L’Archive du lundi n°69 – Le concert de Paco Ibáñez en mai 69 : « Une immense émotion, un moment magique »…

L’Archive du lundi n°69 – Le concert de Paco Ibáñez en mai 69 : « Une immense émotion, un moment magique »…

En ce premier mai, l’Archive du lundi vous est contée par l’une des spectatrices du concert en Sorbonne de Paco Ibáñez, le 12 mai 1969, Monique Roumette. Un témoignage rare et poignant pour vous donner un avant-goût de la performance de l’artiste le 6 octobre prochain dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, qui sera l’un des temps forts de la commémoration du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques (Plus d’informations sur https://ieh.hypotheses.org/le-concert-du-centenaire).

« Paco Ibáñez. Éxito en la Sorbona », article paru dans « Mundo joven », le 24 mai 1969.

 

Photographie de la cour d’honneur de la Sorbonne le soir du concert, publiée dans « Triunfo », le 24 mai 1969.

 

« Paco Ibáñez vuelve a la Sorbona, donde “despegó” su carrera en 1969 », article paru dans « El Diario », le 22 avril 2017.

« J’ai répondu oui, je me souviens. Puis je me suis demandé si j’y étais vraiment. Ou si je fantasmais.
Une image forte était restée dans ma mémoire, très forte. Assise sur le dallage de la cour de la Sorbonne, par une belle nuit de mai, et la haute silhouette de Paco, debout, avec sa guitare, au-dessus de toutes ces têtes qui entonnaient avec lui « A galopar, a galopar,/ hasta enterrarlos en el mar… ». Une immense émotion, un moment magique, sursaut du dernier Mai, en ces temps où ne s’était point éteinte la fraternité partout déployée un an auparavant.
On se souvenait encore de la dernière immense manifestation : de Gaulle avait fui en Allemagne et on se disait « C’est pas possible que l’avenir rêvé soit là, à notre portée ! ». On n’osait pas y croire, mais on l’espérait très fort.
Puis il y eut une autre très grande manifestation qui descendit solennellement, symboliquement les Champs Élysées, puis un autre président.
Or, ce soir là, comme si elle était restée dans l’air de cette cour où tout avait commencé, redescendit dans les cœurs la vraie fraternité retrouvée. Par-delà groupes et groupuscules Paco nous avait tous réunis dans ce désir puissant de faire que les choses changent.
Avec la finesse inimitable de son sens musical, sa sensibilité à la poésie, guidant la sûreté de ses choix qui allaient de Manrique à Celaya, traversé par la fougue, le désespoir et les blessures de sa patrie, de cette terre d’Espagne prisonnière du franquisme, il nous emportait dans la folle chevauchée de Rafael Alberti, qui constitue le seul moment dont je me souvienne vraiment et qui fut, sans doute pour moi et pour d’autres, l’acmé de cette soirée.
Nous nous ressourcions avidement dans l’enthousiasme que déployait en nous la musique unie à la force de la poésie, à la fois palabra esencial en el tiempo, arma cargada de futuro. Dynamique et dynamite chargeaient les mots emportés par le rythme et faisaient de celui qui chantait un chanteur au sens plein du terme. Éluard répondait à un paysan grec qui l’interrogeait : je suis poète. Ah, oui, reprenait le paysan, un chanteur !
Et Paco, pas seulement ce soir-là, mais particulièrement ce soir-là, sut par la grâce de sa musique déployer tous les effets de ce mariage hardi du son, du sens et du rythme, qui est l’être même de la poésie.
Nous étions transportés, transformés dans cette belle nuit, illuminée par ton chant mieux que ne l’eussent fait mille feux d’artifice ».

Monique Roumette

P.S. : N’oubliez pas que vous pouvez recevoir une place en avant-première pour le concert du 6 octobre, si vous participez à notre campagne de financement participatif pour le Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques !
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.