L’Archive du lundi n°72 – De l’espagnol à la préfectorale !

L’Archive du lundi n°72 – De l’espagnol à la préfectorale !

Eric Freysselinard nous livre aujourd’hui un témoignage rare sur les raisons de son profond attachement à la langue et à la culture espagnoles, qui l’ont conduit du réfectoire du lycée Sainte-Jeanne-d’Arc de Sceaux à l’ENA, en passant par l’Institut d’Études Hispaniques, qui l’a profondément marqué, et l’a amené à participer à la campagne de financement participatif pour le Centenaire en tant que bienfaiteur. Nous lui adressons nos plus sincères remerciements.

Couverture de l’ouvrage d’Éric Freysselinard, « Grammaire de l’espagnol contemporain » (Paris, Ophrys, 2015).

 

De l’espagnol à la préfectorale !

Sans ascendance espagnole, je découvris cette langue en classe de Cinquième au lycée Sainte-Jeanne-d’Arc de Sceaux, dans lequel des dames de service asturiennes, à qui je donnais un coup de main pour mettre la table, m’apprirent quelques mots. Je choisis alors l’espagnol en Quatrième et cette langue devint la passion de mon adolescence. Dès le lycée, j’apprenais des listes de vocabulaire par cœur dans les ouvrages d’Ophrys, je travaillais le « Mémento de grammaire espagnole » de Jean Bouzet, je me plongeais dans les pièces de Calderón de la Barca que me donnaient ces deux dames et je lisais même en Terminale le « Quijote » dans sa version intégrale, sans garantir que je comprenais tout. L’été de ma Première scientifique redoublée, à l’internat Saint-Aspais de Melun, je me rendais pour la première fois en Espagne, avec une émotion intense, et je garde encore gravés dans ma mémoire mes premiers pas à Madrid ; la même année, j’étais reçu troisième au concours général d’espagnol des établissements privés. Je m’entraînais aux versions et thèmes d’agrégation que je trouvais dans les rapports de jury du concours, tout en me renseignant sur le concours de l’ENA, en parallèle à une première activité politique dans ma ville de Châtenay-Malabry. Je présentai aussi, pour m’entraîner, un examen pour devenir professeur d’espagnol dans le privé, manquant de peu l’admissibilité… Après une réorientation en cours de Terminale de la section scientifique vers la section littéraire (de C vers A comme on disait alors) et un bac en 1980 avec mention Bien (avec un 19 en math mais seulement 17 en espagnol !), j’entrais à la Sorbonne en première année, ne voulant pas faire de classe prépa, parce que je n’en avais sans doute pas le niveau, mais aussi parce que je désirais me consacrer uniquement à l’espagnol.
La première année à Clignancourt et rue Gay-Lussac, en 1980-1981, fut un enchantement, avec une vingtaine d’heures consacrées uniquement à ma passion. L’établissement de la rue Gay-Lussac était un peu délabré mais je voyais tout avec des lunettes roses et j’ai même gardé pendant des années ma carte d’inscription en première année, tellement elle était précieuse pour moi. En ces années où l’espagnol était considéré comme la langue des femmes de ménage (et cela avait été vrai pour moi !), où nous étions moqués (c’était avant la « movida »), j’exhibais ma fierté d’être étudiant en espagnol, en buvant les paroles de mes enseignants. Michel Launay nous donnait le cours magistral de grammaire, Denise Boyer le cours magistral de poésie (avec l’apprentissage complètement nouveau pour moi de toutes les techniques de versification et de métrique espagnoles) et les TD de traduction, Bernard Gille les cours de théâtre (Valle-Inclán), Evelyne López Campillo l’histoire du XXe siècle (avec un cours sur le coup d’Etat manqué du colonel Tejero qui venait d’avoir lieu). Nous devions choisir pour l’agrégation entre le catalan, le portugais et le latin pour l’oral d’option ; n’ayant pu prendre le portugais car le mercredi j’étais animateur en centre aéré, je pris le catalan et me passionnai vite pour cette langue, que je choisis aussi en certificat optionnel en licence et en maîtrise ; mes professeurs furent Maria Buira, puis Denise Boyer.
En deuxième année, je m’épanouissais avec les cours de traduction d’Annick Emieux, qui nous expliquait charitablement qu’elle mettait des notes négatives en thème pour nous encourager afin que nous voyions nos progrès ! Un jour, elle décida que la traduction orale serait faite par le seul garçon présent, votre serviteur. Je garde aussi en mémoire ses cours ainsi que ceux de Paul-Jacques Guinard sur le XVIIIe siècle, cours de TD d’un jeune assistant Sadi Lakhdari, que je retrouvai plus tard dans ma passion pour Galdós, les cours d’Olver Gilberto de León et, pour la traduction, de Louis Urrutia et de Luce Arrabal, l’enseignement sur les romans picaresques de Maurice Molho qui, avec sa démarche boiteuse, nous faisait penser à un « pícaro » égaré en Sorbonne, Annie Molinié, en civilisation du Siècle d’Or. Nous avions aussi des cours de judéo-espagnol et de musique espagnole mais je ne les avais pas choisis. En licence, je me souviens des cours passionnés de Marie-Claire Zimmermann sur la poésie mais aussi « La casa verde » de Vargas Llosa. En maîtrise, je demandai à M. Guinard d’être mon directeur de recherches en lui faisant part de mon intérêt pour le XIXe siècle que je ne connaissais pas et que je voulais travailler dans la perspective des concours, et il me recommanda un très beau sujet de mémoire en, 1983-1984, sur la trilogie « El Doctor Centeno », « Tormento » et « La de Bringas » qui me permit de découvrir et de démonter, par une analyse minutieuse, le rôle important joué dans la géographie des lieux avec un resserrement progressif conduisant métaphoriquement à l’explosion de 1868. Pendant toutes ces années, je travaillais en parallèle la nuit ou le week-end comme gardien en uniforme dans une société de surveillance d’usines de la Défense.
Je fis mon service militaire comme professeur d’espagnol au Prytanée de la Flèche où j’avais quinze heures de cours en Seconde, Première, Terminale et quelques élèves de prépa et je préparai avec le CNED l’agrégation dont je manquai de peu l’admissibilité. L’année suivante, j’alternai les cours entre la Sorbonne et l’ENS de Fontenay où j’avais été admis comme auditeur libre (nous étions douze auditeurs et une dizaine de normaliens) ; nos enseignements étaient coordonnés par Maryse Vich-Campos.
Nous avions au programme « El Diablo Mundo » d’Espronceda et le « Don Juan » de Zorrilla ; Nicolás Guillén, « España », Pablo Neruda, « España en el corazón », César Vallejo, « Aparta de mí este cáliz » ; le « Criticón » de Gracián ; la « Cárcel de Amor » de Diego de San Pedro. Aux oraux, qui se déroulaient au lycée La Fontaine, j’eus comme thème de la leçon « l’honneur » dans la « Cárcel de Amor » et une explication de texte sur le « Diablo Mundo », en linguistique un passage du « Criticón », en thème oral un article sur la comète de Halley, en catalan la première scène de « Terra baixa », d’Angel Guimerà.
Je me souviens à la fac, des cours sur le Moyen-Age de Sylvia Roubaud, des cours de catalan de Montserrat Prudon (Denise Boyer était au jury) et, à l’ENS, des cours de version de ce même professeur (avec un cours digne d’anthologie sur le vocabulaire du chien) et des cours de linguistique de Marie-France Delport et de thème de Jean-Claude Chevalier, qui donnait aussi le cours général de linguistique à la Sorbonne ; nous avions aussi des cours à Paris III pour les auteurs américains (notamment Claude Fell et Alfred Melon) et le romantisme. Dans notre groupe d’auditeurs de Normale, je faisais entre autres la connaissance de Chantal Bastelica et de Claire Lagrange.
Le jury était présidé en 1986 par l’historien Joseph Pérez. Je fus reçu, malgré de très mauvaises notes en dissertation : 2/20 à la dissertation en français et même au départ 1/20 ; ce n’est que grâce à la péréquation entre groupes de copies qu’on me rajouta un point et que je devins avant-dernier admissible, remontant ensuite avec les oraux ; j’étais un miraculé comme Albert Melon, membre du jury, me qualifia. Après la meilleure note de tous les candidats en thème écrit sur une traduction de Rousseau, des « Rêveries d’un promeneur solitaire », j’avais aussi eu la meilleure note en catalan et en thème oral (il faut dire que ma passion était la langue et que je passais mon temps, au grand amusement de mes camarades, à lire et à noter du vocabulaire dans des petits carnets, que j’apprenais ensuite sur les pistes de ski…).
Mon idée était alors, comme je l’exposai à M. Guinard, de continuer mon travail sur Galdós en thèse de doctorat et, les années qui suivirent, je m’attelai à la lecture de cette œuvre immense, tout en hésitant aussi à travailler sur la préposition en espagnol. Mais aussi, pendant toute ces années, j’avais milité chez les jeunes giscardiens, d’abord pendant la campagne de 1981, en même temps que ma première année d’espagnol, et ensuite en créant à la Sorbonne une section du Collectif des étudiants libéraux de France (CELF), syndicat giscardien, que je réussis à implanter dans une dizaine d’UER (ou UFR comme on dit maintenant). Nous occupâmes même l’amphi Richelieu une nuit de 1986 pour protester contre la loi Savary et l’une des portes, cassée par les CRS, resta en l’état une bonne quinzaine d’années… Je représentai moi-même les étudiants au conseil d’UER, présidé par Paul-Jacques Guinard, et au conseil d’université présidé par Jacques Bompaire, avec lesquels j’entretenais de très bonnes relations.
J’entrai aussi à Sciences Po Paris en septembre 1981 après ma première année d’espagnol et au prix d’une intense révision pendant l’été, mais j’échouai à l’examen d’entrée en deuxième année, qui, à l’époque, ne pouvait se redoubler. Ce n’est que bien plus tard, après mon agrégation, que je passai pour la deuxième fois le concours d’entrée à l’IEP, avec accès direct en deuxième année cette fois.
Ma passion pour le monde administratif et politique m’avait en effet repris, d’autant que je m’étais convaincu dans le même temps qu’étant sorti 23e seulement de l’agrégation et n’étant pas normalien, je n’avais que peu de chances d’accéder à l’université. Je me dis donc que la voie de l’ENA serait plus facile… et je déclinai même une proposition de Suzanne Varga-Guillou, connue à Sciences Po, d’aller enseigner à Arras où elle créait une section d’espagnol. Tout en enseignant au lycée de Chelles en 1986-1987 (avec quelques heures au collège de Pontault-Combault avec comme tuteur Pierre Civil, devenu depuis professeur d’université) puis au lycée hôtelier et de tourisme de Saint-Quentin-en-Yvelines, de septembre 1987 à octobre 1991, avec les excellents collègues Christiane Pierre, Malou le Poulloin et Gladys Expósito ; c’était un lycée très bien tenu, les élèves garçons ayant même l’obligation de venir en cravate. Nous allions l’été inspecter nos élèves en stage dans les hôtels et restaurants proches de nos lieux de vacances. J’avais pris l’initiative d’ouvrir une salle informatique avec des logiciels d’apprentissage des langues (c’était nouveau à l’époque) et j’avais été élu, sur une liste du SNALC que j’avais créée, au conseil d’administration du lycée.
En parallèle du lycée, où j’avais vingt heures de cours (dont beaucoup d’heures supplémentaires), heureusement regroupées sur trois jours (grâce à un proviseur compréhensif, Colette Monteil, dont le mari était énarque), je suivis pendant quatre ans les enseignements de Sciences Po et de la prépENA, qui me passionnèrent par les clés qu’ils offraient pour comprendre le monde contemporain. En 1991, je présentai tout à la fois le concours pour entrer en prépENA rémunérée (CFPP, devenu aujourd’hui IGPDE) et directement le concours interne de l’ENA ; je réussis les deux.
Après deux années à l’ENA, en 1992-1994, desquelles je retiendrai surtout les deux stages en responsabilité, à la préfecture du Loiret pendant sept mois (année de la crise des routiers) et à Buenos Aires pendant cinq mois (pour le compte de France Télécom et de Telecom Argentina), je choisis le corps préfectoral, métier que j’ambitionnais déjà depuis plusieurs années. Je fus nommé successivement directeur de cabinet du préfet en Maine-et-Loire (1994-1996), avec notamment de grandes inondations à gérer, secrétaire général adjoint du Rhône et sous-préfet de l’arrondissement de Lyon (1996-1999) (avec des milliers de Kosovars à accueillir pendant la guerre), inspecteur de l’administration au ministère de l’intérieur (1999-2000) (pour suivre en priorité les projets informatiques qui m’ont toujours intéressé, notamment le projet de carte d’identité à puce), chef du bureau des services publics locaux sous Lionel Jospin (2000-2002) (avec le suivi de la plupart des politiques locales, la réglementation funéraire en responsabilité mais aussi la loi sur la Corse et la loi sur la démocratie de proximité à conduire en large partie), directeur adjoint du ministre Patrick Devedjian et conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur (2002-2004) (pour la mise en œuvre de l’acte II de la décentralisation), directeur de cabinet du préfet d’Ile-de-France Bertrand Landrieu (2004-2007) (avec la préparation de la fusion des deux préfectures d’Ile-de-France et de Paris), directeur de cabinet du ministre chargé des relations avec le parlement Roger Karoutchi (2007-2008) (avec la réforme de la Constitution de 2008 donnant plus de pouvoirs au Parlement), préfet délégué à l’égalité des chances chargé des banlieues de l’Essonne (2008-2010) (avec de grands moments, comme le plan de vidéosurveillance à Grigny, des rencontres jeunes-police aux Tarterêts et aux Ulis, la restructuration du Bois-Sauvage à Evry, etc.), préfet de la Haute-Saône (2010-2012) (avec l’aboutissement du couvent construit par Renzo Piano près de la chapelle de Le Corbusier sur la colline de Ronchamp), préfet de l’Aude (2012-2013) (avec la « fin du monde » à Bugarach et la gestion du scandale Spanghero), et enfin directeur des stages de l’ENA où je suis chargé, depuis bientôt quatre ans, d’affecter les élèves en stage et de leur rendre visite pour les évaluer en France et à l’étranger.
Pendant toutes ces années, j’ai gardé ma passion pour l’espagnol en étant membre de l’AFDE (devenue AFPE), à laquelle j’adhérai dès 1979 quand j’étais en Première, des Néo-latines, de l’association pour la promotion de la culture catalane à Paris (avec Denise Boyer, Marie-Claire Zimmermann et Mònica Güell) et de la Société des agrégés. Je publiai aussi divers ouvrages, successivement : « Dictionnaire du verbe être en espagnol » en 1990 (avec 5000 exemples ; je m’attelai à ce travail car… je n’arrivais pas à comprendre le fonctionnement de ces deux verbes !), « Le mot et l’idée II » (12 000 mots) et « Les 3500 mots essentiels » en 1997, « Grammaire et vocabulaire du catalan » en 2002), « L’espagnol par la presse » (avec Jacques Caro) en 2013 et enfin, en 2015, « Grammaire de l’espagnol contemporain », chez Ophrys. Etant arrière-petit-fils d’Albert Lebrun, je passai aussi de nombreuses années à travailler sur cette période pour publier en 2013, chez Belin, « Albert Lebrun, le dernier président de la IIIe République », et je prépare de nouveaux ouvrages sur cette période.
Aujourd’hui, à cinquante-cinq ans, marié à une professeur de lettres rencontrée en militant au CELF à la Sorbonne, père de quatre grands enfants, bientôt grand-père, je ne regrette rien de ma carrière. J’ai connu les plus belles années de ma vie à l’institut hispanique et c’est grâce à l’espagnol que l’élève moyen que j’étais a réussi ses études et ensuite sa carrière professionnelle. Je dois tout à Fufu et María Luisa, les deux Asturiennes, qui m’avaient offert leur protection maternelle à un moment où sans doute je me cherchais. Un travail acharné et pas mal de chance ont fait le reste. Aujourd’hui, encore, lire ou entendre l’espagnol suffit à mon bonheur.

Eric FREYSSELINARD


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.