L’Archive du lundi n°64 – José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques

L’Archive du lundi n°64 – José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques
Estrella Ruiz-Gálvez Priego nous éclaire aujourd’hui sur la figure de José María Quiñones de León, l’ambassadeur d’Espagne dont le rôle fut capital au moment de l’édification de l’actuel bâtiment de la rue Gay-Lussac.

Photographie de la plaque placée à l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac (© Sylvie Montalibet).

Portrait photographique de Quiñones de León réalisé par l’Agence Rol (Source : Gallica, 1918, 18x13cm, négatif sur verre).

José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques
Sur le mur de gauche du hall d’entrée de l’actuel Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac, une inscription rappelant les circonstances de la création du Centre fait apparaître le nom de José María Quiñones de León, ambassadeur d’Alfonso XIII à Paris.
Aujourd’hui, Quiñones de León, pour le regard distrait du passant, c’est tout juste un nom, fatalement effacé par sa qualité d’ambassadeur ; or, dans l’histoire de la création de l’Institut d’Études Hispaniques, José Quiñones de León fut un acteur de premier plan qui mérite reconnaissance.
José María Quiñones de León, était né en 1873 à Paris, où son père Cayo Quiñones de León, Marquis de San Carlos, était arrivé en 1853 pour remplacer le ministre plénipotentiaire de la reine Isabelle II, Juan Donoso Cortés, qui venait de mourir. José Quiñones de León vécut presque toute sa vie à Paris, ville qu’il aimait, où il a été très aimé et où il est mort en 1957.
Diplomate très efficace, avec un remarquable sens de la négociation à tout niveau, son nom est aussi lié, et très directement, à la bataille diplomatique livrée par l’Espagne pour obtenir un poste de Membre Permanent au sein de la Société de Nations, un projet cher au pays et à son roi Alphonse XIII dont Quiñones de León, était le fidèle serviteur, mais aussi, le fidèle ami personnel.
José Quiñones de Léon, fut aussi en première file pour mettre en exécution sur le terrain les mesures d’aide en faveur des prisonniers et des victimes de la guerre – combattants et civils – décidées par le roi d’Espagne depuis La Oficina Pro Cautivos, qu’il avait logé “chez lui” à Madrid, dans son Palais d’Orient. Une initiative humanitaire de haute envergure que le roi finançait de sa cassette personnelle mais qui mobilisait tout le corps diplomatique espagnol.
Quiñones de León fut un grand espagnol qui aimait beaucoup Paris. Il repose dans le cimetière du Père Lachaise, où il fut enterré le 23 novembre 1957. Il y a très exactement 60 ans.
Je rédige cette note en attendant de pouvoir lui rendre un hommage plus en accord avec son action pour l’Espagne et pour les relations entre la France et l’Espagne.
Estrella Ruiz-Gálvez Priego


Une réflexion sur « L’Archive du lundi n°64 – José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques »

  1. Pierre SALMON dit :

    Bonjour à vous,

    Je me permets de dire que je trouve cette note très naïve (c’est du moins ce que j’espère). Effectivement, il faudrait reconnaître le rôle de ce personnage méconnu mais, travaillant sur la guerre civile espagnole, je ne peux m’empêcher de penser au rôle de premier plan qu’il a occupé dans la lutte des insurgés franquistes contre la République espagnole!! Lui “rendre hommage”, lui apporter notre “reconnaissance”? Peut-être faudrait-il pour cela mettre en lumière le sombre rôle qu’il occupe – comme d’autres – durant la guerre civile espagnole, et durant ses suites immédiates.

    Pierre SALMON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.