L’Archive du lundi n°61 – Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH

L’Archive du lundi n°61 – Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH
Deux mois tout juste après la mort de Mário Soares, l’archive de ce lundi proposée par Monique Da Silva est l’occasion de rendre hommage à un de nos illustres chargés de cours et d’élargir encore, avec cette figure politique, l’éventail des catégories de personnalités des mondes ibériques accueillis en Sorbonne tout au long des cent dernières années

Article de Mário Soares publié dans le « DN Opinião », le 11 février 2014, où il parle de José Da Silva Terra

Pages extraites du livre « Mémoire vivante. Mário Soares : Entretien avec Dominique Pouchin » (Paris, Flammarion, 2002) où Mário Soares raconte son expérience de professeur

 

Photographie de Mário Soares donnant des cours du soir à Rennes

Photographie de la remise du titre de « Docteur Honoris Causa » de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle à Mário Soares, le 18 octobre 1989. Outre Mário Soares, sous l’horloge, on reconnaît le Professeur Georges Boisvert debout derrière le micro et notre collègue hispaniste, Mme le Recteur Michèle Gendreau-Massaloux à la gauche de Mário Soares

La famille des lusistes réunis autour d’Anne-Marie Quint à l’occasion de séance d’égohistoire « Pour une archive de l’hispanisme (III) : Anne-Marie Quint » du vendredi 3 mars 2017.

Un (futur) Président de la République, « chargé de cours » de Portugais à l’IEH
« Voici mon premier patron en France ! », c’est ainsi que plaisamment, après la Révolution des œillets, le Doutor Mário Soares, Premier Ministre, puis deux fois Président de la République portugaise, présentait parfois son ami de longue date, José Da Silva Terra (voir nos archives n°8 et 16) à ses interlocuteurs (cf. doc. n°1).
En effet, s’ils s’étaient connus fin 1948, alors qu’ils avaient respectivement 24 et 20 ans, lors de la campagne électorale (avortée) du général Norton de Matos à la Présidence de la République portugaise, puis comme étudiants à l’Université de Lisbonne, ils ne se revirent qu’en 1970, lorsque Mário Soares eut 24 heures pour choisir entre la déportation au Timor-oriental ou l’exil n’importe où à l’étranger et qu’il se rendit avec sa famille à Paris.
Il fallait subsister et trois Universités françaises l’accueillirent successivement grâce à sa première formation, une Licence en Sciences historico-philosophiques obtenue à l’Université de Lisbonne avant sa Licence de Droit.
Mai 68 n’était pas loin : sa première expérience d’enseignant du Supérieur fut agitée, les deux autres plus calmes, normales (cf. doc. n°2).
Convié à poser sa candidature à une « charge de cours » d’Histoire par José Da Silva Terra, alors responsable du département d’Etudes des Pays de Langue portugaise du Centre universitaire expérimental de Vincennes et choisi à l’unanimité moins une voix, virulente, parmi plusieurs candidats, Mário Soares y enseigna l’Histoire du Portugal contemporain au 2e semestre 1970-71, du moins 3 mois sur 4, car les cours se tenant le samedi après-midi de 13h à 16h la foule était nombreuse. Tenaillé entre les gauchistes de l’Université qui le traitaient de fasciste et de néo-colonialiste et les agents de la Pide envoyés par l’Ambassade du Portugal, il ne put prendre normalement la parole pendant 4 semaines, jusqu’à ce qu’un étudiant salarié dûment inscrit en Licence de Portugais et syndicaliste à la CGT tape du poing sur la table, exigeant un vote pour qu’on le laisse parler et qu’on laisse aux étudiants le soin de juger par eux-mêmes. Ce fut la fin du spectacle et le cours se déroula normalement pendant les 3 mois restants.
Après ces débuts épiques à Vincennes, Mário Soares, invité par le Professeur Jean-Michel Massa, occupa à Rennes II un poste d’ « assistant associé » pendant 2 ans (1971-1973), donnant même des cours du soir de Portugais à des adultes français dans le cadre de la Formation permanente (cf. doc. n°3).
L’année suivante, ce fut le Professeur Paul Teyssier qui l’invita à enseigner comme chargé de cours à Paris IV, non sans s’être assuré auparavant auprès de José Terra qu’il « ne faisait pas de politique dans ses cours ». (Il est vrai que Mário Soares venait d’être élu secrétaire général du Parti Socialiste Portugais, fondé le 19 avril 1973 à Münstereifel en RFA).
En 1973-74 il assura donc un enseignement de Civilisation (2h) dans l’UV T-103 « Littérature et Civilisation du Portugal contemporain (XIXe et XXe siècles) », la Lectrice Maria Helena Paiva se chargeant de la Littérature. L’année scolaire s’achevait lorsque les Capitaines d’Avril déclenchèrent au Portugal ce qu’on appela après le défilé du 1er mai la Révolution des Œillets, mettant fin à ses prestations dans l’Université française qui lui décerna à 3 reprises le titre de « Docteur Honoris Causa », d’abord à Rennes II en juin 1977, à la Sorbonne Nouvelle Paris 3 le 18 octobre 1989 (cf. doc. n°4) et à Bordeaux III en 2010.
Monique Da Silva


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.