L’Archive du lundi n°32 – Le fabuleux destin de Carlos Ibáñez de Ibero Grandchamp

L’Archive du lundi n°32 – Le fabuleux destin de Carlos Ibáñez de Ibero Grandchamp

L’archive de cette semaine nous arrive tout droit de Turquie, avec une contribution de Pablo Martín Asuero, directeur de l’Institut Cervantès d’Istanbul, qui lève le voile sur un personnage au destin fabuleux, Carlos Ibáñez de Ibero Grandchamp, dont le rôle a été fondamental dans les débuts de l’Institut d’Études Hispaniques : il a été le secrétaire général de l’Institut au moment de l’inauguration du bâtiment de la rue Gay-Lussac et son nom figure en bonne place dans la liste des généreux « donateurs ».
Pablo Martín Asuero est l’auteur de « Carlos Ibáñez de Ibero : D’Athènes à Constantinople. La situation politique en Orient », Istanbul, Les Éditions Isis, 2015.

img_0854

Photographie de Carlos Ibáñez de Ibero (source : Biblioteca Nacional de España, Madrid, Ms. 21924f. 138c.).

 

img_0855 img_0856

Photographies des deux plaques situées à l’entrée du bâtiment de la rue Gay-Lussac, mentionnant chacune le nom de Carlos Ibáñez de Ibero.

 

LE FABULEUX DESTIN DE CARLOS IBÁÑEZ DE IBERO GRANDCHAMP

par Pablo Martín Asuero

Carlos Ibáñez de Ibero Grandchamp est né le 27 février 1882, au sein d’une famille comptant parmi ses membres, depuis plusieurs générations, d’importants dignitaires de l’armée et de l’administration de l’État. Son père, le général Carlos Ibáñez e Ibáñez de Ibero (1825-1891), a fondé puis dirigé l’Institut Géographique National à partir de 1870. En 1889, la Reine Régente lui a donné le titre de Marquis de Mulhacén, faisant par le choix de ce nom allusion au plus haut sommet de la Péninsule Ibérique (3.478 mètres au-dessus du niveau de la mer, situé dans la Sierra Nevada). Ce titre lui a été décerné en guise de reconnaissance pour ses travaux scientifiques, menés pendant de longues années ; travaux au nombre desquels figure notamment la mise en place d’une liaison géodésique avec l’Algérie, en 1879. À la fin de sa vie, le père de Carlos a connu des difficultés d’ordre privé et économique.
Carlos Ibáñez de Ibero Grandchamp a vu le jour à Madrid, où son père et sa mère, Cécile Grandchamp, habitaient alors. La famille s’est par la suite installée à Nice, puis, après la mort du père en 1891, à l’âge de 65 ans, sa veuve est partie vivre à Genève, d’où elle était originaire, avec ses deux enfants. Elle s’est plus tard remariée.
Carlos, quant à lui, est parti à Paris pour suivre des études d’ingénierie et de pédagogie à l’École Supérieure d’Études Sociales. Il a obtenu le grade de docteur en philosophie et en lettres de l’Université de Paris en 1912. L’une de ses premières publications sur l’enseignement scolaire primaire fut récompensée par l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 1913 : « La participation aux bénéfices, ses applications en France depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours ». Cet ouvrage a également eu un certain retentissement en Espagne et a donné lieu à la commande par le Roi Alfonse XIII d’un rapport sur la construction de maisons dans les quartiers ouvriers. C’est ainsi que Carlos a présenté un rapport sur la législation ouvrière espagnole et les activités de l’Institut de Réformes Sociales d’Espagne au Congrès de Sociétés Scientifiques de Paris.
L’ingénierie a constitué l’activité professionnelle principale de Carlos Ibáñez de Ibero mais, parallèlement, il a gardé contact avec le monde académique et il a continué à contribuer à des publications comme « La Educación », la « Revista Internacional de la Enseñanza » et le « Boletín de la Asociación de Legislaciones Comparadas ». Il a fondé le Centre d’Études Hispaniques de l’Université de Paris et il a été élu membre correspondant de l’Académie Royale de Sciences Morales et Politiques de Madrid. Pendant son séjour en France il a aussi été rédacteur de « L’Écho à Paris » et directeur du « Figaro ».
Au début de la Seconde Guerre mondiale, Carlos Ibáñez de Ibero décida d’établir sa résidence à Madrid en compagnie de son épouse. Il vécut au no.41 de la rue Padilla, où il mourut le 18 janvier 1966, sans laisser d’héritiers. Pendant ces années à Madrid, Carlos a poursuivi ses activités d’ingénieur et de collaborateur de presse, mais il n’a aussi cessé de s’impliquer dans le monde scientifique au sein d’institutions telles que le Conseil de la Recherche Scientifique ou l’Institut d’Études Africaines. Il a passé les dernières années de sa vie à se battre pour créer la chaire d’Occident à l’Université de Madrid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.