L’Archive du lundi n°65 – Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

L’Archive du lundi n°65 – Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

Cette semaine, Daniel Henri-Pageaux nous offre un portrait lumineux d’Aristide Rumeau (1904-1993), qui enseigna dans les universités de Montpellier, Bordeaux et la Sorbonne (1951-1968) et dont la pédagogie généreuse a marqué des générations d’hispanistes.

 

Couverture et dos du livre publié à titre posthume aux Éditions Hispaniques pour rendre hommage à Aristide Rumeau, « Travaux sur le Lazarillo de Tormes » (1993)

 


Nécrologie d’Aristide Rumeau rédigée par François López dans le « Bulletin Hispanique » (t. 95, n°2, 1993, p. 721-722).

Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

Aristide Rumeau, c’est pour moi d’abord une silhouette, je ne dirais pas haute en couleurs, mais pittoresque, et plutôt en contraste total avec les illustres représentants du corps professoral que j’ai pu connaître, tant en espagnol qu’en littérature française ou littérature comparée. Et d’abord un petit béret tout rond, rien à voir avec le béret en pointe sur le nez ou tiré sur l’oreille que j’ai tellement vu chez les paysans, dans mon enfance landaise. Non, un petit béret comparable à celui de Bourvil dans ses chansons normando-naïves ou, pour aller « tras-los-montes », à celui de Pepe Isbert dans « Bienvenido Mr Marchal », par exemple.
Le béret était posé sur une face ronde et rougeaude qui s’illuminait d’un petit sourire amical, adjectif plutôt difficile à apposer, de prime abord, à une quelconque personnalité professorale (d’alors…). Et puis, venait la voix, un roulement continuel de « R », quelque chose qui nous transportait aussitôt très loin de la rue Gay-Lussac, très au sud de la Loire et de la Garonne (la Garrronnne). Une fois l’attention, visuelle et auditive, retombée, on pouvait remarquer un éternel imperméable gris et une vieille sacoche usée et plutôt mince.
Il y avait chez Rumeau beaucoup de bonhomie, de simplicité, d’affabilité dans les rapports qu’il entretenait avec ses étudiants. Il savait varier le ton quand il lisait ou quand il se penchait sur ses notes. On étudiait avec lui une langue vivante, une littérature pleine des saveurs, des senteurs des siècles passés, et la rumeur d’un Siècle d’or lointain devenait soudain très présente à nos oreilles. On le voit : ce sont des bons souvenirs que j’ai de ses cours et, soyons justes, il en va de même avec ceux d’Albert Mas (encore le Siècle d’or) et ceux d’un jeune maître-assistant, dynamique, sympathique, ouvert, Robert Marrast.
J’ai eu Rumeau comme professeur en licence, certificat de littérature espagnole en 1958-59. Il y avait au programme la première partie du « Quichotte ». Il nous a déclaré, d’entrée de jeu, que nous, apprentis hispanistes, nous nous devions de connaître au moins par cœur la première phrase du chef-d’œuvre : on ne parlait pas alors d’« inkkkipittt ». Nous avons donc appris ce début, on pouvait aller un peu plus loin que les trois premières lignes et savourer les « duelos y quebrantos » qui ont fait l’objet d’une bonne partie d’un cours. C’était une épreuve de récitation, comme en une lointaine école primaire d’antan, laïque, gratuite et obligatoire, imposée avec le sourire : on se levait et on déclamait et Rumeau hochait la tête et continuait à nous regarder avec une sorte de satisfaction bon enfant.
Il nous parlait aussi du « Lazarillo », mais je n’ai pas souvenir que le texte fût au programme, à moins que cela fît partie des textes que nous avions à lire et sur lesquels on pouvait être interrogé, à l’oral, ce qui était monnaie courante tant en espagnol (avec les question de culture et de civilisation du « certif » dit d’Études pratiques) qu’en littérature française : une façon excellente et simple de développer l’initiative personnelle. Il avait de fait dans l’idée de publier un petit essai sur le « Lazarillo ». A la fin de certains cours, quand on allait à trois ou quatre lui poser quelques questions (parce qu’il ne nous intimidait pas du tout, bien au contraire), il nous parlait de ce texte que j’avais découvert au lycée (en extraits) et qui déjà me fascinait.
Rumeau a publié un petit ouvrage, une sorte de livret : « Notes au Lazarillo », à la fin de l’année 1964 (4ème trimestre) aux Editions hispano-américaines, 26 rue Monsieur le Prince, un fascicule de 38 p. auxquelles s’ajoutaient huit pages de notes souvent érudites. Il aborde d’abord le prologue, avec un « essai » d’interprétation, puis vient un « essai d’attribution ». Là, il avance, non sans beaucoup de prudence, un nom, celui de Hernán Núñez de Toledo, lequel avait publié « Las CCC [Trescientas] del famosísimo poeta Juan de Mena con glosa »…
Dans une note, il précisait : « L’Institut hispanique de Paris possède un exemplaire de l’édition de 1517 que j’ai pu consulter à loisir. » Il déclarait qu’il avait fait « un relevé des parallélismes et des coïncidences d’expression » entre l’édition avec commentaires des « Trescientas » et le « Lazarillo ». Il commentait : « Il y en a d’assez saisissantes ». Mais, tout aussitôt, il ajoutait (et il y a « tout » Rumeau dans ces mots) : « Mais nous connaissons les faiblesses et les dangers de ce genre de collections. » Et il poursuivait :
« Les mots sont un bien commun ; des tours qu’on pourrait croire particuliers ou particulièrement chers à un auteur peuvent se retrouver chez des contemporains sans que le critère de la fréquence soit tout à fait rassurant. Nous ne savons pas faire l’analyse chimique ou le spectre d’un style. Il est hasardeux d’isoler de menus fragments et de les considérer comme des lambeaux d’une signature effacée. Peut-être est-il moins risqué de suivre une phrase où l’auteur se définit et à laquelle il reste fidèle. Il est tentant d’y voir une sorte de carte d’identité, même si on se dit qu’elle peut être truquée. Nous laisserons donc ce catalogue pour suivre la phrase ; disons au moins que ce catalogue ne nous a pas détourné de poursuivre l’enquête. »
Il y a, dans ce morceau de paragraphe (et de bravoure…), tout à la fois un petit discours de la méthode et une courte profession de foi qui allait dans le sens de la stylistique pratiquée par Bataillon et dont le principe est rappelé en une phrase inscrite en haut à gauche en entrant sur un mur de la bibliothèque de l’Institut Hispanique. Car Rumeau tenait bien sûr dans le plus grand respect, entre autres, la préface de Bataillon à l’édition bilingue du « Lazarillo » qui venait de paraître aux Editons Aubier (1958), préface qui recoupait quelque cours ou leçon donnés au Collège de France, édifice que Rumeau nous conseillait fort de fréquenter en auditeur libre.
En 1960-61, pour l’année d’agrég, il revenait à Rumeau de traiter « La Fábula de Píramo y Tisbe » de Góngora et j’ai gardé de cette préparation un souvenir lumineux – ce qui est loin d’être le cas pour d’autres œuvres et d’autres commentateurs. Toujours aux Editions hispano-américaines, il a publié en 1961 des notes et commentaires sur le poème de Góngora. Dans le « Bulletin Hispanique », entre 1962 et 1964, et à la Revue « Les langues néo-latines » pendant les mêmes années, il a publié sept petits articles sur des mots et formules du « Lazarillo » (« lanzar », « despedir la bula », « contóme su hacienda » et sur des éditions du même texte, la fameuse édition d’Anvers de 1553, celles de 1554 et années suivantes jusqu’à celles de Milan (1587-1615). Dans les « Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh » (il faisait partie du « Comité » composé à l’occasion, alors que Charles V. Aubrun, Albert Mas et Claude Couffon, assisté par Haïm Vidal Séphiha, un grand aîné, avaient assuré l’édition des deux superbes volumes, publiés par le Centre de Recherches de l’Institut d’Etudes Hispaniques, en 1966), Rumeau donnait un article sur les éditons « romantiques » du « Lazarillo », une occasion de retrouver un autre nom auquel a été attribué le petit chef-d’œuvre, Diego Hurtado de Mendoza, et de croiser le fer, de façon fort courtoise, mais ferme, avec Angel González Palencia.
Une occasion aussi de retrouver une époque qui avait été le champ de ses premières recherches puisque, sauf erreur, le sujet de sa thèse de doctorat portait sur Mariano José de Larra. Il faudrait aller regarder la volumineuse thèse de Marrast sur Espronceda, pour trouver, si mes souvenirs sont bons… quelques échos de ces premiers travaux. Enfin, au « Bulletin Hispanique » en 1980, Rumeau donnait un article sur « La première traduction du Lazarillo : les éditions de 1560 et 1561 ».
Pour ce qui est de la personne même de Rumeau, bon maître et maître bon, mes souvenirs restent non pas bons, mais excellents, avec une pointe d’attendrissement et d’admiration, à la pensée de tant d’heures passées par le maître, sautant d’un mot à l’autre, d’une édition à une autre, d’une allusion à un sous-entendu ou à un effet de sens ou à je ne sais quelle trouvaille lexicale, aussitôt commentée et accompagnée, par-dessus les lunettes, d’un petit clin d’œil malicieux qui défie le temps.

Daniel-Henri Pageaux
Professeur émérite (Littérature générale & comparée) Sorbonne Nouvelle/Paris III


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.