L’Archive du lundi n°46 – Lettres de Robert Ricard à Marcel Bataillon (1939). Maurice Legendre et sa « Nouvelle histoire d’Espagne » cristallisent leur antagonisme idéologique (1/2)

L’Archive du lundi n°46 – Lettres de Robert Ricard à Marcel Bataillon (1939). Maurice Legendre et sa « Nouvelle histoire d’Espagne » cristallisent leur antagonisme idéologique (1/2)

Cette semaine, Camille Lacau St Guily nous propose une passionnante plongée dans les divisions qu’a connues l’Institut à un moment où l’histoire de l’hispanisme français était confrontée à la «guerre d’Espagne ».

img_0890 img_0891

Retranscription de la lettre adressée par Robert Ricard à Marcel Bataillon, le 25 janvier 1939.

 

img_0892

Couverture du livre « Nouvelle Histoire d’Espagne » de Maurice Legendre (1938), objet du débat.

Marcel Bataillon (1895-1977), agrégé d’espagnol, est l’auteur de la célèbre thèse « Érasme et l’Espagne », publiée en 1937, aux éditions Droz. Il dirige l’Institut d’Études Hispaniques entre 1940 et 1945, date à laquelle il est nommé à la chaire de langues et littératures de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine, du Collège de France.

Robert Ricard (1900-1984), agrégé de lettres classiques, soutient sa thèse, le 13 mai 1933. Elle s’intitule « La “ conquête spirituelle ” du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-1524 à 1572 ». Elle sera publiée à Paris, à l’Institut d’Ethnologie, en 1933, et traduite en espagnol, à Mexico, en 1947, puis en anglais, à Berkeley, en 1967. Il dirige l’Institut d’Études Hispaniques, dès octobre 1953, Gaspard Delpy (1888-1952) mourant brutalement en décembre 1952, laissant vacante la chaire d’espagnol à laquelle Ricard aspirait beaucoup.

Ces deux importantes figures de l’Institut d’Études Hispaniques et de l’hispanisme se rencontrent, en juillet 1919, à l’École des Hautes Études Hispaniques, qui se trouve, à l’époque, à l’Institut français de Madrid, précisément au deuxième étage. Commence alors entre eux, une amitié sans doute plus intellectuelle que réellement personnelle et intime, selon l’un des fils de Robert Ricard, François-Xavier Ricard.
Et pour cause, les deux hommes, pourtant tous deux passionnés par l’histoire religieuse et spirituelle des mondes ibériques et ibéro-américains, défendent des positions antagonistes sur le plan politique, et divergentes, sur le plan religieux.
La Guerre d’Espagne polarise le débat entre les deux hommes. À l’occasion de la publication du livre « Nouvelle histoire d’Espagne » de Maurice Legendre (1878-1955), publié en 1938, et quelques mois avant la victoire de la dictature franquiste, Robert Ricard, qui est alors professeur à la Faculté des Lettres d’Alger, et qui se refuse généralement à parler de politique dans l’espace public, envoie plusieurs lettres à Marcel Bataillon, désapprouvant, d’une part, la publication de son compte rendu sur le livre de Legendre, bien trop politique pour le « Bulletin hispanique », se positionnant, d’autre part, de façon claire dans la Guerre civile.

Plus largement, Robert Ricard n’approuve pas la posture politique et idéologique de Marcel Bataillon, considéré par lui, comme « un homme de gauche », trop « agnostique », pour « comprendre les problèmes religieux », « de l’intérieur ». Notons à ce sujet que la publication de la thèse de Marcel Bataillon, à la fin de l’année 1937, révèlera également les divergences fondamentales entre les deux hommes, en matière spirituelle et religieuse. Le commentaire détaillé que fera Robert Ricard de la thèse de Marcel Bataillon l’atteste.
De son côté, Marcel Bataillon ne pouvait entendre la sympathie affichée par Robert Ricard à l’égard des nationalistes, puis plus tard, du Maréchal Pétain.

Malgré leur divergence voire leur antagonisme sur certaines questions épineuses, les deux hommes continuent à entretenir des liens amicaux, jusqu’à la mort de Marcel Bataillon, en 1977.

Je remercie M. Michel Fourcade, Maître de conférences (HDR) d’histoire contemporaine, à l’Université Paul Valéry Montpellier III, et Président du Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain, de m’avoir mise sur la voie de cette recherche sur Robert Ricard, de m’avoir donné le nom de son libraire, Pascal Ricard, au « Bateau-livre » de Montpellier, l’un des fils de Robert Ricard.
Merci à Pascal Ricard de m’avoir, à son tour, amenée à prendre contact avec François-Xavier Ricard, un autre fils de Robert Ricard, qui a beaucoup travaillé sur les archives liées à son père et qui a rédigé un texte passionnant, intitulé « Robert Ricard. Récit-portrait », en 2004. Ce texte inédit n’a pas encore été publié.

Nous diffuserons, dans une prochaine « Archive du lundi », une autre lettre envoyée par Robert Ricard à Marcel Bataillon, tout aussi saisissante.

Camille Lacau St Guily


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.