L’Archive du lundi n°16

L’Archive du lundi n°16 – À la mémoire d’un ami

Parallèlement à une histoire institutionnelle, sur laquelle nous nous sommes arrêtés la semaine dernière, nous souhaitons faire émerger une « intrahistoire » de l’Institut d’Études Hispaniques, chose qui nous est permise grâce à l’archive de ce jour, communiquée par Arcadio Pardo, un portrait en mots et en images du professeur et poète José Da Silva, en complément de l’archive n°8.

José FERNANDES DA SILVA, José TERRA

Souvenirs

Je peux me permettre d’offrir ces quelques lignes sur la personnalité de José, car j’ai eu la chance d’avoir été, et sa femme Monique me l’a rappelé, son premier et son dernier ami en France. Plus simplement, notre amitié a duré plus d’un demi-siècle, depuis notre première rencontre jusqu’à sa mort.
Nous nous sommes rencontrés à Aix-en Provence en 1957. J’y étais lecteur à l’université depuis l’année précédente. José a été désigné par le gouvernement de son pays pour occuper le poste de lecteur de portugais laissé vacant par son prédécesseur M. Coimbra Martins.

En 1960 nous avons intégré, ma femme et moi, l’Institut d’Études Hispaniques. Après plusieurs années d’enseignement a Aix, José a été nommé lecteur à l’Institut d’Études Portugaises de la Sorbonne, dirigé à cette époque par Monsieur Bourdon et dont le seul assistant était Georges Boisvert.
Je venais d’un pays qui était sous la dictature. José venait d’un autre pays sous une autre dictature. Mais ce n’est pas cela qui nous a rapprochés, n’étant pas ni l’un ni l’autre, réfugiés politiques, ou exilés. Ce qui a provoqué entre nous une amitié immédiate et définitive est dû à la volonté que nous avions de nous consacrer à l’enseignement de nos langues et de nos cultures respectives, dans le cadre universitaire. Et, bien entendu, et avant tout, notre attachement à la création poétique. Nous avions déjà publié l’un et l’autre plusieurs livres de poèmes.
José a marqué dès ses débuts dans le milieu universitaire, par son savoir et par sa ferme volonté, son passage inoubliable. Il a réussi par ses compétences, sa ténacité, par son travail constant à devenir Professeur en Sorbonne, le premier enseignant portugais à avoir obtenu ce grade depuis le XVIe siècle, paraît-il.
Héritier de la regrettable méconnaissance que nous, les jeunes Espagnols, avions des Portugais et du Portugal à cette époque (mais j’étais quand même lecteur d’Unamuno), j’ai été fortement impressionné depuis notre rencontre, par sa vaste culture humaniste et peut-être encore davantage, par son esprit cosmopolite, bien plus ouvert au monde que ne l’étaient les jeunes Espagnols.
J’ai exposé ailleurs (1), à l’occasion de l’hommage rendu à Georges Boisvert au Centre Gulbenkian, notre aventure de création du Cours Hispano-Portugais d’Orense / La Coruña que José a animé pendant cinq ans avec un enthousiasme et une efficacité remarquables. Cette aventure unique en son genre a porté de nombreux fruits dans bien des domaines et reste un merveilleux souvenir.
José avait une très forte personnalité et nous avons eu la chance, ma femme et moi, d’avoir été si longtemps ses amis, notre amitié étant encore renforcée par les liens qui se sont créés avec Monique, sa femme, et ses enfants.
Arcadio PARDO

(1) Arcadio Pardo, « Georges Boisvert et le cours d’été d’Orense », in Hommage à Georges Boisvert (coord. Bernard Darbord), Publications du C.R.I.I.A., 2011, pp. 61-66.

img_0813

photographie du poète José Terra.

 

img_0814

couverture de « Canto Submerso », ouvrage publié en 1956 pour lequel José Terra obtient le Prix de Poésie Teixeira de Pascoaes.

 

img_0815

Photographie prise dans la cour du Colegio Mayor d’Orense, à l’occasion du cours d’été d’Orense de 1963 : on reconnaît, entourant José Terra (au centre), quelques enseignants comme Madeleine et Arcadio Pardo, André Joucla-Ruau et Georges Boisvert.

 

img_0816

photographie des enseignants et étudiants du Cours Hispano-Portugais de La Coruña (1965? 1966?) en visite à Saint-Jacques de Compostelle. Devinerez-vous quel actuel professeur de l’Institut se cache derrière la petite fille du premier plan?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.