Claude Esteban (1935-2006)

Portrait par Laurence Breysse-Chanet

On trouvera peut-être le mot
soleil
écrit sur une page.

Claude Esteban, poète, critique et traducteur de poésie, a été Professeur à l’Institut hispanique, où son enseignement sur la poésie et la peinture espagnole sont demeurés inoubliables pour tous ceux qui l’ont entendu. Il a par ailleurs, comme du même souffle, effectué un magnifique travail d’édition de poésie, dirigeant notamment de 1973 à 1981 la revue Argile des éditions Maeght et, de 1984 à 1993, la collection « Poésie » des éditions Flammarion. Il a également été Président de la Maison des Écrivains de 1998 à 2004.

Claude Esteban est né à Paris le 26 juillet 1935. Sa langue paternelle était l’espagnol, le français sa langue maternelle, si l’on s’en tient à la nationalité de ses parents, puisque son père était un républicain espagnol réfugié en France. Ce bilinguisme devait être le drame où allaient s’écrire les poèmes parallèles d’une vie, du nom du livre de traductions publiées chez Galilée en 1980.
Élève de l’École Normale, il se consacre d’abord à l’étude du français, du latin et de l’histoire, avant de passer l’agrégation d’espagnol.
Il commence à écrire dans les années 60 et publie son premier livre, La Saison dévastée, en 1968. À ses recueils de poésie, s’ajoutent des proses et des essais consacrés à une réflexion profondément vécue sur le déchirement du bilingue et le pouvoir du langage, à la poésie, à la peinture et à la sculpture – tout particulièrement de Velázquez, de Goya, mais aussi de Hopper, ou de Chillida et d’Ubac.
Il faut mentionner de très nombreuses et magnifiques traductions de poètes classiques ou contemporains de langue espagnole, Quevedo, Góngora, Jorge Guillén, Federico Garcia Lorca, César Vallejo, ou Octavio Paz.

C’est en 2006 qu’est publié son dernier livre de son vivant, Le Jour à peine écrit 1967-1992. Les éditions Gallimard ont publié à titre posthume en 2007 son dernier manuscrit, un poème-testament, achevé juste avant sa mort dans la nuit du 9 avril 2006, La Mort à distance.

 

Pour une bibliographie de Claude Esteban, nous renvoyons en particulier à celle de Xavier Bruel dans L’espace, l’inachevé Cahier Claude Esteban, sous la direction de Pierre Vilar, Éditions Farrago Éditions Leo Scheer, Tours, 2003, p. 315-338.

Quelques essais :
Claude Esteban, Critique de la raison poétique, Paris, Flammarion, coll. Critiques, 1987.

Le partage des mots, Paris, Gallimard, L’Un et l’Autre, 1990.

Quelques traductions :
Jorge Guillén, Cantique, Poèmes choisis, préfacés et traduits par Claude Esteban, Paris Gallimard, NRF, 1977.

Federico García Lorca, Romancero. Poème du Chant Profond, version française par Claude Esteban, Paris, Aubier, 1995.

À signaler :
Le travail du visible : Claude Esteban et les arts plastiques, Xavier Bruel, Paul-Henri Giraud, Araceli Guillaume et Christine Jouishomme (dir.), prologue Bernard Noël, Paris, Hermann, 2014. Le titre renvoie au magnifique ouvrage de Claude Esteban, Le travail du visible et autres essais (Paris, fourbis, 1992).
« Dans le souvenir de Claude Esteban », revue du CRIMIC en ligne Iberic@l, automne 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.