Marie-France Delport (1946 -2015)

Fonctions à l’Institut d’Études hispaniques :

– Maître de Conférences en linguistique hispanique (1985-1999)

– Professeur de linguistique hispanique (1999-2013)

 

Portrait par Elodie Weber

           Née en 1946 à Angers, Marie-France Delport, après des études secondaires à Rennes puis à Valenciennes, entre en classe préparatoire littéraire au lycée La Bruyère de Versailles puis au lycée Jules Ferry à Paris. Pendant les quatre années qui suivent son intégration à l’École Normale supérieure de Fontenay (1966), elle découvre la linguistique à travers les cours que Maurice Molho dispense à Fontenay et à travers ceux de Bernard Pottier à la Sorbonne. Après une licence d’espagnol, de lettres modernes et de linguistique générale à la Sorbonne, Marie-France Delport soutient, sous la direction de Bernard Pottier, une maîtrise de linguistique consacrée aux jeux de mots de la langue espagnole. Les cours de Jean-Claude Chevalier et de Jack Schmidely qu’elle suit pendant ces mêmes années à la Sorbonne seront déterminants pour la suite de sa carrière : elle y découvre le guillaumisme, école linguistique qui servira de cadre théorique à l’ensemble de ses recherches, et entame une collaboration scientifique féconde et ininterrompue avec Jean-Claude Chevalier.

            Après avoir obtenu l’agrégation d’espagnol en 1972, Marie-France Delport entreprend, sous la direction d’André Joly, un doctorat d’État consacré aux verbes espagnols haber et tener. Professeur au lycée de Compiègne pendant deux ans, elle occupe par la suite les postes d’Assistante, de Maître-assistante et de Maître de Conférences à l’Université de Rouen (1974-1985), puis de Maître de Conférences à l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université Paris IV-Sorbonne, où elle entre en 1985. Après avoir soutenu son doctorat d’État, elle succède en 1999 à Jean-Claude Chevalier à la chaire de linguistique hispanique de l’Institut d’Études Hispaniques, poste qu’elle occupe jusqu’à sa retraite, en 2013.

            Chargée du cours de préparation à l’épreuve de linguistique de l’agrégation à l’ENS de Fontenay-Saint Cloud de 1979 à 2000, puis au CNED de 2002 à 2007, Marie-France Delport dispense également à l’ISIT un cours de traductologie, fruit de son étroite collaboration avec Jean-Claude Chevalier dans ce domaine. Dès 1999, elle anime à l’Institut d’Études Hispaniques un séminaire qui, pendant de nombreuses années, réunira étudiants de Master, doctorants, collègues de l’UFR et d’autres universités, et où interviendront des personnalités scientifiques reconnues.

            Invitée à de multiples reprises à l’étranger pour des conférences ou pour des cycles de cours de linguistique et de traductologie, Marie-France Delport exerce parallèlement un certain nombre de responsabilités scientifiques auxquelles elle ne mettra fin que contrainte par la maladie : présidente des Editions hispaniques de 1999 à 2013, elle préside également l’Association de Linguistique Ibéro-romane (Libéro) de 2008 à 2013 et crée en 2008 la revue Chréode. Vers une linguistique du signifiant, aboutissement d’un long cheminement scientifique initié à la fin des années quatre-vingt par J.C. Chevalier, M. Launay et M. Molho : l’unicité du signe linguistique y est affirmée comme l’un des principes essentiels.

            Atteinte d’une maladie de Parkinson qu’elle affronte avec une dignité et un courage admirables, Marie-France Delport meurt le 2 mai 2015, léguant à la linguistique hispanique une œuvre scientifique abondante et exigeante, laissant à ses thésards orphelins l’image de la rigueur alliée à une profonde humanité.

Bibliographie (extraits) :

Linguistique générale, hispanique et romane :

« Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », Permanences et renouvellements en linguistique hispanique. Actes du 6e Colloque de Linguistique hispanique, Toulouse, 18-19 mars 1994, CRIC, Université de Toulouse Le Mirail, 1996, pp. 217-227.

« L’expression de l’aspect transcendant et ses variations morphologiques en espagnol médiéval », De la variation linguistique et textuelle, Mélanges en l’honneur de Jean Roudil, Cahiers de linguistique hispanique médiévale, n°21, 1996-1997, pp. 199-229.

« Genèse de la phrase, genèse de la périphrase. Le niveau du langage chez Gustave Guillaume », Actes du 10e colloque international de psychomécanique du langage, Oloron-Sainte Marie, 3-6 juin 2003, Modèles linguistiques, XXV, 1 et 2 (n° 49-50), Toulon, 2004, pp. 115-127.

Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Etude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative, Paris, Editions Hispaniques, 2004, 508p.

« La razón de la sinrazón…et la raison du signifiant », Colloque La Parole poétique, Casa de Velázquez, Madrid 10-11 mai 2004, Bulletin hispanique, Tome 107, n°1, juin 2005, pp. 21-33.

«Une linguistique du signifiant ? », Chréode, n°1, Editions Hispaniques, 2008, pp. 11-35.

En collaboration avec Jean-Claude Chevalier :

« From Guillaume to a semiological approach to linguistics », The Psychomechanics of Language and Guillaumism, LynX, F. Tollis ed., vol. 5, 1996, University of Minnesota (USA) – Universidad de Valencia (Espagne), pp. 145-153.

« Du bon usage de la commutation », Estudios en honor del Profesor Josse De Kock, reunidos por N. Delbecque y C. de Paepe, Leuven University Press, 1998, pp. 111-132.

Traductologie :

« L’âge d’une œuvre. Auteur et traducteur aux prises avec le temps. », Bulletin hispanique, Tome 115, n°2, 2013, pp. 429-438.

En collaboration avec Jean-Claude Chevalier :

L’horlogerie de Saint Jérôme (Problèmes linguistiques de la traduction), Paris, L’Harmattan, 1995.

Jérômiades (Problèmes linguistiques de la traduction II), Paris, L’Harmattan, 2010.

Archives du lundi :

– n° 45 : Patrick Charaudeau, itinéraire d’un linguiste, de la propédeutique au doctorat d’Etat par Patrick Charaudeau.

– n° 72 : De l’espagnol à la préfectorale ! Par Eric Freysselinard.

– n° 76 : Petites chroniques des Editions Hispaniques par Béatrice Pérez.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.