Claude Couffon (1926-2013)

Professeur

Traducteur et poète

Portrait par Jean-Yves Masson

(extraits du texte publié dans Iberic@l, n° 6, Hommage à Claude Couffon)

http://iberical.paris-sorbonne.fr/wp-content/uploads/2014/11/06-13.pdf)

Claude Couffon a été un enseignant de haute mémoire à l’Institut Hispanique, mais il a été aussi un critique et un traducteur tout à fait pionnier à tous égards, dont l’enseignement était un partage constant, imprégné de ses découvertes fabuleuses. Au cours de sa longue activité, il n’a pas traduit que de la poésie, tant s’en faut[1]. Mais à regarder la bibliographie très impressionnante de ses traductions, la poésie forme le fil conducteur véritable de son activité : c’est par elle qu’il commence, au début des années 1950, avec des traductions de Lorca ou de Luis Ibarra, c’est par elle qu’il finit, sa dernière traduction publiée étant Jaguar et autres poèmes de la poétesse mexicaine Elsa Cross, née en 1946, publiée en 2009 chez Caractères.

De fait, les romanciers que Claude Couffon a traduits, ­Asturias et García Márquez, surtout ­ ont une caractéristique commune, c’est d’être aussi des poètes (Asturias) ou d’avoir une inspiration profondément poétique ; de concevoir la substance du roman comme liée à la poésie (García Márquez et bien d’autres). La poésie était aussi au cœur de la vie de Claude Couffon, qui a publié assez tardivement ses propres poèmes (à la parution de son premier recueil, en 1973, il avait déjà 47 ans), mais qui a manifestement toujours écrit de la poésie.

Travailler régulièrement pour les grandes maisons était le signe que Claude Couffon s’était imposé comme un des traducteurs d’espagnol les plus demandés de son époque, un des traducteurs auxquels les grands éditeurs font confiance car ils sont certains de la qualité du résultat. Mais dès lors qu’il s’agit de traduire des poètes, ce n’est plus cela qui compte en priorité car le but de l’éditeur et du traducteur ne saurait être de gagner de l’argent ! Or c’était bien de la traduction de poésie que « venait » Claude Couffon, et il s’est d’ailleurs servi de son prestige pour imposer certains poètes qu’il avait découverts : en 1982, quand Gallimard publie Poème du sud de Luis Mizón, le nom des deux traducteurs, Roger Caillois et Claude Couffon, retient à lui seul l’attention du public des amateurs de poésie.

La liste des éditeurs chez lesquels Claude Couffon a publié ses traductions poétiques correspond, de fait, à une bonne part de l’histoire de l’édition de la poésie dans la deuxième moitié du XXe siècle, on me permettra d’en nommer quelques-uns. Il commence chez Subervie, un des rares éditeurs qui apportent leur soutien aux Algériens en lutte pour leur indépendance dès le déclenchement des « événements » de 1954 qu’on n’appelle pas encore, à l’époque, la « guerre d’Algérie ». Son amitié avec Jean Sénac a joué un grand rôle dans cet engagement. Puis Claude Couffon rencontre Pierre Seghers, pour qui il traduit deux volumes de Nicolás Guillén en 1955 (Guillén venait d’obtenir le Prix Staline en 1954, dont on a peine aujourd’hui à imaginer le retentissement), Juan Ramón Jiménez en 1956 (année où Jiménez obtient le Prix Nobel), les Messages indiens d’Asturias en 1958. C’est chez Seghers que Claude Couffon publiera en 1962 les résultats de sa retentissante enquête sur Lorca (À Grenade sur les pas de Lorca), et il sera l’un des plus fidèles collaborateurs de la célèbre collection « Poètes d’aujourd’hui » lancée par Seghers en 1944 : il conçoit en 1964 le volume consacré à Nicolás Guillén, en 1965 celui sur Rafael Alberti, en 1970 celui sur Miguel Ángel Asturias, et en 1986 celui sur René Depestre. En 1963, Claude Couffon traduit Blas de Otero pour Maspero (Je demande la paix et la parole), Alberti pour les Éditeurs Français Réunis (Qui a dit que nous étions morts ?). Toutes ces collaborations, on le voit, celle aussi avec Maurice Nadeau (alors éditeur chez Julliard), signalent, ou plutôt confirment, l’engagement à gauche dont témoigne à lui seul le choix des auteurs (de Guillén à Neruda) : les Éditeurs Français Réunis sont une maison liée au Parti Communiste Français.

Traduire pour Claude Couffon est manifestement une manière de s’engager et non de s’effacer : ses sympathies vont aux opprimés, aux victimes des dictatures : c’est la raison intime de son enquête sur Lorca, bien sûr, mais aussi du soutien qu’il apporte à Luis Mizón, par exemple, jeune poète chassé du Chili par le régime de Pinochet. C’est certainement aussi sur cette forte conscience historique que se fonde sa collaboration avec les éditions Caractères : leur fondateur, Bruno Durocher (1919-1996), de son vrai nom Bronislaw Kamiński, est un rescapé des camps de concentration ; la collaboration de Claude Couffon avec Caractères est l’une des plus longues, de 1956 (traduction d’Espagne de Nicolas Guillén) et même 1954 (traduction d’une conférence du poète vénézuélien Juan Liscano à la Biennale de Poésie de Knokke-le-Zoute) à 2009 (la traduction de la poétesse mexicaine Elsa Cross, plus d’un demi-siècle de collaboration. Chez cet éditeur, Claude Couffon a dirigé la collection « Cahiers Latins » – fidélité restée présente jusqu’à la fin de sa vie, aux côtés de Jean Portante, qui a pris ensuite la direction de la collection –, il a publié deux volumes de la collection « Visite à » (Visite à Norge et Visite à Édouard Glissant). Significativement, c’est lui qui publie en 2000 avec Nicole Gdalia (qui a repris la direction de Caractères à la mort de Bruno Durocher) l’anthologie qui célèbre les cinquante ans de la maison d’édition (Un demi-siècle de poésie : les poètes de Caractères, 1950-2000).

Claude Couffon est également partie prenante de l’aventure éditoriale de la collection de poésie au format de poche « Orphée » dirigée par Claude Michel Cluny aux éditions de La Différence : dès la création de la collection (1989), Claude Couffon y publie une anthologie des poèmes de Gabriela Mistral intitulée D’amour et de désolation. Suivront des traductions de l’Équatorien Jorge Carrera Andrade, du Paraguayen Elvio Romero, du Mexicain José Gorostiza, et une passionnante édition complète des poèmes français d’Alfredo Gangotena (1904-1944).

Ces dernières références disent sa passion pour l’Amérique latine, qui se voit bien aussi par le choix des romanciers qu’il a traduits. Dans les dernières années de son activité, il réalise une incroyable série d’anthologies qui représentent une extraordinaire entreprise de « défrichage » éditorial, une exploration méthodique de l’Amérique latine, pays après pays : après les Poètes de la République dominicaine (éd. Amiot-Lenganey, 1992), et des anthologies de nouvelles d’Amérique du sud chez Anne-Marie Métaillé (Histoires d’amour d’Amérique latine, 1992 ; Histoire étranges et fantastiques d’Amérique latine, 1997), Claude Couffon publie aux éditions Patiño toute une série de volumes : Poésie dominicaine du XXe siècle d’expression espagnole (1997), Poésie hondurienne du XXe siècle (1997), Poésie guatémaltèque du XXe siècle (1999), Poésie cubaine du XXe siècle (1999), Poésie péruvienne du XXe siècle (1999), sans oublier une anthologie des Poètes de Chiapas aux éditions Caractère (1997, rééditée en 2009).

En ce sens, un traducteur est bien quelqu’un qui fait une œuvre, et cette œuvre est d’abord une œuvre de lecture ; il y a donc dans la littérature française du XXe siècle « les poètes de Claude Couffon ». Même si d’autres les retraduisent, ils resteront liés par sa personnalité, ses choix, son héritage. C’est ainsi qu’un traducteur, lui aussi, marque l’histoire de la littérature, et qu’il mérite qu’on y signale le rôle qu’il a joué : il a été un défricheur, ou mieux encore un découvreur ou un explorateur des continents littéraires : ce sont ces noms qui lui conviennent, qu’il nous plaît d’offrir ici à sa mémoire, avec tous ceux qui ont été ses lecteurs, et ses étudiants.

 

[1] Une rapide évaluation permet d’estimer à 160 environ le nombre de traductions publiées par Claude Couffon, en ne comptant que les volumes (à l’exclusion des textes traduits pour des revues, et en excluant les rééditions des 367 fiches que contient le catalogue de la Bibliothèque nationale, ainsi que les livres personnels qui ne sont pas des traductions. Cela ne peut être qu’un chiffre approximatif, car certains volumes ont été inclus dans d’autres sans être réédités tels quels, en particulier dans le cas des traductions de poésie, et il faut compter aussi les volumes dont Claude Couffon n’est pas le seul traducteur. Cela permet néanmoins d’affirmer qu’en 60 ans d’activité, il a publié en moyenne deux à trois traductions par an.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.