L’Archive du lundi n°73 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 2/2

L’Archive du lundi n°73 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 2/2

Pour compléter l’Archive du lundi n°60, deux textes d’hommage à Jean-Pierre Ressot : celui de Denise Boyer, ainsi que celui de Corinne Cristini.

Couverture de l’ouvrage collectif « Poésie et poétique », Paris, Éditions Hispaniques, 1995.

 

Couverture du livre de Jean-Pierre Ressot, « Apología de Lo Monstruoso. Una lectura de la obra de Ramón J. Sender », Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2003.

 

… allá detrás de una
frágil pared de vientos,
de cielos y de años.
Pedro Salinas, « Presagios » (1923)

D’abord professionnelle, ma relation avec Jean-Pierre Ressot est très vite devenue amicale et quasi fraternelle. Je connais donc dans les grandes lignes l’itinéraire personnel de cet enfant de Belleville, pur produit de l’élitisme républicain, qui a été le premier de sa famille à accéder aux études supérieures et même aux études secondaires longues. Dans les années cinquante, cela supposait encore, outre des aptitudes exceptionnelles, une énergie et une ténacité peu communes. D’autant plus qu’il a dû financer en partie ses études par ce que l’on n’appelait pas encore des petits boulots. Il fallait son heureux caractère pour n’avoir pas gardé d’aigreur de ces débuts difficiles. Reçu dans la botte à l’agrégation, à vingt-quatre ans, à une époque où les postes n’abondaient pas, Jean-Pierre est devenu quatre ans plus tard assistant à la Sorbonne, qui allait devenir Paris IV-Sorbonne en 1970, lorsque j’y ai été recrutée moi-même comme assistante. C’est l’un des premiers collègues que j’ai connus, puisque nous enseignions tous deux dans une « unité d’enseignement » dite « Espagne contemporaine », où cohabitaient littérature et civilisation. Autant que je me souvienne, il n’y avait pas de cours magistral de littérature, et la coordination entre les travaux dirigés (portant sur « La Colmena », « El Jarama » et le « Romancero gitano ») était assez sommaire. C’est dans ce cadre que se sont situés mes premiers échanges avec Jean-Pierre, avec qui je partageais, sans bien savoir comment le traduire dans ma pratique pédagogique, le souci d’incorporer les approches dérivées du structuralisme à l’enseignement de la littérature : l’expérience qu’il me transmettait ainsi, avec la clarté d’esprit et la générosité qui étaient les siennes, m’a été des plus précieuses.
Une refonte de la maquette du DEUG ayant abouti quelques années plus tard à la création d’une UE d’initiation à la littérature, nous avons été quelques-uns, avec Jacques Fressard et Bernard Gille, à souhaiter y inclure deux cours magistraux concernant poésie et roman (auxquels s’est ajouté par la suite un cours portant sur le théâtre). Jean-Pierre, qui consacrait ses recherches à Ramón Sender et de façon générale au genre romanesque, a assuré pendant des années le cours correspondant. La mise au point du socle de connaissances et de savoir-faire à transmettre, la rédaction de résumés de cours, l’élaboration de devoirs communs à tous les groupes, ont bénéficié je crois non seulement aux étudiants, mais aussi à chacun d’entre nous, qui élargissait ainsi ses connaissances et ses questionnements au-delà de ses propres travaux. De cette collaboration dans l’amitié et la bonne humeur, enrichissante à tous égards, sont aussi sorties deux publications collectives, nos « Notes sur Tiempo de silencio » (1976, sous la direction de Juan Ignacio Murcia) –dont le remaniement, lorsque le roman figurait au programme de l’agrégation, a été l’occasion de reconstituer temporairement notre groupe de travail vingt-cinq années plus tard–, et notre manuel « Poésie et poétique » (1981), objet de plusieurs rééditions. Cette UV 102, à laquelle s’étaient adjoints au fil des années Sadi Lakhdari, Marie-Claire Zimmermann, Henry Gil, Anne Charlon, Jorge Rossi, Araceli Guillaume, avait son jargon –ainsi le terme de « tapinose », exhumé par Jean-Pierre de je ne sais quel traité de rhétorique–, ses « private jokes » et ses rites, dont un repas de fin d’année dit « banquet de 102 » que nous sommes sans doute plusieurs à garder en mémoire.
Jean-Pierre s’était vite vu confier, par ailleurs, des enseignements de licence et de concours sur le roman espagnol contemporain. Preuve de leur qualité, nombre d’étudiants poursuivant par la suite des recherches dans ce domaine le consultaient avec profit et peuvent témoigner, tout comme ses anciens collègues, non seulement de sa vaste culture et de sa rigueur théorique et méthodologique, mais aussi de sa bienveillance et sa disponibilité.
Nous étions trop amis pour que sa retraite et ses fréquents séjours en Italie mettent fin à nos rencontres : nous nous revoyions à chacun de ses retours à Paris, et c’était à chaque fois l’occasion d’échanges très riches. La maladie les a réduits progressivement, la mort y a mis un terme, mais le souvenir demeure, chez moi comme chez beaucoup de ceux qui ont eu le privilège de le cotoyer.
Denise BOYER

À Jean-Pierre in memoriam

Regards croisés

Para detener lo fugaz, lo instantáneo, hay que fijar la vista en una cosa, mejor cuanto más efímera: una nube que cruza el horizonte, un perro que se aleja, un periódico llevado por el viento, y grabarla en la memoria para poder algún día rescatar a través de ella ese momento. (Julio Llamazares, « Escenas de cine mudo », 1994)

C’était en 1994-1995, alors inscrite en troisième année de Licence LLCE espagnol à l’Université Paris IV-Sorbonne, j’assistais aux cours de littérature contemporaine et de thème dispensés par Jean-Pierre Ressot, Maître de conférences spécialiste de l’œuvre de Ramón José Sender (1901-1982), œuvre qu’il n’a eu de cesse, sa vie durant, de relire, de traduire, d’approfondir, pour mieux l’appréhender et la porter à notre connaissance. En 1994, il venait d’ailleurs de publier la traduction du premier roman de Sender, « L’Aimant » (1) (« Imán »).
Les souvenirs défilent dans la « camera obscura » de nos mémoires. Arrêt sur image. Il s’agit du premier TD de littérature contemporaine (ES 352 B, intitulé alors « Littérature et Civilisation espagnoles et hispano-américaines modernes et contemporaines ») qui se déroule à l’Institut d’Études Hispaniques, en salle 14, le vendredi, de 14h à 15h30. Trois œuvres des XIXe et XXe siècles, correspondant à trois genres littéraires différents, sont au programme de l’année universitaire : « Don Juan Tenorio » de José Zorrilla, « Altazor » de Vicente Huidobro, et « La increíble y triste historia de la cándida Eréndira y de su abuela desalmada » de Gabriel García Márquez, publiée avec six autres contes. Nous abordons la scène 1 de l’Acte I de « Don Juan Tenorio » de Zorrilla à partir de trois objets d’étude essentiels : l’espace, le temps, et le personnage. Nous nous penchons également sur les questions de méthodologie. Deux façons d’aborder le texte sont envisagées : celle de l’explication de texte, et celle du commentaire dirigé qui sera alors retenue dans cette séance. Nous sommes invités à approcher le texte au plus près, à en cerner les méandres, à entrer dans sa profondeur. Tout un apprentissage du regard critique. C’est cette grande rigueur intellectuelle, cette profonde passion pour la langue et pour sa culture et cette bienveillance naturelle qui me reviennent à l’esprit lorsque je pense à Jean-Pierre Ressot. Les œuvres que nous avons étudiées, cette année-là, résonnent encore en moi, les ayant plus tard relues, revisitées dans mes recherches, ou redécouvertes avec mes étudiants.
C’est autour de la figure de Javier Marías, et de son roman « Todas las almas », datant de 1989, que se cristallisent les souvenirs de juin 1995. Véritable révélation « semblable à une image latente gardée en sommeil » (2) jusqu’à son avènement. Je venais alors de découvrir l’œuvre de ce grand écrivain madrilène encore peu connu à l’époque – et que l’on confondait souvent avec son père, le philosophe et sociologue Julián Marías –, et son rapport vertigineux au temps me bouleversa. J’en fis alors part à Jean-Pierre qui m’incita vivement à mener des recherches sur cet auteur. C’est ce que j’entrepris, en 1996, dans un mémoire de maîtrise qui portait sur « la représentation du temps dans l’œuvre romanesque de Javier Marías (de 1978 à 1994) ». Ce que j’ignorais alors, c’est combien Jean-Pierre avait lui-même été profondément interpellé, comme happé par l’écriture sinueuse et envoûtante de Marías, et qu’au travers de « La Quinzaine Littéraire », il s’en était fait l’écho par le biais d’articles et de comptes rendus sur sa production romanesque, mais aussi sur ses contes.
Les échanges fructueux tissés avec Jean-Pierre se sont poursuivis à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Lors de nos conversations, l’une des questions récurrentes avait trait au rapport de l’écriture – et de la création littéraire en général – au monde, aux multiples formes de la « mimèsis » ; c’est sur ce point justement que je m’interrogeais dans mes travaux de thèse, sur ce courant littéraire, artistique, connu sous le nom de « costumbrismo », et qui a profondément marqué le XIXe siècle espagnol. Si mes lectures m’amenaient à en percevoir essentiellement l’empreinte du réel, la valeur de témoignage, Jean-Pierre m’invita à la prudence, et me conseilla de revoir cet aspect. Le « costumbrismo » n’était-il pas avant tout un miroir déformant par le caractère fortement esthétisant de ses tableaux, par son goût du pittoresque, de la morale, ou encore par la satire ? Ce fut un conseil précieux qui me permit, à partir de ce moment-là, de porter un autre regard sur mes recherches. Des souvenirs de cette période émane cette image de Jean-Pierre… C’est aussi son soutien, sa présence réconfortante lors de ma soutenance de thèse, en novembre 2004.
Quelques mois plus tôt, Jean-Pierre avait publié un ouvrage majeur dans les études critiques sur Ramón J. Sender, « Apología de Lo Monstruoso » (3) (2003), il y dressait une typologie du Monstrueux, de toutes les formes d’hybridité, de déformation et de transformation, qu’il classait selon deux grandes catégories : l’une, « la monstruosité par régression », l’autre, « la monstruosité par transgression ». Cette étude s’inscrivait sous le signe de Goya, dont les gravures et les peintures émaillent l’ouvrage ; la couverture qui reproduit la gravure 43 des « Caprices » (« El sueño de la razón produce monstruos ») immerge le lecteur-spectateur dans cet univers fantasmagorique. « Un arte radicalmente respetuoso de las apariencias de la real llega a ser la negación de sí mismo. Como explico en la conclusión de este libro, la literatura no está hecha para decir la realidad, sino para significarla, o sea, hacerla signos para darle un sentido. Y para darle un sentido tiene que deformar la visión inmediata de lo real (4) ».
Regards croisés. Je ne savais pas encore, à l’époque, qu’au gré de mes recherches, j’allais justement, à travers le prisme photographique, revisiter l’œuvre goyesque (notamment les « Peintures Noires ») qui « hante » aujourd’hui mes travaux.
C’est cette mémoire vive de Jean-Pierre que j’ai gardée en moi. C’est cette grande sensibilité littéraire qu’il nous a communiquée et qu’il nous revient, à présent, de partager à notre tour, au fil du temps.
Corinne CRISTINI

(1) L’ « Aimant » [« Imán »], Paris, trad. Jean-Pierre RESSOT, Éditions de l’Imprimerie nationale, coll. « La salamandre », 1994, 367 p.

(2) GARAT, Anne-Marie, « Chambre noire », Paris, Flammarion, 1990, p. 56.

(3) RESSOT, Jean-Pierre, « Apología de Lo Monstruoso. Una lectura de la obra de Ramón J. Sender », Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2003.

(4) Ibid., p. 20.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.