L’Archive du lundi n°58 – Hommage à Miguel Ángel Asturias

L’Archive du lundi n°58 – Hommage à Miguel Ángel Asturias

Recto et verso de la photographique prise le 9 février 1968, à l’occasion de l’hommage rendu à Miguel Ángel Asturias à la Sorbonne.

 

Couverture de l’édition critique de « Tres de cuatro soles » de Miguel Ángel Asturias (Paris, Éditions Klincksieck ; Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1977).

Cette semaine, Dorita ressuscite pour nous presque 49 ans jour pour jour après l’hommage rendu à Miguel Ángel Asturias à la Sorbonne, le paysage de l’américanisme balbutiant des années 1960.

Hommage à Miguel Ángel Asturias
La photographie a été prise le 9 février 1968, elle est signée Le Madec, reporter-photographe à Paris. La circonstance valait bien le déplacement d’un professionnel : la Sorbonne rendait hommage au guatémaltèque Miguel Ángel Asturias, lauréat du Prix Nobel de Littérature en octobre 1967. Sur l’estrade sont réunis : à gauche, debout, Charles Vincent Aubrun, responsable de l’Institut Hispanique, lisant le discours inaugural ; à côté de lui, M. A. Asturias, puis le recteur Roche, Marcel Bataillon et Jean Cassou.
Perdue au milieu du public qui se pressait dans l’amphithéâtre, je suivais la cérémonie qui ne pouvait qu’être favorable à l’américanisme balbutiant. Il y avait peu de temps encore, il était le parent pauvre des études hispaniques, tout au plus glissait-on un auteur dans le programme des concours. D’ailleurs, l’hispanisme en général n’avait pas encore pignon sur rue. Par exemple, de mon temps, comme on dit, il y avait en espagnol à Poitiers, où j’habitais, un seul enseignant, Amédée Mas (spécialiste de Quevedo), dont les heures de service réglementaires rassemblaient dans une même salle pour le même programme (celui du concours) les étudiants de la propédeutique à l’agrégation — seuls différaient les sujets d’examen, thème, version, dissertation, explication de texte, qui restaient spécifiques pour chaque niveau —, différait aussi le barème de la notation — ; un assistant, Raymond Cantel, dispensait les cours de portugais deuxième langue. Après avoir obtenu une licence d’espagnol, j’avais interrompu mes études pour me marier et élever trois enfants. Dix ans de jachère intellectuelle.
Maintenant, l’Éducation Nationale ayant créé un nouveau certificat pour la licence d’espagnol, « Littérature et civilisation latino-américaines », un Maître de Conférences américaniste avait été nommé, il s’appelait André Saint-Lu et travaillait sur Las Casas. Je me sentais américaniste bien avant ces nouvelles dispositions administratives, de fait je l’étais depuis qu’en propédeutique j’avais découvert le Mexique avec Monsieur Mas qui traitait pour la tribu hispanique poitevine l’auteur sur le Mexique au programme de l’agrégation cette année-là. Quel auteur ? Je l’ai oublié, parce que beaucoup plus que la littérature ce qui nous tenait en haleine en 1951 c’était la découverte, par l’équipe de l’archéologue mexicain Alberto Ruz-Lhuillier, d’un tombeau royal sous le temple des Inscriptions à Palenque, dans le Chiapas. En pays maya. Dix ans plus tard, le certificat de « Littérature et civilisation » réveillait en moi, insidieusement, le souvenir des Mayas. J’ai couru m’inscrire à la faculté des Lettres, j’ai obtenu le certificat, j’ai surtout eu la chance de rencontrer un enseignant hors pair en la personne d’André Saint-Lu.
Un jour, un ami m’a prêté un roman, « El Señor Presidente », dont l’auteur portait le nom de la province où je suis née : Asturias. Amusée, j’ai entrepris de le lire. « Alumbra lumbre de alumbre, Luzbel de piedralumbre ». Affolement. Un roman, çà ? Du vertige. A l’évidence c’était de l’espagnol, mais je n’y comprenais rien. Je devais apprendre à comprendre. J’allais apprendre. La première page fut le début d’un bouleversement intellectuel dont, heureusement, je ne me suis jamais remise. J’avais trouvé mon Maya. J’ai couru vers Saint-Lu, s’il vous plaît, comment pouvais-je engager une recherche sur Asturias ? Madame, pas de recherche sans agrégation. Qu’à cela ne tienne, je présente le concours, et le titre en poche, je retourne consulter Saint-Lu, s’il vous plaît, comment… ? etc. Réponse inexorable : uniquement sous la direction d’un professeur de la Sorbonne, celle-ci étant la seule université habilitée à décerner des thèses. Bon. L’espagnol, à la Sorbonne, comptait trois professeurs (ou était-ce quatre ?), deux d’entre eux, dont un monsieur Rumeau, étant des spécialistes de sciences humaines, inutile d’aller les entretenir d’Asturias. Il restait Charles V. Aubrun (qui dirigeait la thèse de Saint-Lu), ouvert à la littérature.
Rencontre avec le Charles Quint Premier (surnom familier) qui, bienveillant, acquiesce et met un bémol : Asturias, oui, mais pas tout seul, la Sorbonne n’acceptait pas de monographies sur un auteur vivant. Sur plusieurs auteurs vivants, nihil obstat. Pourquoi ne pas se pencher, par exemple, sur le surréalisme latino-américain, Asturias, Cortázar, Fuentes et… Inutile de continuer, je ne voulais pas du surréalisme, je voulais Asturias lu et compris par moi, je le ferais, quitte à devoir attendre sa mort. Pas de panique. Aubrun, qui avait plus d’un tour dans son sac, me tend une feuille de papier, un crayon, et improvise (c’étaient en général ses meilleurs moments). Sous sa dictée j’écris : « Le roman indo-américain : retour à l’épopée et à la mythologie ». Chaque mot du libellé écartait un ou plusieurs écrivains. A la fin, un seul nom répondait à la proposition : Asturias. Qu’y faire si ce n’était me mettre au travail ? Sans plus tarder j’écris au Bureau des thèses de la Sorbonne qui accepte le sujet comme thèse principale. Alléluia. Et la thèse secondaire, o-bli-ga-toire, madame ? J’allais y penser.
J’évoquais tout cela, ce jour de février 68, au milieu du public nombreux dans un amphi de la Sorbonne où se déroulaient, avec la sérénité propre à cet auguste lieu, les pompes d’un hommage universitaire. Sérénité, disais-je, qui n’allait pas durer. Le mois suivant, le 22 mars pour être précis, un maelstrom secouait l’université de Nanterre, et ses remous déferleraient partout jusqu’en mai. Mai 68. Après, rien ne serait plus pareil.
Dieu et Cohn-Bendit soient loués : comme désormais il était interdit d’interdire, la Sorbonne n’avait plus l’exclusivité des thèses, on pouvait déposer un sujet de recherche dans l’université de son choix, travailler sur l’œuvre d’un auteur vivant était possible, la thèse secondaire était supprimée. Un rêve.
Aujourd’hui, quarante ans après la soutenance d’une thèse d’État sur l’œuvre narrative de Miguel Ángel Asturias, je contemple avec émotion la photographie du lointain hommage dont j’espérais tant. Tous ceux qui y figurent sont morts, c’est inévitable étant donné l’âge qu’ils avaient alors. C’était du temps où, ennobli par le boom, l’américanisme régnait. Règne-t-il toujours ? Rien n’est moins sûr. Encore que.
Dorita Nouhaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.