L’Archive du lundi n°78 – Enquête à la bibliothèque Marcel Bataillon

L’Archive du lundi n°78 – Enquête à la bibliothèque Marcel Bataillon

L’Archive du lundi fait sa rentrée cette semaine avec le récit d’une palpitante enquête menée par Cécile Pallarès Brzezinski au cœur des joyaux de la bibliothèque Marcel Bataillon…

 

Bibliothécaire assistant spécialisée à la bibliothèque Marcel Bataillon de 2012 à 2015, je garde un bon souvenir de cette bibliothèque et de ses lecteurs, étudiants, professeur.e.s, ancien.ne.s professeur.e.s, chercheu.r.se.s et hispanistes de cœur ou de passage. Je garde une pensée reconnaissante pour M. le Professeur Sadi Lakhdari, qui m’a accueillie à l’Institut, et pour Mme la Professeure Nancy Berthier, qui lui a succédé à la direction de l’Institut et m’a proposé d’écrire un billet pour ce centenaire.

C’est avec un grand honneur que je vous fais part aujourd’hui de mon voyage au 31 rue Gay-Lussac, dans cette tour de Babel de l’Art, des Lettres, de la Recherche et de l’Humanisme hispanistes et lusophones, ayant eu la chance de travailler quelques mois sur le fonds précieux et ancien de la bibliothèque Marcel Bataillon, à l’invitation de l’ancienne directrice de la bibliothèque, Mme Doris Céron.

Disposant de quelques connaissances en codicologie et paléographie médiévale depuis mes études à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, j’ai pu me former au catalogage du livre ancien à la Bibliothèque Mazarine et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ainsi qu’à l’identification des reliures courantes, soignées, et à décor du Moyen âge au 18e siècle, à l’École des Chartes, à la Bibliothèque de l’Arsenal et à la Bibliothèque nationale de France. Admise au concours de bibliothécaire d’État en 2015, j’ai aujourd’hui rejoint la lecture publique et ai quitté avec nostalgie cette activité bibliographique passionnante, en n’ayant traité qu’une dizaine d’ouvrages anciens, dont l’exemplaire du Laberinto de Fortuna, o CCC, de Juan de Mena, le plus ancien ouvrage du fonds, imprimé en 1517. Je n’avais pas pu terminer mes recherches bibliologiques sur ce volume, mais je l’avais catalogué dans le Sudoc [1] (Système Universitaire de Documentation), avec les informations de provenance que j’avais récoltées dans les usuels de bibliographie de la bibliothèque Marcel Bataillon, et sur la toile, durant 3 semaines de recherches.

« Issue du centre privé d’études franco-hispaniques créé en 1913, puis rattachée à l’université de Paris en 1917, la bibliothèque Marcel Bataillon, spécialisée dans les études ibériques et latino-américaines, a été intégrée au Service commun de documentation de Paris-Sorbonne en janvier 2001. » [2]

Le fonds de la bibliothèque est composé en grande partie de dons et donations, notamment des legs des professeurs Ernest Martinenche, Raymond Foulché-Delbosc, Gaston Delpy, Aurelio Viñas, Marcel Bataillon, Charles-Vincent Aubrun.

Le fonds de la bibliothèque Marcel Bataillon contient des ouvrages qui retracent l’histoire du livre espagnol, son cheminement en Europe et en France, l’histoire de l’imprimerie en péninsule ibérique et dans l’Europe de la Renaissance. Il recèle un millier de livres anciens (du XVIème au XVIIIème siècles), parus avant 1810, un tiers d’ouvrages parus au XIXème siècle jusqu’aux années 1950, acquis par l’Institut et pour beaucoup issus de dons ou legs de professeurs, grands hispanistes, lecteurs fidèles ou occasionnels.

Jean-Michel Guittard a recensé en 1977 les ouvrages anciens et précieux de la bibliothèque, listés dans sa thèse de 3ème cycle [3], mais d’autres ouvrages remarquables du fonds manquent à ce recensement.

Les documents anciens les plus remarquables du point de vue intellectuel et bibliologique appartiennent au domaine de la littérature. Figurent parmi les ouvrages les plus importants :

RD 305 – Juan de Mena : Las CCC o Laberinto de Fortuna + La Coronación (1517+1520)

RA 48 – Antoine de Torquemada : Hexameron (1582), édition en français

RA 70 – George de Montemayor : La Diana, édition très rare, bilingue espagnol / français (1603)

RC 161 – Calderón : Soledades e la vida y desengaños de el mundo (1748)

RA 112 – Luis de Góngora : Delicias del Parnaso, en que se cifran todos los romances liricos, amorosos, burlescos, glosas et decimas satiricas del regosijo de la musas el prodigioso don Luis de Gongora (1640)

RC 171 – Arte poetica española (1703)

RA 191 – Juan de Mirabel Toledano : El Jardin de las damas y recreo de cavalleros… (1720)

RC 217 – Villaroel : Los desauciados… (1736), etc.

Dans la bibliothèque se trouvent également des ouvrages professionnels en bibliothéconomie, des ouvrages historiques et bibliologiques pour servir à l’étude et au catalogage des ouvrages anciens.

 

Le fleuron de la collection, le plus ancien et précieux des ouvrages, un unicum [4], est le livre du poète Juan de Mena (1411-1456) intitulé Las CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena, con otras .XXIV. coplas y su glosa y la Coronacion, un recueil factice contenant deux œuvres, Las Trecientas (o Laberinto de Fortuna) et La Coronación, portant la cote R-D 305.

       

El Laberinto de Fortuna est le chef d’œuvre de Juan de Mena, un poème épique et allégorique, inspiré du Paradis de Dante Alighieri, qu’il remit en 1444 à son souverain le roi Jean II de Castille (1406-1454). Composé de 300 stances, c’est une des œuvres les plus importantes de la littérature médiévale espagnole, un spécimen précieux de la langue poétique cultivée pratiquée à la cour de Castille.

Il est dédié à Íñigo López de Mendoza, comte de Tendilla (1442-1515), ami et mécène de Juan de Mena. L’auteur du commentaire est Fernando Núñez de Guzmán (1475-1553) : « Glosa sobre las treziẽtas del famoso poeta Juan de Mena : compuesta por Fernan Nuñez comendador dela orden de Sãtiago : dirigida al muy magnifico Señor don Iñigo de Mendoça conde de Tẽdilla…. »

Juan José de Mena (à droite) offre à Jean II son Laberinto de Fortuna, gravure insérée à l’intérieur d’une édition imprimée à Saragosse, par Jorge Coci en 1509.

Le texte du Laberinto possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon a été imprimé en 1517 à Séville par Jacobo Cronberger, comme en témoigne le colophon : « Fueron empremidas las ccc. del famoso poeta Juan de Mena ẽla muy noble cibdad de Sevilla : por Jacobo Crõberger alemã año de mil y q́niẽtos y dezisiete a veynte y quatro de setiembre. »

Le texte est imprimé en lettres gothiques sur deux colonnes, les Coplas sont imprimées sur 4 colonnes en fin de volume. Le texte comprend des lettrines gravées sur bois et des fleurons.

L’autre œuvre contenue dans ce recueil factice est La Coronación del marqués de Santillana o los Calamicleos, composée en 1438 et publiée en 1499 (en 1520 pour la présente édition), un poème très célèbre en son temps, dédié également à son ami et mécène Íñigo López de Mendoza, comte de Santillane : « La coronación , compuesta por el famoso poeta Juan de Mena : al ilustre Cavallero don Yñigo Lopez de Mendoça marques de Santillana : con otras coplas añadidas a la fin fechas por el mesmo poeta. »

La 2ème partie du volume (La Coronación = Le Couronnement) a une foliotation et des signatures distinctes de la première.

Le papier, fait de chiffon, comporte un filigrane au motif de main (ou de gant), incluant en son sein les lettres « a » et « c », et est surmonté d’une fleur à cinq pétales sur les pages des deux œuvres réunies dans ce volume. On voit sur la photo ci-dessous qu’une inscription sous le filigrane de la page de garde a été grattée :

    

Les pages de garde comportent un filigrane anglais « Britannia », s’apparentant aux filigranes de la série Britannia de la base Gravell Ecu Arms [5], utilisés de 1780 à 1810.

    

Les pages de garde proviendraient donc d’un papier anglais.

Le nom du papetier Van Der Ley apparaît aussi en filigrane sur plusieurs pages du volume. Gerrit Pieters van Der Ley (16..-1674) aurait été un papetier hollandais originaire de Zaanstreek, au Nord d’Amsterdam, signant parfois VDL. Il semble difficile cependant de savoir si ce nom de papetier est authentique ou s’il se substitue au nom d’un fabricant français [6].

Le papier utilisé au 16ème siècle pouvait parfois dater des siècles antérieurs, car les imprimeurs en achetaient de grandes liasses qui n’étaient pas toujours utilisées à la même époque.

Le tirage moyen d’un imprimeur au 16ème siècle oscille entre 1000 et 1500 pièces. Le volume possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon est recensé dans la base de livres anciens européens de la British Library USTC [7] (Universal Short Title Catalog).

    

La reliure veau glacé vert datant du XIXème siècle, est frappée aux armes de Salvá (fers de la Biblioteca de Salvá gravés à froid et dorés au plat, 2 mains entrelacées, avec lettres V & P.), c’est un super-libris blason doré, placé au milieu d’un filet d’encadrement doré au plat. La pièce de titre dorée sur le dos du volume est ornée, le dos du volume est orné et doré, le volume est doré sur tranche.

Le volume a été relié aux armes du grand libraire bibliophile valencien humaniste, grammairien et député des Cortes de Valence, Vicente Salvá y Pérez (1786-1849) [8]. Celui-ci fut poursuivi par l’Inquisition pour avoir publié Le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, et s’exila à Londres vers 1823 pour ouvrir une librairie, la Librería Española y Clásica, au 124 de Regent Street. Il en ouvrit ensuite une autre rue Saint-Jacques, à Paris, vers 1830, la Librería Hispano-Americana. Sa librairie rayonna des années durant, comme centre d’édition et de pensée humaniste, secourant les opposants au despotisme du roi Fernando VII.

Vicente Salvá y Pérez (1786-1849)

Pedro Salvá y Mallén (1811-1870), fils de Vicente Salvá y Pérez, publia le catalogue en 2 volumes des ouvrages de la bibliothèque de son père :  Catálogo de la biblioteca Salvá. Enriquecido con la descripción de otras muchas obras, de sus ediciones, etc. (Valence, Imprenta Ferrer de Orgam, 1872).

La bibliothèque constituée par Vicente Salvá y Pérez et son fils Pedro Salvá y Mallén, soit environ 4000 volumes, fut ensuite rachetée en 1873 par le bibliophile érudit polyglotte Ricardo Heredia y Livermoore, comte de Benahavis (1831-1896).

Le volume possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon porte sur le recto de la 1ère page de garde un ex-libris imprimé sur papillon de Ricardo Heredia y Livermoore, gravé par Stern, ex-libris monogramme que j’ai pu identifier en déchiffrant les lettres entrelacées [R d H], grâce à la magnifique base d’ex-libris de la Real Biblioteca de España [9].

Entre 1891 et 1894, Heredia vendit sa bibliothèque aux enchères, et les livres furent achetés pour grande part par les principales grandes bibliothèques publiques d’Europe, l’autre part partant chez les antiquaires. Aujourd’hui, on les retrouve dispersés aux quatre coins du monde, dans les bibliothèques publiques et privées, ou dans le commerce de livres anciens.

Les contreplats et les gardes du volume sont en papier peigné glacé, avec un encadrement roulette doré motif fleur de lys. Il est possible de dater le papier peigné d’après le motif – les deux sont peut-être contemporains de Ricardo Heredia de Livermoore, mais je n’ai ni les compétences ni les outils pour le vérifier.

Le volume comporte également un autre ex-libris imprimé sur papillon, un monogramme des lettres E.P. avec la devise « Quod sequor fugit ». Après de longues heures de recherche sur Internet de ces lettres et de la devise, j’ai découvert que l’ouvrage avait appartenu ensuite à Enrique Piñeyro y Barry, découverte faite grâce à leur mention dans les Annales de la Academia de Historia de Cuba (T. V, n° 1, 1920).

Enrique Piñeyro y Barry (La Habana, 1839 – París, 1911) était un humaniste et révolutionnaire cubain, homme politique et diplomate, nommé secrétaire de la Légation de Cuba à New York. Docteur en droit, historien, essayiste, critique littéraire, polyglotte, il dirigea le journal La Revolución en 1870, organe de la Junta revolucionaria cubana, et fonda le journal El Mundo Nuevo en 1872. Il s’établit à Paris en 1882 où il décéda.

Enrique Piñeyro y Barry (1839-1911)

Diego Mallén, descendant de Vicente Salvá y Pérez et de Pedro Salvá y Mallén, demeurant à Valence, recherche les éditions de la bibliothèque de ses ancêtres, qu’il recense dans son blog [10].

L’ouvrage que je viens de décrire a fait l’objet d’un billet [11] sur le blog des bibliothèques de Paris-Sorbonne, écrit par Juan Carlos Rodríguez Rendón, un étudiant doctorant en littérature française, tuteur de la bibliothèque Marcel Bataillon en 2013-2014.

 

Mon travail de bibliothécaire bibliographe est incomplet.

Il serait bienvenu qu’un spécialiste du livre ancien espagnol travaille sur le fonds de la bibliothèque Marcel Bataillon pour servir à l’histoire du livre et mette en lumière les joyaux qu’elle possède, en attendant leur numérisation pour servir la science et le patrimoine commun de l’humanité.

Un traitement des livres les plus précieux est nécessaire et urgent, pour les restaurer, les débarrasser du film plastique et des étiquettes qui hélas les recouvrent et les abîment, la colle pénétrant au fil du temps la reliure jusqu’au papier.

Une bibliothèque virtuelle sur le site de l’Université Paris-Sorbonne permettrait d’offrir en consultation numérique des éditions rares et anciennes dans un souci de préservation patrimoniale et de servir la recherche en littérature et civilisation hispano-américaines. La numérisation d’éditions différentes des ouvrages déjà numérisés sur Internet présente en outre une importance pour la recherche génétique textuelle en littérature.

Cécile Pallarès Brzezinski


Notes :

[1] Notice du Sudoc : Las CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena, con otras .XXIV. coplas y su glosa y la Coronacion del mesmo poeta : y otras cartas : y coplas y canciones. Agora nuevamente añadidas.

[2] http://www.paris-sorbonne.fr/les-bibliotheques/connaitre-vos-bibliotheques/bibliotheque-marcel-bataillon/

[3] Catalogue du fonds ancien de la Bibliothèque de l’Institut d’études hispaniques de Paris / Jean-Michel Guittard, Paris, Klincksieck, 1982. – (Publications de la Sorbonne. Série Documents ; 33) (Témoins de l’Espagne. Série historique ; 10). – ISBN 2-86563-022-6. – Thèse de 3e cycle : Études ibériques : Paris III : 1977. – Bibliogr. p. [161]-172 Index.

[4] Selon l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur), « un unicum est une notice bibliographique [sur laquelle] un seul établissement du réseau Sudoc est localisé ». Définition du « Fil ABES », page consultée le 7/02/2013 : http://fil.abes.fr/2012/11/12/les-chiffres-du-sudoc-presque-60-dunicat/.

[5] The Thomas L. Gravell Watermark Archive. Mots-clefs de recherche : Britannia ; shield ; crown ; human figure ; scepter.

[6] Claire Bustarret, « Usages des supports d’écriture au XVIIIe siècle : une esquisse codicologique » : https://genesis.revues.org/908.

[7] Las CCC de Juan José de Mena, USTC (Universal Short Title Catalog) European Books : http://ustc.ac.uk/index.php/record/337810.

[8] http://www.todolibroantiguo.es/personajes-historicos/vicente-salva-perez.html

[9] http://encuadernacion.realbiblioteca.es/exlibris?identificacion=&localizacion=All&clave=heredia

[10] Blog de Diego Mallén : https://diegomallen.blogspot.fr/.

[11] Juan Carlos Rodríguez Rendón, « Le labyrinthe de la Fortune : un livre unica du fonds rare et précieux de la Bibliothèque Marcel Bataillon » : http://blogscd.paris-sorbonne.fr/2013/12/le-labyrinthe-de-la-fortune-1517-un-livre-unica-du-fonds-rare-ancien-et-precieux-de-la-bibliotheque-marcel-bataillon.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *