L’Archive du lundi n°66 – L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac : une « œuvre de bonne volonté » (E. Martinenche)

L’Archive du lundi n°66 – L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac : une « œuvre de bonne volonté » (E. Martinenche)

L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac n’auraient pas pu voir le jour sans de généreux mécènes. À travers l’archive de ce lundi, nous voulons rendre hommage à ces donateurs… et nous vous donnons rendez-vous le 24 avril à 11 heures pour lire la suite de cette aventure !

deux photographies des plaques de marbre placées de part et d’autre de l’entrée de l’Institut de la rue Gay-Lussac (© Nancy Berthier).

 

Ainsi que nous l’avons vu dans l’archive n°17, l’Institut d’Études Hispaniques, créé en 1917, a été hébergé dans un premier temps dans un édifice du 96 boulevard Raspail avant de s’implanter au 31 rue Gay-Lussac, dans un bâtiment inauguré en grande pompe en mai 1929 (voir archive n°28, le discours d’inauguration d’Américo Castro). Cet édifice fut bâti sur un terrain appartenant à l’Université de Paris et financé grâce à l’appui de donateurs dont les noms sont immortalisés sur les deux plaques de marbre apposées de part et d’autre des actuels escaliers d’accès à l’Institut. Qui étaient-ils ?

On y trouvait des aristocrates, comme José Valdés y Mathieu de Billy (1871-1938), MARQUÉS DE CASA VALDÉS, le plus généreux de tous dont le recteur Charléty souligna, lors de l’inauguration du bâtiment « la générosité attentive et éclairée », le MARQUÉS DE CASA RIERA ou le BARON DE DROUHOT. Il y avait également des artistes, comme PEDRO GIL MORENO DE MORA (1892-1945), un grand ami de Joaquín Sorolla, JOSÉ CLARA (1878-1958), un des maîtres de la sculpture figurative espagnole du premier tiers du XXème siècle, JH LESCA, graveur, et bien sûr, FRANCISCO MATEOS (1894-1976), le peintre sévillan qui réalisa gracieusement la décoration murale des murs du premier édifice (voir archive n°12), sans oublier l’architecte ÉDOUARD ARMAND LAMBLA DE SARRIA (1881- ?) qui œuvra à la conception du bâtiment pour l’amour de l’art (voir archive n°22). S’y ajoutaient des professeurs tels que ERNEST MATINENCHE (1869-1941), titulaire d’une chaire magistrale en Sorbonne depuis 1919 et fondateur de l’Institut d’Études Hispaniques (voir archive n°11) ou l’ingénieur centralien JACQUES VALENSI (1903-1992), qui fut professeur de mécanique des fluides à la faculté des sciences de Marseille, ou encore la figure polyvalente du secrétaire général de l’Institut, CARLOS IBAÑEZ DE IBERO GRANDCHAMP (1882-1966), docteur en philosophie et lettres de l’université de Paris, ingénieur et journaliste. Notons également la contribution d’acteurs du monde économique, comme les industriels, FRANÇOIS COTY (1874 -1934), célèbre parfumeur, et LEON SCHINASI (1880–1930), un magnat newyorkais du tabac, philanthrope et collectionneur d’art, mais aussi de compagnies comme la SOCIÉTÉ MINIÈRE ET MÉTALLURGIQUE DE PEÑARROYA, fondée en 1881 par l’ingénieur français Charles Ledoux pour exploiter le site de Peñarroya-Pueblonuevo, et la COMPAGNIE ROYALE ASTURIENNE DES MINES, créée à Bruxelles le 16 mai 1853 pour produire zinc et plomb dans les Asturies. L’INSTITUTO HISPANO CUBANO DE SEVILLA, fondation culturelle à but non lucratif créée en 1928, et l’ACADEMIA GAYA, un centre privé qui dispensait des cours d’espagnol à Paris, complètent ce tableau quelque peu hétéroclite des entités donatrices (1) qui, venus d’horizons très divers, avaient en commun la volonté de contribuer à doter l’Institut d’Études Hispaniques d’un bâtiment propre.

Lors de l’inauguration officielle du 29 mai 1929, le directeur de l’époque, Ernest Martinenche, déclarait à cet égard : « ce modeste hôtel est aussi une œuvre de bonne volonté. Ses donateurs et ses collaborateurs, réunis sous le double patronage de l’Espagne et de l’Université de Paris, sont également convaincus que l’amitié franco-espagnole a des vertus efficaces, et qu’elle ne dépend pas moins d’une connaissance méthodique que de l’élan d’une sympathie naturelle ».

(1) Nous ne sommes pas parvenus à identifier la figure de E. Sydney Benaim


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.