L’Archive du lundi n°67 – Le marquis de Casa Valdés, l’un des principaux mécènes de l’édifice de la rue Gay-Lussac

L’Archive du lundi n°67 – Le marquis de Casa Valdés, l’un des principaux mécènes de l’édifice de la rue Gay-Lussac

Dans la lignée de la semaine dernière, nous vous proposons ce lundi une archive très particulière, sur un des principaux mécènes à l’origine de la création de l’Institut d’Études Hispaniques : le marquis de Casa Valdés. Pourquoi cet intérêt pour nos mécènes historiques ? Vous le saurez lundi prochain !

Photographie de la plaque commémorative placée à l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac.

 

Discours prononcé par le marquis de Casa Valdés lors de l’inauguration de l’hôtel de l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de Paris, le 29 mai 1929 (Paris, Institut d’Études Hispaniques, 4 pages, exemplaire consultable à la Bnf).

À l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques, se trouve la plaque commémorative de l’inauguration du bâtiment, qui eut lieu le 29 mai 1929. On peut y voir cité en tant que membre du comité de direction le marquis de Casa Valdés (document 1). On retrouve ce même nom en tête de la liste des mécènes de l’Institut qui figure sur une autre plaque de marbre. La contribution du marquis au financement des travaux de construction de l’hôtel inauguré en 1929 dut être importante car il fut invité à prendre la parole lors de la cérémonie d’inauguration du bâtiment. Après l’intervention du recteur de l’Université de Paris, M. Charléty, celle du recteur de l’Université de Barcelone, M. Díaz González et celle du directeur général de l’Enseignement supérieur en Espagne, M. González Olivero, le marquis de Casa Valdés prononça un bref discours dans lequel il exposa les raisons de sa contribution : « Nous sommes dans cet hôtel parce que nous aimons profondément la France » (document 2).

José Valdés y Mathieu de Billy (1871-1938), deuxième marquis de Casa Valdés, était un aristocrate espagnol, sénateur et gentilhomme de la chambre du roi, chevalier de la Légion d’honneur et membre l’Automobile Club de France. Il venait d’une famille traditionnellement liée à l’armée, en particulier avec la cavalerie. Il était marié à la fille du comte de Revillagigedo, Grand d’Espagne, et vivait, avec sa mère et son épouse, au numéro 18 de la rue de Longchamp, dans le XVIe arrondissement de Paris. Nous savons relativement peu de choses de ce personnage et de ses liens avec l’Institut. Sa fortune, en revanche, devait être conséquente car, en 1933, lorsque fut créé sous la IIème République, un impôt sur les grandes fortunes, le marquis de Casa Valdés fit une déclaration de ses rentes à Madrid, tout en indiquant qu’il résidait à Paris. Il affirmait dans ce document que ses rentes s’élevaient à 324 502 pesetas, somme très importante pour l’époque. D’autant plus que ce chiffre est à considérer comme un minimum, en raison de la sous-estimation de ses biens en Espagne et de la plus que probable omission de son patrimoine en France ou dans d’autres pays. Ce patrimoine était, pour les deux tiers, composé de rentes foncières et, pour le dernier tiers, de valeurs mobilières.

Le bâtiment inauguré en 1929 était situé sur un terrain cédé par l’Université de Paris. La construction coûta 1 200 000 francs. Nous ne connaissons pas le chiffre précis de la contribution du marquis de Casa Valdés, mais, sans aucun doute, il s’agissait de la contribution la plus importante, ainsi qu’en témoignent les marques de reconnaissance qu’elle a reçues.

Antonio Niño Rodríguez


Une réflexion sur « L’Archive du lundi n°67 – Le marquis de Casa Valdés, l’un des principaux mécènes de l’édifice de la rue Gay-Lussac »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.