L’Archive du lundi n°22 – Édouard Lambla de Sarria : un architecte français pour l’hispanisme parisien

L’Archive du lundi n°22 – Édouard Lambla de Sarria : un architecte français pour l’hispanisme parisien

Adrián Almoguera nous propose cette semaine une archive toute « architecturale » à travers le portrait d’Édouard Lambla de Sarria, une figure méconnue mais qui n’en a pas moins joué un rôle important dans la construction de l’image de l’hispanisme parisien…

img_0830

photographie de la façade de l’Institut de la rue Gay-Lussac en 1929.

 

img_0831

dessin de la façade et plans de l’Institut d’Études Hispaniques datant de mars 1927 (Source : Archives Nationales, AJ/52/24).

 

img_0832
page du dossier académique d’Édouard Lambla de Sarria (Sources : Archives Nationales, AJ/52/24).

 

Édouard Lambla de Sarria : un architecte français pour l’hispanisme parisien.

Dans le cadre des commémorations de la naissance de l’Institut d’Études Hispaniques, parlons maintenant de son architecte ! Édouard Armand Lambla de Sarria naquit dans le dixième arrondissement de Paris le 3 mai 1881. Fils d’Amand Oscar Lambla, enseignant, et de Jeanne Marie Nifenecker, institutrice, il entra en octobre 1901 dans l’atelier du très respectable architecte Georges Scellier de Gisors (1844-1905). Ce dernier avait travaillé dans l’entourage de Charles Garnier pour le chantier de l’Opéra de Paris, devenant ensuite inspecteur général des bâtiments civils, puis architecte du palais de Luxembourg en 1889. En 1905, Lambla de Sarria s’incorpora à l’atelier de Louis Bernier (1845-1919), encore un maître fortement marqué par l’esprit des beaux-arts en architecture, et dont l’œuvre majeure est la reconstruction du théâtre parisien de l’Opéra Comique après l’incendie de 1887. Notre jeune Édouard tenta à plusieurs reprises d’intégrer l’École de Beaux Arts, à laquelle il fut finalement admis (en 2ème classe) le 17 juillet 1906. Subventionné par la Ville de Paris, il remporta plusieurs concours académiques sous la direction d’Alphonse Alexandre Defrasse (1860-1939), le fameux architecte en chef de la Banque de France. Après six années d’une formation artistique très classique, le « père » du 31 Gay-Lussac obtint son diplôme d’architecte le 21 novembre 1912 avec un projet de « petit hôtel particulier ». C’est à partir de là qu’à la différence de ses maîtres, il commença une carrière qui l’éloigna des grandes commandes publiques et lui procura une clientèle plutôt privée. Il devint membre de la Société des architectes Modernes, et construisit plusieurs appartements mais aussi des bâtiments industriels à Paris et dans la banlieue parisienne (Pantin, Vincennes…). En 1927, Sarria reçut commande, grâce au mécénat du Marquis de Casa Valdés, pour ériger en plein cœur de la ville ce qui allait devenir le centre de l’hispanisme parisien, l’Institut d’Études Hispaniques. Sur une petite surface de 318 mètres carrés attribuée par l’Université de Paris, les deux étages de ce « premier bâtiment » étaient entourés par d’imposantes institutions telles que l’Institut Océanographique et l’Institut de Chimie Appliquée. L’architecte a su néanmoins imprimer un caractère propre à cette façade dont le portique, richement orné de motifs végétaux, a accueilli plusieurs générations de jeunes étudiants qui ont contribué à la renommée de l’hispanisme parisien depuis l’ouverture de l’Institut le 29 mai 1929. Bien que la façade actuelle témoigne malheureusement des importantes transformations subies par le bâtiment dans les années 1960, dès que l’on traverse son entrée, on ne peut que penser aux mots de M. Martinenche, son premier directeur, quand, lors de l’inauguration, il déclara que « ce modeste hôtel est aussi une œuvre de bonne volonté. Ses donateurs et ses collaborateurs, réunis sous le double patronage de l’Espagne et de l’Université de Paris, sont également convaincus que l’amitié franco-espagnole a des vertus efficaces, et qu’elle ne dépend pas moins d’une connaissance méthodique que de l’élan d’une sympathie naturelle… ». Merci donc, M. Sarria, d’avoir construit ce « modeste hôtel » où presque un siècle plus tard les jeunes générations peuvent toujours apprendre tout en profitant de cette ambiance « naturellement sympa » !
Adrían ALMOGUERA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.