L’Archive du lundi n°55 – Les lettres cubaines à l’Institut d’Études ibériques et latino-américaines, l’écrivain Leonardo Padura

L’Archive du lundi n°55 – Les lettres cubaines à l’Institut d’Études ibériques et latino-américaines, l’écrivain Leonardo Padura

Cette semaine, un très beau portrait de Leonardo Padura qui nous a été proposé par Renée Clémentine Lucien.

Le Cubain Leonardo Padura (1955) est resté l’une des pièces maîtresses de mon travail de recherche depuis que l’objet de ma thèse m’avait conduite sur ses traces jusqu’à Mantilla, son quartier natal de La Havane où ses déambulations d’écrivain internationalement reconnu et sa sa nationalité espagnole ne l’empêchent pas de résider tant est viscéral son attachement à ce lieu inséparable de son œuvre. Nous nous liâmes rapidement d’amitié, et ces liens ne se sont pas altérés. Je crois que ce sentiment n’aurait pas vu le jour sans son naturel affable, sa chaleur et sa tonicité d’homme caribéen, un indéniable rayonnement et sa liberté d’expression manifeste dans nos échanges sur sa conception de la littérature et des spécificités de celle-ci à Cuba, dans un pays où la presse est limitée ; ils ne se seraient pas épanouis sans un franc-parler qui vous met à votre aise tout en vous plongeant dans une certaine perplexité car il va à l’encontre même de l’idée qui prévaut communément que les verrouillages à l’œuvre dans la société cubaine brouillent toute vision critique du monde environnant. De fait, sa capacité de fictionnaliser en profondeur le malaise d’une société kaléidoscopique mal cernable si l’on demeure prisonnier du prisme des images figées aiguisa forcément l’appétit de la chercheuse assoiffée d’un récit alternatif à deux récits concurrents, celui, officiel, de la Révolution et celui de ses pourfendeurs.
C’est à l’occasion d’un de ses passages à Paris, où les Éditions Métaillé publient ses romans traduits en français, que je lui proposai, dans le cadre d’une séance du séminaire de Littérature latino-américaine (SAL) dirigé par Eduardo Ramos Izquierdo consacrée à « La création et la critique », d’honorer de sa présence notre Institut d’Études Ibériques et latino-américaines, le 16 octobre 2009, et de le présenter à la communauté scientifique. Il arrive parfois que ce genre d’invitation et surtout l’agrément donné par l’invité soient subordonnés à des exigences et tributaires de contraintes matérielles presque insurmontables pour un centre de recherche aux crédits limités. En cette année-là, comme nous ne pouvions compter que sur la bonne volonté du Cubain, notre reconnaissance fut, donc, à la mesure de l’amabilité avec laquelle Leonardo Padura, conscient de l’enjeu et honoré par l’invitation, non seulement y consentit, mais se prêta avec une extrême et louable bonne grâce à un exercice qu’il délivra de toute lourdeur académique pour nous livrer le récit du cheminement de l’écrivain, semé d’embûches, non dénué de chemins de traverses et de tâtonnements, d’un homme placé aujourd’hui au firmament des lettres cubaines, et dont la première vocation -qu’il avoue sans détours et avec malice-, avait été d’être joueur de base-ball, le sport d’équipe le plus pratiqué dans son île.
Avant son intervention en salle Delpy, le déjeuner auquel nous le conviâmes, Milagros Ezquerro, Eduardo Ramos Izquierdo et moi, en compagnie de sa femme, son inséparable et discrète Lucía López Coll et immanquable dédicataire de ses romans – « Para Lucía con amor y escualidez », « Otra vez para Lucía, la jefa de la tribu »-, et également critique littéraire éclairée, ne fut pas seulement l’occasion d’apprécier le goût de l’invité pour les fromages français. La récente parution de son roman, « El hombre que amaba a los perros », une descente glaçante au cœur du stalinisme, de la Guerre d’Espagne, de la persécution de Trotski par Staline, en somme de cette « Historia del engaño » selon les termes d’un de ses personnages, à laquelle l’histoire de Cuba avait été inextricablement liée, n’avait pas suscité que de l’enthousiasme, et je sentis poindre dans les propos du romancier une incoercible inquiétude quant au sort qui serait réservé à ce livre. Il recevrait néanmoins le Premio Nacional de Literatura de Cuba, en 2012, et le discours qu’il prononça à cette occasion est, à cet égard, éloquent. Il serait en outre récompensé par le Prix Carbet, décerné au meilleur roman de la Caraïbe.
Dans une salle Delpy comble, devant un auditoire nourri de collègues chercheurs de notre Institut – Milagros Ezquerro, Eduardo Ramos Izquierdo, la regrettée Adélaïde de Chatellus, Lucien Ghariani, Paul-Henri Giraud, Julien Roger, Ina Salazar, entre autres-, et d’autres universités que la Sorbonne, Anne Gimbert, de l’Université du Maine, de doctorants du SAL, dont Pénélope Laurent qui soutiendrait bientôt sa thèse, d’étudiants de Masters de la Sorbonne attentifs, étudiant ou non l’œuvre de l’écrivain cubain -parmi eux, Amel Zaïdi dont j’ai dirigé la recherche en Master 1 et 2 sur des romans de Padura- et d’autres, venus d’universités de province, de Nantes, de Bordeaux, pendant trois heures empreintes d’une grande intensité, l’invité d’honneur dévoila, avec beaucoup de verve et d’humour, sans se priver d’anecdotes piquantes dans un style varié, jouant avec les registres de langue, exemplaire de son art d’écrivain et du « choteo », les ressorts de l’évolution de son travail de création littéraire. Il commenta longuement le rôle crucial qu’y avait joué une conception du journalisme héritée du nouveau journalisme tel que l’avait mis en pratique Truman Capote, lorsque le journal « Juventud Rebelde » l’avait mis en demeure de réaliser et de diffuser des reportages sur des lieux, des figures, des traditions, en somme sur un héritage fondateur de la cubanité, afin de le remettre sur les bons rails après qu’il eut été écarté pour hétérodoxie du journal « El Caimán barbudo ». Mais il se déclara aussi redevable d’une tradition latino-américaine du reportage, et particulièrement de celle de José Martí, ferment de sa montée en puissance vers la fiction tout en soulignant à quel point ces reportages lui avaient ouvert des horizons auxquels il ne s’attendait pas. Le public fut captivé par le regard pénétrant, incisif, tantôt métaphorique, tantôt brutalement hyperréaliste qu’il jeta sur le contexte social de son pays, terreau majeur de son œuvre, le genre policier vers lequel il s’était acheminé pour écrire la tétralogie « Las cuatro estaciones » n’étant qu’un code canonique dont il s’était emparé et avec lequel il s’était accordé toute la liberté indispensable à la création d’une œuvre de fiction narrative à laquelle il prétendait imprimer sa marque de fabrique. Sa volonté affirmée d’être le plus accessible possible aux étudiants, qu’il me fit connaître avant de s’adresser à son auditoire, fut pleinement respectée. Que l’on se souvienne qu’il avait lui-même été chercheur en littérature, spécialiste du réel merveilleux d’Alejo Carpentier lequel a, par ailleurs, comme on sait, laissé une indéniable et magistrale empreinte sur le journaliste et l’auteur de nouveaux romans historiques qu’il est devenu. C’est ce parti-pris didactique mais exprimé avec une grande subtilité et beaucoup d’aisance qui impressionna très visiblement les étudiants, sensibles également à sa capacité d’écoute lorsqu’ils lui posèrent des questions. La glace étant rompue, ils n’hésitèrent pas à solliciter des prises de contact par voie électronique auxquelles l’écrivain cubain fit par la suite le meilleur accueil. Ce goût de l’échange de Padura cède parfois la place à des manifestations d’agacement qui jaillissent en présence d’interlocuteurs uniquement obnubilés par la situation politique de Cuba, et il prétend savoir gré à ceux qu’intéressent aussi la conception de ses personnages, son idée d’une cubanité ouverte, les modèles dont il se déclare redevable (Raymond Chandler, Dashiell Hammett, Manuel Vázquez Montalbán, Jérôme David Salinger, Ernest Hemingway), l’architecture si savante de ses romans et son écriture de scenarii pour leur mise en scène cinématographique. Et c’est cette appréciation proprement littéraire de son œuvre qu’il se réjouit de trouver en salle Delpy.
Avant qu’on ne lui décernât de nombreux prix prestigieux, à Cuba, dans la Caraïbe et en Amérique latine, dont le Prix Roger Caillois, en 2011, et en Espagne, el Premio Princesa de Asturias, en 2015, Leonardo Padura avait donc fait résonner en salle Delpy sa voix vibrante et à la tonalité rendue plus grave par l’abus de cigares cubains, à l’image de son personnage policier Mario Conde de la tétralogie, « Las cuatro estaciones », par pure amitié et générosité et mû par le désir de répandre et de consolider le goût des lettres cubaines dans un Institut où l’avait précédé, il y a bien longtemps, un autre Cubain, poète celui-là, Nicolás Guillén. Plus récemment, le 12 octobre 2016, une Cubaine, Nancy Morejón, invitée par le PIAL, Laurence Breysse-Chanet et Ina Salazar, à lire et à commenter ses magnifiques poèmes, au cours d’un dialogue enthousiaste, vif et fécond avec la spécialiste de son œuvre de l’Université de Lyon, Sandra Hernandez, se déclara fière de l’honneur dont la gratifiait notre Institut de l’Université de la Sorbonne où elle avait autrefois, depuis son île natale, rêvé d’étudier.
Renée Clémentine Lucien

img_1066

Photorgraphie de l’écrivain cubain Leonardo Padura et de Renée Clémentine Lucien : séance de dédicace à Paris du 15 janvier 2011 de la version en français du roman « La novela de mi vida » (« Le palmier et l’étoile »), publiée par les Éditions Métaillé, et de « El hombre que amaba a los perros » dont la traduction en français ne tarderait pas.

 

img_1067 img_1068 img_1069 img_1070

Discours prononcé par Leonardo Padura à La Havane en remerciement de l’obtention du Premio de Literatura Nacional de 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.