradictoires, celui du Paradis perdu et celui de la Terre promise, pour Ramón Sender, il n’y a pas de Terre promise, même aux États-Unis. Cette terre d’Amérique où il va mourir quelque quarante ans plus tard, où il aura vécu plus de temps qu’en Espagne même, il ne la fera jamais sienne. Si, pour des raisons pratiques, il adopte en 1946 la nationalité américaine, il tiendra à récupérer sa qualité de citoyen espagnol en 1980, quand la situation politique de l’Espagne le permet. Et de fait, l’obsession qui l’habite en 1939, et qui ne le lâchera pas, c’est bien la recherche obstinée du Paradis perdu, par un exercice de remémoration du passé. Que cette démarche ait commencé par une transposition idyllique du temps de l’enfance, par une reconstruction du vert paradis des amours enfantines, est une évidence qui nous exonère de tout développement. Mais il fallait aussi rappeler que l’idéalisation est incompatible avec une autobiographie de type documentaire, si tant est que ce genre d’autobiographie existe dans l’absolu.
En revanche, sur le plan de ce que nous appellerons maintenant l’« autobiographie profonde », la vision du passé que nous livre « Chronique de l’aube » est riche d’enseignements. Il y a bien, en effet, un « vécu » à l’origine des créations fictives, et il n’y a même que cela. Comment pourrait-il en être autrement? « Je » a beau être un autre, il est de toute façon, et quoi qu’en veuille l’écrivain, une expression de son moi. Mais ce vécu n’est pas celui qui est exprimé explicitement dans la fiction, qui n’est que la biographie de surface. Il est cette relation que le sujet entretient avec le monde qui l’entoure au moment de la création romanesque. Il est le vécu profond du moment de l’écriture. De sorte que « Chronique de l’aube » nous en apprend certainement davantage sur le Ramón Sender de 1939-1942 que sur celui de 1912. La part de réalité que ce roman nous livre sur l’auteur, c’est sa vision du passé tel qu’il le perçoit depuis sa situation d’homme mûr, ce sont ses fantasmes et ses obsessions d’exilé, ce sont ses tentatives pour y voir clair dans un système de valeurs qui vient d’être sérieusement mis en cause par les remous de l’Histoire. Autrement dit, cette image idéalisée de l’enfance que propose « Chronique de l’aube » n’est sans doute autobiographique que dans la mesure où elle exprime les besoins de l’écrivain de 1942. Rappelons que cette année-là est précisément celle où Sender va tenter de planter de nouvelles racines aux États-Unis et ne peut que s’interroger sur le sens de son passé.
Du coup, les entorses à la réalité qu’on a pu déceler çà et là, les flous, les absences et même les redondances ne sont plus des « faiblesses » de l’œuvre, mais au contraire ce qui va lui donner son sens, un sens qui transcende les lieux et les époques de l’autobiographisme de surface. Pour trouver ce sens, il faut admettre qu’une autobiographie ne peut pas être réaliste stricto sensu, mais en revanche peut être vraie. Car les déformations imposées au réel sont précisément ce qui permet de lui donner un sens, et ce sens que l’on attribue au réel est ce que nos sociétés appellent la « vérité ». Ramón Sender ne fait rien d’autre que ce que fait tout écrivain : il recrée la réalité pour mieux cerner une vérité, c’est-à-dire le sens qu’il essaye de donner à cette réalité et qui répond à ses besoins d’homme mûr et meurtri. De cette déformation, la fiction tire un intérêt beaucoup plus grand que celui que lui conférerait une simple valeur documentaire sur la vie de l’auteur. Elle prend un sens symbolique autrement enrichissant que ne l’eût été le fastidieux décompte de « faits exacts » des autobiographies purement événementielles. Si Pepe Garcés est une image de Ramón Sender, ce n’est pas une image calquée sur un réel, mais une image construite, parce que déterminée par l’obsession de donner un sens à cette vie.
Ce n’est donc pas dans les aspects plus ou moins anecdotiques du roman qu’il faut en chercher l’intérêt mais dans sa valeur symbolique, voire même allégorique à certains égards. Il fallait s’y attendre : tout roman de l’enfance est peu ou prou un roman initiatique, et c’est à ce titre que symbole et allégorie vont envahir « Chronique de l’aube ». En même temps, cette libération de l’imaginaire permet à l’exilé de s’engager très profondément dans la recherche de l’identité primitive. De fait, les ramifications des racines que l’auteur cherche à reconstituer vont très loin, bien au-delà de sa vie propre. Elles vont aussi loin que possible, là où le temps et l’espace se confondent. Car ce sont des racines familiales, bien sûr, mais aussi des racines qui prétendent plonger dans l’Histoire de l’Aragon, avec cette filiation suggérée entre la famille Sender (1) Garcés et ce personnage de Sancho Garcés Abarca, vu ici comme un des fondateurs d’une identité aragonaise. L’épisode de l’exploration des souterrains qui relient les châteaux de l’ancien roi est à cet égard d’un symbolisme évident, tant sur le plan individuel et psychanalytique (le roman initiatique) que sur le plan collectif et historique (le roman de l’identité). De même, la découverte du manuscrit qui prétend fonder une conception de la société et de l’homme idéal apparaît aussi comme un projet de vie pour le jeune Pepe. En même temps, dans la mesure où le manuscrit en question semble implicitement, dans son contenu et son style, préfigurer les grands textes fondateurs de la nation espagnole, telles « Las siete partidas » d’Alphonse X Le Sage (2), il est suggéré (idée souvent exprimée par Sender) que cet Aragon primitif pourrait bien être le berceau de l’hispanité tout entière.
Au fond, tous ces thèmes nous amènent à ce qui s’avère être, au bout du compte, le sens profond du roman : la recherche de l’authentique. Cette recherche commence par une attitude critique qui prend d’abord les voies de l’humour, de l’ironie, du comique, omniprésents dans le récit parce que naturellement associés à l’enfance.

(1) «Sender» est par ailleurs un nom typiquement aragonais.
(2) 1221-1284. Roi de Castille de 1252 à sa mort.

L’Archive du lundi n°59 – Deux ou trois choses sur Andrés Urdaneta (Caracas, 1995)

L’Archive du lundi n°59 – Deux ou trois choses sur Andrés Urdaneta (Caracas, 1995), étudiant, (musicien), romancier et poète
Avant de retrouver Andrés Urdaneta pour découvrir « La lucidez del fuego » et ses deux recueils de poèmes (mardi 21 février, bibliothèque Marcel Bataillon, 17h30-18h30), à la suite d’un éloge, d’une approche, en oblique, on trouvera quelque chose comme son « diagramme mental », une archive originale proposée par Maria Zerari.

Flyer de l’événement qui aura lieu ce mardi 21 février à la bibliothèque Marcel Bataillon de l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac (17h30-18h30)

Deux ou trois choses sur Andrés Urdaneta (Caracas, 1995),
étudiant, (musicien), romancier et poète :
« Siempre vendrá ese momento en que le tocará al poeta destruir el mito y traer a los hombres la lucidez del fuego », A. Urdaneta.
Audace
La jeunesse est souvent audacieuse et joue avec le feu comme autant de voyelles : « A noir, E blanc, I rouge… ».
Un cours m’a donné l’occasion de rencontrer l’un de ces audacieux, au demeurant, discret. Pendant presque un semestre, ce jeune homme — au nom de sage et d’aventurier basque — a été pour moi l’attentif et vénézuélien Andrés, ancien étudiant au Lycée français de Caracas (et à l’École de musique Lino Gallardo) et nouvel étudiant de 3e année à la Sorbonne, París, Francia, comme le mentionne la quatrième de couverture de son dernier ouvrage. Puis, au sortir d’une heure d’Institut, après le don d’un livre, Andrés Urdaneta est soudain devenu l’auteur de ce présent mystérieux, de cette énigme : « La lucidez del fuego » (Barcelone, Ediciones Oblicuas, 2016).
« La lucidez del fuego » : à la lecture de ce titre et du livre qu’il désigne, on pense à certains pyromanes (des lettres) : à Nerval (Paris, 1808), à Rimbaud (Charleville, 1874), à Lautréamont (Montevideo, 1846), et même à La Boétie (Sarlat, 1530), puisque le feu n’a pas d’âge :
« Car le feu qui (me) brûle est celui qui (m’) éclaire »
On pense aussi à José Tadeo Arreaza Calatrava (Aragua de Barcelona, 1882-Caracas, 1970), poète admirable, qui sombra dans la folie, dont le jeune héros d’Urdaneta, l’obscur et clairvoyant José Lorenzo Luz[o] Calavarta, est une sorte de double halluciné à l’étrange parcours fait de troubles rencontres, d’interrogations, de rêves et de visions, de dédoublements, de morts violentes.
« ¡Ay! La locura es el derecho al olvido »
(La lucidez…, p. 164)
« No te recuerdo Eróstrato
pero sí recuerdo tu fuego » (Id.)
Focus / luciditas
« La lucidez del fuego » : il fallait le trouver, ce titre lumineux, comme cet autre, plus secret, qui vient naturellement pour peu que l’on soit hispaniste : « Todos los fuegos, el fuego ».
—Vérité étymologique et comme archaïque d’un tel titre.
—Sonorité du mot fuego — en toute langue ? — tel un coup de feu : fuego, fuoco, fire, feu, feuer etc.
—Délicatesse à la fois phonique et sémantique du terme lucidez, qui dit « lumière », qui dit « sagesse » : « clarté mentale » disent encore les dictionnaires.
Donc, la clarté du feu ; la sagesse du feu qui éclaire. Et qui brûle ? Mais le feu brûle forcément. Et la glace ne brûle-t-elle pas, selon l’image baroque ? Et pour autant, est-elle lucide ?
Drôles de questions élémentaires, à l’exemple de celles qui fusent de « La lucidez »…, ce roman bizarre — « bizarrant » osait Laforgue (Montevideo, 1860). Et même, drolatique : on y trouve un « profesor Abruti », surnommé « El cabrón », qui, mentor extravagant, pose de saisissants constats et des questions ultimes :
« —Lo terrible de la belleza es que solo resplandecen las bellezas nefastas. ¿No lo has sentido? ¡He ahí lo terrible de ser poeta!» (p. 27)
« ¿Tú que te sientes tan solo, dime, ¿sabes qué es más doloroso: el dolor o la libertad? » (p. 31)
« —Comprende que no hay nada malo en el desespero, pues la desesperación es el punto de partida a todo conocimiento posible » (p. 32)
Drolatique, mais à peine, tant cet ébouriffant roman d’apprentissage s’avère frénétique, hanté par la folie et la mort, tout aussi inquiet qu’inquiétant ; absolument romantique, en somme, tendance rouge sang et veine sombre, jusqu’au roman noir, au conte cruel, au gothique.
« ¿Por cuánto tiempo más las mechas de nuestras bujías podrán retenernos la realidad? » (p. 158)
« ¿Cuántos pocos pueden decir: moriré en el mar? Pero ¿cuántos lo han cumplido? »
«¿Qué cantas, qué has perdido?» (p. 168)
Tentation, prétention, de cerner le livre à l’aide de citations, de références, de trop de références, de trop de citations. Mais on ne le cerne pas vraiment ; par son souffle fiévreux, il vous brûle un peu, vous échappe, comme tout ce qui ne va pas de soi, comme tout ce qui est différent, bien que très ancré, cependant, dans la bibliothèque, sa mémoire et sa tradition. De là ce récit qui s’achève sur l’évocation d’une bibliothèque en feu, comme si cet incendie fictif garantissait l’écriture à venir et l’étrangeté renouvelée :
« Segismundo, Segismundo ¿Quién es ése? »

« Follaje de hojas de papel »
Ce texte, qui est un court roman de cent soixante-huit pages, est pourtant amplement labyrinthique. Il va, bifurquant, d’épisode en épisode, à tel point qu’en résumer l’intrigue est chose ardue. Chose ardue et peut-être secondaire (qui voudra, lira, après tout, ou bien écoutera Urdaneta lors de sa présentation), tant ce qui est le plus frappant, le plus réussi, me semble-t-il, est la voix (comment le dire autrement ?) qui émane du dense « feuillage » du livre, pour emprunter à Urdaneta lui-même. Un feuillage textuel qui comprend, certes, un récit – l’histoire échevelée de José Lorenzo, de cette fantastique pérégrination, par la « Grande Ville » et la forêt profonde, qui, de rencontre en rencontre (avec le professeur Abruti, la fantomatique Ida, le peintre Reverón, le double Gumdal, l’écrivain Salvator Reztaura…), de révélation en apparition, conduit le héros à la mort, à celle des autres et à la sienne propre –, mais qui accueille aussi de superbes incises ou insertions : proses poétiques, poèmes, courtes citations, aphorismes. C’est là, dans la voix et le verbe, plus que dans l’art du récit en lui-même ou dans la juvénile imagination, que la flamme d’Urdaneta est souvent manifeste, parfois même éclatante, comme dans certains des poèmes du texte ou encore dans le « Dictionnaire imaginaire » du jeune Luzo sur lequel le roman se ferme.
« Olvidar el paraíso, en eso consiste la felicidad » (p. 155)
« Los muertos son las flores de nuestra memoria » (p. 157)
« En eso se me acercó una mosca
luego de revelarme el secreto de la existencia
me dijo riéndose:
“No hables mucho en la Tierra
por si los hombres” » (p. 163)
« —¿Qué cantas? ¿Qué has perdido?
—Solo palabras como roca
fundidas en el alma hambrienta » (p. 168)
Feu sacré
À la lecture de « La lucidez del fuego », on s’interroge ; plagiant René Char (L’Isle-sur-la-Sorgue, 1907), on se demande : « comment lui vint l’écriture ? comme un duvet d’oiseau sur la vitre, en hiver ? ». Mystère du feu sacré de cet enfant de la balle. Mais quand bien même l’origine nous échapperait, quand bien même l’ « on ne saurait jamais [non plus] ce que le passé lui réserve », au sortir de « La lucidez del fuego », telle la flamme d’une bougie, tremble une évidence : pour Andrés Urdaneta, poète et romancier venu de Caracas, comme d’autres de Montevideo, l’avenir semble d’avance tissé de lignes sombres et de lignes claires, de prose et de vers, de romantisme et de surréalisme, de pages abouties, de pages à refaire.
À suivre.
Bibliographie
Andrés Urdaneta, « Follaje de hojas de papel » (Caracas, Ediciones del Mar Arado, 2011).
— « Contra el muro » (Caracas, Ediciones El Mar Arado, 2015).
— « La lucidez del fuego » (Barcelone, Ediciones Oblicuas, 2016).
— « El gusto de lo infame » (inédit).
— « El Ícaro de ojos de cera » (inédit).
Maria Zerari
* * *
« Llegué a Francia en 2014, a estudiar en La Sorbona.
Autores que me marcaron, en el ámbito hispánico fueron Calderón de la Barca, Rubén Darío y Jorge Luis Borges, entre otros. Recuerdo también que mi abuela nos leía el Quijote cuando era niño.
Me identifico con autores como Vigny o Baudelaire. Siempre he sentido fascinación por los poemas épicos de Neruda y por el atormentado poeta de mi tierra Cruz Salmerón Acosta.
En cuanto a mi formación como escritor, el poeta y crítico de arte Juan Calzadilla, mi abuelo, me guió desde muy joven en el camino de la escritura. Fue una figura fundamental que me orientó e introdujo a la escritura desde muy temprana edad.
Recuerdo también que mi tío, filósofo, me facilitó libros como El Lobo Estepario o Así Habló Zaratustra y muchos otros.
El interés por la literatura empieza en la niñez. Hice mi primaria en una escuela innovadora, dirigida por mi abuela, en la que la lectura era una actividad diaria. Los momentos de lectura eran sumamente agradables y se hacían en el horario de clases, durante una hora determinada. Estas actividades las compartía con mis estudios teóricos de música. A esa edad, disfrutaba pasar varias horas del día tocando el piano y componiendo. Desde muy joven siempre he sentido una gran fascinación por la música clásica y en especial por los compositores barrocos y románticos. »

L’Archive du lundi n°58 – Hommage à Miguel Ángel Asturias

L’Archive du lundi n°58 – Hommage à Miguel Ángel Asturias

Recto et verso de la photographique prise le 9 février 1968, à l’occasion de l’hommage rendu à Miguel Ángel Asturias à la Sorbonne.

 

Couverture de l’édition critique de « Tres de cuatro soles » de Miguel Ángel Asturias (Paris, Éditions Klincksieck ; Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1977).

Cette semaine, Dorita ressuscite pour nous presque 49 ans jour pour jour après l’hommage rendu à Miguel Ángel Asturias à la Sorbonne, le paysage de l’américanisme balbutiant des années 1960.

Hommage à Miguel Ángel Asturias
La photographie a été prise le 9 février 1968, elle est signée Le Madec, reporter-photographe à Paris. La circonstance valait bien le déplacement d’un professionnel : la Sorbonne rendait hommage au guatémaltèque Miguel Ángel Asturias, lauréat du Prix Nobel de Littérature en octobre 1967. Sur l’estrade sont réunis : à gauche, debout, Charles Vincent Aubrun, responsable de l’Institut Hispanique, lisant le discours inaugural ; à côté de lui, M. A. Asturias, puis le recteur Roche, Marcel Bataillon et Jean Cassou.
Perdue au milieu du public qui se pressait dans l’amphithéâtre, je suivais la cérémonie qui ne pouvait qu’être favorable à l’américanisme balbutiant. Il y avait peu de temps encore, il était le parent pauvre des études hispaniques, tout au plus glissait-on un auteur dans le programme des concours. D’ailleurs, l’hispanisme en général n’avait pas encore pignon sur rue. Par exemple, de mon temps, comme on dit, il y avait en espagnol à Poitiers, où j’habitais, un seul enseignant, Amédée Mas (spécialiste de Quevedo), dont les heures de service réglementaires rassemblaient dans une même salle pour le même programme (celui du concours) les étudiants de la propédeutique à l’agrégation — seuls différaient les sujets d’examen, thème, version, dissertation, explication de texte, qui restaient spécifiques pour chaque niveau —, différait aussi le barème de la notation — ; un assistant, Raymond Cantel, dispensait les cours de portugais deuxième langue. Après avoir obtenu une licence d’espagnol, j’avais interrompu mes études pour me marier et élever trois enfants. Dix ans de jachère intellectuelle.
Maintenant, l’Éducation Nationale ayant créé un nouveau certificat pour la licence d’espagnol, « Littérature et civilisation latino-américaines », un Maître de Conférences américaniste avait été nommé, il s’appelait André Saint-Lu et travaillait sur Las Casas. Je me sentais américaniste bien avant ces nouvelles dispositions administratives, de fait je l’étais depuis qu’en propédeutique j’avais découvert le Mexique avec Monsieur Mas qui traitait pour la tribu hispanique poitevine l’auteur sur le Mexique au programme de l’agrégation cette année-là. Quel auteur ? Je l’ai oublié, parce que beaucoup plus que la littérature ce qui nous tenait en haleine en 1951 c’était la découverte, par l’équipe de l’archéologue mexicain Alberto Ruz-Lhuillier, d’un tombeau royal sous le temple des Inscriptions à Palenque, dans le Chiapas. En pays maya. Dix ans plus tard, le certificat de « Littérature et civilisation » réveillait en moi, insidieusement, le souvenir des Mayas. J’ai couru m’inscrire à la faculté des Lettres, j’ai obtenu le certificat, j’ai surtout eu la chance de rencontrer un enseignant hors pair en la personne d’André Saint-Lu.
Un jour, un ami m’a prêté un roman, « El Señor Presidente », dont l’auteur portait le nom de la province où je suis née : Asturias. Amusée, j’ai entrepris de le lire. « Alumbra lumbre de alumbre, Luzbel de piedralumbre ». Affolement. Un roman, çà ? Du vertige. A l’évidence c’était de l’espagnol, mais je n’y comprenais rien. Je devais apprendre à comprendre. J’allais apprendre. La première page fut le début d’un bouleversement intellectuel dont, heureusement, je ne me suis jamais remise. J’avais trouvé mon Maya. J’ai couru vers Saint-Lu, s’il vous plaît, comment pouvais-je engager une recherche sur Asturias ? Madame, pas de recherche sans agrégation. Qu’à cela ne tienne, je présente le concours, et le titre en poche, je retourne consulter Saint-Lu, s’il vous plaît, comment… ? etc. Réponse inexorable : uniquement sous la direction d’un professeur de la Sorbonne, celle-ci étant la seule université habilitée à décerner des thèses. Bon. L’espagnol, à la Sorbonne, comptait trois professeurs (ou était-ce quatre ?), deux d’entre eux, dont un monsieur Rumeau, étant des spécialistes de sciences humaines, inutile d’aller les entretenir d’Asturias. Il restait Charles V. Aubrun (qui dirigeait la thèse de Saint-Lu), ouvert à la littérature.
Rencontre avec le Charles Quint Premier (surnom familier) qui, bienveillant, acquiesce et met un bémol : Asturias, oui, mais pas tout seul, la Sorbonne n’acceptait pas de monographies sur un auteur vivant. Sur plusieurs auteurs vivants, nihil obstat. Pourquoi ne pas se pencher, par exemple, sur le surréalisme latino-américain, Asturias, Cortázar, Fuentes et… Inutile de continuer, je ne voulais pas du surréalisme, je voulais Asturias lu et compris par moi, je le ferais, quitte à devoir attendre sa mort. Pas de panique. Aubrun, qui avait plus d’un tour dans son sac, me tend une feuille de papier, un crayon, et improvise (c’étaient en général ses meilleurs moments). Sous sa dictée j’écris : « Le roman indo-américain : retour à l’épopée et à la mythologie ». Chaque mot du libellé écartait un ou plusieurs écrivains. A la fin, un seul nom répondait à la proposition : Asturias. Qu’y faire si ce n’était me mettre au travail ? Sans plus tarder j’écris au Bureau des thèses de la Sorbonne qui accepte le sujet comme thèse principale. Alléluia. Et la thèse secondaire, o-bli-ga-toire, madame ? J’allais y penser.
J’évoquais tout cela, ce jour de février 68, au milieu du public nombreux dans un amphi de la Sorbonne où se déroulaient, avec la sérénité propre à cet auguste lieu, les pompes d’un hommage universitaire. Sérénité, disais-je, qui n’allait pas durer. Le mois suivant, le 22 mars pour être précis, un maelstrom secouait l’université de Nanterre, et ses remous déferleraient partout jusqu’en mai. Mai 68. Après, rien ne serait plus pareil.
Dieu et Cohn-Bendit soient loués : comme désormais il était interdit d’interdire, la Sorbonne n’avait plus l’exclusivité des thèses, on pouvait déposer un sujet de recherche dans l’université de son choix, travailler sur l’œuvre d’un auteur vivant était possible, la thèse secondaire était supprimée. Un rêve.
Aujourd’hui, quarante ans après la soutenance d’une thèse d’État sur l’œuvre narrative de Miguel Ángel Asturias, je contemple avec émotion la photographie du lointain hommage dont j’espérais tant. Tous ceux qui y figurent sont morts, c’est inévitable étant donné l’âge qu’ils avaient alors. C’était du temps où, ennobli par le boom, l’américanisme régnait. Règne-t-il toujours ? Rien n’est moins sûr. Encore que.
Dorita Nouhaud

L’Archive du lundi n°56 – Molho et Ohana : « Los dos Mauricios » autour du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías » (1950)

L’Archive du lundi n°56 – Molho et Ohana : « Los dos Mauricios » autour du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías » (1950)

Notre archive d’aujourd’hui concerne Maurice Molho, figure clé de l’histoire de l’Institut d’Études Hispaniques (cf. Archive n°31), photographié lors de sa prestation à l’enregistrement du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías », oratorio pour récitant, baryton, chœur féminin et petit orchestre composé par le musicien Maurice Ohana (1913-1992) à partir du poème de Federico García Lorca. Le « Llanto » a été enregistré pour la première fois le 22 mai 1950, à l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne (1).

photographie de Maurice Molho lors de l’enregistrement du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías ».
photographie de Maurice Molho lors de l’enregistrement du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías ».

L’œuvre d’Ohana comprend un récitatif qui devait être, à l’origine, déclamé par Maria Casarès. Toutefois, l’actrice s’est retrouvée aphone et il fallait la remplacer. Comme l’a évoqué Jean-Claude Chevalier lors de l’entretien dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques le 21 octobre 2016, Sergio de Castro, peintre, musicien et poète argentin (cf. Archive n°42), mit en contact Ohana et Molho, pour que ce dernier assume le rôle de récitant à la place de Maria Casarès. Dans un poème d’hommage à Julio Cortázar en 1984, Castro évoque « los dos Mauricios » parmi leurs amitiés communes :

Pasaron luego muchos años claves
y compartimos tantas amistades:
Francine, Octavio, Alicia, Margarita,
los dos Mauricios: Molho-Ohana, y Pedro
Lecuire, el asombroso vate galo;
también Arpad y Maria-Helena, y Laura,
y otros más cuyos nombres no combinan
con mis endecasílabos opacos.

Sur la photographie, Maurice Molho dirige son regard vers le directeur, attendant le moment de réciter sa partie du « Llanto ».
Nos remerciements vont à Raphael Molho qui nous a communiqué cette photographie, ainsi qu’à Mme Dominique de Castro pour l’accès aux archives Castro.

Lucía Méndez Soria

(1) Création de Bernard Cottret, baryton solo, récitant : Maurice Molho, orchestre des Cadets du Conservatoire – flûte (aussi flûte piccolo), hautbois, 2 clarinettes, basson, 2 cors, trompette, timbales, 3 percussionnistes, clavecin, 6 violons, 6 violons II, 4 altos, 4 violoncelles, 2 contrebasses-, chœur de femmes [8 à 12 contraltos et mezzos], direction : Georges Delerue. Edité par Pierre Noël, en 1996. En savoir plus sur : http://brahms.ircam.fr/works/work/10948/

L’Archive du lundi n°57 – Le fantôme de Pedro

L’Archive du lundi n°57 – Le fantôme de Pedro

Alors que l’on vient tout juste d’apprendre que Pedro Almodóvar présidera le jury de la 70ème édition du Festival de Cannes, Jacques Terrasa propose de nous livrer cette semaine ces quelques souvenirs…

« Nous sommes à l’automne 1994. On nous avait convoqués au dernier étage de l’Institut d’Études hispaniques, dans le bureau que le directeur de l’UFR avait mis à notre disposition, pour choisir le film que nous allions proposer au Président du jury du CAPES – nous, modestes membres des deux commissions qui interrogions les candidats tirés au sort chaque jour pour préparer une séquence filmique, à l’oral du concours. Nous préparions le nouveau programme qui serait publié au printemps 1995, avec le film choisi pour les sessions 1996 et 1997, faisant suite à « Viridiana », de Luis Buñuel (programmes 1994 et 1995).
C’était la préhistoire des études filmiques dans l’hispanisme. Se trouvaient à cette réunion, de mémoire, Manolo Larraz, le plus ancien membre des jurys « cinéma » ; étaient venus aussi le jeune Jean-Claude Seguin, le moins jeune Bernard Gille (qui connaissait bien la maison, puisqu’il y enseignait), Jean-Pierre Castellani et probablement Catherine Berthet-Cahuzac, maître de conférences à Montpellier, pour rappeler à cette assemblée masculine que la parité pourrait exister un jour dans les différentes commissions de l’Enseignement supérieur.
Ce jour-là, il fallait frapper un grand coup, convaincre les membres du jury cinéma « canal historique » que l’on devait sortir des valeurs sûres – Buñuel, Saura, Berlanga… – pour proposer un film récent, d’un jeune réalisateur apparu durant la Transition : Pedro Almodóvar. Un quart de siècle plus tard, on trouvera saugrenu d’avoir eu à défendre ainsi un film, « Mujeres al borde de un ataque de nervios » (1988), qui est devenu un classique du cinéma espagnol. Mais parmi nous, les défenseurs de « El Verdugo » (1963) ne voulaient pas lâcher, et ce n’est qu’en prenant l’engagement que nous le proposerions ensuite, pour le programme 1998, que nous avons réussi à imposer Pedro au concours. Un vent frais aller enfin souffler dans les couloirs du lycée Molière, où se tenaient les épreuves orales.
Si je repense régulièrement à cette réunion, c’est pour une raison simple : chaque fois que j’entre dans le bureau de l’actuelle directrice de l’UFR d’études ibériques, au 31, rue Gay-Lussac, je revois la grande table en bois clair, autour de laquelle nous nous étions réunis ce jour-là. Je découvrais l’Institut d’Études hispaniques (les Provinciaux existent !), et à cette première empreinte est restée associée, dans ma mémoire, l’impressionnante table autour de laquelle nous avions solennellement pris place. Le fantôme de Pedro rôde toujours dans cette pièce, surtout depuis que Nancy Berthier y a accroché l’affiche de « Femmes au bord de la crise de nerfs ». Sans rien savoir de cette histoire. Les souvenirs ont la vie dure ! »

Jacques Terrasa

PS : Un appel à témoins est lancé pour savoir quel fantôme se cache derrière l’affiche qui est à la droite de celle de « Mujeres », dans le bureau de la direction…

img_1112

Le fantôme de Pedro : la preuve par l’image.

img_1113
Couverture du numéro de « L’Avant-scène cinéma » d’octobre 1995 avec le découpage du film « Mujeres al borde de un ataque de nervios », en vue de la préparation du Capes.

L’Archive du lundi n°55 – Les lettres cubaines à l’Institut d’Études ibériques et latino-américaines, l’écrivain Leonardo Padura

L’Archive du lundi n°55 – Les lettres cubaines à l’Institut d’Études ibériques et latino-américaines, l’écrivain Leonardo Padura

Cette semaine, un très beau portrait de Leonardo Padura qui nous a été proposé par Renée Clémentine Lucien.

Le Cubain Leonardo Padura (1955) est resté l’une des pièces maîtresses de mon travail de recherche depuis que l’objet de ma thèse m’avait conduite sur ses traces jusqu’à Mantilla, son quartier natal de La Havane où ses déambulations d’écrivain internationalement reconnu et sa sa nationalité espagnole ne l’empêchent pas de résider tant est viscéral son attachement à ce lieu inséparable de son œuvre. Nous nous liâmes rapidement d’amitié, et ces liens ne se sont pas altérés. Je crois que ce sentiment n’aurait pas vu le jour sans son naturel affable, sa chaleur et sa tonicité d’homme caribéen, un indéniable rayonnement et sa liberté d’expression manifeste dans nos échanges sur sa conception de la littérature et des spécificités de celle-ci à Cuba, dans un pays où la presse est limitée ; ils ne se seraient pas épanouis sans un franc-parler qui vous met à votre aise tout en vous plongeant dans une certaine perplexité car il va à l’encontre même de l’idée qui prévaut communément que les verrouillages à l’œuvre dans la société cubaine brouillent toute vision critique du monde environnant. De fait, sa capacité de fictionnaliser en profondeur le malaise d’une société kaléidoscopique mal cernable si l’on demeure prisonnier du prisme des images figées aiguisa forcément l’appétit de la chercheuse assoiffée d’un récit alternatif à deux récits concurrents, celui, officiel, de la Révolution et celui de ses pourfendeurs.
C’est à l’occasion d’un de ses passages à Paris, où les Éditions Métaillé publient ses romans traduits en français, que je lui proposai, dans le cadre d’une séance du séminaire de Littérature latino-américaine (SAL) dirigé par Eduardo Ramos Izquierdo consacrée à « La création et la critique », d’honorer de sa présence notre Institut d’Études Ibériques et latino-américaines, le 16 octobre 2009, et de le présenter à la communauté scientifique. Il arrive parfois que ce genre d’invitation et surtout l’agrément donné par l’invité soient subordonnés à des exigences et tributaires de contraintes matérielles presque insurmontables pour un centre de recherche aux crédits limités. En cette année-là, comme nous ne pouvions compter que sur la bonne volonté du Cubain, notre reconnaissance fut, donc, à la mesure de l’amabilité avec laquelle Leonardo Padura, conscient de l’enjeu et honoré par l’invitation, non seulement y consentit, mais se prêta avec une extrême et louable bonne grâce à un exercice qu’il délivra de toute lourdeur académique pour nous livrer le récit du cheminement de l’écrivain, semé d’embûches, non dénué de chemins de traverses et de tâtonnements, d’un homme placé aujourd’hui au firmament des lettres cubaines, et dont la première vocation -qu’il avoue sans détours et avec malice-, avait été d’être joueur de base-ball, le sport d’équipe le plus pratiqué dans son île.
Avant son intervention en salle Delpy, le déjeuner auquel nous le conviâmes, Milagros Ezquerro, Eduardo Ramos Izquierdo et moi, en compagnie de sa femme, son inséparable et discrète Lucía López Coll et immanquable dédicataire de ses romans – « Para Lucía con amor y escualidez », « Otra vez para Lucía, la jefa de la tribu »-, et également critique littéraire éclairée, ne fut pas seulement l’occasion d’apprécier le goût de l’invité pour les fromages français. La récente parution de son roman, « El hombre que amaba a los perros », une descente glaçante au cœur du stalinisme, de la Guerre d’Espagne, de la persécution de Trotski par Staline, en somme de cette « Historia del engaño » selon les termes d’un de ses personnages, à laquelle l’histoire de Cuba avait été inextricablement liée, n’avait pas suscité que de l’enthousiasme, et je sentis poindre dans les propos du romancier une incoercible inquiétude quant au sort qui serait réservé à ce livre. Il recevrait néanmoins le Premio Nacional de Literatura de Cuba, en 2012, et le discours qu’il prononça à cette occasion est, à cet égard, éloquent. Il serait en outre récompensé par le Prix Carbet, décerné au meilleur roman de la Caraïbe.
Dans une salle Delpy comble, devant un auditoire nourri de collègues chercheurs de notre Institut – Milagros Ezquerro, Eduardo Ramos Izquierdo, la regrettée Adélaïde de Chatellus, Lucien Ghariani, Paul-Henri Giraud, Julien Roger, Ina Salazar, entre autres-, et d’autres universités que la Sorbonne, Anne Gimbert, de l’Université du Maine, de doctorants du SAL, dont Pénélope Laurent qui soutiendrait bientôt sa thèse, d’étudiants de Masters de la Sorbonne attentifs, étudiant ou non l’œuvre de l’écrivain cubain -parmi eux, Amel Zaïdi dont j’ai dirigé la recherche en Master 1 et 2 sur des romans de Padura- et d’autres, venus d’universités de province, de Nantes, de Bordeaux, pendant trois heures empreintes d’une grande intensité, l’invité d’honneur dévoila, avec beaucoup de verve et d’humour, sans se priver d’anecdotes piquantes dans un style varié, jouant avec les registres de langue, exemplaire de son art d’écrivain et du « choteo », les ressorts de l’évolution de son travail de création littéraire. Il commenta longuement le rôle crucial qu’y avait joué une conception du journalisme héritée du nouveau journalisme tel que l’avait mis en pratique Truman Capote, lorsque le journal « Juventud Rebelde » l’avait mis en demeure de réaliser et de diffuser des reportages sur des lieux, des figures, des traditions, en somme sur un héritage fondateur de la cubanité, afin de le remettre sur les bons rails après qu’il eut été écarté pour hétérodoxie du journal « El Caimán barbudo ». Mais il se déclara aussi redevable d’une tradition latino-américaine du reportage, et particulièrement de celle de José Martí, ferment de sa montée en puissance vers la fiction tout en soulignant à quel point ces reportages lui avaient ouvert des horizons auxquels il ne s’attendait pas. Le public fut captivé par le regard pénétrant, incisif, tantôt métaphorique, tantôt brutalement hyperréaliste qu’il jeta sur le contexte social de son pays, terreau majeur de son œuvre, le genre policier vers lequel il s’était acheminé pour écrire la tétralogie « Las cuatro estaciones » n’étant qu’un code canonique dont il s’était emparé et avec lequel il s’était accordé toute la liberté indispensable à la création d’une œuvre de fiction narrative à laquelle il prétendait imprimer sa marque de fabrique. Sa volonté affirmée d’être le plus accessible possible aux étudiants, qu’il me fit connaître avant de s’adresser à son auditoire, fut pleinement respectée. Que l’on se souvienne qu’il avait lui-même été chercheur en littérature, spécialiste du réel merveilleux d’Alejo Carpentier lequel a, par ailleurs, comme on sait, laissé une indéniable et magistrale empreinte sur le journaliste et l’auteur de nouveaux romans historiques qu’il est devenu. C’est ce parti-pris didactique mais exprimé avec une grande subtilité et beaucoup d’aisance qui impressionna très visiblement les étudiants, sensibles également à sa capacité d’écoute lorsqu’ils lui posèrent des questions. La glace étant rompue, ils n’hésitèrent pas à solliciter des prises de contact par voie électronique auxquelles l’écrivain cubain fit par la suite le meilleur accueil. Ce goût de l’échange de Padura cède parfois la place à des manifestations d’agacement qui jaillissent en présence d’interlocuteurs uniquement obnubilés par la situation politique de Cuba, et il prétend savoir gré à ceux qu’intéressent aussi la conception de ses personnages, son idée d’une cubanité ouverte, les modèles dont il se déclare redevable (Raymond Chandler, Dashiell Hammett, Manuel Vázquez Montalbán, Jérôme David Salinger, Ernest Hemingway), l’architecture si savante de ses romans et son écriture de scenarii pour leur mise en scène cinématographique. Et c’est cette appréciation proprement littéraire de son œuvre qu’il se réjouit de trouver en salle Delpy.
Avant qu’on ne lui décernât de nombreux prix prestigieux, à Cuba, dans la Caraïbe et en Amérique latine, dont le Prix Roger Caillois, en 2011, et en Espagne, el Premio Princesa de Asturias, en 2015, Leonardo Padura avait donc fait résonner en salle Delpy sa voix vibrante et à la tonalité rendue plus grave par l’abus de cigares cubains, à l’image de son personnage policier Mario Conde de la tétralogie, « Las cuatro estaciones », par pure amitié et générosité et mû par le désir de répandre et de consolider le goût des lettres cubaines dans un Institut où l’avait précédé, il y a bien longtemps, un autre Cubain, poète celui-là, Nicolás Guillén. Plus récemment, le 12 octobre 2016, une Cubaine, Nancy Morejón, invitée par le PIAL, Laurence Breysse-Chanet et Ina Salazar, à lire et à commenter ses magnifiques poèmes, au cours d’un dialogue enthousiaste, vif et fécond avec la spécialiste de son œuvre de l’Université de Lyon, Sandra Hernandez, se déclara fière de l’honneur dont la gratifiait notre Institut de l’Université de la Sorbonne où elle avait autrefois, depuis son île natale, rêvé d’étudier.
Renée Clémentine Lucien

img_1066

Photorgraphie de l’écrivain cubain Leonardo Padura et de Renée Clémentine Lucien : séance de dédicace à Paris du 15 janvier 2011 de la version en français du roman « La novela de mi vida » (« Le palmier et l’étoile »), publiée par les Éditions Métaillé, et de « El hombre que amaba a los perros » dont la traduction en français ne tarderait pas.

 

img_1067 img_1068 img_1069 img_1070

Discours prononcé par Leonardo Padura à La Havane en remerciement de l’obtention du Premio de Literatura Nacional de 2012.

L’Archive du lundi n°54 – Tous en scène : les animations du « Groupe d’études » dans les années quarante

L’Archive du lundi n°54 – Tous en scène : les animations du « Groupe d’études » dans les années quarante

Cette semaine, Bernard Pottier nous ouvre son album photographique et nous propose de découvrir des images qui rendent compte de la vie culturelle du « Groupe d’études » dont il a fait partie lorsqu’il était étudiant rue Gay-Lussac. Il écrit :
« Sous la direction de Marcel Bataillon et l’animation du ‘Groupe d’études’ formé par des étudiants volontaires, l’Institut d’Études Hispaniques a organisé dans les années quarante des manifestations culturelles, parmi lesquelles, le 10 avril 1943, un récital de piano de Rafael Arroyo, dont la célébrité est rappelée par la publication de la BNF d’une pochette qui lui est consacrée (document 1). Sur la photo de groupe prise à l’issue de la représentation (document 2), on voit notamment Marcel Bataillon (le 5ème à partir de la gauche), Jean Bouzet (le 7ème à partir de la droite), auteur de nombreux ouvrages de pédagogie (document 3) et moi-même (le 9ème à partir de la droite) ».
En réponse à nos questions lors de sa visite rue Gay-Lussac, il nous a expliqué que le « Groupe d’études » était alors une sorte d’association informelle d’étudiants constituée avec l’accord du directeur. Ceux-ci disposaient d’une petite bibliothèque au fond de la galerie (ancien édifice) et se réunissaient toutes les semaines notamment pour des cours de soutien. Les photographies illustrent deux sortes d’activités organisées par les étudiants : le théâtre, avec la mise en scène du « Retablo de las maravillas » (document 4), qui date de 1946 ou 1947, et la danse, avec un spectacle donné à la fin de l’année pour lequel les étudiants se préparaient en prenant des cours avec des Espagnols de l’exil (document 5).

img_1061 Pochette d’un album de Rafael Arroyo publié par la BNF.

 

img_1062 Photographie de « Groupe d’étude » prise le 10 avril 1943

 

img_1063

Photographie regroupant plusieurs ouvrages de Jean Bouzet.

img_1064 Photographie de la représentation du « Retablo de las maravillas » donnée par le « Groupe d’étude » sur laquelle on peut identifier, de gauche à droite : Gilbert Zonana, Huguette Pottier Navarro (femme assise à gauche de la danseuse), Bernard Pottier (homme debout à droite de la danseuse), Bernard Quémanda (guitariste) et, parmi le public, Gaston Delpy, au premier rang 2ème personne à droite.

img_1065

Photographie prise lors d’un spectacle de danse organisé à la fin de l’année, de gauche à droite : X, Gilbert Zonana, X, Francisco de las Heras (le professeur de danse), Juan de Córdoba (le danseur), Bernard Pottier (le guitariste), X, René Pellen, Ginette Debonais.

L’Archive du lundi n°53 – L’Institut d’Études Hispaniques aux cours d’été de Ségovie, en 1948

L’Archive du lundi n°53 – L’Institut d’Études Hispaniques aux cours d’été de Ségovie, en 1948

En ce début d’année 2017, comme antidote à l’hiver, Araceli Guillaume nous transporte à Ségovie en juillet 1948, en compagnie de Jean Nugues, sur les traces d’un cours d’été très spécial de l’Institut d’Études Hispaniques.

L’Institut d’Études Hispaniques aux cours d’été de Ségovie, en 1948

En juillet 1948, alors que la frontière avec l’Espagne demeurait fermée (1), un groupe d’étudiants de l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de la Sorbonne de Paris, voyage à Ségovie encadré par le directeur adjoint de l’Institut, Aurelio Viñas, et deux professeurs. Le but de ce voyage était de participer, du 15 juillet au 15 août, aux premiers cours d’été, organisés à Ségovie, sous la direction de Joaquín Pérez Villanueva, dans le cadre de ce qui a été appelé la « Universidad Popular Segoviana ».
Dans les semaines qui précèdent le départ, Jean Nugues, jeune français attiré par l’Espagne et sa langue, qui venait d’échouer à sa première tentative pour intégrer le concours de l’école vétérinaire de Maison-Alfort (il fut reçu au concours l’année suivante), rencontre Aurelio Viñas à l’Institut d’Études Hispaniques lequel, séduit par l’hispanophilie enthousiaste du jeune homme, lui propose d’être du voyage.
J’ai eu l’occasion d’avoir le récit de première main de M. Nugues au cours d’un entretien que je transcris ci-après.
Araceli Guillaume.- Comment se fait-il qu’il vous ait proposé de vous joindre aux étudiants de l’Institut Hispanique ?
Jean Nugues.- Il a compris que j’avais un très grand intérêt pour l’Espagne et la culture espagnole et je parlais un peu la langue. Il n’était pas possible à l’époque d’avoir un visa pour me rendre en Espagne – pas pour moi, en tout cas – où j’avais déjà un correspondant, et sa proposition m’a permis de profiter du visa collectif émis pour l’occasion. D’ailleurs, je n’étais pas le seul « extérieur » à l’IEH du voyage, nous étions une petite demi-douzaine dont Roland Dumas, je ne sais pas exactement à quel titre, peut-être pour voir de quoi retournait politiquement cette Espagne de Franco, ou c’était déjà un signe précoce de sa passion pour les affaires étrangères ! (2)
AG.- Comment s’est passé le voyage et l’installation ?
JN.- Nous sommes partis en car, nous étions une cinquantaine. Il y avait un certain équilibre entre le nombre de femmes et d’hommes (3). Nous avons été très bien reçus à notre passage par Saint Sébastien et par Burgos, par les autorités locales, et les journaux locaux s’en sont fait écho. Arrivés à Ségovie, les jeunes filles ont été logées dans un bâtiment et nous dans un autre. Le lendemain, nous avons assisté, dans l’église de la Santísima Trinidad, à une messe de l’Esprit Saint au cours de laquelle Roland Dumas, qui avait une magnifique voix de ténor et chantait fort bien, a interprété l’« Ave Maria » de Gounod, ce qui – vu a posteriori – me paraît une anecdote assez savoureuse.
Ensuite, dans la nef romane de San Quirce, de l’Institut Diego de Colmenares (résidence des filles), eut lieu l’acte inaugural des cours d’été, avec l’intervention de différentes personnalités locales et du directeur adjoint de l’Institut d’Études Hispaniques. Mais le plus notable de l’acte fut la conférence de D. Ramón Menéndez Pidal sur « El Romancero nuevo ». Pour moi, hispaniste amateur, tout cela était une véritable découverte.
AG.- Comment se déroulaient vos journées par la suite ?
JN.- Nous avions des cours de langue castillane, de littérature et d’histoire espagnoles par différents professeurs, tous en apparence très éminents. Il y avait des étudiants espagnols, filles et garçons, qui suivaient les mêmes enseignements. Et il y avait, en parallèle, des cours de littérature et civilisation française pour les étudiants espagnols. Ils étaient assurés par deux professeurs de la Sorbonne qui avaient voyagé avec nous.
AG.- Et vous avez vraiment rencontré les Espagnols de votre âge ? Les avez-vous fréquentés ?
JN.- C’était très variable. Certains Français restaient davantage entre eux. Ce n’était pas mon cas. J’ai été ravi de les rencontrer et de les fréquenter, surtout les jeunes filles ! Nous avions des activités culturelles, que nous partagions, presque tous les soirs, parfois en plein air, dans la cour de la résidence des filles et les mercredis il y avait baile, avec la participation des jeunes filles de la Sección Femenina de la Falange. Pour ma part, je suis aussi allé au cinéma, à l’extérieur, voir les films espagnols de l’époque, parce que j’étais curieux de tout. Le programme culturel était incroyable. Je m’en suis surtout rendu compte plus tard. Pour ne citer que quelques exemples : le maestro Joaquín Rodrigo est resté sur place pas mal de temps, une bonne semaine, avec nous, et il a fait des conférences – par exemple sur « La Música española contemporánea », et donné des concerts de piano le soir. Il était là lorsque l’Orquesta de Cámara de Madrid et son directeur Ataulfo Argenta – qui devait voyager à Paris l’année d’après – sont venus jouer le « Concert d’Aranjuez », en présence de Rodrigo, son créateur, et avec Narciso Yepes à la guitare. Le concert devait avoir lieu dans le patio de l’Alcazar de Ségovie, mais il y a eu un orage et nous avons dû nous réfugier dans un cinéma.
AG.- J’ai l’impression que vous avez été accueillis comme des princes, que l’Espagne vous a donné ce qu’elle avait de mieux ou ce qu’elle estimait le plus.
JN.- Oui, je crois que c’était un enjeu politique important – l’ouverture définitive de la frontière s’est produite quelques mois plus tard – sur lequel les autorités espagnoles ont beaucoup misé, aussi en termes de prestige et d’image externe et interne, car le journal local,« El Adelantado de Segovia », a réservé, à plusieurs reprises, une ou deux colonnes aux étudiants français de la Sorbonne et à leurs activités ségovianes.
Et quand nous sommes allés à Madrid – nous avons fait quelques excursions aux villes des alentours et à la Sierra de Guadarrama – les journaux madrilènes, par exemple « Arriba », le journal officiel de la Falange, ont consacré des articles assez longs à notre visite et au contenu des conférences. « Arriba » s’est attardé sur la conférence d’Aurelio Viñas, « Horizontes de la Lengua Castellana », et sur l’accueil chaleureux qui nous a été réservé par Azorín lors de notre visite à la Bibliothèque Nationale de Madrid.
AG.- Comment se sont finis les cours ?
Il y a eu des épreuves auxquelles ont participé ceux qui le souhaitaient. Je ne sais comment l’Institut Hispanique a géré ensuite les résultats. Avec des qualifications variables, ils ont tous obtenu un certificat. Pour ma part, je n’ai pas participé aux épreuves parce que ce n’était pas le but de mon voyage et que je ne me destinais pas à une carrière d’hispaniste. Remarquez, je crois que Roland Dumas a joué le jeu et a obtenu son diplôme. Ce serait à vérifier.
AG.- Le mot de la fin ?
JN.- Ce fut un séjour merveilleux et très instructif et mon goût de l’Espagne ne s’est pas arrêté là. Je suis toujours resté très attaché à l’Espagne où j’ai acquis une maison par la suite où nous nous rendons encore tous en famille. D’ailleurs, à l’issue du cours, et profitant du visa qui a été « aménagé » sur place à mon intention, je ne suis pas rentré en France avec les autres. Je suis parti en train faire un long périple, d’encore d’un mois, qui m’a mené de Ségovie à Séville puis à Valence où j’ai pris un bateau pour me rendre à Palma de Majorque et y rencontrer mon correspondant qui était majorquin. C’était l’Espagne sans touristes, sans étrangers même, à de très rares exceptions.
Mais pour revenir aux cours d’été de Ségovie, les souvenirs sont nombreux mais je m’en tiendrai, pour conclure, à une anecdote qui s’est produite lors de la clôture. Après les discours et les remerciements, nous, les Français, avions voulu chanter la Marseillaise. Moment de panique, remue-ménage des présents, des autorités de part et d’autre… impensable nous a-t-on dit ! Alors, notre incontournable ténor Roland Dumas a poussé sa voix pour interpréter Le rêve passe, sans doute moins marquée politiquement et, tout au moins parfaitement inconnue des Espagnols ! (4)

Les propos de M. Jean Nugues ont été recueillis par Araceli Guillaume-Alonso (5)

(1) La France avait fermé sa frontière avec l’Espagne le 1 mars 1946. Une tentative d’ouverture avait avorté le 10 février 1948. Elle ne sera rouverte qu’en 1949. (Source internet htpps://lepurdum.revues.org).
(2) Pour rappel, Roland Dumas, né en 1922, avocat et homme politique socialiste, a été sous François Mitterrand ministre des Relations extérieures de la France de 1984 à 1986 et ministres des Affaires étrangères de 1988 à 1993 (source Wikipedia).
(3) Sur la liste des 27 étudiants diplômés à l’issue des cours, figurent 16 femmes et 11 hommes.
(4) Cette chanson à la gloire des combattants napoléoniens mais aussi français de toutes les époques, devenue très populaire, avait été écrite en 1906 (paroles d’Armand Foucher et musique de Charles Helmer et Georges Krier (source internet www.fncv.com).
(5) Un travail plus approfondi sur ce voyage – en y ajoutant, entre autres, les témoignages d’autres participants – sera présenté lors du colloque d’octobre 2017, qui fêtera le Centenaire de l’Institut Hispanique de la Sorbonne.

img_0919 Liste des professeurs ayant pris part aux cours d’été de Ségovie de 1948.

 

img_0920 Photographie des participants reçus par Azorín (homme au chapeau, au premier plan) lors de leur visite à la Bibliothèque Nationale de Madrid.

 

img_0921

Invitation pour la « Fiesta Española » du 1er août 1948 destinée à Jean Nugues.

 

Archive n°52 – L’Institut d’Études Hispaniques et les feux de la guerre d’Espagne

Archive n°52 – L’Institut d’Études Hispaniques et les feux de la guerre d’Espagne

La dernière contribution de cette année 2016, proposée par Antonio Niño, et qui nous plonge dans les soubresauts de la deuxième moitié des années 30, vous offre cette semaine un avant goût inédit de l’ouvrage sur l’histoire de l’Institut d’Études Hispaniques en préparation pour 2017 dans le cadre de la commémoration du centenaire…

Fidèle au poste, l’Archive du lundi sera de retour à la rentrée mais en attendant nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année!

lettre émanant du Ministerio de Estado espagnol en date du 25 septembre 1936 informant de l'attribution d'une subvention trimestrielle de 2.500 pesetas oro à l'Institut d'Études Hispaniques de la Sorbonne.
lettre émanant du Ministerio de Estado espagnol en date du 25 septembre 1936 informant de l’attribution d’une subvention trimestrielle de 2.500 pesetas oro à l’Institut d’Études Hispaniques de la Sorbonne.

El IEH y la Guerra Civil española.

El estallido de la Guerra Civil española provocó reacciones muy dispares en los medios hispanistas franceses. La mayoría lamentó el baño de sangre que se produjo en el país con el que mantenían fuertes lazos afectivos, pero esa actitud compasiva se modulaba, según los casos, con simpatías más o menos acusadas hacia uno u otro bando.

El IEH se vio directamente afectado por el conflicto en España de dos formas. En primer lugar, se suspendió la colaboración de intelectuales y profesores españoles que había sido, desde su origen, su propia razón de ser. Tanto los gobiernos monárquicos como los gobiernos republicanos españoles habían otorgado regularmente una subvención al IEH “como subsidio para la propaganda cultural española que realiza”. Con esa subvención se financiaban los cursos especiales y las conferencias a cargo de invitados españoles. El Director-adjunto del Instituto, Aurelio Viñas, un profesor español que compaginaba ese puesto con el de agregado cultural de la embajada española, era el encargado de gestionarlas. Aún en el otoño de 1936 el IEH contó con la subvención de 2.500 pesetas oro que el Ministerio de Estado español había girado para el tercer trimestre de ese año, aunque esa subvención no volvió a renovarse. En segundo lugar, los responsables del IEH tuvieron que tomar una posición ante los intentos de utilizar su tribuna para la propaganda de uno u otro bando y, posteriormente, ante el drama de los intelectuales españoles refugiados en París.

El Gobierno republicano, enfrentado a la situación de emergencia provocada por la guerra, dedicó todos sus recursos financieros y humanos en París a apoyar el movimiento internacional de solidaridad con la República. Con ese fin emprendió, entre otras iniciativas, la preparación del pabellón español en la Exposición Internacional que iba a celebrarse en julio de 1937 en la capital francesa. Ese sería un gran triunfo simbólico de la propaganda republicana, por el efecto que tuvo la presentación del “Guernica” de Picasso, además de las obras de otros destacados artistas comprometidos con la causa republicana. El equipo encargado de esta empresa estuvo dirigido por el filósofo José Gaos, quien había sido nombrado Rector de la Universidad madrileña al comenzar la guerra.

Aprovechando la presencia de José Gaos en la capital francesa, y el acuerdo con el IEH para ofrecer una tribuna a los profesores e intelectuales españoles, el embajador Araquistain se dirigió el 25 noviembre de 1936 al decano de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de París, con copia a Ernest Martinenche, recomendándole, como Rector de la Universidad de Madrid, para que impartiera unas conferencias “sur un sujet purement scientifique”. La petición también se hacía para darle la oportunidad de ponerse en relación con los profesores y alumnos que allí estudían la lengua y cultura españolas. Al día siguiente respondía el secretario del IEH, por indisposición de Martinenche:

“Nous vous remercions vivement de la suggestion que vous voulez bien nous faire à propos de M. Le Recteur Gaos; mais, cette année, nous ne pouvons organiser aucune conférence, et, en dehors des cours normaux de l’Université, nous n’aurons que les deux cours pratiques de langue espagnole”.

Unos días más tarde, el 30 de noviembre, responde el decano, H. Delacroix, en un tono algo más cortés:
“Il me sera très agréable de recevoir la visite de M. Gaos…. Il me sera très agréable de le mettre, au besoin, en relation avec des collègues philosophes. En ce qui concerne la conférence dont vous voulez bien me parler, conférence qui serait faite à l’Institut d’Etudes Hispaniques, je dois vous faire savoir que l’IEH n’envisage cette année aucune conférence et n’aura, en dehors des cours normaux de l’Université, que les deux cours pratiques de langue espagnole. Peut-être sera-t-il posible à la Société de Philosophie ou à tel ou tel autre de nos Groupements scientifiques, de créer une occasion d’entendre de distingué philosophe”.

Podemos suponer que, en las circunstancias del momento, las autoridades universitarias parisinas desconfiaban de las intenciones del ofrecimiento del embajador español, porque temían, con razón, que se usara el IEH para los fines propagandísticos de la República; o bien, que se atuvieran a una estricta y equidistante neutralidad en el conflicto español, coherente con la política de No-Intervención definida por su gobierno. Su actitud, en cualquier caso, es reveladora de los temores de la sociedad francesa del momento. El miedo a la posibilidad de que la tragedia española se repitiese al otro lado de los Pirineos, la fuerza de los sentimientos pacifistas en la Francia de entreguerras, y el temor a incrementar el riesgo de una guerra internacional explican la evolución de la opinión pública francesa a favor del apaciguamiento de las potencias fascistas y el mantenimiento de la No-Intervención en España a lo largo de estos casi tres años de lucha.

Pero algunos hispanistas, como Marcel Bataillon, elegido profesor en la Sorbona en el otoño de 1937, modularon su actitud cuando se trataba de mostrar solidaridad con los profesores españoles exiliados. Su pacifismo radical le impedía solicitar la ayuda de la República francesa al gobierno republicano español, pero participó activamente en el apoyo a los intelectuales españoles refugiados en Francia. En carta a Jean Baruzzi, de 13 de diciembre de 1938, Marcel Bataillon escribía:

Martinenche es inquebrantable en su “neutralidad” absurda, que consiste en no escuchar a ningún español en el Instituto [Hispánico] y, sobre todo, en no invitar a ninguno en tanto dure la guerra. Con esa facilidad que tiene para descartar lo que lo importuna, sugiere dirigirse al Collège de France, “que es mucho más libre”… Me parece que sería vergonzoso no tener una actitud humanitaria para con Dámaso Alonso, además, sería un acto de amistad franco-española de indiscutible valor, sea cual fuere el resultado final de los sucesos de España. (vid. Claude Bataillon, “Marcel Bataillon: hispanismo y compromiso político”, México, FCE, 2014, p. 137)

En 1939 se implicó activamente en la ayuda a esos profesores, compañeros suyos de profesión en muchos casos, pero lo hizo al margen de las estructuras universitarias como el IEH. El hispanismo oficial volvió la vista ante la tragedia española y, lo que es más significativo, ante el drama personal de muchos de sus antiguos visitantes y colaboradores.

Antonio Niño
Universidad Complutense de Madrid

L’Archive du lundi n°51 – Daniel-Henri Pageaux et l’Institut d’Études hispaniques : souvenirs en zigzags

L’Archive du lundi n°51 – Daniel-Henri Pageaux et l’Institut d’Études hispaniques : souvenirs en zigzags

À l’occasion d’une visite de la délicieuse exposition de la Biblioteca Nacional, « Cartas a una mujer. Mathilde Pomès 1886-1977 », Daniel-Henri Pageaux nous livre ses souvenirs des cours de cette hispaniste célèbre, déjà été citée dans l’archive n°49 ; souvenirs qui en font remonter d’autres, « en zigzags », de ses années d’études entre la rue Gay-Lussac et les amphis de la Sorbonne, et qui nous aident à recomposer l’histoire de l’hispanisme de toute une époque.

photographie extraite du catalogue de l'exposition (pp. 56-57), prise à l'occasion d'un hommage à Mathilde Pomès au restaurant Buenavista de Madrid (10 avril 1931), avec, de gauche à droite, Juan Guerrero Ruiz (haut), Angel Vegué y Goldoni, Gerardo Diego, Jaime Torres Bodet, Mathilde Pomès, Luis Cernuda, León Sánchez Cuesta, Federico García Lorca, Vicente Aleixandre, Oscar Esplá, Claudio de la Torre, José Bergamín et Pedro Salinas : « quand je l'ai vue [sur cette photographie], j'ai ajouté mentalement un quart de siècle en plus, mais la personne avait peu changé, c'est mon impression », Daniel-Henri Pageaux.
photographie extraite du catalogue de l’exposition (pp. 56-57), prise à l’occasion d’un hommage à Mathilde Pomès au restaurant Buenavista de Madrid (10 avril 1931), avec, de gauche à droite, Juan Guerrero Ruiz (haut), Angel Vegué y Goldoni, Gerardo Diego, Jaime Torres Bodet, Mathilde Pomès, Luis Cernuda, León Sánchez Cuesta, Federico García Lorca, Vicente Aleixandre, Oscar Esplá, Claudio de la Torre, José Bergamín et Pedro Salinas : « quand je l’ai vue [sur cette photographie], j’ai ajouté mentalement un quart de siècle en plus, mais la personne avait peu changé, c’est mon impression », Daniel-Henri Pageaux.

Souvenirs en zigzags

Lors de mon dernier passage à Madrid, début novembre, à l’occasion de la sortie d’un des derniers livres sur le « Quichotte » que j’ai eu le plaisir de préfacer (Francisco Carratalá, « La utopía vital quijotesca », Madrid, ed. Pigmalión), j’ai éprouvé une véritable expérience proustienne, quelque chose qui s’apparente aux fameuses « intermittences du cœur », en me rendant à la Biblioteca Nacional. J’y allais parce que j’avais vu qu’il y avait une exposition sur le centenaire de la naissance du dramaturge Buero Vallejo et une autre sur le « don Quichotte » à l’usage du jeune public (une petite merveille…). Ma surprise fut grande quand je m’aperçus qu’il y avait en plus deux autres expositions : l’une autour des « Beatos », les vénérables manuscrits apocalyptiques qui intéressaient celui qui a grandi à l’ombre landaise de l’Apocalypse de Saint-Sever (mais l’original est la BnF), et l’autre – celle qui motive ce petit texte – sous le titre « Cartas a una mujer », consacrée à Mathilde Pomès (1886-1977).
Je gage que rares seront ceux, parmi les hispanistes, qui, à la lecture de ce nom, auront, comme moi, cette sensation soudaine et vive, d’une trouée dans le passé, d’une remontée dans le temps. En quoi ce nom peut-il intéresser les chroniques de l’Institut Hispanique ? Il se trouve qu’en 1957-58, alors que j’entamais une licence d’espagnol avec le premier des quatre certificats (« Etudes pratiques »), j’ai suivi, salle Delpy (toujours elle !) des cours de Mathilde Pomès qui, à vrai dire, prenaient la forme de causeries qui n’intéressaient d’ailleurs qu’un « happy few ».
Mathilde Pomès fut la première femme agrégée d’espagnol en 1916. Née dans un petit village des Hautes-Pyrénées, ce premier trajet ne peut être que digne d’étonnement et d’admiration. Je ne vais pas détailler le précieux catalogue, édité fort opportunément à cette occasion (« Cartas a una mujer », Biblioteca Nacional de Madrid, 2016, 300 p., 20 euros), coordonné par Elisa Ruiz García, veuve de Manuel Sito Alba, universitaire et comparatiste. Au reste, je me propose de faire une recension de cette publication dont la richesse et l’intérêt pour l’hispanisme et un certain comparatisme sont de tout premier ordre. Non seulement pour les informations bibliographiques, pour l’iconographie, pour la connaissance de la carrière de Mathilde Pomès qui avait été retracée brillamment naguère par Paulette Patout – auteur d’une impressionnante thèse sur « Alfonso Reyes et la France », mais surtout pour les textes, repris in extenso, des lettres (un choix, bien sûr) adressées à celle qui fut l’amie d’innombrables Espagnols sur plusieurs décennies, avant et après 1936. Faut-il décliner la liste de ces illustres correspondants ? Au choix : Manuel de Falla, Pedro Salinas, Unamuno, Azorín, Ramón Gómez de la Serna, Antonio Machado, Jorge Guillén, Gerardo Diego, Vicente Aleixandre… et pour les correspondantes Zenobia Camprubi, l’épouse de Juan Ramón Jiménez et Margarita Bonmati, première épouse de Pedro Salinas … A quoi s’ajoutent les hispanistes français, au premier chef, Marcel Bataillon et Jean Cassou. Je n’en dis pas plus pour laisser à d’éventuels lecteurs – et pas seulement de ma « génération » – la joie de retrouver un demi-siècle de gloire pour les lettres espagnoles.
Si je reviens à Mathilde Pomès, siégeant sur l’estrade de la salle Delpy, j’ai le souvenir tout visuel – mais à distance – d’un superbe chignon bien tiré et haut placé et, celui, tout auditif, d’une petite voix qui égrenait des impressions de lectures, des commentaires au fil de la plume ou proches de la conversation amicale, sur des textes qu’elle avait admirés et souvent traduits. Elle fut en effet une remarquable figure de médiatrice. Et, dernier souvenir – culturel cette fois – qui me renvoie à des occasions pour l’étudiant que j’étais, des livres bon marché, dans l’une des multiples librairies bouquinistes du Quartier Latin, du Boul’Mich’, deux ouvrages parmi ses multiples traductions (et non des moindres) : « Le Romancero (Stock, 1947), qu’elle avait aussi préfacé et dédié à don Ramón Menéndez Pidal et une adaptation du Persiles » de Cervantès, à partir de la traduction de « Daudigné » (sic) dans la collection des « Voyages imaginaires » (Stock, 1947). Les bois gravés de Van Rompaey ajoutent au charme quelque peu désuet de l’édition ; mais je ne saurais trop conseiller la monumentale traduction (et préface) de Maurice Molho (Corti, 1994).
Les cours que donnait Mathilde Pomès étaient facultatifs, destinés à enrichir la culture générale des apprentis hispanistes. Il en était de même avec les cours de Juan Murcia, lecteur, donnés aussi Salle Delpy. L’ombre de Mathilde Pomès que j’ai souhaité, très modestement et trop rapidement, faire remonter à la lumière me fournit l’occasion de revenir dans les murs de l’Institut Hispanique qui suscitent, depuis déjà quelques mois, des témoignages précieux et émouvants.
Si je reprends les cours que j’ai eus d’octobre 1957 à mai 1961 (juste avant de passer l’Agrég), je veux rappeler que les locaux du temple de l’hispanisme, rue Gay Lussac, étaient déjà, à l’époque, à ce point insuffisants pour accueillir les promotions successives d’étudiants que ceux-ci devaient courir d’un bout à l’autre du Quartier Latin et zigzaguer dans la Sorbonne pour composer leur menu. A l’Institut Hispanique proprement dit, pendant les quatre ans que j’ai mentionnés, je n’ai suivi que quelques cours : ceux d’Albert Mas (Etudes pratiques, civilisation du Siècle d’Or), d’Aristide Rumeau (Le « Lazarillo » et Góngora, pour l’Agrég), Paul Verdevoye (« El Modernismo hispanoamericano » et Canaima de Rómulo Gallegos pour l’Agrég), Manuel Muñoz Cortés (sur le premier Siècle d’Or) – il est passé ensuite à l’université de Murcia – Nelly Clemessy (sur le XIXème siècle et pas seulement la Pardo Bazán), Monsieur Hawelka (Philologie hispanique), Jacques Lafaye (sur Las Casas mis au programme d’Agrég…), Simone Saillard (sur le XIXème siècle) et ceux du directeur des lieux, descendu de son dernier étage, Charles-V. Aubrun. Mais je le retrouvais à la Sorbonne, escalier C 2ème étage, dans la Bibliothèque de Portugais qui ouvrait généreusement ses portes à sa voisine, la littérature comparée… pour des cours sur le mythe de Prométhée (« La estatua de Prometeo » de Calderón). Il allait aussi dans un amphi de la Sorbonne (Guizot ou Turgot…) pour des cours d’Agrég sur « l’année 1902 ».
Je veux rappeler, non sans quelque émotion (et nostalgie), qu’en 1960, l’année ou je préparais avec lui mon mémoire d’études supérieures (ancêtre du master), c’est à lui que je dois d’avoir été recruté comme « moniteur » et d’avoir donné des cours de thème et de version (« horribile dictu »…), au deuxième ou troisième étage de l’Institut Hispanique, à des « licenciatifs », autant dire des collègues en herbe, parmi lesquels figuraient Jean-Marie Clerc qui a défendu avec brio à l’Université de Montpellier les études cinématographiques et la francophonie. Et, bien plus tard, j’associe encore la salle Delpy à quelques colloques sur l’Amérique hispanique, organisés par Paris IV et où nous nous sommes retrouvés, Paul Verdevoye et moi ; il était devenu mon collègue à Paris III.
J’en ai fini, je crois, avec la mythique salle Delpy, mais non pas avec les études hispaniques qui bénéficiaient d’une dispersion, ou d’une diaspora assez large. J’énumère, en me fiant à ma mémoire ou à mon assiduité : des cours de thème (admirables) donnés par le « jeune » assistant Robert Marrast à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique latine (traduction non stop de « Lorenzaccio », tout était dans la vélocité, qualité en sus). Je dois signaler aussi, mais je reviens décidément une fois encore à la Salle Delpy, les séances d’une sorte de Club hispanique qu’il animait et où il faisait venir tout ce qui relevait de l’hispanisme et qui était de passage ou d’actualité à Paris : c’est ainsi que, dans cette salle Delpy, nous avons entendu la voix tonitruante de Jorge Icaza, l’auteur de l’immortel « Huasipungo », parler de son « Ecuador » natal et de substantielles causeries de Claude Couffon, grand traducteur…
Revenons à la rue Saint-Guillaume et à l’Institut d’Amérique latine pour des cours d’André Saint-Lu (sur Las Casas) que j’ai aussi retrouvé à Paris III, plus tard ; à la Sorbonne, dans le grand amphi Descartes, des cours de 2h de grammaire (très personnelle), administrés par Maurice Molho. Mais nous avions aussi avec lui des cours de thème (éblouissants) dans un petit amphi de Médecine Coloniale, tout en hauteur, rue de l’Ecole de Médecine ; et encore, des cours de littérature (Sainte Thérèse et Galdós) par Robert Ricard dans l’amphi du sous-sol de l’Annexe de la Sorbonne, rue de la Sorbonne. Enfin (faut-il dire « last but not least » ?), des cours de philologie romane (l’année de l’Agrég) dispensés par Pierre Fouché, lundi matin 8h-10h, dans l’amphi Guizot. J’ai rarement vu, pour un même homme, deux visages aussi dissemblables : celui, aimable et badin, dans les « Cursos de verano » à León, où je suis allé pendant trois ans, et la silhouette imposante du maître, mains dans les poches, dissertant sur l’évolution des voyelles en bas-latin, s’arrêtant pour nous interroger au hasard sur nos préparations à la maison : « troisième rang, cinquième personne à gauche… ». Un jeu s’apparentant à la bataille navale qui nous glaçait.
Nous, c’est-à-dire ? Bien sûr une large soixantaine, je crois, d’étudiants, surtout d’étudiantes. Mais, bien sûr aussi, celles et ceux avec qui, par jeu d’affinités, je poursuivais des études, avec quelques haltes au Dupont, angle du Boul’Mich’ et de la rue des Ecoles : Marie-Claire Zimmermann, née Puybaraud, qui a su allier la poésie du XXème et les lettres catalanes médiévales et modernes ; j’ai fait avec elle et Jacques Fressard, fin chroniqueur à la Quinzaine, entre autres, mon stage d’agrégation (un mois à Henri IV), Danièle Becker, musicologue, Martine Hamel-Fouques, partie plus tard à Caen, Jean-Pierre Ressot qui s’est spécialisé dans le XXème siècle. Et encore Michelle Giudicelli, passée au portugais, talentueuse traductrice de Lobo Antunes.
Temps révolus… C’est pourquoi il faut les traverser en zigzags, avec le plus de souplesse et de légèreté possibles, pour montrer que le poids des ans importe peu.

Daniel-Henri PAGEAUX
Prof. émérite (littérature générale et comparée) Sorbonne Nouvelle/Paris III

L’Archive du lundi n°50 – À la recherche de Paco Ibáñez, du côté de chez Guy Debord.

L’Archive du lundi n°50 – À la recherche de Paco Ibáñez, du côté de chez Guy Debord.

À l’occasion de ses recherches sur les liens profonds unissant Guy Debord à l’Espagne, Benito Barja, actuellement doctorant en études hispaniques, nous raconte comment son chemin a croisé celui de Paco Ibáñez, une rencontre teintée de situationnisme au cours de laquelle le chanteur se rappelle, entre autres, le fameux concert en Sorbonne du 24 mai 1969 (évoqué dans l’archive n°20) comme un « événement mythique » qui a lancé sa carrière.

À quand le prochain concert ? Les célébrations du Centenaire vous réservent sans doute une belle surprise…

img_0903

Pochette d’un disque de Paco Ibáñez incluant le récital donné dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne en 1969.

img_0904

Affiche pour un concert donné par Florencie en 1958 à « La Méthode », alors point de ralliement des situationnistes dans le quartier latin.

img_0905

Pochette du disque de Mara Jérez « Chants d’Espagne », de 1970.

Je suis parti à la recherche de Paco Ibáñez avec l’intention de lui poser quelques questions. La raison en est que je travaille sur la relation du situationniste Guy Debord avec l’Espagne. En effet le théoricien de « La Société du spectacle » entretient un rapport singulier à la chanson populaire espagnole et Paco Ibáñez y a joué un rôle, une influence discrète mais majeure.
Un nom occupe une position charnière dans le lien qui unit les deux hommes, celui de la chanteuse Mara Jérez. Guy Debord la rencontre en 1958. Il a 27 ans et vient de fonder avec des groupes d’avant-garde l’Internationale situationniste. Cette organisation est alors une bohème d’artistes et d’intellectuels radicaux qui évolue dans l’ambiance du quartier latin, là où justement Paco Ibáñez fait ses débuts. Les situationnistes et leurs affidés ont pour point de ralliement « La Méthode », un cabaret-bistrot qu’ils viennent d’inaugurer (et de nommer : il est situé rue Descartes !). Le lieu devient durant quelques brèves semaines « the place to be » de l’intelligentsia subversive. Le chanteur-compositeur, guitariste classique et flamenco, Jacques Florencie, concocte la partie musicale, et Mara Jérez, qui est son amie, fait des apparitions. Elle commence alors sa carrière, chantant en castillan l’Espagne rebelle. Pour Mara, la chanson populaire est le patrimoine du peuple et explique mieux la société et ses variantes que les historiens spécialisés : l’histoire vraie, c’est la voix du peuple. Elle s’en fait l’interprète dans un disque de 1970, « Chants d’Espagne », avec des textes de Lorca et d’anonymes. Paco Ibáñez l’accompagne à la guitare et sans doute a-t-il contribué à divers choix artistiques ; tout cela m’intéresse, le contexte politique aussi.
À partir de 1970, l’implication de Debord pour l’Espagne est forte et multiple : politique, littéraire, cinématographique et même discographique. En 1980, pour soutenir des anarchistes emprisonnés en Espagne, il détourne des chansons du folklore espagnol. Il souhaite que Mara chante ses « Canciones de la guerra social contemporánea », dont un certain nombre sont des reprises « détournées » de « Chants d’Espagne » (le disque fait partie des archives Debord à la BNF). La correspondance de Debord fait apparaître Paco Ibáñez dans les préparatifs du projet mais, celui-ci n’étant pas mené à terme, la teneur de son implication reste à déterminer. Cependant son influence est déjà notable, les auteurs que chantent Paco étant aussi ceux que Debord étudie et annote dans ses fiches de lecture : Paco Ibáñez est un « passeur d’Espagne » pour le situationniste. On s’étonne moins du lyrisme passionnel qui lie Debord à l’Espagne quand on sait qu’il y entre par la voix de la poésie chantée d’Ibáñez : son sens du silence et sa note sont les ingrédients d’une épiphanie, avec la rigueur qu’il faut pour ce surréalisme nu qu’est le situationnisme.
Pour cette recherche j’ai un vague souvenir qui relie Paco Ibáñez à un quartier de Paris que je connais. Je pourrais y obtenir des informations, remonter la piste jusqu’à lui. Un espagnol du quartier peut m’aider, le problème c’est qu’il n’est jamais là où l’on me dit qu’il doit être. Puis, après quelques jours de déconvenue, se produit une stupéfiante « synchronicité », comme dans les dérives situationnistes. Tout simplement Paco Ibáñez passe devant moi, la jambe alerte, dévalant la rue jusqu’au kiosque à journaux. Je n’y crois pas. Il est grand, je le voyais plus petit. Habitué à des images de scène où il est seul avec sa guitare et sa chemise noire, je me demande si je ne fais pas une confusion. Le voilà qui achète « El País ». Sa mèche rebelle m’intrigue, quelque chose de « mala hostia », un côté basque, bourru et généreux, c’est sûr c’est lui !
Entre temps il est rentré dans le métro, je le suis. Je me présente et lui parle de Mara, il la connait, il sourit : « Ah Mara ! ». Je lui parle de Debord, mais il ne se rappelle pas le projet que je mentionne. Alors qu’il fait la queue pour acheter des tickets, la conversation continue sur les situationnistes et Mai 68 (l’événement qui les mit en lumière). Ce fut également une période particulière pour lui : en 1969 l’état d’exception est proclamé en Espagne de janvier à mars, sa tournée est annulée. Il retourne dans « la Petite Espagne » d’Aubervilliers, si chère aux dérives de Debord et où habite sa famille. Au mois de mai 1969, il donne un récital dans l’amphi Richelieu de la Sorbonne, qui lie dans l’imaginaire des présents l’Espagne rebelle et Mai 68. C’est, depuis lors, devenu un événement mythique qui a lancé la carrière de Paco (Debord a-t-il vécu ce moment lui qui vivait aux alentours de l’université ?).
Nous avançons dans la file d’attente et il me demande mes origines, à la suite de quoi il reprend les refrains de trois de ses chansons en galicien. Mais quelque chose l’agace et après avoir créé une « situation » poétique exemplaire son propos devient politique, singulièrement situationniste. Dans ce sous-sol où les gens se croisent et s’entrechoquent, il me dit de prêter attention aux bruits qui nous environnent : les portes automatiques qui s’ouvrent et se ferment, l’escalator qui emporte ; dans cette situation-là, l’être humain est une masse circulante qui n’a que le privilège et la fatalité de se porter elle-même. Tous ces bruits qui éraillent, crissent, alertent, tout cela coupe et brise la pensée, l’empêche d’émerger et de s’effectuer. La carapace qu’instinctivement l’esprit construit pour se protéger induit aussi l’abrutissement général et les sentiments émoussés. « C’est très violent » dit-il, et je le comprends d’autant plus qu’il a tenu suspendu un moment de poésie. Moment bientôt englouti dans un affairement qui en est le permanent opposé, mais du moins Ibáñez démontre qu’en tout espace la poésie peut surgir.

Benito Barja

L’Archive du lundi n°49 – Annie Molinié-Bertrand, une pionnière à la direction de l’Institut d’Études Hispaniques

L’Archive du lundi n°49 – Annie Molinié-Bertrand, une pionnière à la direction de l’Institut d’Études Hispaniques

Cette semaine, Mercedes Álvarez San Román nous propose une incursion inédite dans la « Herstory » de l’Institut de la rue Gay-Lussac, un premier pas vers l’écriture d’une histoire de l’hispanisme parisien au féminin…

img_0899

Annie Molinié-Bertrand soutint sa thèse de Doctorat d’État en Sorbonne en 1983. Les membres du jury étaient (de gauche à droite) : Bartolomé Bennassar, Pierre Chaunu (directeur), Paul Guinard, Maxime Chevalier, Lucien Clare.

img_0900

Annie Molinié-Bertrand avec l’historien Antonio Domínguez Ortiz. Cette photo fut prise pendant le Colloque international « Enfers et damnations dans le monde hispanique et hispano-américain », qu’elle avait organisé en Sorbonne (salle Liard) en novembre 1994. Molinié-Bertrand avait rencontré pour la première fois celui qui serait plus tard lauréat du prix Príncipe de Asturias de Ciencias Sociales (1982) alors qu’elle faisait des recherches dans les archives de Simancas dans les années 1970.

img_0901

Portrait d’Annie Molinié-Bertrand lors du colloque « Enfers et damnations dans le monde hispanique et hispano-américain », en Sorbonne en 1994.

img_0902

Portrait d’Annie Molinié-Bertrand lors de la cérémonie de remise des insignes d’officier dans l’ordre des Palmes Académiques, dans le salon de la Présidence de l’Université Paris-Sorbonne, en 2002.

Annie Molinié-Bertrand se présente comme une « hispaniste à vocation historienne ». Derrière cette définition, soutenue par une quarantaine d’années dédiées à l’histoire de l’Espagne et de l’Amérique espagnole, se cache un autre mérite : celui d’avoir été la première femme à diriger l’Institut d’Études Hispaniques de Paris. Cette hispaniste pionnière est une figure clé de la « Herstory » du 31 de la rue Gay-Lussac, c’est-à-dire de l’histoire des femmes qui ont œuvré pour le développement de cette institution. Avant elle, Mathilde Pomès avait ouvert la voie en devenant la première femme agrégée d’espagnol en 1916. Mais il faudra attendre presque huit décennies avant qu’une femme n’occupe un poste à responsabilité au sein de l’Institut. L’arrivée d’Annie Molinié-Bertrand à la direction de l’Institut en 1995 a prouvé que cette fonction, à laquelle elle a consacré dix ans, n’était pas uniquement réservée aux hommes. Récemment son prolifique parcours universitaire lui a valu de recevoir la distinction de Chevalier de la légion d’honneur.

« J’ai fait toute ma carrière à l’Institut d’Études Hispaniques, de 1970 à 2011 », rappelle Annie Molinié-Bertrand dans un entretien réalisé dans ce qui était son bureau au quatrième étage de la rue Gay-Lussac. Retirée depuis plusieurs années de l’enseignement supérieur, elle n’a pas pour autant cessé toute activité. « Je continue à faire de la recherche » signale-t-elle, avant d’expliquer qu’elle se consacre à l’histoire des premiers jésuites espagnols d’origine juive et de leur rapport avec l’Inquisition moderne. Les temps ont évolué depuis qu’elle est devenue Professeure des Universités à la Sorbonne. « Il ne pouvait y avoir de femmes directrices que s’il y avait des femmes professeures de rang A », précise-t-elle. « Aujourd’hui la tendance a été complètement inversée à l’Institut Hispanique, il y a beaucoup plus de femmes professeures », remarque-t-elle.

Pourtant, quand Annie Molinié-Bertrand a commencé sa thèse doctorale les temps étaient bien différents. « Je n’avais pas de modèles de femmes, parce qu’il n’y en avait pas », souligne cette chercheuse qui a pu devenir à son tour une référence pour les jeunes étudiantes. Son directeur de thèse, Pierre Chaunu, a été pour elle un exemple à suivre dans sa carrière. C’est en effet « pour des raisons de fidélité » à Pierre Chaunu, qu’elle a choisi l’Université Paris IV lors de la partition des universités en 1970. Cette même année a été également l’année de son mariage avec Georges Molinié, un jeune assistant en Lettres à l’époque, qui deviendra Président de la Sorbonne à deux reprises (1998-2003 et 2008-2012).

« Il a soutenu sa thèse plus tôt que moi, parce qu’entretemps j’avais eu deux enfants », précise Annie Molinié-Bertrand. Si le partage traditionnel des rôles a été une des causes qui a éloigné les femmes des postes à responsabilité, Annie Molinié-Bertrand a su concilier de manière exceptionnelle la vie familiale avec la recherche. En effet, elle avait dû choisir une autre voie que celle de la Casa de Velázquez et consacrer ses deux mois d’été au travail d’archives en Espagne. « Quand je partais à Simancas, mon mari m’accompagnait souvent avec l’ainée », rappelle-t-elle à propos d’une période où elle étudiait la population du Royaume de Castille au XVIème siècle. « Quand j’ai soutenu ma thèse le plus jeune avait 5 ans », se souvient-elle.

Une fois obtenu le diplôme de docteur(e), elle a gravi progressivement toutes les étapes de la carrière universitaire. « J’ai été aussi la première femme à intégrer le Collège A de la maison, en 1987 », nous confie-t-elle. Huit ans plus tard, elle était nommée Directrice de l’Institut. Peu de femmes avant elle avaient atteint un poste équivalent à la Sorbonne. Edith Weber avait été nommée Directrice par intérim de Musicologie en 1972 et Janine Sourdel-Thomine figure comme directrice de l’U.E.R. d’Art et Archéologie dans les procès-verbaux du Conseil de l’Université en 1977. L’histoire des femmes dans l’Hispanisme reste encore à construire.

En 2012, un hommage a été rendu à Annie Molinié-Bertrand sous forme de livre. Dans l’introduction de « Le Monde hispanique. Histoire des fondations », ses ami-e-s et collègues les plus proches mettent en valeur ses contributions à l’Institut d’Études Hispaniques, notamment l’inauguration d’un enseignement proprement historique de la civilisation espagnole du Siècle d’Or, ainsi que la création avec Jean-Paul Duviols de l’équipe d’accueil « Mentalités et Représentations dans le monde hispanique et hispano-américain (XVIe-XVIIIe siècle) », qui est à l’origine de l’unité de recherche « Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen-Âge aux Lumières », CLEA. L’intention d’Annie Molinié-Bertrand était ainsi de rassembler hispanistes et américanistes autour de cette époque où les liens de part et d’autre de l’Atlantique étaient très forts.

Ses années à la direction de l’Institut se sont distinguées par une ouverture à l’international. Quand elle a succédé à Lucien Clare, l’Institut d’Études Hispaniques avait réussi à être considéré comme « une U.F.R. comme les autres », ayant surmonté ainsi le manque de reconnaissance que l’Hispanisme avait subi historiquement. Annie Molinié-Bertrand s’est investie alors dans les relations internationales de l’Université Paris-Sorbonne en Espagne et en Amérique Latine, devenant une interlocutrice privilegiée pour ceux et celles désireux d’intégrer cette université française. Forte des liens qu’elle avait tissés tout au long de sa carrière comme chercheuse auprès des universités espagnoles et latino-américaines, il s’ensuivit l’ouverture de l’Institut vers l’extérieur.

Quand Georges Molinié a été élu Président de la Sorbonne en 1998 elle s’est confrontée à nouveau au défi de concilier sa vie privée et sa vie universitaire. « Si je prenais la parole dans les Conseils, je ne pouvais pas effacer mon nom », explique Annie Molinié-Bertrand, qui reconnaît que gérer cette situation « n’était pas toujours très simple ». Néanmoins, le fait d’appartenir à des disciplines différentes et de développer son activité dans des lieux éloignés a contribué à maintenir séparées ces deux sphères de sa vie. Elle rappelle que cette circonstance ne l’a pas écartée de ses objectifs : « il fallait que je défende l’U.F.R. comme si c’était n’importe quel Président ».

Ces dix ans de direction ont marqué une nouvelle étape à l’Institut, celle où les femmes peuvent participer à la prise de décisions. Une alternance homme-femme à la tête de l’institution s’est instaurée naturellement depuis le départ d’Annie Molinié-Bertrand en 2005. Lui ont succédé d’abord Sadi Lakhdari de 2005 à 2012, puis Nancy Berthier qui est en poste depuis 2012 avec deux directrices adjointes, Louise Benat-Tachot et Julie Amiot-Guillouet. C’est grâce à l’action de femmes comme Annie Molinié-Bertrand que ce début de normalisation aux postes de responsabilités est possible aujourd’hui. Malgré ces avancées, les femmes restent minoritaires dans la hierarchie universitaire. En effet, selon un rapport de la Commission européenne, en 2010 la France comptait seulement 6,5% de femmes dans les postes de direction d’établissements d’enseignement supérieur. À l’Université Paris-Sorbonne, seulement cinq U.F.R. sur 18 ont aujourd’hui une directrice. Dans ce cadre, le rôle joué par les pionnières est determinant pour envisager un futur paritaire.

Par Mercedes Álvarez San Román

L’Archive du lundi n°48 – Une page de l’histoire de l’Institut dans les années quarante

L’Archive du lundi n°48 – Une page de l’histoire de l’Institut dans les années quarante

En attendant la rencontre du 22 novembre « Hablemos de Cervantes », prévue à l’occasion de la commémoration du 400ème anniversaire de la mort de l’auteur, voici une archive qui nous plonge dans un autre espace-temps, l’Institut des années quarante, où il était déjà question de rendre hommage au créateur de don Quichotte.
Nous remercions Gilbert Zonana de nous avoir si aimablement communiqué cette page de l’histoire de l’Institut et ces documents d’archive.

img_0895 img_0896

Deux photographies prises à l’occasion de la réception organisée en l’honneur de Gabriela Mistral, le 19 janvier 1946.

img_0897 img_0898

Deux affiches annonçant des conférences liées à la célébration du quatrième centenaire de Cervantès et la représentation de « El Retablo de las Maravillas » par le groupe artistique de l’Institut Hispanique, programmée le 13 mars 1948, à 17h15 précises, dans l’amphithéâtre Richelieu.

Bernard Pottier et moi sommes de vieux amis, depuis… 1943 ! Les Allemands étaient encore à Paris ! Après la Libération et la capitulation allemande, ce fut une telle explosion de joie à travers la France qu’il ne faut pas s’étonner si à l’Institut les soirées dansantes et les spectacles se multipliaient.
En 1945, le prix Nobel de littérature fut décerné pour la première fois à un latino-américain, la poétesse chilienne Gabriela Mistral. Le professeur Delpy, Directeur de l’Institut organisa en son honneur une réception le 19 janvier 1946. Ce sont les deux photos ci-jointes.
En 1948, 4ème centenaire de la naissance de Cervantès. J’étais alors président du « groupe d’études ». J’écris aux journaux, à la radio. Le « Retablo de las Maravillas » est représenté à l’amphi Richelieu et « Les Nouvelles Littéraires » nous dépêchent un collaborateur qui écrit un article dithyrambique (« une perle d’un pur Orient »). J’ai gardé le numéro (avril 48 je crois), mais ne le retrouve pas (pas encore).

Gilbert Zonana

L’Archive du lundi n°47 – Avoir étudié à l’Institut d’Études Hispaniques

L’Archive du lundi n°47 – Avoir étudié à l’Institut d’Études Hispaniques

Cette semaine, c’est un véritable morceau de la vie de l’Institut que nous vous proposons, à travers cette archive d’un format un peu particulier concoctée par une ancienne étudiante, Cécile Irigaray. Une belle occasion pour nous d’intégrer à l’écriture de l’Histoire de l’hispanisme parisien les générations d’étudiants qui se sont succédées entre les murs de l’édifice de la rue Gay-Lussac !

img_0893

Texte « Avoir étudié à l’Institut d’Études Hispaniques » composé de témoignages recueillis par Cécile Irigaray, ancienne étudiante de l’Institut.

img_0894

Photographie des accessoires du bon agrégatif, par Cécile Irigaray.