Pour une archive de l’hispanisme (hors série): Max Armengaud

16vendredi 16 JUIN 2017 | 14h30 à 16h30

Table ronde en présence de Max Armengaud, photographe

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Salle des Actes, université Paris-Sorbonne

Après une série d’entretiens avec des hispanistes, la réflexion mémorielle sur l’Institut d’Études hispaniques à l’occasion de son Centenaire (1917-2017), prend la forme d’une séance « hors série » dont l’objectif est de réfléchir sur un plan théorique à la fonction de l’institution et aux liens complexes que l’individu noue avec elle. L’oeuvre photographique de Max Armengaud, qui depuis 30 ans réalise des portraits d’institutions (Palais de l’Elysée, Cité du Vatican, Château de Prague, etc), sera le point de départ de cette réflexion sur la fonction de ce qu’il définit comme des « repères identitaires collectifs ».

 

En savoir plus sur Max Armengaud

 

Accès

Salles des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Entrée par le 54, rue Saint Jacques, 75005 Paris (RER Luxembourg, bus 86, 38, 63)

Libre pour le personnel de l’Université Paris-Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris3

Pour les extérieurs, libre dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de nancy.berthier@paris-sorbonne.fr avant le 12 juin 2017

 

Hispanisme et études cinématographiques : émergence et consolidation d’un champ de recherche

Mercredi 14 juin 2017 | Toute la journée

Salle des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Activité en collaboration avec l’association Espagnolas en París et la dixième édition de son Festival Dífferent! L’autre cinéma espagnol , et avec le projet de recherche « Cine y televisión 1986-1995: modernidad y emergencia de la cultura global (CS02016-78354-P), université Carlos III de Madrid

Org. Julie Amiot, Nancy Berthier, Sergi Ramos, Jacques Terrasa, avec le concours de José María Riba

A l’occasion du Centenaire de l’Institut d’Études hispaniques, l’axe Arts visuels du CRIMIC se propose de mener une réflexion sur la manière dont les études cinématographiques ont émergé au sein de l’hispanisme français et ont configuré un espace de recherche qui a essaimé de multiples manières : master, doctorats, habilitations à diriger des recherches, organisations de manifestations scientifiques et culturelles, ou publications.

Journée d’études

Cette réflexion a pris la forme d’une journée d’études qui a fait intervenir une quinzaine de chercheurs, depuis la génération des « pionniers », jusqu’à celle des doctorants actuels. Elle s’est articulée en quatre tables rondes, respectivement animées par chacun des organisateurs membres du Crimic : Jacques Terrasa dialogua avec les premiers hispanistes ayant pris le cinéma pour objet d’étude privilégié (Emmanuel Larraz, Paulo Paranagua, Monique Roumette) ; Nancy Berthier avec des représentants de la génération suivante (Jean-Paul Aubert, Bénédicte Brémard et Françoise Heitz) , qui a travaillé sur le cinéma en bénéficiant d’une formation aux études cinématographiques alors qu’elles n’étaient pas encore consolidées au sein de l’hispanisme ; Julie Amiot-Guillouet recueillit les témoignages de ceux qui, par la suite, se sont formés directement auprès de Professeurs hispanistes spécialistes de cinéma (Marianne Bloch-Robin, Magali Kabous et Sonia Kerfa) ; Sergi Ramos enfin fit apparaître la richesse et la diversité des parcours de doctorants actuels, français et étrangers (Mercedes Álvarez San Román, Cristina Bernaldo, Jean-Paul Campillo et Francisco Montaña). Il s’agit de retracer une tendance de fond, en tenant compte des deux polarités de l’Hispanisme – Espagne et Amérique latine – , et en laissant s’exprimer la diversité des trajectoires de chacun). Ces tables rondes furent complétées par une conférence de clôture de Manuel Palacio, professeur de l’université Carlos III, sur la vision en Espagne de l’hispanisme français dans son approche des études cinématographiques.

Les intervenants et participants. Cour de la Sorbonne le 14/06/2017

Programme de la journée

9h : accueil

9h15 : ouverture, présentation

Table 1 : 9h30- 10h30

Coord. Jacques Terrasa (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Emmanuel Larraz (université de Bourgogne Franche-Comté), Paulo Paranagua (Le Monde), Monique Roumette (université de Paris Nord)

Table 2 : 10h30- 11h30

Coord. Nancy Berthier (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne)

Jean-Paul Aubert (LIRCES, EA 3159, Université de Nice Sophia Antipolis), Bénédicte Brémard (université de Bourgogne Franche-Comté, Centre Interlangues-TIL, EA 4182) et Françoise Heitz (université Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP, EA 4299.)

 

Table 3 : 14h-15h

Coord. Julie Amiot (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Marianne Bloch-Robin (CECILLE EA 4074, université de Lille Sciences Humaines et Sociales), Magali Kabous (LCE EA1853, université Lumière-Lyon 2) et Sonia Kerfa (LCE EA1853, université Lumière-Lyon 2)

Table 4 : 15h-16h

Coord. Sergi Ramos (CRIMIC EA 2561, université Paris-Sorbonne)

Mercedes Álvarez San Román (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne), Cristina Bernaldo (LER, université de Paris-8), Jean-Paul Campillo (université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) et Francisco Montaña (CRIMIC EA 256, université Paris-Sorbonne)

16h30 Conférence de clôture

Manuel Palacio (Tecmerin, universidad Carlos III de Madrid)

 

 

Départ pour le cinéma Majestic Passy pour l’inauguration du Festival

 

Prix cinématographique

La coïncidence commémorative entre le Centenaire et la dixième édition du festival  Dífferent! L’autre cinéma espagnol , se traduira enfin par la remise d’un prix cinématographique CRIMIC/Sorbonne dans le cadre du Festival.

 

Accès 

Salles des Actes de l’université Paris-Sorbonne

Entrée par le 54, rue Saint Jacques, 75005 Paris (RER Luxembourg, bus 86, 38, 63)

Libre pour le personnel de l’Université Paris-Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris3

Pour les extérieurs, libre dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de nancy.berthier@paris-sorbonne.fr avant le 12 juin 2017

 

 

Pour une archive de l’hispanisme (4): Jean-Paul Duviols

02vendredi 2 JUIN 2017 | 14h30 à 16h30

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Présentation

Dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut Hispanique (1917-2017), les équipes de recherche du département EILA de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, associées à l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris-Sorbonne, proposent une série d’entretiens-conférences consacrée à l’hispanisme en relation avec l’Institut d’Études Hispaniques au XXe siècle. Ces séances d’ego-histoire, réparties entre Paris-Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle, se tiendront en 2016 et 2017 et donneront la parole à quelques grands noms de l’hispanisme français, en particulier autour d’une réflexion mémorielle sur l’Institut et son rôle dans l’histoire des études ibériques et latino-américaines.  La première séance sera consacrée à un entretien avec

Jean-Paul Duviols

Professeur des Universités. Université Paris-Sorbonne

Jean-Paul Duviols, agrégé d’Espagnol, a occupé la chaire de « Littérature et civilisation de l’Amérique Latine » à Paris-IV de 1991 à 2000. Il est l’auteur d’une Grammaire espagnole (Bordas) et de deux séries de manuels scolaires pour l’enseignement de l’espagnol (Sol y Sombra et Cambios, 1972-1989). Leur originalité était basée essentiellement sur l’importance accordée à l’Amérique latine, à sa littérature, à son histoire et à ses créations artistiques, à l’introduction d’extraits de presse, de publicités et de dessins d’humour qui s’ajoutaient aux documents proposés aux commentaires, et enfin sur leur riche iconographie et sur un choix de textes très diversifiés.

Il a dirigé de nombreux ouvrages pour les presses universitaires de Paris Sorbonne. Il anime depuis vingt ans, le premier jeudi de chaque mois, les Tribunes des livres de la Maison de l’Amérique latine .

Variations sur le Siècle d’Or : Bataillon, Cassou, Rumeau, Aubrun, Molho

Samedi 13 mai  2017  | 9h30-12h30

Table ronde coordonnée par Mercedes Blanco et Maria Zerari

CLEA LEMH (Littérature d’Espagne et du Monde Hispanique au Siècle d’or)

Intervenants: Florence d’ARTOIS, Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jean-Pierre ÉTIENVRE, Yves GERMAIN, Maria ZERARI

Avec la participation des doctorants du LEMH

Les interventions, qui laisseront une large place aux questions et au débat, porteront sur cinq personnalités qui ont, à des titres différents, écrit à propos ou à partir de la littérature du Siècle d’Or, et dont nous sommes de différentes manières les héritiers. Nous assumons un choix qui est quelque peu anthologique et qui, comme toujours en pareil cas, comporte une part d’arbitraire. Sans oublier les personnes et leur lien, plus ou moins fort, à l’institution dont nous célébrons le centenaire, nous souhaitons que les intervenants prêtent surtout attention à leur œuvre ou leurs travaux en gardant le fil conducteur d’un questionnement commun : pourquoi, à partir de quoi, avec quels outils, dans quel contexte intellectuel, voire idéologique, ces importantes figures d’hispanistes s’intéressèrent-t-ils à la littérature classique de langue espagnole ?

 

Marcel Bataillon et Robert Ricard: convergences scientifiques et divergences politiques

Jeudi 27 avril  2017  | 17h-19h

Bibliothèque Marcel Bataillon, Institut d’Etudes Hispaniques, 31 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Table ronde dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’études hispaniques (1917-2017) sur le thème « Marcel Bataillon et Robert Ricard, convergences scientifiques et divergences idéologiques »

En présence de:

François-Xavier Ricard (fils de Robert Ricard), Gilles Bataillon (petit-fils de Marcel Bataillon, directeur d’études de l’EHESS), Benoît Pellistrandi (ancien directeur des études à la Casa de Velázquez, professeur au lycée Condorcet).

Organisation et coordination:

Camille Lacau St Guily (maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne)

Proposée dans le cadre des festivités du Centenaire de l’Institut d’études hispaniques (1917-2017), cette “Rencontre” a pour objet l’amitié quelque peu tumultueuse que Marcel Bataillon et Robert Ricard tissèrent tout au long de leur vie. Elle débuta en 1919 à Madrid et prit fin à la mort de Marcel Bataillon, en 1977. Si les deux hommes se sont toujours beaucoup estimés, notamment sur le plan scientifique, ils ont connu des divergences politiques et religieuses importantes

Voir également « L’Archive du lundi » n° 46

 

Pour une archive de l’hispanisme (3) : Anne-Marie Quint

vendredi 3 mars 2017 | 14h30 à 16h30

Amphithéâtre  D02 Université Sorbonne Nouvelle Paris3, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Présentation

Dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut Hispanique (1917-2017), les équipes de recherche du département EILA de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, associées à l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris-Sorbonne, proposent une série d’entretiens-conférences consacrée à l’hispanisme en relation avec l’Institut d’Études Hispaniques au XXe siècle. Ces séances d’ego-histoire, réparties entre Paris-Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle, donnent la parole à quelques grands noms de l’hispanisme français, en particulier autour d’une réflexion mémorielle sur l’Institut et son rôle dans l’histoire des études ibériques et latino-américaines.  La troisième séance est consacrée à un entretien avec

Anne-Marie Quint

Professeur des Universités. Sorbonne Nouvelle Paris 3

anne-marie-quint-2-wpcf_200x260

Parcours professionnel

par Maria Cristina Pais Simon

Après avoir passé trois années à l’Ecole Normale d’Institutrices d’Albi (Tarn) et un an à l’Ecole Normale d’Institutrices de Montpellier (Hérault), Anne-Marie Quint monte à Paris en 1960 pour préparer le concours d’entrée à l’ENS de Fontenay-aux-Roses.

Entre 1960 et 1964 Anne-Marie Quint fréquente assidument l’Institut Hispanique et l’Institut de Portugais et séjourne, en 1961-1962, en Espagne. Munie de l’agrégation d’espagnol, obtenue en 1964, Anne-Marie Quint enseigne cette langue au Lycée Bellevue du Mans, puis au Lycée Victor Hugo de Poitiers jusqu’en 1967, année où elle intègre l’enseignement supérieur et devient assistante d’espagnol et de portugais à l’Université de Poitiers. 1970 marque son arrivée à la Sorbonne Nouvelle-Paris III qu’elle ne quitte qu’en 2000. D’abord assistante d’espagnol et de portugais, elle devient ensuite maître-assistante dans ces deux disciplines, puis maître de conférences de portugais. En 1992, après l’obtention d’un Doctorat d’Etat, elle accède au grade de professeur des universités.

Les XVIe, XVIIe, XIXe siècles portugais ainsi que les XIXe et XXe siècles brésiliens ont été ses domaines de recherche, mais Anne-Marie Quint a également publié une thèse sur l’humaniste chrétien Frei Heitor Pinto (1525 ?-1584 ?), des éditions critiques et plusieurs traductions d’œuvres littéraires portugaises et brésiliennes.

 

Autour de Marcel Bataillon

 

Le 30 septembre 2017 en salle Delpy (Institut d’Etudes Hispaniques) 

1Oh-13h

Table ronde 

Penser l’histoire au cœur du XXeme siècle autour de Marcel Bataillon, Historien. Questionnements, méthode, divergences, échanges, archives

 Rencontre autour des œuvres de quatre  grands historiens contemporains  de Marcel Bataillon

Matilde Benzoni (univ. de Milan)  parlera d’Antonello Gerbi, (univ. de Alcalá) de Américo Castro, Laura do Mello (univ. de Paris Sorbonne) de  Buarque de Holanda et Louise Bénat Tachot (Univ. Paris Sorbonne) de Marcel Bataillon. Présentation par Roger Chartier (Collège de France). Présence de la directrice des fonds du Collège de France et de Gilles Bataillon (EHESS).

Les études hispaniques en Sorbonne : un institut dans les soubresauts du siècle

9 octobre 2017 au 10 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international prévu les 9-10 octobre 2017 dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Etudes Hispaniques, actuelle UFR d’Etudes ibériques et latino-américaines

Organisateurs : Miguel Rodríguez (Paris-Sorbonne) Antonio Niño Rodríguez (Universidad Complutense) Renée-Clémentine Lucien (Paris-Sorbonne) David Marcilhacy (Paris-Sorbonne) Marie-Angèle Orobon (Sorbonne Nouvelle Paris3)

L’appel à communication est lancé, la date limite pour l’envoi des proositions étant fixé au 31 décembre 2016. Vous trouverez l’argumentaire ici : appel-a-communications-congres-hispanismes-en-sorbonne-oct-2017

En 1917, dans le contexte du « rapprochement franco-espagnol » et de la Grande Guerre, l’Institut d’Études Hispaniques est créé au sein de l’Université de Paris. Un siècle plus tard, devenu l’une des 18 UFR (Unités de Formation et de Recherche) de l’université Paris-Sorbonne, ce centre accueille aujourd’hui quelque deux mille étudiants, toutes filières
confondues, dans son édifice du 31 rue Gay-Lussac, dans le 5e arrondissement de Paris (édifice inauguré en 1929 en présence du président de la République française). C’est à travers l’histoire relativement méconnue de l’Institut d’Études Hispaniques – de nos jours l’UFR d’Études ibériques et latino-américaines – que la célébration de ce centenaire souhaiterait faire émerger une réflexion sur la reconnaissance et l’apport des « Langues, littératures et civilisations étrangères » (LLCE) à la vie de l’Université parisienne, mais aussi sur les enjeux diplomatiques et sur le rôle qu’ont joué, pendant le vingtième siècle, enseignants, étudiants, décideurs et autorités de toutes sortes, pour entretenir les relations entre Paris – comme capitale culturelle et politique – et les mondes ibériques et ibéro-américains.

Le congrès international, qui se tiendra du 9 au 11 octobre 2017, tentera d’approfondir certains aspects de cette problématique dans un cadre chronologique allant de 1906, où fut créée la première « maîtrise de conférences » d’espagnol dans la faculté des lettres de l’Université de Paris, à 1968, année marquée par une révolution culturelle bien
connue dont une conséquence institutionnelle fut la création de la « Sorbonne Nouvelle », suivie dans les décennies ultérieures d’autres pôles d’enseignement supérieur en Île-de-France où la reconnaissance des études « hispaniques » serait poursuivie.
Dans la continuité des travaux déjà menés par des spécialistes des langues scandinaves et par les slavisants de l’université Paris-Sorbonne, ce congrès voudrait intégrer des participants de « formations disciplinaires sœurs », comme les anglicistes, les germanistes, les italianistes, etc., pour déceler des similitudes et des différences dans la construction des
formations universitaires désignées sous le sigle LLCE. De même, ce congrès voudrait réfléchir, dans la perspective des processus de construction nationale caractéristiques des XIXe et XXe siècles, à la place accordée, dans les enseignements et la recherche de l’Université de Paris, aux langues d’autres cultures de la péninsule Ibérique (portugaise et galicienne, catalane et basque), aux langues de puissances économiques et linguistiques rivales (anglophones et germanophones) ou de territoires en voie de reconnaissance nationale (les espaces nordiques ou slaves, par exemple). L’approche translinguistique que ce congrès voudrait promouvoir permettrait de s’interroger sur le rôle que les enseignants orientés vers les langues et les civilisations étrangères de l’Université de la Sorbonne ont pu jouer dans la vie de la cité.

 

Regards croisés sur l’histoire et l’historiographie de l’art espagnol en France

18 octobre 2017 au 19 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international ans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Etudes Hispaniques, actuelle UFR d’Etudes ibériques et latino-américaines

 

Cette rencontre scientifique a pour but de contribuer au riche programme d’activités organisées dans le cadre du centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques en s’intéressant aux nouveaux regards sur la fortune de l’art espagnol en France. Ces journées s’inscrivent également dans la suite d’un certain nombre d’évènements récents, organisés par le Louvre notamment (journées d’études Goya en 2012 et 2013, le colloque « El Greco » en 2014, et l’exposition « Velázquez » au Grand Palais de 2015).

On questionnera particulièrement les transferts artistiques entre la France et l’Espagne, l’histoire du goût pour l’Espagne et l’art espagnol depuis la France, le collectionnisme français d’art espagnol et l’histoire de l’historiographie hispaniste française. Grâce à la contribution de spécialistes reconnus, nous souhaitons ainsi encourager l’intérêt pour les études en histoire de l’art espagnol dans le milieu académique français, un intérêt étroitement lié à l’action de l’Institut d’Études Hispaniques qui jouit d’un grand prestige international qu’il convient aujourd’hui de rappeler et relancer.

Hommage à Marie-Claire Zimmermann (2) : le texte et la voix

21 mai 2016 | 11h00 à 16h00

Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne, salle D035

 

La remise du cadeau par les organisateurs
La remise du cadeau par les organisateurs, Ina Salazar, Henry Gil, Marina Mestre, Laurence Breysse-Chanet et Anne Charlon
Ouverture de la surprise
Hommage des poètes et des anciens élèves de Marie-Claire Zimmermann avec Carles Duarte, Jorge Nájar, Jaime Siles, Alex Susanna, Luis Antonio de Villena

14h30 : Entretien de Marie-Claire Zimmermann avec Jean-Baptiste Para, rédacteur en chef de la revue Europe

Co-organisation : Laurence Breysse-Chanet, Anne Charlon, Henry Gil, Marina Mestre Zaragozá, Ina Salazar (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC EA 2165 – Université de Bourgogne, ED-LISIT, EA 4182 – Université Paris-Est Marne la Vallée, LISAA-EA 4120 – Université Lyon, Ens Lyon IHRIM UMR-CRN 5317 – Université Caen-Normandie, LASLAR EA 4256)

Programme Hommage à Marie-Claire Zimmermann

Poésie hispanique et catalane - Hommage à Marie-Claire Zimmermann (2) - Le Texte et la Voix

Hablemos de Cervantes

mardi 22 novembre 2016 | 18h30 à 20h

Rencontre dans le cadre du 25e Festival Don Quijote.

À l’occasion de la commémoration du 400e anniversaire de la mort de Cervantes et de la célébration du centenaire de l‘Institut d’études hispaniques, les hispanistes Mercedes Blanco (Professeur à l’Université Paris-Sorbonne) et Maria Zerari-Penin (Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne), les dramaturges espagnols Laila Ripoll et Alberto Conejero, évoquent l’influence de la littérature du siècle d’Or sur l’écriture dramatique contemporaine espagnole.

Rencontre organisée par Luis Jiménez (Directeur du festival Don Quijote), Isabelle Cabrol, Corinne Cristini et Renaud Malavialle (Maîtres de Conférences à l’Université Paris-Sorbonne).

Pour une archive de l’hispanisme (2): Jean-Claude Chevalier

21 octobre 2016 | 13h30 à 15h30

Salle Delpy, Institut d’Etudes hispaniques, 31, rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Coordination : Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris3) et Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne)

Présentation

Dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’Institut Hispanique (1917-2017), les équipes de recherche du département EILA de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, associées à l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris-Sorbonne, proposent une série d’entretiens-conférences consacrée à l’hispanisme en relation avec l’Institut d’Études Hispaniques au XXe siècle. Ces séances d’ego-histoire, réparties entre Paris-Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle, se tiendront en 2016 et 2017 et donneront la parole à quelques grands noms de l’hispanisme français, en particulier autour d’une réflexion mémorielle sur l’Institut et son rôle dans l’histoire des études ibériques et latino-américaines.  La deuxième séance est consacrée à un entretien avec

Jean-Claude Chevalier

Professeur des Universités. Université Paris-Sorbonne

conf-jc-chevalier
Jean-Claude Chevalier lors de son intervention, entouré de Marie Franco et Nancy Berthier
img_4454
Le public de la salle Delpy
linguistes1
De gauche à droite : Carmen Ballestero, Marie-Pierre Lavaud, Elodie Weber, Caroline Pascal, Carmen Pineira-Tresmontant, Eric Beaumatin, Huguette Pottier Navarro, Bernard Pottier, Justino Gracia Barrón, Soledad Sicot-Dominguez, Bernard Darbord, Jean-Claude Chevalier, Patrick Charaudeau, Maria Jiménez, Michel Dessaint

 

Dans le souvenir de Claude Esteban

souvenir_de_claude_esteban

10 juin 2016 | 16h00 à 18h00

Salle Delpy, Institut d’Études Hispaniques de l’Université Paris-Sorbonne

Séminaire interuniversitaire CRIMIC-PIAL / LASLAR

Organisation: Laurence Breysse-Chanet et Ina Salazar

Invités : Marie-Claire Zimmermann, Jean-Baptiste Para, Dominique Carlat, Miguel Casado, Pierre Vilar, Xavier Bruel.

hommage-claude-esteban
De gauche à droite: Marie-Claire Zimmermann, Jean-Baptiste Para
Lecture de poèmes : Henry Gil, Laurence Breysse-Chanet, Ina Salazar

La encrucijada del hispanismo francés durante la Gran Guerra europea

9 juin 2016 | 17h30 à 19h30

Conférence d’Antonio Niño Rodriguez (Universidad Complutense, Madrid), dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques (1917-2017)

Salle Delpy, Institut d’Etudes Hispaniques, 31, rue Gay-Lussac – 75005 Paris

La neutralidad española en la Gran Guerra europea creó una fuerte tensión entre las elites políticas y la opinión pública de los dos países. La polémica que enfrentó a aliadófilos y germanófilos en España ofreció la ocasión para debatir ampliamente sobre el pasado, el presente y el futuro de las relaciones con Francia. Los hispanistas franceses intervinieron activamente en esos debates y, por sentido patriótico, colaboraron voluntariamente en las labores de propaganda en España. Esa intervención en el debate público realzó su importancia como expertos en un país que debía conquistarse para la causa aliada, y como canal de comunicación con las elites intelectuales españolas. La guerra sirvió para demostrar que un área de estudios como el hispanismo podía rendir grandes servicios a la nación en aquella crítica situación. De todo ello obtuvo rentabilidad el hispanismo francés consiguiendo el apoyo de la administración francesa para afianzar sus instituciones y crear nuevos centros académicos, entre ellos el Institut d’Etudes Hispaniques de Paris

Antonio Niño es catedrático de Historia Contemporánea en la Universidad Complutense de Madrid. Se doctoró en esa universidad después de ampliar estudios en la EHESS de Paris. Es especialista en Historia de las Relaciones Internacionales, y ha dedicado numerosos estudios a las relaciones de España con Francia, con América Latina y con los Estados Unidos en el siglo XX. En sus investigaciones ha prestado una especial atención a las relaciones culturales y a la propaganda en el exterior. Su primer libro sobre estos temas fue Cultura y Diplomacia: Los hispanistas franceses y España, 1875-1931, publicado en 1988. Sus investigaciones han tratado el fenómeno del hispanoamericanismo de principios del siglo XX, la expansión cultural francesa en el exterior, la emigración española en Francia, la política científica española y su vertiente exterior, la diplomacia pública estadounidense en España, entre otros temas. Sus últimos libros son Guerra Fría y propaganda. Estados Unidos y su cruzada cultural en Europa y América Latina, del 2012, y La americanización de España, del mismo año.

antonio-nino-conf-2
Le conférencier, Antonio Niño
public-3
Le public en salle Delpy