L’Archive du lundi n°62 – Le Théâtre Espagnol de la Sorbonne (TES)

L’Archive du lundi n°62 – Le Théâtre Espagnol de la Sorbonne (TES)
Avec l’archive de cette semaine, Jacinto Soriano nous offre un pan entier de l’histoire de la vie théâtrale qu’a connue l’Institut d’Études Hispaniques à partir des années 1970.

Photographie de la représentation de « Las galas del difunto », œuvre de Ramón del Valle-Inclán, travaillée pendant l’année universitaire 1978-1979.

Photographie de la lecture dramatisée de « La casa de Bernarda Alba » de García Lorca, réalisée au mois de mai 1982 en salle Delpy.

 

Photographie de la représentation de « La dama duende » qui eut lieu en mai 1985 dans la salle Delpy dans le cadre d’un cycle de travail consacré au théâtre baroque.

LE THÉÂTRE ESPAGNOL DE LA SORBONNE (TES)
Dans la continuité des activités artistiques des années quarante (« El Retablo de las Maravillas », « La Cueva de Salamanca »…, voir archive n°54) l’activité théâtrale a repris à l’Institut Hispanique, au début des années 70 avec l’autorisation de son directeur, M. le Professeur Paul-J. Guinard. Ce travail de recherche, dans le cadre d’un Théâtre Universitaire, fut mené avec un groupe d’étudiants participant aux cours et aux TD du Professeur Bernard Gille et du Professeur Jacinto Soriano. Quelques enseignants ont collaboré aux réalisations théâtrales (Ms. les Professeurs Michel Launay, Antonio Urrutia, Juan Murcia, Jean Paul Duviols, Norman Palma…).
Une première expérience théâtrale est née de l’analyse du « Mythe de don Juan » étudié pendant l’année universitaire 1976-1977. Le travail théâtral du mythe s’est organisé autour de la représentation de quelques séquences du « Don Giovanni » de Mozart (Salle Delpy, juin 1977). L’année universitaire 1977-1978 a été centrée, dans les cours et dans le TD, sur « L’Opposition culturelle au Franquisme ». L’étude du théâtre « social-réaliste » espagnol des années cinquante et soixante, dans quelques-unes de ses œuvres, en a été le thème central. Notre recherche théâtrale a été axée sur l’œuvre de José Martín Recuerda, « Las arrecogías del Beaterio de Santa María Egiciaca de Granada ». Il s’agissait d’une reprise par l’auteur de la légende de Mariana Pineda déjà traitée par García Lorca. Les représentations eurent lieu à la salle Delpy, (Institut Hispanique) en juin 1978. Pendant l’année universitaire 1978-1979, l’étude du genre de l’« Esperpento » de Ramón del Valle-Inclán nous a introduits dans l’une des dramaturgies les plus singulières de l’histoire du théâtre espagnol. Notre travail théâtral s’est concentré sur l’« esperpento » de « Las galas del difunto » de Valle-Inclán. Nous tenons ici à rappeler l’extraordinaire travail d’interprétation réalisé par le Professeur Michel Launay dans le rôle de Juanito Ventolera. Les représentations eurent lieu à la Salle Delpy (Institut Hispanique), en mai 1978 et à L’Université de Vincennes, en juin 1978. Pendant deux années universitaires (1981-1982 et 1982-1083) nous avons abordé un cycle García Lorca. Durant le mois de juin 1982, nous avons réalisé des lectures dramatisées de « Bodas de Sangre » et de « La casa de Bernarda Alba » (Salle Delpy, Institut Hispanique, mai 1982). Le travail théâtral s’est concentré ensuite sur « Yerma ». La pièce fut représentée dans la salle Delpy (Institut Hispanique) en mai, 1983 et au Théâtre de l’Épée de bois, à la Cartoucherie de Vincennes en novembre, 1983. Un nouveau cycle sur le « Théâtre baroque » a commencé lors de l’année universitaire 1983-1984 et s’est prolongé l’année suivante. L’analyse de la « théâtralité baroque » fut la perspective de travail consacré à « La dama duende ». La représentation eut lieu en mai 1985 dans la salle Delpy (Institut Hispanique). En 1994, le poète espagnol Rafael Guillén reçut le Premio Nacional de Poesía. Une dizaine d’étudiants de l’Institut Hispanique participèrent alors au montage dramatique d’une anthologie de sa poésie. La représentation, accompagnée au piano et à la guitare, joués en direct par deux étudiants, eut lieu dans la salle Delpy (Institut Hispanique) en mai 1995, et pendant le mois d’août de la même année, à Almería (Espagne) avec la présence du poète et dans plusieurs villages de la province.
Jacinto Soriano


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.