L’Archive du lundi n°71 – L’Institut d’Études Hispaniques : une œuvre d’art « totale » née grâce à la contribution de tous.

L’Archive du lundi n°71 – L’Institut d’Études Hispaniques : une œuvre d’art « totale » née grâce à la contribution de tous.

Adrián Almoguera lève aujourd’hui le voile sur les artistes dont les noms figurent sur les plaques de marbre de l’entrée de l’IEH…

Francisco Mateos González, « Le baptême », 1934, Madrid, MNCARS.

 

Édouard Lambla de Sarria, Projet de construction de l’Institut d’Études Hispaniques, Paris, Archives Nationales, AJ/52/24.

 

Ramón Casas, Portrait de Josep Clarà, c. 1900, Barcelone, MNAC.

 

Le 29 mai 1929, on inaugura au 31 rue Gay-Lussac l’hôtel de l’Institut d’Études Hispaniques de Paris-Sorbonne. Ce beau projet, dont le but était de renforcer les liens culturels et académiques entre la France et l’Espagne, n’a été possible que grâce à la contribution de nombreux mécènes (voir archives nº 66 et 67). Pour donner un caractère représentatif à cette nouvelle institution, située en plein cœur du quartier universitaire de Paris, on fit appel à l’architecte Édouard Lambla de Sarria. Cet ancien élève de l’École des Beaux-Arts travailla alors bénévolement en proposant un projet doté d’une façade éclectique, assez rare dans l’ensemble de son œuvre architecturale, et qui marqua profondément le paysage de la rue Gay-Lussac jusqu’à son altération dans les années 1960 (voir archive nº 22).

Parmi la longue liste de contributeurs à la création de l’Institut recensés sur les plaques commémoratives de l’entrée du bâtiment, on trouve énormément d’artistes et de personnalités liés au monde de la culture hispano-française ayant fait une partie de leur carrière dans le Paris artistique de l’Entre-deux-guerres.

Le peintre Francisco Mateos González (voir aussi archive n° 12), qui voyage en Europe pendant les années 1920, devient décorateur officiel de la Sorbonne en 1928, et sera plus précisément chargé du décor de peintures murales. Si beaucoup de ses travaux à l’étranger ont été perdus au fil du temps, nous pouvons néanmoins toujours voir dans la salle Delpy la seule fresque de Mateos González qui a été conservée sur l’ensemble de ses travaux à la Sorbonne (1). Avec son style expressionniste aux racines « ironique-tragique » allemandes, il travaille pendant plusieurs années à Paris, et il participe à l’exposition de 1937, moment-clé du rayonnement de la culture artistique de l’Espagne en guerre.

Josep Clarà i Ayats, un noucentista catalan né à la fin du XIXe siècle, participe aussi à la création de l’Institut. Après avoir fait des études à Toulouse, il arrive à Paris en 1900 et intègre le cercle des sculpteurs sous l’influence d’Auguste Rodin et d’Aristide Maillol, qui marquent définitivement son style et sa technique. Il entretient d’ailleurs avec ce dernier une belle amitié dont témoigne leur correspondance. L’œuvre de ce sculpteur est l’exemple parfait de l’importance des rapports bilatéraux entre la France et l’Espagne au début du XXe siècle. A Paris il réalise le portrait de nombreuses personnalités de la vie artistique parisienne, comme la célèbre danseuse et muse de l’art contemporain Isadora Duncan (2).

Outre le graveur académique J. H. Lesca, l’ouverture de l’Institut a été aussi possible grâce à la participation de Pedro Gil y Moreno de Mora, qui est né à Paris dans une famille d’entrepreneurs spécialisés dans le commerce entre la France et l’Espagne. Amoureux d’art, il a consacré sa carrière à la peinture et est devenu l’ami intime de Joaquín Sorolla, élevé au rang de peintre espagnol le plus célèbre de cette époque grâce à la célèbre commande de la Hispanic Society de New York.

Cent ans plus tard, l’Institut célèbre sa création en 1917, et s’apprête à se renouveler. Au-delà des nombreuses activités culturelles et festives de cette année de commémoration, l’ancien « hôtel de l’Institut » s’apprête à connaître une troisième phase de transformations qui doit en faire un bâtiment adapté aux besoins pédagogiques d’aujourd’hui.

Adrián Almoguera

(1) Voir notamment VV. AA. Catálogo Exposición Francisco Mateos. Museo Español de Arte Contemporáneo, Madrid, 1973.

(2) Mercè Doñate, Clarà escultor, Cat. Exp. MNAC, Barcelone, 1997.

La campagne de financement participatif lancée pour l’organisation du Centenaire de l’Institut d’études hispanique touche bientôt à sa fin. Dès lundi prochain, la liste des donateurs sera dévoilée sur le site du centenaire.

Nous avons à ce jour récolté 4301€ grâce à votre générosité et nous tenons à vous en remercier. Cette somme nous permettra de financer l’organisation du Prix « Lire en Sorbonne », de la lecture spectacle de la pièce de Juan Mayorga, ainsi que la traduction en français de l’ouvrage d’Antonio Niño sur l’histoire de l’Institut.

Mais ce n’est pas terminé !

Si votre générosité nous le permet, nous pourrons amplifier notre action dans le cadre du Centenaire en finançant :
Si la collecte atteint 5 150 € : Le Prix cinématographique du Centenaire
Ce montant permettra de financer la Masterclass en Sorbonne du lauréat du prix.
Si la collecte atteint 10 300 € : L’achat de matériel de conservation pour les 3 000 clichés-verre
Quel que soit le montant atteint pour ce palier, nous pourrons acheter progressivement le matériel nécessaire à la conservation des clichés, des plus abîmés à l’ensemble de la collection.

Plus que 849€ pour atteindre le prochain palier !

Nous comptons sur vous pour participer ou relayer l’information autour de vous jusqu’au vendredi 19 mai !

Voici le lien vers la plateforme de don : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne

Nous vous remercions chaleureusement de votre soutien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.