Jean Sarrailh (1891-1964)

Portrait par Renée Clémentine Lucien

« Le nom de Jean Sarrailh reste lié à double titre à l’Institut Hispanique, par l’importance indéniable de son activité de chercheur au sein de l’hispanisme et par sa contribution en tant que recteur de Paris à l’élévation du bâtiment abritant l’Institut.
Lorsque l’ancien recteur de l’Université de Paris, Jean Sarrailh, s’éteignit le 29 février 1964, l’hispanisme venait de perdre l’un de ses plus solides piliers, et cependant la résonance de sa disparition ne se cantonna pas au monde de l’hispanisme international mais émut aussi le milieu intellectuel d’autres champs de la recherche et de l’enseignement. Ce n’est pas un hasard si la préface des deux tomes de « Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh » édités par le Centre de Recherches de l’Institut d’Etudes Hispaniques, 31 rue Gay-Lussac, Paris (5e), en 1966, fut rédigée par une autre brillante figure de l’hispanisme et de l’Institut Hispanique, Marcel Bataillon. L’on ne peut qu’être frappé par le nom de chercheurs renommés, dont Fernand Braudel, et d’éminents hispanistes ayant ou non exercé leur activité d’enseignement dans cet Institut figurant dans l’interminable liste des contributeurs. N’en citons que quelques-uns, Aubrun Charles Vincent, Bataillon Marcel, Blanquat Josette, Canavaggio Jean, Chevalier Maxime, Couffon Claude, Duviols Pierre, Guinard Paul, James Robert, Rafael Lapesa, Charles Marcilly, Mas Albert, Agustin Redondo, Noël Salomon. L’inlassable recherche de l’hispaniste Sarrailh sur Jovellanos aboutit à un impressionnant volume consacré à « L’Espagne éclairée de la deuxième moitié du XVIIIe siècle » (Paris, C. Klincksieck, 1954), livre de base faisant, à son époque, autorité sur l’Espagne des Lumières. Son volume sur les « Prosateurs espagnols contemporains » (Delagrave, 1927), fut un outil précieux pour les professeurs d’espagnol, et l’on ne peut que souligner son intérêt marqué pour la littérature contemporaine et ses fréquentes contributions au « Bulletin Hispanique ». L’américanisme ne fut pas en reste. Dans ses derniers moments, attelé à une recherche sur l’auteur de « Gil Blas », il adressa une étude aux « Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine », n°5, 1964: « A propos de A.R Lesage américaniste ».
Le Béarnais de Monein, incoerciblement attiré par le pays voisin, ayant séjourné 9 ans à Madrid entre 1916 et 1925, et engagé dans l’hispanisme par passion, ne se résolut jamais à reléguer au second plan ses travaux de chercheur lorsqu’il fut appelé à assurer de hautes fonctions administratives, à la tête du rectorat de Grenoble puis celui de Montpellier et enfin celui de Paris, en 1947. C’est à ce titre qu’en 1955, il fut accueilli parmi les membres de l’Académie des Sciences morales et politiques. Marcel Bataillon lui rend encore hommage par ces mots : « Mais quelques demeures de l’hispanisme porteront aussi témoignage du rôle qui lui incomba à une époque de rénovation de l’Université de Paris […] Grâce à son appui, l’Institut d’Etudes Hispaniques de la rue Gay Lussac a pu enfin s’étendre (vers le haut), à la mesure des effectifs d’étudiants que le fondateur, Ernest Martinenche, était loin de prévoir. Le nom de Sarrailh, perpétué par une belle œuvre d’hispanisant, restera aussi durablement lié à une phase d’essor de notre hispanisme universitaire ».

 

Voir également :

Archives du lundi:

-n° 13 Jean Sarrailh (1891-1964) et l’hispanisme par Clémentine Lucien

-n° 39: Jean Sarrailh : une lumière sur « la Ilustración » en Espagne par Adrián Almoguera


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.