Robert Marrast (1928-2015)

Professeur

Portrait par Marie-Claire Zimmermann

C’est avec bonheur et avec émotion que je parlerai ici de Robert Marrast, dont je fus d’abord l’étudiante, puis la collègue et la fidèle amie.

Revenons au point de départ, c’est-à-dire à l’arrivée d’un jeune assistant à la Sorbonne, vers les années 1958-1960. Nous, étudiants d’espagnol, n’avions pas seulement cours à l’Institut Hispanique ou en Sorbonne, car déjà la place manquait, et, chaque semaine, nous occupions un amphithéâtre à l’Institut d’anglais, rue de l’école de médecine. Je me souviens donc de ce matin où, à l’interclasse, nous discutions avec animation et riions en toute liberté, en attendant le cours de littérature de licence qui allait porter sur Sonata de otoño, de Ramón del Valle Inclán. Tout en bas, quelqu’un soudain s’est arrêté et a posé sa serviette sur le bureau. Comme c’était un jeune homme, nous avons aussitôt pensé qu’il s’était trompé de lieu. Personne d’ailleurs ne le connaissait et nous avons continué à rire et à parler. L’inconnu s’est alors exprimé : « Robert Marrast, votre nouvel enseignant ». A voix basse, certains d’entre nous ont exprimé leur étonnement face à une telle jeunesse qui, sans doute, ne pouvait aller de pair avec le savoir de nos grands professeurs dont l’âge était censé garantir le talent. Le jeune assistant avait une voix claire et forte, parfaitement audible. Son autorité était perceptible : l’auditoire se tut et écouta la leçon, qui était remarquable. L’on découvrait un professeur passionné, très critique, visiblement exigeant face à son public. Mais, ce que nous avons ignoré ce jour-là, et que nous avons appris, par la suite, lorsque Robert Marrast l’a raconté avec son humour habituel, c’est que, juste avant d’entrer dans l’amphi de l’Institut d’anglais, il avait été interpellé par un appariteur qui lui avait dit que l’accès au bureau était interdit aux étudiants et qu’il fallait passer par une autre porte pour assister au cours d’espagnol. Robert Marrast avait donc dû prouver qu’il était bien membre du corps enseignant, d’où les excuses de l’appariteur, qui était aussi surpris que navré.

Cette anecdote, dont nous avons souvent ri ensemble, Robert Marrast et moi, met en évidence une jeunesse certes réelle et indiscutable, mais qui était aussi un trait de caractère qui allait de pair avec un sens aigu de l’ouverture, une extraordinaire disponibilité, le désir et la capacité de découvrir, d’explorer pour parvenir à une véritable connaissance. Robert Marrast fut toujours un professeur stimulant et attentif, depuis la licence jusqu’à l’agrégation. Il se fâchait parfois, lorsque nous étions négligents et superficiels, mais il connaissait parfaitement ses étudiants, ceux qui suivaient ses Travaux dirigés et aussi tous ceux qui posaient des questions après le cours général. Il s’étonnait de notre manque de culture, de notre peu de curiosité face à divers domaines extra-hispaniques, de notre insuffisance lors de la remise de travaux écrits et en particulier de nos dissertations : les notes attribuées étaient affligeantes et nous valaient parfois de durs commentaires, toujours tempérés par un humour confiant qui, au bout du compte, nous divertissait. Le dialogue était de mise : Robert Marrast parvint à faire inviter à l’Institut Hispanique des poètes, des hommes de théâtre et, plus généralement, des artistes ; il nous incita à lire et à fréquenter les bibliothèques et les librairies.

Cependant, Robert Marrast était aussi un immense chercheur, prêt à donner tout son temps à l’exploration des archives. Il évoquait avec fierté certaines trouvailles qui l’avaient d’ailleurs souvent surpris au cours de ses démarches, notamment lors de la préparation de sa thèse sur le poète José de Espronceda (publiée à Paris chez Klincksieck en 1974). Je me souviens de discussions que j’ai eues avec lui et qui m’ont beaucoup aidée lors de mes recherches sur les poètes. En effet, Robert Marrast soulignait la nécessité de bien connaître l’Histoire d’un pays, d’une époque, d’une culture et d’un milieu pour mener à bien, par d’autres biais, nos interrogations sur la nature du fait poétique dans l’œuvre que nous avions décidé d’interroger. Ce grand hispaniste avait la passion de l’Espagne, de la langue et de la littérature espagnoles qu’il avait découvertes alors qu’il avait entrepris des études de lettres classiques, avec grec ancien et latin.

Le jeune assistant devint professeur et il choisit alors la mobilité qui lui permit d’être en contact avec des publics différents. Il enseigna dans plusieurs universités : après la Sorbonne, il y eut Rennes II, Paris-III Sorbonne Nouvelle, Bordeaux III. Il était devenu Docteur honoris causa de l’Université d’Alicante. Le discours qu’il prononça à cette occasion met en évidence la fidélité de Robert Marrast à ses collègues et amis de la Sorbonne et, en particulier, la profonde reconnaissance envers les professeurs que nous eûmes tous à l’Institut Hispanique : Charles-Vincent Aubrun et Aristide Rumeau, à qui, d’une façon ou d’une autre, nous devons tant.

 

L’œuvre critique de notre ami est considérable. A côté d’articles, de communications et d’ouvrages divers figurent de riches volumes qui contiennent des textes édités et annotés par Robert Marrast :

Théâtre espagnol du XVIème siècle, sous la direction de Robert Marrast, Introduction de Jean Canavaggio, Paris, Gallimard, 1983.

Théâtre espagnol du XVIIème siècle, sous la direction de Robert Marrast, Introduction de Jean Canavaggio, Paris, Gallimard, 1994.

Rafael Alberti, Obras completas. Poesía II, Barcelona, Seix Barral, 2003.

Rafael Alberti, Obras completas. Prosa II, Barcelona, Seix Barral, 2009.

N’oublions pas enfin le traducteur dont les productions sont extrêmement nombreuses. Si Rafael Alberti est bien connu des Hispanistes aujourd’hui, c’est aussi grâce aux travaux et aux traductions de Robert Marrast.

 

Écrire, travailler, faire connaître : tel fut le parcours de Robert Marrast, qui ajoutait, lorsqu’on l’en félicitait, que ces mots impliquaient d’abord un durable plaisir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.