José Da Silva Terra (1928-2014)

José DA SILVA, pseudonyme littéraire : José TERRA (24/05/1928 – 17/01/2014): Professeur de portugais à la Sorbonne-Paris IV (1988-1996) et 3 décennies auparavant lecteur de portugais à la Sorbonne (1961-1969)

Portrait par Monique Da Silva

 Titulaire d’une Licence de Lettres classiques (5 ans d’études) obtenue à l’Université de Lisbonne en 1956, José Fernandes da Silva fut d’abord Lecteur de portugais à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, de janvier 1957 à septembre 1961 (donnant aussi des cours au Collège universitaire de Nice), puis à la Sorbonne, à l’Institut de Portugais, d’octobre 1961 à septembre 1969. De 1962 à 1967, il prit part aux Cours d’Été Hispano-Portugais d’Orense-La Corogne, créés par Madeleine et Arcadio Pardo.

En janvier 1969, il fut nommé Assistant associé au Centre Universitaire Expérimental de Vincennes, choisi par le noyau cooptant (Louis Urrutia et Raymond Marcus). Responsable du département d’Études des Pays de Langue portugaise depuis octobre 1970, à Vincennes puis à St-Denis, il gravit tous les échelons universitaires, devenant Professeur en 1984, après avoir soutenu à Paris III, sous la direction du Prof. G. Boisvert, une thèse d’État sur travaux (5 vol.,1913 p, inédite), intitulée  João Rodrigues de Sá de Meneses et l’Humanisme portugais 

En octobre 1988, il quitta Paris 8 pour succéder au Prof. Teyssier à la direction du département des Études portugaises, brésiliennes et de l’Afrique lusophone de Paris IV, poste qu’il occupa 8 années durant jusqu’à sa retraite en septembre 1996, à 68 ans. En 1994, avec M.-C. Zimmerman et C. Esteban, il avait créé le séminaire de Poésie, le PIAL actuel, qu’il fréquenta avec enthousiasme pendant de nombreuses années.

Parallèlement, José Da Silva Terra, nom sous lequel il signait ses articles universitaires, fit cours à l’ENS de St-Cloud dans les années 60, puis pendant plus de 20 ans assura la préparation aux épreuves de portugais des concours d’entrée à HEC, à l’ESCP et à l’ESSEC, dont il faisait partie des jurys.

En 1977, il créa au Centre Culturel Portugais de la Fondation C. Gulbenkian des cours de Langue et Culture portugaises pour tout public (7 niveaux) qui permettaient d’obtenir l’équivalence à certaines U.V de l’Université de Paris 8  et dont il assura la direction pédagogique pendant 17 ans jusqu’en 1994.

Le prix « Talentos 2006 » qu’il reçut à Lisbonne en juillet 2007, dans la catégorie « Divulgation de la Langue portugaise » rendit un juste hommage aux 40 ans de sa vie universitaire dédiée à la diffusion en France de la Langue, de la Littérature et de la Civilisation portugaises.

Rappelons qu’avant son arrivée en France en janvier 1957, José Terra avait été l’un des membres fondateurs de la Société Portugaise des Ecrivains, cofondateur et codirecteur des revues Árvore et Cassiopeia éditées à Lisbonne entre 1951 et 1953 pour la première et en 1955 pour la seconde. Il fut aussi traducteur littéraire des éditions «Livros do Brasil », «Portugália Editora», «Publicações Europa-América» de Lisbonne et « Tavares Martins Editora» de Porto et obtint le Prix de Poésie «Teixeira de Pascoaes» en 1955 pour son recueil Canto Submerso.


Bibliographie (extraits)

* du lusitaniste

1) Obra Poética, Modo de Ler, Porto, 2014, contenant 4 recueils épuisés (Canto da Ave Prisioneira, 1949 [saisi par la Censure] ; Para o Poema da Criação, ed. Árvore, 1953 ; Canto Submerso, Portugália editora, 1956 ; Espelho do Invisível, Livraria Morais editora, 1959), 20 poèmes inédits et 20 autres publiés dans des revues

2) Méthode audio-orale pour l’enseignement du portugais: (20 leçons suivies d’exercices structuraux), méthode créée en 1968-1969 et adoptée dans diverses Universités en France et à l’étranger.

3) João Rodrigues de Sá de Meneses et l’Humanisme portugais, thèse inédite de 1913 pages, soutenue à Paris III-Sorbonne Nouvelle en 1984.

4) « Le Diálogo de Preceitos Moraes de João de Barros », in Bulletin des Etudes Portugaises, T. XXX, 1969 (avec reproduction en fac-similé du seul exemplaire complet de l’édition princeps de 1540, existant à la Bibliothèque Municipale de Rouen et identifié par José Terra en 1969), p. 77-87 + 14 p. en fac-similé contenant chacune 4 p. de l’original.

5) Camões, par Georges Le Gentil, traduction, avec préface, notes et appendice par José Terra, Lisboa, Portugália Editora, 1969, 280 p.

5) « Nouveaux documents sur les Portugais à l’Université de Paris (XVIe siècle) », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. V, 1972, p.190-260, ill.

6) « Seis poemas de André de Resende », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. VII, 1974, p. 431-469, ill. (Six poèmes en latin, dont cinq inédits, traduits en portugais avec une étude).

7) « Espagnols au Portugal au temps de la Reine D. Catarina. I – D. Julião de Alva (c. 1500-1570) », in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, t. IX, 1975, p. 417-506, ill. (Sur des documents inédits).

8) « Um Humanista galego nos cárceres da Inquisição portuguesa – Cadabal Grauius Calydonius (c. 1512-1575) », « Hommage à Louis Urrutia » in Les Langues Néo-latines, Paris, n° 239, 1981, p. 39-54.

9) « Les Exils de Garrett en France », in Bulletin des Etudes Portugaises, nouvelle série, tomes XXVII-XXIX, 1967-1968, p. 163-211 (Sur des documents inédits).

10) « Os Emigrados liberais portugueses em França », in Les Rapports culturels et littéraires entre le Portugal et la France, Actes du Colloque, Paris, 11-16 octobre 1982, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1982, p. 323-338.

* sur le lusitaniste (sélection)

-Bernardes, José Augusto Cardoso, « TERRA (José Fernandes da Silva) », Biblos, Enciclopédia  VERBO das Literaturas de Língua Portuguesa, Ed. Verbo, Lisboa-São Paulo, vol. 5, 2005, p. 401-403.

– Coelho, Eduardo Prado, « A arte e o invisível na poesia de José Terra », in A palavra sobre a palavra, Porto, Portucalense editora, 1972, p. 205-214.

– Esteves, José Manuel da Costa « La poésie de José Terra: l’acte créateur comme acte libérateur », in Árvore (1951-1953) et la poésie portugaise des années cinquante, Actes du Colloque organisé par M. H. Araújo Carreira, Paris, Editions Lusophone, 2003, p. 81-98. Étude complétée et actualisée dans la Préface en portugais de Obra Poética de José Terra, Modo de Ler, Porto, 2014, p.11-35.

– Hörster, Maria António Henriques Jorge Ferreira, Para uma história da recepção de Rainer Maria Rilke em Portugal (1920-1960), Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa, 2001, p. 645- 652 et nombreuses autres références.

– Martinho, Fernando J.B., « José Terra : o canto ‘tenso e lúcido’ de um poeta a redescobrir », Colóquio Letras, C. Gulbenkian, n° 188, janeiro/abril 2015, p. 196-205.

– Zimmermann, Marie-Claire, « De l’obscur à l’écriture: un sonnet de José Terra », in Árvore (1951-1953) et la poésie portugaise des années cinquante, Actes du Colloque organisé par M.H. Araújo Carreira, Paris, Editions Lusophone, 2003, p. 99-111.

– Revue en ligne Iberic@l, n°9, printemps 2016, III/Documents, p. 217-254, Hommage à José Terra (Mònica Güell, Laurence Breysse-Chanet, Maria Graciete Besse, Marie-Claire Zimmermann), 20/03/2015 au Centre d’Études catalanes, Paris IV-Sorbonne.

– http://literaturaliteraturaliteratura.blogspot.fr/2013/10/jose-terra-vida-e-obra-poetica.html

Pour une bibliographie plus complète, voir le doc. PDF

José DA SILVA TERRA, Bibliographie


Voir aussi  Archives du lundi n° 8 : Hommage à José Terra par Hélène Thieulin-Pardo et Irène Da Silva, n° 16 : À la mémoire d’un ami, par Arcadio Pardo, n° 61 : un (futur) président de la République chargé de cours de portugais à l’IEH, par Monique Da Silva

Photographie: © Monique Da Silva, au secrétariat du Département de Portugais de l’université Paris 8 en juin 1985


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.