Robert Ricard (1900-1984)

Portrait par Camille Lacau St Guily / François-Xavier Ricard

– Professeur et directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. Robert Ricard est nommé à la chaire d’espagnol de la Sorbonne — que Gaspard Delpy (1888-1952) laisse brutalement vacante, en décembre 1952 —, et dès sa première rentrée universitaire, en octobre 1953, directeur de l’Institut. Après un infarctus, en novembre 1954, même s’il demeure à la tête de l’établissement jusqu’en 1966, Robert Ricard réduira son investissement dans cette tâche.

robert-ricard-image

Robert Ricard, né le 27 janvier 1900, à Paris, est reçu à l’ENS de la rue d’Ulm, en 1918. À cause de l’incapacité où se trouve l’École de fonctionner, Ricard, dès la fin novembre ou le début décembre 1918, même s’il n’a d’autre projet que de préparer l’agrégation de lettres classiques, se retrouve à Madrid — l’Espagne étant restée en dehors de la guerre —, comme boursier de l’École des Hautes Études Hispaniques. Ricard y est « chargé pendant l’hiver de rédiger le Catalogue des marbres antiques du Musée royal du Prado ». Il participe aussi à des fouilles archéologiques à Bolonia, dans le Sud de l’Espagne. Lors de ce séjour, il commence à s’engager sur le chemin qui le fera bifurquer des « belles-lettres » et de l’Antiquité classique vers le monde ibérique. Ricard y fait, par ailleurs, une rencontre décisive, qui va le détourner du monde antique, fût-il hispanique, pour le faire se tourner résolument vers l’hispanisme moderne et contemporain. En juillet 1919, il fait la connaissance, à Madrid, de Maurice Legendre, pour qui il éprouvera toujours une très forte admiration et une vraie affection. Agrégé d’histoire et de géographie, celui-ci avait décidé de se tourner vers l’Espagne parce qu’il jugeait que ce pays était injustement méconnu en France, lui-même encouragé par le philosophe Jacques Chevalier. C’est au même moment qu’il rencontre pour la première fois Marcel Bataillon. Une forme d’amitié naît entre eux, plus intellectuelle sans doute qu’affective, et qui durera, là aussi, jusqu’à la mort de Bataillon, en 1977. En août 1920, Ricard obtient l’agrégation de lettres classiques. Mais il est décidément très attiré par la péninsule ibérique : en guise de service militaire, il est « détaché au service de l’attaché militaire de France au Portugal », grâce à quoi il passe deux ans à Lisbonne, d’octobre 1920 à octobre 1922, comme lecteur à l’Université.

Puis le voici de nouveau boursier à l’EHEH, pour une période de trois ans (1922-1925), où il côtoie Gaspard Delpy, Jean Sarrailh et Paul Guinard qui devient un ami. Ricard commence alors à travailler sur l’évangélisation du Mexique au 16ème siècle. Dès l’été 1924, il se met en relation avec son futur directeur de thèse, Paul Rivet, ancien médecin militaire, qui a évolué vers l’anthropologie et l’ethnologie, qui enseigne au Muséum d’histoire naturelle. Ricard lui manifestera toujours beaucoup d’estime, une sorte d’affection même, malgré des choix idéologiques et politiques très différents, voire opposés.

Il doit également valider son agrégation dans l’enseignement secondaire. Il est nommé professeur au Lycée Gouraud, à Rabat, pour la rentrée d’octobre 1925. Dès l’automne 1926, il commence à donner quelques cours à l’Institut des Hautes Études Marocaines ; à l’automne 1928, quittant définitivement l’enseignement secondaire, il y obtient un poste de « Directeur d’études des sources européennes de l’histoire du Maroc ». Il va occuper ce poste jusqu’en juin 1937, avec une parenthèse, au Mexique, en 1930-1931, où il est boursier. C’est probablement aussi, entre 1928 et 1930, qu’il commence une entreprise qui, surtout après 1933, l’occupera énormément, son futur livre sur Les sources inédites de l’histoire du Maroc.

Il soutient sa thèse, le 13 mai 1933, à la Sorbonne. Rivet fait partie du jury en tant que rapporteur ; le président est Ernest Martinenche, professeur à la Sorbonne et directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. La thèse a pour titre : La « conquête spirituelle » du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-24 à 1572. Ricard présente une « thèse complémentaire » : Un document portugais sur la place de Mazagan au début du 17ème siècle. Cette dernière est une illustration de la place que tiennent dans son travail le Maroc et le Portugal. Dès avril 1933, il est inscrit sur la « Liste d’aptitude aux fonctions de maître de conférences pour les études historiques hispano-portugaises ». Cela ne correspond pas tout à fait à ce qu’il aurait souhaité. En attendant, il reprend son poste à l’Institut des Hautes Études Marocaines, à Rabat.

C’est dans la période qui s’ouvre alors qu’il engage donc le second gros chantier de sa vie. Ce travail consiste à repérer dans les différents lieux d’archives anciennes, au Portugal, des documents qui n’en ont jamais été extraits, de sélectionner et analyser ceux qui concernent les relations entre le Portugal et le Maroc au 16ème siècle. Ricard coordonne et supervise toute cette entreprise, qui aboutira à la publication, entre 1939 et 1953, de six gros volumes sous le titre Les sources inédites de l’histoire du Maroc – Archives et bibliothèques du Portugal. Ricard reste en poste à Rabat, jusqu’à l’automne 1937. À cette date, il est nommé « professeur de civilisation hispanique et d’histoire moderne de l’Afrique du Nord » à la Faculté des lettres d’Alger. Dès l’automne 1944, Georges Le Gentil, titulaire de la seule chaire de portugais de la Sorbonne et qui doit prendre sa retraite au printemps 1946, lui demande d’être candidat à sa succession. Ricard ne se sent pas forcément le plus qualifié pour ce poste. Bataillon et les universitaires portugais s’emploient à le convaincre. Il se décide à présenter sa candidature. Dès janvier 1947, Ricard obtient le titre de « professeur sans chaire » ; dès novembre 1950, la « maîtrise de conférences » est transformée en « chaire de langue et civilisation luso-brésiliennes ». Puis, en décembre 1952, la mort brutale de Gaspard Delpy laisse vacante une chaire d’espagnol. Ricard y est nommé à la rentrée universitaire d’octobre 1953, ainsi que directeur de l’Institut d’Études Hispaniques. Il retrouve donc ce qui a toujours été son terrain de prédilection, l’Espagne et l’hispanisme. Un an plus tard, au début de novembre 1954, il est victime d’un sérieux infarctus, qui l’oblige à un repos complet pendant plusieurs mois. Ce n’est qu’à la rentrée de 1955 qu’il peut reprendre son activité professionnelle. Entre-temps, Charles Aubrun, lui-même titulaire d’une autre chaire, a été nommé co-directeur de l’Institut d’Études Hispaniques, Ricard ne pouvant plus assurer cette charge. Curieusement, il ne démissionnera de ce poste qu’en 1966, alors que toutes les contraintes sont assurées par son « adjoint », ce que Ricard, malgré des rapports parfois difficiles entre eux deux (« Vous savez bien que, Aubrun et moi, c’est le jour et la nuit », confie-t-il à son assistant le plus proche), reconnaîtra publiquement en 1975 : « … nous avons partagé la direction de l’Institut… À dire vrai, le mot de partage est peu exact, car les parts ont été singulièrement inégales, et cette inégalité s’est produite à votre détriment… Je ne sais pas si j’ai régné, mais, ce dont je suis sûr, c’est que vous avez gouverné, et vous avez gouverné avec tout ce que cela implique d’incessant travail, de soucis lancinants et de responsabilités quotidiennes ». À partir de cette année 1955, l’histoire se ralentit. Sa santé le contraint à une vie moins active qu’auparavant. C’est pendant cette période qu’il met la dernière main à un volume de Sources inédites de l’histoire du Maroc – Espagne, qui paraît en 1956. Ces années sont aussi celles des reconnaissances officielles et des « honneurs ». Cependant, dans les dernières années de sa carrière, « il n’était pas très aimé par un certain nombre de collègues ». Était-ce pour son soutien persistant au régime de Franco et à la dictature de Salazar ? Pour ses convictions religieuses bien connues, à la fois discrètes et très affirmées, voire intransigeantes ? Pour sa réserve, peut-être perçue comme de la froideur, voire de l’orgueil ? Ce sont finalement les événements de mai 1968 qui le poussent à demander sa mise à la retraite avec un an d’avance, c’est-à-dire en juin 1969. Lors d’une modeste manifestation organisée par certains de ses collègues à l’occasion de son départ, il aurait dit en substance, dans son petit discours : « Je sais que beaucoup d’entre vous ne m’aiment pas. » Durant sa retraite, il s’attaque à la traduction du livre d’un religieux espagnol du 16ème siècle, Louis de Léon, intitulé Les noms du Christ, et qui est publiée en 1978. Il meurt le 4 août 1984.

Cette biographie est la synthétisation par Camille Lacau St Guily du texte de François-Xavier Ricard « Récit-portrait Robert Ricard », publié dans la revue Iberic@l, n° 11, 2017.

 

 

Bibliographie

Thèses de doctorat :

– Thèse principale : La « conquête spirituelle » du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-1524 à 1572, Paris, Institut d’Ethnologie, 1933. Traduit en espagnol (Mexico, 1947) et en anglais (Berkeley, 1967).

– Thèse complémentaire : Un document portugais sur la place de Mazagan au début du 17ème siècle, Paris, Geuthner, 1932.

Autres publications:

Marbres antiques du Musée du Prado à Madrid, Bordeaux – Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études Hispaniques 1923.

Études et documents pour l’histoire missionnaire de l’Espagne et du Portugal, Louvain, Aucam, 1931.

Études sur l’histoire des Portugais au Maroc, Cimbre, Acta Universitatis Conimbringensis, 1955.

Mazagan et le Maroc sous le règne du sultan Moulay Zidan, Paris, P. Geuthner, 1956.

Études hispano-africaines, Tétouan, Instituto General Franco, 1956.

Les sources inédites de l’histoire du Maroc. Archives & bibliothèque de Portugal, tome 2, Paris, Geuthner, 1939-1946 (avec Pierre de Cenival et David Lopes) ; tome 3, 1948 ; tome 4, 1951 ; tome 5, 1953 (avec Chantal de la Véronne). – Archives et bibliothèque d’Espagne, tome 2, Paris, Geuthner, 1956 (avec Chantal de la Véronne).

Galdos et ses romans, Paris, Institut d’Études Hispaniques, 1961 (2ème édition augmentée, 1969).

Aspects de Galdos, Paris, PUF, 1963.

Estudios de literatura religiosa española, Madrid, Gredos, 1964.

Études sur sainte Thérèse, Paris, Institut d’Études Hispaniques, 1968 (en collaboration avec Nicole Pélisson).

Études sur l’histoire morale et religieuse du Portugal, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1970.

Nouvelles études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris, Institut d’Etudes Hispaniques, 1973.

Très nombreuses collaborations à des revues générales ou spécialisées.

Traductions :

– Carlos Pereyra, L’œuvre de l’Espagne en Amérique, Paris, Les Belles-Lettres, 1924.

– Carlos Pereyra, La conquête des routes océaniques, Paris, Les Belles-Lettres, 1925.

– Damiao de Cois, Les Portugais au Maroc de 1495 à 1521, Rabat, Publications de l’Institut des Hautes Études Marocaines, tome 31, 1937.

– Louis de Léon, Les noms du Christ, Paris, Études augustiniennes 1978.

Académies :

– Correspondant étranger de l’Académie espagnole, de l’Académie espagnole d’histoire, de l’Académie portugaise d’histoire.

Décorations et distinctions :

Chevalier de la Légion d’Honneur, Commandeur des Palmes Académiques, Officier de l’Ordre de « Alfonso el Sabio », Officier de l’Instruction Publique du Portugal, Grand Officier du Ouissam Alaouite, docteur « Honoris causa » de l’Université de Grenade, membre d’honneur du « Consejo Superior de Investigaciones científicas ».

 

Sur Robert Ricard:

 

– Voir également : « Archive du lundi », n° 42.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.