L’Archive du lundi n°60 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 1/2

L’Archive du lundi n°60 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 1/2

Cette semaine l’Archive du lundi se laisse porter par la voix de Jean-Pierre Ressot à travers un texte inédit, un hommage coordonné par Corinne Cristini et introduit dans cette première partie par Donatella Pini.

Première partie de l’hommage rendu à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), qui fut Maître de Conférences à l’Institut d’Études Hispaniques durant plusieurs années.

Photographie de Jean-Pierre Ressot

« Es un gusto para mí entregar a los amigos de la Sorbona unas páginas de Jean-Pierre Ressot que quedaban todavía inéditas en su despacho de Padua, sobre el autor al que dedicó la mayor parte de su actividad crítica. Estas páginas salen de una introducción preparada para un proyecto de traducción de la serie novelesca “Crónica del alba” de Ramón J. Sender, y son emblemáticas de su acercamiento al texto literario pues rehúyen programáticamente de lo anecdótico y referencial y buscan, en cambio, las instancias profundas que “mueven” los resortes de la escritura.
Sus amigos parisinos conocen mejor que yo la importancia que tuvo para Jean-Pierre el hecho de transmitir a los estudiantes su pensamiento y método analítico. Por esto me parece muy feliz la idea de sacar a luz un texto suyo tan significativo con la ocasión del centenario de la institución en que invirtió lo mejor de su entusiasmo y energía docente. »
Donatella Pini (Universidad de Padua)
(Padua, 2/2/2017)

Extrait de l’introduction de Jean-Pierre Ressot à un projet de traduction de l’œuvre de Ramón J. Sender, « Crónica del alba » (« Chronique de l’aube »). Ce texte inédit sera publié (dans sa version espagnole) dans le prochain numéro de la revue « Laberintos, Revista de estudios sobre los exilios culturales españoles » (n°18, 2016). Il paraîtra également (dans sa version originale) dans la revue en ligne du CRIMIC de l’Université Paris-Sorbonne, Iberic@l (n° 11, printemps 2017).

En fait, pour bien prendre la mesure de l’autobiographie dans « Chronique de l’aube », il faut essayer de se replacer dans l’esprit de l’auteur à l’époque de la rédaction du roman. D’abord, si les exilés sont souvent déchirés entre deux mythes contradictoires, celui du Paradis perdu et celui de la Terre promise, pour Ramón Sender, il n’y a pas de Terre promise, même aux États-Unis. Cette terre d’Amérique où il va mourir quelque quarante ans plus tard, où il aura vécu plus de temps qu’en Espagne même, il ne la fera jamais sienne. Si, pour des raisons pratiques, il adopte en 1946 la nationalité américaine, il tiendra à récupérer sa qualité de citoyen espagnol en 1980, quand la situation politique de l’Espagne le permet. Et de fait, l’obsession qui l’habite en 1939, et qui ne le lâchera pas, c’est bien la recherche obstinée du Paradis perdu, par un exercice de remémoration du passé. Que cette démarche ait commencé par une transposition idyllique du temps de l’enfance, par une reconstruction du vert paradis des amours enfantines, est une évidence qui nous exonère de tout développement. Mais il fallait aussi rappeler que l’idéalisation est incompatible avec une autobiographie de type documentaire, si tant est que ce genre d’autobiographie existe dans l’absolu.
En revanche, sur le plan de ce que nous appellerons maintenant l’« autobiographie profonde », la vision du passé que nous livre « Chronique de l’aube » est riche d’enseignements. Il y a bien, en effet, un « vécu » à l’origine des créations fictives, et il n’y a même que cela. Comment pourrait-il en être autrement? « Je » a beau être un autre, il est de toute façon, et quoi qu’en veuille l’écrivain, une expression de son moi. Mais ce vécu n’est pas celui qui est exprimé explicitement dans la fiction, qui n’est que la biographie de surface. Il est cette relation que le sujet entretient avec le monde qui l’entoure au moment de la création romanesque. Il est le vécu profond du moment de l’écriture. De sorte que « Chronique de l’aube » nous en apprend certainement davantage sur le Ramón Sender de 1939-1942 que sur celui de 1912. La part de réalité que ce roman nous livre sur l’auteur, c’est sa vision du passé tel qu’il le perçoit depuis sa situation d’homme mûr, ce sont ses fantasmes et ses obsessions d’exilé, ce sont ses tentatives pour y voir clair dans un système de valeurs qui vient d’être sérieusement mis en cause par les remous de l’Histoire. Autrement dit, cette image idéalisée de l’enfance que propose « Chronique de l’aube » n’est sans doute autobiographique que dans la mesure où elle exprime les besoins de l’écrivain de 1942. Rappelons que cette année-là est précisément celle où Sender va tenter de planter de nouvelles racines aux États-Unis et ne peut que s’interroger sur le sens de son passé.
Du coup, les entorses à la réalité qu’on a pu déceler çà et là, les flous, les absences et même les redondances ne sont plus des « faiblesses » de l’œuvre, mais au contraire ce qui va lui donner son sens, un sens qui transcende les lieux et les époques de l’autobiographisme de surface. Pour trouver ce sens, il faut admettre qu’une autobiographie ne peut pas être réaliste stricto sensu, mais en revanche peut être vraie. Car les déformations imposées au réel sont précisément ce qui permet de lui donner un sens, et ce sens que l’on attribue au réel est ce que nos sociétés appellent la « vérité ». Ramón Sender ne fait rien d’autre que ce que fait tout écrivain : il recrée la réalité pour mieux cerner une vérité, c’est-à-dire le sens qu’il essaye de donner à cette réalité et qui répond à ses besoins d’homme mûr et meurtri. De cette déformation, la fiction tire un intérêt beaucoup plus grand que celui que lui conférerait une simple valeur documentaire sur la vie de l’auteur. Elle prend un sens symbolique autrement enrichissant que ne l’eût été le fastidieux décompte de « faits exacts » des autobiographies purement événementielles. Si Pepe Garcés est une image de Ramón Sender, ce n’est pas une image calquée sur un réel, mais une image construite, parce que déterminée par l’obsession de donner un sens à cette vie.
Ce n’est donc pas dans les aspects plus ou moins anecdotiques du roman qu’il faut en chercher l’intérêt mais dans sa valeur symbolique, voire même allégorique à certains égards. Il fallait s’y attendre : tout roman de l’enfance est peu ou prou un roman initiatique, et c’est à ce titre que symbole et allégorie vont envahir « Chronique de l’aube ». En même temps, cette libération de l’imaginaire permet à l’exilé de s’engager très profondément dans la recherche de l’identité primitive. De fait, les ramifications des racines que l’auteur cherche à reconstituer vont très loin, bien au-delà de sa vie propre. Elles vont aussi loin que possible, là où le temps et l’espace se confondent. Car ce sont des racines familiales, bien sûr, mais aussi des racines qui prétendent plonger dans l’Histoire de l’Aragon, avec cette filiation suggérée entre la famille Sender (1) Garcés et ce personnage de Sancho Garcés Abarca, vu ici comme un des fondateurs d’une identité aragonaise. L’épisode de l’exploration des souterrains qui relient les châteaux de l’ancien roi est à cet égard d’un symbolisme évident, tant sur le plan individuel et psychanalytique (le roman initiatique) que sur le plan collectif et historique (le roman de l’identité). De même, la découverte du manuscrit qui prétend fonder une conception de la société et de l’homme idéal apparaît aussi comme un projet de vie pour le jeune Pepe. En même temps, dans la mesure où le manuscrit en question semble implicitement, dans son contenu et son style, préfigurer les grands textes fondateurs de la nation espagnole, telles « Las siete partidas » d’Alphonse X Le Sage (2), il est suggéré (idée souvent exprimée par Sender) que cet Aragon primitif pourrait bien être le berceau de l’hispanité tout entière.
Au fond, tous ces thèmes nous amènent à ce qui s’avère être, au bout du compte, le sens profond du roman : la recherche de l’authentique. Cette recherche commence par une attitude critique qui prend d’abord les voies de l’humour, de l’ironie, du comique, omniprésents dans le récit parce que naturellement associés à l’enfance.

(1) «Sender» est par ailleurs un nom typiquement aragonais.
(2) 1221-1284. Roi de Castille de 1252 à sa mort.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.