Pedro Salinas (1891-1951)

Lecteur de 1914-1917 à l’Université de la Sorbonne

Portrait par Bernadette Hidalgo-Bachs

C’est en pleine première guerre mondiale que Pedro Salinas est nommé lecteur de littérature espagnole en Sorbonne. Toutefois, dans Cartas de amor a Margarita (1912-1915), il ne cache pas son enthousiasme de vivre à Paris. Dès son arrivée, le 3 décembre 1914, il écrit : « París continúa desarrollando ante mí su maravilloso espectáculo ». Féru d’art et de tous les genres littéraires, il sait qu’une riche vie culturelle l’attend, il affirme vouloir « enterarse de todos los movimientos artísticos del mundo ». On apprend dans la correspondance avec sa fiancée, Margarita Bonmati Botella, que Pedro Salinas connaît très bien la littérature française (il traduira entre autres Proust). En tant que lecteur, ses cours portent d’abord sur Fernán González : « Explico un día Fernán González y otro día los artículos de Larra. Lo primero es pesado y árido, pues todo es explicación del lenguaje y de formas antiguas del castellano ». Et sur les articles de Larra : « Explico costumbres, vida social y literatura de una época y eso es más ameno. ».

Dans ses lettres, il est souvent question des conséquences de la guerre. Ainsi Pedro Salinas écrit-il à sa fiancée dès le 1er décembre 1914 : « Ninguna casa editorial española trabaja durante la guerra y nadie toma lecciones particulares. » Une semaine après le début de ses cours, le 8 décembre 1914, le lecteur est surpris par le nombre réduit d’étudiants : « Son muy poco, seis, cuatro señoras y dos hombres. Como ves predomina la feminidad este año en la Universidad, a causa de la guerra ». Il constate très vite que « El ambiente de guerra le gana a uno » et il ne laisse pas de déclarer son antimilitarisme : « Lástima que todo haya venido a parar en un desastroso militarismo […] Yo tengo una gran confianza en la paz » (thème qui fera l’objet de deux longs poèmes de Todo más claro publiés en 1949).

Cependant la rencontre de nombre de professeurs s’avère très gratifiante comme celle d’Ernest Martinenche et, dès 1914, une longue amitié commence avec Mathilde Pomès et Jean Cassou.

En 1915, sur les conseils d’Américo Castro, Pedro Salinas va préparer pendant les deux années suivantes le concours universitaire pour être professeur de littérature car il est alors titulaire d’une licence d’histoire. Il préparera ensuite un doctorat.

Après ses années passées à la Sorbonne, il occupe la chaire de langue et de littérature espagnole à l’Université de Séville de 1918 à 1920. C’est son ami Jorge Guillén qui lui succèdera à la Sorbonne comme lecteur.

Pedro Salinas est ensuite professeur visitant à Cambridge University en 1922-1923. À partir de 1924, il commence à publier des recueils, des traductions, des essais. En 1928, il s’installe à Madrid, car on lui confie la direction des cours d’été pour étrangers au Centre d’Études Historiques. Plus tard, Pedro Salinas dirige alors l’Université Internationale d’été à Santander, institution unique en Europe, qu’il a créée, avec le soutien du Ministre de l’Instruction Publique, Fernando de los Ríos, sous le gouvernement républicain de Manuel Azaña. En 1935, il accepte un poste au Wellesley College et à l’Université Johns-Hopkins à Baltimore ; son opposition au franquisme et les problèmes matériels feront qu’il restera aux Etats-Unis avec sa famille jusqu’à sa mort à Boston en 1951.

Pour aller plus loin : bibliographie complète de Pedro Salinas


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.