L’Archive du lundi n°78 – Enquête à la bibliothèque Marcel Bataillon

L’Archive du lundi n°78 – Enquête à la bibliothèque Marcel Bataillon

L’Archive du lundi fait sa rentrée cette semaine avec le récit d’une palpitante enquête menée par Cécile Pallarès Brzezinski au cœur des joyaux de la bibliothèque Marcel Bataillon…

 

Bibliothécaire assistant spécialisée à la bibliothèque Marcel Bataillon de 2012 à 2015, je garde un bon souvenir de cette bibliothèque et de ses lecteurs, étudiants, professeur.e.s, ancien.ne.s professeur.e.s, chercheu.r.se.s et hispanistes de cœur ou de passage. Je garde une pensée reconnaissante pour M. le Professeur Sadi Lakhdari, qui m’a accueillie à l’Institut, et pour Mme la Professeure Nancy Berthier, qui lui a succédé à la direction de l’Institut et m’a proposé d’écrire un billet pour ce centenaire.

C’est avec un grand honneur que je vous fais part aujourd’hui de mon voyage au 31 rue Gay-Lussac, dans cette tour de Babel de l’Art, des Lettres, de la Recherche et de l’Humanisme hispanistes et lusophones, ayant eu la chance de travailler quelques mois sur le fonds précieux et ancien de la bibliothèque Marcel Bataillon, à l’invitation de l’ancienne directrice de la bibliothèque, Mme Doris Céron.

Disposant de quelques connaissances en codicologie et paléographie médiévale depuis mes études à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, j’ai pu me former au catalogage du livre ancien à la Bibliothèque Mazarine et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ainsi qu’à l’identification des reliures courantes, soignées, et à décor du Moyen âge au 18e siècle, à l’École des Chartes, à la Bibliothèque de l’Arsenal et à la Bibliothèque nationale de France. Admise au concours de bibliothécaire d’État en 2015, j’ai aujourd’hui rejoint la lecture publique et ai quitté avec nostalgie cette activité bibliographique passionnante, en n’ayant traité qu’une dizaine d’ouvrages anciens, dont l’exemplaire du Laberinto de Fortuna, o CCC, de Juan de Mena, le plus ancien ouvrage du fonds, imprimé en 1517. Je n’avais pas pu terminer mes recherches bibliologiques sur ce volume, mais je l’avais catalogué dans le Sudoc [1] (Système Universitaire de Documentation), avec les informations de provenance que j’avais récoltées dans les usuels de bibliographie de la bibliothèque Marcel Bataillon, et sur la toile, durant 3 semaines de recherches.

« Issue du centre privé d’études franco-hispaniques créé en 1913, puis rattachée à l’université de Paris en 1917, la bibliothèque Marcel Bataillon, spécialisée dans les études ibériques et latino-américaines, a été intégrée au Service commun de documentation de Paris-Sorbonne en janvier 2001. » [2]

Le fonds de la bibliothèque est composé en grande partie de dons et donations, notamment des legs des professeurs Ernest Martinenche, Raymond Foulché-Delbosc, Gaston Delpy, Aurelio Viñas, Marcel Bataillon, Charles-Vincent Aubrun.

Le fonds de la bibliothèque Marcel Bataillon contient des ouvrages qui retracent l’histoire du livre espagnol, son cheminement en Europe et en France, l’histoire de l’imprimerie en péninsule ibérique et dans l’Europe de la Renaissance. Il recèle un millier de livres anciens (du XVIème au XVIIIème siècles), parus avant 1810, un tiers d’ouvrages parus au XIXème siècle jusqu’aux années 1950, acquis par l’Institut et pour beaucoup issus de dons ou legs de professeurs, grands hispanistes, lecteurs fidèles ou occasionnels.

Jean-Michel Guittard a recensé en 1977 les ouvrages anciens et précieux de la bibliothèque, listés dans sa thèse de 3ème cycle [3], mais d’autres ouvrages remarquables du fonds manquent à ce recensement.

Les documents anciens les plus remarquables du point de vue intellectuel et bibliologique appartiennent au domaine de la littérature. Figurent parmi les ouvrages les plus importants :

RD 305 – Juan de Mena : Las CCC o Laberinto de Fortuna + La Coronación (1517+1520)

RA 48 – Antoine de Torquemada : Hexameron (1582), édition en français

RA 70 – George de Montemayor : La Diana, édition très rare, bilingue espagnol / français (1603)

RC 161 – Calderón : Soledades e la vida y desengaños de el mundo (1748)

RA 112 – Luis de Góngora : Delicias del Parnaso, en que se cifran todos los romances liricos, amorosos, burlescos, glosas et decimas satiricas del regosijo de la musas el prodigioso don Luis de Gongora (1640)

RC 171 – Arte poetica española (1703)

RA 191 – Juan de Mirabel Toledano : El Jardin de las damas y recreo de cavalleros… (1720)

RC 217 – Villaroel : Los desauciados… (1736), etc.

Dans la bibliothèque se trouvent également des ouvrages professionnels en bibliothéconomie, des ouvrages historiques et bibliologiques pour servir à l’étude et au catalogage des ouvrages anciens.

 

Le fleuron de la collection, le plus ancien et précieux des ouvrages, un unicum [4], est le livre du poète Juan de Mena (1411-1456) intitulé Las CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena, con otras .XXIV. coplas y su glosa y la Coronacion, un recueil factice contenant deux œuvres, Las Trecientas (o Laberinto de Fortuna) et La Coronación, portant la cote R-D 305.

       

El Laberinto de Fortuna est le chef d’œuvre de Juan de Mena, un poème épique et allégorique, inspiré du Paradis de Dante Alighieri, qu’il remit en 1444 à son souverain le roi Jean II de Castille (1406-1454). Composé de 300 stances, c’est une des œuvres les plus importantes de la littérature médiévale espagnole, un spécimen précieux de la langue poétique cultivée pratiquée à la cour de Castille.

Il est dédié à Íñigo López de Mendoza, comte de Tendilla (1442-1515), ami et mécène de Juan de Mena. L’auteur du commentaire est Fernando Núñez de Guzmán (1475-1553) : « Glosa sobre las treziẽtas del famoso poeta Juan de Mena : compuesta por Fernan Nuñez comendador dela orden de Sãtiago : dirigida al muy magnifico Señor don Iñigo de Mendoça conde de Tẽdilla…. »

Juan José de Mena (à droite) offre à Jean II son Laberinto de Fortuna, gravure insérée à l’intérieur d’une édition imprimée à Saragosse, par Jorge Coci en 1509.

Le texte du Laberinto possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon a été imprimé en 1517 à Séville par Jacobo Cronberger, comme en témoigne le colophon : « Fueron empremidas las ccc. del famoso poeta Juan de Mena ẽla muy noble cibdad de Sevilla : por Jacobo Crõberger alemã año de mil y q́niẽtos y dezisiete a veynte y quatro de setiembre. »

Le texte est imprimé en lettres gothiques sur deux colonnes, les Coplas sont imprimées sur 4 colonnes en fin de volume. Le texte comprend des lettrines gravées sur bois et des fleurons.

L’autre œuvre contenue dans ce recueil factice est La Coronación del marqués de Santillana o los Calamicleos, composée en 1438 et publiée en 1499 (en 1520 pour la présente édition), un poème très célèbre en son temps, dédié également à son ami et mécène Íñigo López de Mendoza, comte de Santillane : « La coronación , compuesta por el famoso poeta Juan de Mena : al ilustre Cavallero don Yñigo Lopez de Mendoça marques de Santillana : con otras coplas añadidas a la fin fechas por el mesmo poeta. »

La 2ème partie du volume (La Coronación = Le Couronnement) a une foliotation et des signatures distinctes de la première.

Le papier, fait de chiffon, comporte un filigrane au motif de main (ou de gant), incluant en son sein les lettres « a » et « c », et est surmonté d’une fleur à cinq pétales sur les pages des deux œuvres réunies dans ce volume. On voit sur la photo ci-dessous qu’une inscription sous le filigrane de la page de garde a été grattée :

    

Les pages de garde comportent un filigrane anglais « Britannia », s’apparentant aux filigranes de la série Britannia de la base Gravell Ecu Arms [5], utilisés de 1780 à 1810.

    

Les pages de garde proviendraient donc d’un papier anglais.

Le nom du papetier Van Der Ley apparaît aussi en filigrane sur plusieurs pages du volume. Gerrit Pieters van Der Ley (16..-1674) aurait été un papetier hollandais originaire de Zaanstreek, au Nord d’Amsterdam, signant parfois VDL. Il semble difficile cependant de savoir si ce nom de papetier est authentique ou s’il se substitue au nom d’un fabricant français [6].

Le papier utilisé au 16ème siècle pouvait parfois dater des siècles antérieurs, car les imprimeurs en achetaient de grandes liasses qui n’étaient pas toujours utilisées à la même époque.

Le tirage moyen d’un imprimeur au 16ème siècle oscille entre 1000 et 1500 pièces. Le volume possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon est recensé dans la base de livres anciens européens de la British Library USTC [7] (Universal Short Title Catalog).

    

La reliure veau glacé vert datant du XIXème siècle, est frappée aux armes de Salvá (fers de la Biblioteca de Salvá gravés à froid et dorés au plat, 2 mains entrelacées, avec lettres V & P.), c’est un super-libris blason doré, placé au milieu d’un filet d’encadrement doré au plat. La pièce de titre dorée sur le dos du volume est ornée, le dos du volume est orné et doré, le volume est doré sur tranche.

Le volume a été relié aux armes du grand libraire bibliophile valencien humaniste, grammairien et député des Cortes de Valence, Vicente Salvá y Pérez (1786-1849) [8]. Celui-ci fut poursuivi par l’Inquisition pour avoir publié Le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, et s’exila à Londres vers 1823 pour ouvrir une librairie, la Librería Española y Clásica, au 124 de Regent Street. Il en ouvrit ensuite une autre rue Saint-Jacques, à Paris, vers 1830, la Librería Hispano-Americana. Sa librairie rayonna des années durant, comme centre d’édition et de pensée humaniste, secourant les opposants au despotisme du roi Fernando VII.

Vicente Salvá y Pérez (1786-1849)

Pedro Salvá y Mallén (1811-1870), fils de Vicente Salvá y Pérez, publia le catalogue en 2 volumes des ouvrages de la bibliothèque de son père :  Catálogo de la biblioteca Salvá. Enriquecido con la descripción de otras muchas obras, de sus ediciones, etc. (Valence, Imprenta Ferrer de Orgam, 1872).

La bibliothèque constituée par Vicente Salvá y Pérez et son fils Pedro Salvá y Mallén, soit environ 4000 volumes, fut ensuite rachetée en 1873 par le bibliophile érudit polyglotte Ricardo Heredia y Livermoore, comte de Benahavis (1831-1896).

Le volume possédé par la bibliothèque Marcel Bataillon porte sur le recto de la 1ère page de garde un ex-libris imprimé sur papillon de Ricardo Heredia y Livermoore, gravé par Stern, ex-libris monogramme que j’ai pu identifier en déchiffrant les lettres entrelacées [R d H], grâce à la magnifique base d’ex-libris de la Real Biblioteca de España [9].

Entre 1891 et 1894, Heredia vendit sa bibliothèque aux enchères, et les livres furent achetés pour grande part par les principales grandes bibliothèques publiques d’Europe, l’autre part partant chez les antiquaires. Aujourd’hui, on les retrouve dispersés aux quatre coins du monde, dans les bibliothèques publiques et privées, ou dans le commerce de livres anciens.

Les contreplats et les gardes du volume sont en papier peigné glacé, avec un encadrement roulette doré motif fleur de lys. Il est possible de dater le papier peigné d’après le motif – les deux sont peut-être contemporains de Ricardo Heredia de Livermoore, mais je n’ai ni les compétences ni les outils pour le vérifier.

Le volume comporte également un autre ex-libris imprimé sur papillon, un monogramme des lettres E.P. avec la devise « Quod sequor fugit ». Après de longues heures de recherche sur Internet de ces lettres et de la devise, j’ai découvert que l’ouvrage avait appartenu ensuite à Enrique Piñeyro y Barry, découverte faite grâce à leur mention dans les Annales de la Academia de Historia de Cuba (T. V, n° 1, 1920).

Enrique Piñeyro y Barry (La Habana, 1839 – París, 1911) était un humaniste et révolutionnaire cubain, homme politique et diplomate, nommé secrétaire de la Légation de Cuba à New York. Docteur en droit, historien, essayiste, critique littéraire, polyglotte, il dirigea le journal La Revolución en 1870, organe de la Junta revolucionaria cubana, et fonda le journal El Mundo Nuevo en 1872. Il s’établit à Paris en 1882 où il décéda.

Enrique Piñeyro y Barry (1839-1911)

Diego Mallén, descendant de Vicente Salvá y Pérez et de Pedro Salvá y Mallén, demeurant à Valence, recherche les éditions de la bibliothèque de ses ancêtres, qu’il recense dans son blog [10].

L’ouvrage que je viens de décrire a fait l’objet d’un billet [11] sur le blog des bibliothèques de Paris-Sorbonne, écrit par Juan Carlos Rodríguez Rendón, un étudiant doctorant en littérature française, tuteur de la bibliothèque Marcel Bataillon en 2013-2014.

 

Mon travail de bibliothécaire bibliographe est incomplet.

Il serait bienvenu qu’un spécialiste du livre ancien espagnol travaille sur le fonds de la bibliothèque Marcel Bataillon pour servir à l’histoire du livre et mette en lumière les joyaux qu’elle possède, en attendant leur numérisation pour servir la science et le patrimoine commun de l’humanité.

Un traitement des livres les plus précieux est nécessaire et urgent, pour les restaurer, les débarrasser du film plastique et des étiquettes qui hélas les recouvrent et les abîment, la colle pénétrant au fil du temps la reliure jusqu’au papier.

Une bibliothèque virtuelle sur le site de l’Université Paris-Sorbonne permettrait d’offrir en consultation numérique des éditions rares et anciennes dans un souci de préservation patrimoniale et de servir la recherche en littérature et civilisation hispano-américaines. La numérisation d’éditions différentes des ouvrages déjà numérisés sur Internet présente en outre une importance pour la recherche génétique textuelle en littérature.

Cécile Pallarès Brzezinski


Notes :

[1] Notice du Sudoc : Las CCC. del famosissimo poeta Juan de Mena, con otras .XXIV. coplas y su glosa y la Coronacion del mesmo poeta : y otras cartas : y coplas y canciones. Agora nuevamente añadidas.

[2] http://www.paris-sorbonne.fr/les-bibliotheques/connaitre-vos-bibliotheques/bibliotheque-marcel-bataillon/

[3] Catalogue du fonds ancien de la Bibliothèque de l’Institut d’études hispaniques de Paris / Jean-Michel Guittard, Paris, Klincksieck, 1982. – (Publications de la Sorbonne. Série Documents ; 33) (Témoins de l’Espagne. Série historique ; 10). – ISBN 2-86563-022-6. – Thèse de 3e cycle : Études ibériques : Paris III : 1977. – Bibliogr. p. [161]-172 Index.

[4] Selon l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur), « un unicum est une notice bibliographique [sur laquelle] un seul établissement du réseau Sudoc est localisé ». Définition du « Fil ABES », page consultée le 7/02/2013 : http://fil.abes.fr/2012/11/12/les-chiffres-du-sudoc-presque-60-dunicat/.

[5] The Thomas L. Gravell Watermark Archive. Mots-clefs de recherche : Britannia ; shield ; crown ; human figure ; scepter.

[6] Claire Bustarret, « Usages des supports d’écriture au XVIIIe siècle : une esquisse codicologique » : https://genesis.revues.org/908.

[7] Las CCC de Juan José de Mena, USTC (Universal Short Title Catalog) European Books : http://ustc.ac.uk/index.php/record/337810.

[8] http://www.todolibroantiguo.es/personajes-historicos/vicente-salva-perez.html

[9] http://encuadernacion.realbiblioteca.es/exlibris?identificacion=&localizacion=All&clave=heredia

[10] Blog de Diego Mallén : https://diegomallen.blogspot.fr/.

[11] Juan Carlos Rodríguez Rendón, « Le labyrinthe de la Fortune : un livre unica du fonds rare et précieux de la Bibliothèque Marcel Bataillon » : http://blogscd.paris-sorbonne.fr/2013/12/le-labyrinthe-de-la-fortune-1517-un-livre-unica-du-fonds-rare-ancien-et-precieux-de-la-bibliotheque-marcel-bataillon.

 

L’Archive du lundi n°76 – Petites chroniques des Éditions Hispaniques

L’Archive du lundi n°76 – Petites chroniques des Éditions Hispaniques

En attendant l’imminente livraison de l’édition espagnole du livre d’Antonio Niño « Un siglo de hispanismo en la Sorbona », aux Éditions Hispaniques, l’archive de ce lundi proposée par Béatrice Perez rappelle à grands traits l’histoire de cette riche entreprise éditoriale qui, sise rue Gay-Lussac, a vu passer plusieurs générations d’hispanistes.

 

Déclaration de l’« Association universitaire pour la promotion des études hispaniques (Université de Paris-Sorbonne) » réalisée le 9 janvier 1974, publiée dans le Journal Officiel de la République Française en date du 27 janvier 1974.

 

Document officiel de déclaration de l’association à la préfecture de police signé par Paul Jacques Guinard et Charles Leselbaum, en qualité respective de vice-président et de secrétaire général, à Paris, le 21 décembre 1973 (recto et verso).

Les Éditions Hispaniques
Une belle maison d’édition et notre patrimoine commun

Les « Éditions Hispaniques » – qui ont leur siège à l’Institut d’Études Hispaniques et leurs magasins dans tous les recoins non occupés de l’édifice célébrant son centenaire –, connaissent depuis quelques années un renouveau stimulant. La maison d’édition est une institution prestigieuse, connue hors les murs et hors les frontières, et, en dépit des aléas de son histoire, elle renaît dans un enthousiasme partagé.

Quelques dates, un peu d’histoire, pour une chronique qu’elles méritent amplement. Les « Éditions Hispaniques », pour être tout à fait juste, n’existent pas en tant que telles ; elles sont le fruit presque défendu d’une « Association universitaire pour la promotion des Études Hispaniques de l’université Paris-Sorbonne ». Curieux préambule que le mien de débuter ainsi la chronique d’une maison dynamique et attractive (dont j’ai le privilège d’assurer la présidence) par le constat d’une existence en trompe-l’œil. Mais c’est ainsi que cette maison s’est frayée un chemin assuré, entre liberté et revendication scientifique, par l’investissement de quelques personnes qui ont marqué de leur empreinte son histoire.

En janvier 1974, l’« Association universitaire pour la promotion des Études Hispaniques » est déclarée au Journal Officiel de la République Française, en même temps que le « Club des jeunes amis des animaux et de la nature », ou que le « Pétanque-Club du 18e arrondissement », dans une sorte de joyeuse année de promesse (Document 1).

Pourtant, bien en amont, cette création quasi anodine sur le moment ne devait rien au hasard et venait sanctionner un investissement scientifique tenace de quelques personnes de caractère. Le 21 décembre 1973, en Préfecture de Police, cinq enseignants – Paul Teyssier, Paul Jacques Guinard, Jacques Fressard, Charles Leselbaum et Annick Émieux – se sont présentés collectivement pour en assurer la direction collégiale avec un but vaste, qu’ils avaient pris la peine de définir. L’association fut créée conformément aux dispositions des associations bénévoles relevant de la « Loi 1901 » (ce que les « Éditions Hispaniques » continuent d’être, une association bénévole loi 1901), soit sans aucun but lucratif et reposant sur le travail dévoué des membres, mais engageant la responsabilité financière des personnes déclarées. Il fallait du courage pour oser le faire, et surtout, beaucoup de confiance et une véritable vision scientifique. En effet, pourquoi venir déclarer en préfecture (avec le risque que supposent les associations loi 1901) ce qui existait déjà ?

À la vérité, cet engagement pourrait surprendre s’il n’était venu sanctionner une pratique déjà éprouvée depuis longtemps. Le but des personnes signataires en Préfecture n’était pas de « créer », mais de « donner un cadre légal et pérenne » à l’existant, de venir consolider pour les générations futures un instrument dont ils avaient mesuré l’immense profit (Documents 2/3).

Les presses des « Éditions Hispaniques », avant leur existence – bien informelle – de 1974, fonctionnaient déjà depuis plus d’une décennie. Les nombreux livres publiés dans les années 1960 attestent l’existence de la maison d’édition sous la forme d’une signature en couverture, « Centre de Recherches de l’Institut d’Études Hispaniques, Paris ». En voici quelques exemples parmi d’autres : « Eco y Narciso », de Pedro Calderón de la Barca, publié par Charles V. Aubrun en 1963 [deuxième édition] ; « El estilo mudéjar en arquitectura », de Amador de los Ríos (1965) ; le magnifique « Études sur Sainte Thérèse », « série 3 littérature », de Robert Ricard et Nicole Pélisson, 1968 (ouvrage dont il ne reste que sept exemplaires conservés telles des reliques) ; « Anthologie de Romances », de Danièle Becquer (1969).

L’idée de ces « Éditions Hispaniques » revient à Charles V. Aubrun, très marqué par ses séjours nombreux dans les universités américaines, qui avait décidé qu’il fallait moderniser les infrastructures de diffusion de la recherche, afin de faire connaître celle-ci et de lui servir d’aiguillon [comme Charles Leselbaum l’a rappelé lors d’une journée d’études portant sur cinq figures marquantes du Siècle d’Or (http://ieh.hypotheses.org/338)].

Les « Éditions Hispaniques » se sont ainsi constitué un catalogue de publications éloquent, dont le site internet (http://editions-hispaniques.com/25-les-collections) sert de mémoire de l’activité éditoriale et de portail de vente des ouvrages.

Durant les dernières années du XXe siècle (et jusqu’en 2013), Marie-France Delport a été l’âme véritable des « Éditions Hispaniques ». Avec sa ténacité placide et son engagement farouche (jusque dans ses fonds propres), elle en a assuré la direction, le dynamisme, la pérennité en somme, en négociant les accords éditoriaux et les contrats bancaires. C’est ainsi qu’elle résumait l’histoire des « Éditions Hispaniques » :

« Les Éditions Hispaniques ont été fondées en 1962 par le Professeur Charles V. Aubrun, alors directeur du Département d’espagnol de la Sorbonne. Aidé par quelques collègues, il avait lancé, peu avant, des cours du soir à l’intention des adultes désireux d’apprendre l’espagnol. Ces cours, rapportaient un argent dont Charles V. Aubrun pensait qu’il pourrait servir à la publication d’ouvrages savants. Dans ce but fut créée une Association Loi 1901, l’Association pour l’encouragement des études hispaniques. Celle-ci rassemblait la plupart des enseignants d’espagnol de la Sorbonne ; après la partition de 1969, elle réunira des enseignants de Paris IV et des enseignants de Paris III jusqu’au retrait, en 1998, de ces derniers.

Liées étroitement à une Association Loi de 1901, dont elles sont l’émanation, les Éditions hispaniques ne sont donc pas une entreprise commerciale à but lucratif. Raison d’être de l’Association pour l’encouragement des études hispaniques, les Éditions trouvent leur source principale de financement dans la cotisation dont doivent s’acquitter chaque année les membres de l’Association ainsi que dans les subventions à la publication. La vente des ouvrages du fond et des nouvelles publications constitue l’autre source de revenus ».
Marie-France Delport

Lorsque Marie-France Delport a souhaité laisser la présidence effective de l’Association, Nancy Berthier en a pris la direction en 2013, avec un groupe de fidèles – qui ont assuré la continuité –, et d’autres, séduits par l’aventure collective d’une entreprise qui était « notre chose » à tous, un bien avec une histoire qu’il fallait conserver et accompagner vers le centenaire. La première action fut la création d’un site internet ; puis est venu le temps du recensement des ouvrages, conservés ici et là, dans des lieux parfois terriblement poussiéreux.

Désormais, la nouvelle direction s’emploie à consolider la maison d’édition et à l’ouvrir à des auteurs issus des autres universités françaises et des universités étrangères. Elles s’efforcent également de développer les coéditions. Les publications nombreuses de ces deux dernières années (http://editions-hispaniques.com/25-les-collections) disent assez le succès des « Éditions Hispaniques » et le dévouement de ceux qui y travaillent au quotidien. C’est à eux que je voudrais dédicacer cette petite chronique, en signe d’amitié et de gratitude, Alberto da Silva (webmestre), David Marcilhacy (vice-président) et Élodie Weber (trésorière)

Béatrice Perez,
Présidente des Éditions Hispaniques

L’Archive du lundi n°75 – La Sorbonne et la naissance des Jeux Olympiques

L’Archive du lundi n°75 – La Sorbonne et la naissance des Jeux Olympiques

Cette semaine, comme un écho sportif à l’exceptionnelle « décima victoria » de Rafael Nadal, Javier Ramírez Serrano nous propose de revenir sur la naissance des Jeux Olympiques en Sorbonne : une archive proprement athlétique !

Dessin représentant l’inauguration du Grand Amphithéâtre de la Sorbonne en 1889, peu avant la création du Comité International Olympique, dans ce même lieu, en 1894.

 

Portrait photographique de José Benjamin Zubiaur (Source : ISOH Archive).

 

Plaque commémorative du 90e anniversaire du Comité International Olympique.

À l’origine, les Jeux Olympiques n’ont pas été conçus comme une compétition exclusivement sportive. Leur créateur, le baron Pierre de Coubertin, influencé par des réalisations antérieures similaires mises en œuvre au cours du XIXe siècle (les Jeux Olympiques de Evangelos Zappas en Grèce et ceux de William Penny Brookes en Angleterre), par la révolution pédagogique anglaise de Thomas Arnold et par les festivités athlétiques de la Grèce antique, a élaboré un projet où la morale était aussi importante que le corps. L’idée que Pierre de Frédy, baron de Coubertin, se faisait des antiques festivités d’Olympie et de la philosophie grecque était déjà inscrite dans l’acte de naissance des Jeux à la Sorbonne en 1894.

Dans cet équilibre entre l’esprit et le corps, entre les arts et le sport, on a en effet souvent vu la marque de la « kalokagathia » grecque. C’est d’ailleurs précisément en se fondant sur cette idée d’associer l’éducation physique à la morale que Coubertin a organisé une première rencontre en 1892, à la Sorbonne, avec l’Union des Sports Athlétiques. Le choix de ce lieu n’était pas fortuit : l’Université était le cadre parfait pour donner naissance au projet. La stratégie consistant à octroyer un rôle à l’Académie dans la culture du sport lui permit d’introduire la nouvelle pédagogie physique en France et de dépasser le regard méprisant des élites vis-à-vis de la révolution sportive anglaise. Deux ans plus tard, en 1894, naissait le « Comité International Olympique » dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Le projet était définitivement lancé.

L’Olympisme devait être le cheval de Troie de la révolution pédagogique internationale et c’est dans cette perspective qu’ont été choisis les premiers membres du COI en 1894. L’un d’eux, même s’il n’était pas présent au Congrès, était Don José Benjamin Zubiaur, recteur du Collège national de l’Uruguay. Ce 23 juin, il y avait également deux espagnols dans l’Amphithéâtre : Adolfo González Posada et Aniceto Sela, tous deux de l’Université d’Oviedo et répresentants de la « Sociedad Gimnástica Española » de Madrid. Le premier membre espagnol du COI, nommé en 1902, serait toutefois D. Gonzalo de Figueroa y Torres, comte de Mejorada del Campo.

En 1894, Zubiaur, un pédagogue argentin lui aussi influencé par la révolution sportive anglo-saxone, avait été choisi par Coubertin avec l’espoir de faire circuler le mouvement olympique en Amérique Latine (on peut dire que cette aventure trouva un heureux dénouement à Mexico en 1968, avec l’organisation des premiers Jeux sur le continent latino-américain), mais sa relation avec le COI fut relativement fragile. En 1907, il en fut malheureusement expulsé parce qu’il n’avait pas assisté aux sessions du Comité depuis sa naissance. À cette époque, en effet, le COI ne payait pas les déplacements de ses membres et Zubiaur n’avait pas les moyens de se rendre fréquemment en Europe. Finalement, il fut remplacé par Manuel Quintana, membre d’une illustre famille d’argentins. Zubiaur et Coubertin ne se sont en somme rencontrés qu’une seule fois au cours de leur existence, à l’Exposition Universelle de Paris de 1889, avant même que le baron ne donne forme à son rêve olympique.

Le Comité International Olympique a siégé à Paris jusqu’à ce que la Première Guerre Mondiale éclate, puis il s’est installé en zone neutre, en Suisse. La Sorbonne est restée liée au projet olympique à de nombreuses occasions pendant la première étape de l’histoire des Jeux et, depuis 1955, une plaque commémorative est apposée dans le Grand Amphithéâtre.

Sources :

International Society of Olympic Historians (1997). « Biographies of IOC Members », « Journal of Olympic History (formerly Citius, Altius, Fortius) », 1997 Spring, Vol. 5, N° 1 p. 56.

Comité Olympique International (1894). « Bulletin du Comité International des Jeux Olympiques », N° 1, p. 2.

…………… (1976). « L’Espagne et l’Olympisme », « Revue Olympique », N° 107, pp. 513-529.

Coubertin, Pierre de (2011). « Pierre de Coubertin (1863-1957). Olimpismo. Selección de textos », ed. Norbert Müller et Daniel Poyán Díaz, trad. José Antonio Millán Alba y Daniel Poyán Rubow, Lausana, IOC.

Torres, César R. (2002). « Ideas encontradas: la educación física y el deporte en el debate parlamentario sobre la participación de Argentina en los Juegos Olímpicos de 1908 », « Olympika », 2002, Vol. VII, pp.117-142.

Javier Ramírez Serrano
Universidad Complutense de Madrid

L’Archive du lundi n°74 – Un buste de Justo Sierra à la Sorbonne et l’inauguration du Pavillon Mexicain au sein de la cité universitaire de Paris

L’Archive du lundi n°74 – Un buste de Justo Sierra à la Sorbonne et l’inauguration du Pavillon Mexicain au sein de la cité universitaire de Paris

Depuis l’accord de coopération universitaire signé le 30 mars 2015, l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), la plus grande université d’Amérique Latine, est devenue l’un des partenaires privilégiés de Sorbonne Université en matière de relations internationales (http://www.sorbonne-universites.fr/actions/international/temps-forts/mexique-un-partenariat-entre-sorbonne-universites-et-lunam.html). Mais les relations entre les deux institutions ont en fait été étroites au long du siècle dernier, comme le fait apparaître ici Carlos Belmonte, qui en rappelle un des temps forts.

4 articles extraits de la revue « Universidad de México » qui racontent l’histoire et les éloges mexico-français :

« Entrevista de los rectores de las Universidades de París y México », Revista de la Universidad de México, n°13, octobre 1947.

Braulio Solsona, « Homenaje a Justo Sierra en París », Revista de la Universidad de México, n°23, novembre 1948.

Carlos Serrano, « El pabellón de México en París », Revista de la Universidad de México, n°57, septembre 1951.

Carlos Serrano, « Un busto de Justo Sierra en la Sorbona », Revista de la Universidad de México, n°62, février 1952.


Nabor Carrillo, « Discurso del Rector de la UNAM (Dr. Nabor Carrillo) al inaugurar el Pabellón mexicano de la Universidad en París », Revista de la Universidad de México, n°3, novembre 1953.

Entre 1947 et 1953, deux événements vont affirmer la présence de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM) au sein de l’Université Sorbonne, tous deux encouragés alors que l’hispaniste Jean Sarrailh était recteur (1947-1961, voir l’archive du lundi n°13 de Renée Clémentine Lucien « Jean Sarrailh 1891-1964, un hispaniste »).
Le premier fut l’installation dans la cour de la Sorbonne du buste de l’historien et pédagogue mexicain Justo Sierra (1848-1912). Le buste fut un cadeau offert par Luis Garrido, recteur de l’UNAM, en février 1952. Sierra avait refondé l’Université du Mexique et avait pris la Sorbonne – lors de l’inauguration en 1910 – comme marraine symbolique et modèle universitaire. Quatre ans auparavant (1948) Sarrailh reçut de la main de Carlos Serrano (adjoint culturel de l’ambassade mexicaine en France et ancien collaborateur de Justo Sierra à l’époque de la création de l’Université de Mexique) la médaille commémorative des 100 ans de la naissance de Sierra. L’acte fut à la fois un hommage à Sierra et un geste de Garrido afin de resserrer les liens avec l’hispanisme français.
La pose de la première pierre du Pavillon Mexicain à la Cité Universitaire et son inauguration ont marqué le deuxième grand moment des relations entre la Sorbonne et l’UNAM. Ces projets furent menés sous les auspices du recteur Sarrailh et de Garrido, puis du nouveau recteur de l’UNAM, Nabor Carrillo Flores, qui supervisa l’achèvement des travaux. En septembre de 1951, Carlos Serrano écrivit la chronique de la cérémonie lors de laquelle fut posée la première pierre et la présentation de la maquette du Pavillon faite par les frères Medellín, Roberto (ingénieur) et Jorge (architecte), accompagnés par M. Sarrailh et Jaime Torres Bodet, directeur Général de l’UNESCO. Finalement, en octobre 1953, Carrillo Flores inaugura le Pavillon, en présence de Sarrailh, rappelant l’influence de la Sorbonne dans l’Université mexicaine et le développement, au même moment, de la moderne cité universitaire de la capitale du Mexique.
Si nous connaissons la localisation du Pavillon, il faudrait essayer de retrouver le buste quelque part dans les couloirs et cours de la Sorbonne. Quant à la médaille, il est probable qu’elle se trouve parmi les affaires personnelles de Jean Sarrailh. Cela reste à vérifier et à photographier.

Carlos Belmonte Grey

L’Archive du lundi n°73 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 2/2

L’Archive du lundi n°73 – Hommage à Jean-Pierre Ressot (1938-2014), 2/2

Pour compléter l’Archive du lundi n°60, deux textes d’hommage à Jean-Pierre Ressot : celui de Denise Boyer, ainsi que celui de Corinne Cristini.

Couverture de l’ouvrage collectif « Poésie et poétique », Paris, Éditions Hispaniques, 1995.

 

Couverture du livre de Jean-Pierre Ressot, « Apología de Lo Monstruoso. Una lectura de la obra de Ramón J. Sender », Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2003.

 

… allá detrás de una
frágil pared de vientos,
de cielos y de años.
Pedro Salinas, « Presagios » (1923)

D’abord professionnelle, ma relation avec Jean-Pierre Ressot est très vite devenue amicale et quasi fraternelle. Je connais donc dans les grandes lignes l’itinéraire personnel de cet enfant de Belleville, pur produit de l’élitisme républicain, qui a été le premier de sa famille à accéder aux études supérieures et même aux études secondaires longues. Dans les années cinquante, cela supposait encore, outre des aptitudes exceptionnelles, une énergie et une ténacité peu communes. D’autant plus qu’il a dû financer en partie ses études par ce que l’on n’appelait pas encore des petits boulots. Il fallait son heureux caractère pour n’avoir pas gardé d’aigreur de ces débuts difficiles. Reçu dans la botte à l’agrégation, à vingt-quatre ans, à une époque où les postes n’abondaient pas, Jean-Pierre est devenu quatre ans plus tard assistant à la Sorbonne, qui allait devenir Paris IV-Sorbonne en 1970, lorsque j’y ai été recrutée moi-même comme assistante. C’est l’un des premiers collègues que j’ai connus, puisque nous enseignions tous deux dans une « unité d’enseignement » dite « Espagne contemporaine », où cohabitaient littérature et civilisation. Autant que je me souvienne, il n’y avait pas de cours magistral de littérature, et la coordination entre les travaux dirigés (portant sur « La Colmena », « El Jarama » et le « Romancero gitano ») était assez sommaire. C’est dans ce cadre que se sont situés mes premiers échanges avec Jean-Pierre, avec qui je partageais, sans bien savoir comment le traduire dans ma pratique pédagogique, le souci d’incorporer les approches dérivées du structuralisme à l’enseignement de la littérature : l’expérience qu’il me transmettait ainsi, avec la clarté d’esprit et la générosité qui étaient les siennes, m’a été des plus précieuses.
Une refonte de la maquette du DEUG ayant abouti quelques années plus tard à la création d’une UE d’initiation à la littérature, nous avons été quelques-uns, avec Jacques Fressard et Bernard Gille, à souhaiter y inclure deux cours magistraux concernant poésie et roman (auxquels s’est ajouté par la suite un cours portant sur le théâtre). Jean-Pierre, qui consacrait ses recherches à Ramón Sender et de façon générale au genre romanesque, a assuré pendant des années le cours correspondant. La mise au point du socle de connaissances et de savoir-faire à transmettre, la rédaction de résumés de cours, l’élaboration de devoirs communs à tous les groupes, ont bénéficié je crois non seulement aux étudiants, mais aussi à chacun d’entre nous, qui élargissait ainsi ses connaissances et ses questionnements au-delà de ses propres travaux. De cette collaboration dans l’amitié et la bonne humeur, enrichissante à tous égards, sont aussi sorties deux publications collectives, nos « Notes sur Tiempo de silencio » (1976, sous la direction de Juan Ignacio Murcia) –dont le remaniement, lorsque le roman figurait au programme de l’agrégation, a été l’occasion de reconstituer temporairement notre groupe de travail vingt-cinq années plus tard–, et notre manuel « Poésie et poétique » (1981), objet de plusieurs rééditions. Cette UV 102, à laquelle s’étaient adjoints au fil des années Sadi Lakhdari, Marie-Claire Zimmermann, Henry Gil, Anne Charlon, Jorge Rossi, Araceli Guillaume, avait son jargon –ainsi le terme de « tapinose », exhumé par Jean-Pierre de je ne sais quel traité de rhétorique–, ses « private jokes » et ses rites, dont un repas de fin d’année dit « banquet de 102 » que nous sommes sans doute plusieurs à garder en mémoire.
Jean-Pierre s’était vite vu confier, par ailleurs, des enseignements de licence et de concours sur le roman espagnol contemporain. Preuve de leur qualité, nombre d’étudiants poursuivant par la suite des recherches dans ce domaine le consultaient avec profit et peuvent témoigner, tout comme ses anciens collègues, non seulement de sa vaste culture et de sa rigueur théorique et méthodologique, mais aussi de sa bienveillance et sa disponibilité.
Nous étions trop amis pour que sa retraite et ses fréquents séjours en Italie mettent fin à nos rencontres : nous nous revoyions à chacun de ses retours à Paris, et c’était à chaque fois l’occasion d’échanges très riches. La maladie les a réduits progressivement, la mort y a mis un terme, mais le souvenir demeure, chez moi comme chez beaucoup de ceux qui ont eu le privilège de le cotoyer.
Denise BOYER

À Jean-Pierre in memoriam

Regards croisés

Para detener lo fugaz, lo instantáneo, hay que fijar la vista en una cosa, mejor cuanto más efímera: una nube que cruza el horizonte, un perro que se aleja, un periódico llevado por el viento, y grabarla en la memoria para poder algún día rescatar a través de ella ese momento. (Julio Llamazares, « Escenas de cine mudo », 1994)

C’était en 1994-1995, alors inscrite en troisième année de Licence LLCE espagnol à l’Université Paris IV-Sorbonne, j’assistais aux cours de littérature contemporaine et de thème dispensés par Jean-Pierre Ressot, Maître de conférences spécialiste de l’œuvre de Ramón José Sender (1901-1982), œuvre qu’il n’a eu de cesse, sa vie durant, de relire, de traduire, d’approfondir, pour mieux l’appréhender et la porter à notre connaissance. En 1994, il venait d’ailleurs de publier la traduction du premier roman de Sender, « L’Aimant » (1) (« Imán »).
Les souvenirs défilent dans la « camera obscura » de nos mémoires. Arrêt sur image. Il s’agit du premier TD de littérature contemporaine (ES 352 B, intitulé alors « Littérature et Civilisation espagnoles et hispano-américaines modernes et contemporaines ») qui se déroule à l’Institut d’Études Hispaniques, en salle 14, le vendredi, de 14h à 15h30. Trois œuvres des XIXe et XXe siècles, correspondant à trois genres littéraires différents, sont au programme de l’année universitaire : « Don Juan Tenorio » de José Zorrilla, « Altazor » de Vicente Huidobro, et « La increíble y triste historia de la cándida Eréndira y de su abuela desalmada » de Gabriel García Márquez, publiée avec six autres contes. Nous abordons la scène 1 de l’Acte I de « Don Juan Tenorio » de Zorrilla à partir de trois objets d’étude essentiels : l’espace, le temps, et le personnage. Nous nous penchons également sur les questions de méthodologie. Deux façons d’aborder le texte sont envisagées : celle de l’explication de texte, et celle du commentaire dirigé qui sera alors retenue dans cette séance. Nous sommes invités à approcher le texte au plus près, à en cerner les méandres, à entrer dans sa profondeur. Tout un apprentissage du regard critique. C’est cette grande rigueur intellectuelle, cette profonde passion pour la langue et pour sa culture et cette bienveillance naturelle qui me reviennent à l’esprit lorsque je pense à Jean-Pierre Ressot. Les œuvres que nous avons étudiées, cette année-là, résonnent encore en moi, les ayant plus tard relues, revisitées dans mes recherches, ou redécouvertes avec mes étudiants.
C’est autour de la figure de Javier Marías, et de son roman « Todas las almas », datant de 1989, que se cristallisent les souvenirs de juin 1995. Véritable révélation « semblable à une image latente gardée en sommeil » (2) jusqu’à son avènement. Je venais alors de découvrir l’œuvre de ce grand écrivain madrilène encore peu connu à l’époque – et que l’on confondait souvent avec son père, le philosophe et sociologue Julián Marías –, et son rapport vertigineux au temps me bouleversa. J’en fis alors part à Jean-Pierre qui m’incita vivement à mener des recherches sur cet auteur. C’est ce que j’entrepris, en 1996, dans un mémoire de maîtrise qui portait sur « la représentation du temps dans l’œuvre romanesque de Javier Marías (de 1978 à 1994) ». Ce que j’ignorais alors, c’est combien Jean-Pierre avait lui-même été profondément interpellé, comme happé par l’écriture sinueuse et envoûtante de Marías, et qu’au travers de « La Quinzaine Littéraire », il s’en était fait l’écho par le biais d’articles et de comptes rendus sur sa production romanesque, mais aussi sur ses contes.
Les échanges fructueux tissés avec Jean-Pierre se sont poursuivis à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Lors de nos conversations, l’une des questions récurrentes avait trait au rapport de l’écriture – et de la création littéraire en général – au monde, aux multiples formes de la « mimèsis » ; c’est sur ce point justement que je m’interrogeais dans mes travaux de thèse, sur ce courant littéraire, artistique, connu sous le nom de « costumbrismo », et qui a profondément marqué le XIXe siècle espagnol. Si mes lectures m’amenaient à en percevoir essentiellement l’empreinte du réel, la valeur de témoignage, Jean-Pierre m’invita à la prudence, et me conseilla de revoir cet aspect. Le « costumbrismo » n’était-il pas avant tout un miroir déformant par le caractère fortement esthétisant de ses tableaux, par son goût du pittoresque, de la morale, ou encore par la satire ? Ce fut un conseil précieux qui me permit, à partir de ce moment-là, de porter un autre regard sur mes recherches. Des souvenirs de cette période émane cette image de Jean-Pierre… C’est aussi son soutien, sa présence réconfortante lors de ma soutenance de thèse, en novembre 2004.
Quelques mois plus tôt, Jean-Pierre avait publié un ouvrage majeur dans les études critiques sur Ramón J. Sender, « Apología de Lo Monstruoso » (3) (2003), il y dressait une typologie du Monstrueux, de toutes les formes d’hybridité, de déformation et de transformation, qu’il classait selon deux grandes catégories : l’une, « la monstruosité par régression », l’autre, « la monstruosité par transgression ». Cette étude s’inscrivait sous le signe de Goya, dont les gravures et les peintures émaillent l’ouvrage ; la couverture qui reproduit la gravure 43 des « Caprices » (« El sueño de la razón produce monstruos ») immerge le lecteur-spectateur dans cet univers fantasmagorique. « Un arte radicalmente respetuoso de las apariencias de la real llega a ser la negación de sí mismo. Como explico en la conclusión de este libro, la literatura no está hecha para decir la realidad, sino para significarla, o sea, hacerla signos para darle un sentido. Y para darle un sentido tiene que deformar la visión inmediata de lo real (4) ».
Regards croisés. Je ne savais pas encore, à l’époque, qu’au gré de mes recherches, j’allais justement, à travers le prisme photographique, revisiter l’œuvre goyesque (notamment les « Peintures Noires ») qui « hante » aujourd’hui mes travaux.
C’est cette mémoire vive de Jean-Pierre que j’ai gardée en moi. C’est cette grande sensibilité littéraire qu’il nous a communiquée et qu’il nous revient, à présent, de partager à notre tour, au fil du temps.
Corinne CRISTINI

(1) L’ « Aimant » [« Imán »], Paris, trad. Jean-Pierre RESSOT, Éditions de l’Imprimerie nationale, coll. « La salamandre », 1994, 367 p.

(2) GARAT, Anne-Marie, « Chambre noire », Paris, Flammarion, 1990, p. 56.

(3) RESSOT, Jean-Pierre, « Apología de Lo Monstruoso. Una lectura de la obra de Ramón J. Sender », Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2003.

(4) Ibid., p. 20.

L’Archive du lundi n°72 – De l’espagnol à la préfectorale !

L’Archive du lundi n°72 – De l’espagnol à la préfectorale !

Eric Freysselinard nous livre aujourd’hui un témoignage rare sur les raisons de son profond attachement à la langue et à la culture espagnoles, qui l’ont conduit du réfectoire du lycée Sainte-Jeanne-d’Arc de Sceaux à l’ENA, en passant par l’Institut d’Études Hispaniques, qui l’a profondément marqué, et l’a amené à participer à la campagne de financement participatif pour le Centenaire en tant que bienfaiteur. Nous lui adressons nos plus sincères remerciements.

Couverture de l’ouvrage d’Éric Freysselinard, « Grammaire de l’espagnol contemporain » (Paris, Ophrys, 2015).

 

De l’espagnol à la préfectorale !

Sans ascendance espagnole, je découvris cette langue en classe de Cinquième au lycée Sainte-Jeanne-d’Arc de Sceaux, dans lequel des dames de service asturiennes, à qui je donnais un coup de main pour mettre la table, m’apprirent quelques mots. Je choisis alors l’espagnol en Quatrième et cette langue devint la passion de mon adolescence. Dès le lycée, j’apprenais des listes de vocabulaire par cœur dans les ouvrages d’Ophrys, je travaillais le « Mémento de grammaire espagnole » de Jean Bouzet, je me plongeais dans les pièces de Calderón de la Barca que me donnaient ces deux dames et je lisais même en Terminale le « Quijote » dans sa version intégrale, sans garantir que je comprenais tout. L’été de ma Première scientifique redoublée, à l’internat Saint-Aspais de Melun, je me rendais pour la première fois en Espagne, avec une émotion intense, et je garde encore gravés dans ma mémoire mes premiers pas à Madrid ; la même année, j’étais reçu troisième au concours général d’espagnol des établissements privés. Je m’entraînais aux versions et thèmes d’agrégation que je trouvais dans les rapports de jury du concours, tout en me renseignant sur le concours de l’ENA, en parallèle à une première activité politique dans ma ville de Châtenay-Malabry. Je présentai aussi, pour m’entraîner, un examen pour devenir professeur d’espagnol dans le privé, manquant de peu l’admissibilité… Après une réorientation en cours de Terminale de la section scientifique vers la section littéraire (de C vers A comme on disait alors) et un bac en 1980 avec mention Bien (avec un 19 en math mais seulement 17 en espagnol !), j’entrais à la Sorbonne en première année, ne voulant pas faire de classe prépa, parce que je n’en avais sans doute pas le niveau, mais aussi parce que je désirais me consacrer uniquement à l’espagnol.
La première année à Clignancourt et rue Gay-Lussac, en 1980-1981, fut un enchantement, avec une vingtaine d’heures consacrées uniquement à ma passion. L’établissement de la rue Gay-Lussac était un peu délabré mais je voyais tout avec des lunettes roses et j’ai même gardé pendant des années ma carte d’inscription en première année, tellement elle était précieuse pour moi. En ces années où l’espagnol était considéré comme la langue des femmes de ménage (et cela avait été vrai pour moi !), où nous étions moqués (c’était avant la « movida »), j’exhibais ma fierté d’être étudiant en espagnol, en buvant les paroles de mes enseignants. Michel Launay nous donnait le cours magistral de grammaire, Denise Boyer le cours magistral de poésie (avec l’apprentissage complètement nouveau pour moi de toutes les techniques de versification et de métrique espagnoles) et les TD de traduction, Bernard Gille les cours de théâtre (Valle-Inclán), Evelyne López Campillo l’histoire du XXe siècle (avec un cours sur le coup d’Etat manqué du colonel Tejero qui venait d’avoir lieu). Nous devions choisir pour l’agrégation entre le catalan, le portugais et le latin pour l’oral d’option ; n’ayant pu prendre le portugais car le mercredi j’étais animateur en centre aéré, je pris le catalan et me passionnai vite pour cette langue, que je choisis aussi en certificat optionnel en licence et en maîtrise ; mes professeurs furent Maria Buira, puis Denise Boyer.
En deuxième année, je m’épanouissais avec les cours de traduction d’Annick Emieux, qui nous expliquait charitablement qu’elle mettait des notes négatives en thème pour nous encourager afin que nous voyions nos progrès ! Un jour, elle décida que la traduction orale serait faite par le seul garçon présent, votre serviteur. Je garde aussi en mémoire ses cours ainsi que ceux de Paul-Jacques Guinard sur le XVIIIe siècle, cours de TD d’un jeune assistant Sadi Lakhdari, que je retrouvai plus tard dans ma passion pour Galdós, les cours d’Olver Gilberto de León et, pour la traduction, de Louis Urrutia et de Luce Arrabal, l’enseignement sur les romans picaresques de Maurice Molho qui, avec sa démarche boiteuse, nous faisait penser à un « pícaro » égaré en Sorbonne, Annie Molinié, en civilisation du Siècle d’Or. Nous avions aussi des cours de judéo-espagnol et de musique espagnole mais je ne les avais pas choisis. En licence, je me souviens des cours passionnés de Marie-Claire Zimmermann sur la poésie mais aussi « La casa verde » de Vargas Llosa. En maîtrise, je demandai à M. Guinard d’être mon directeur de recherches en lui faisant part de mon intérêt pour le XIXe siècle que je ne connaissais pas et que je voulais travailler dans la perspective des concours, et il me recommanda un très beau sujet de mémoire en, 1983-1984, sur la trilogie « El Doctor Centeno », « Tormento » et « La de Bringas » qui me permit de découvrir et de démonter, par une analyse minutieuse, le rôle important joué dans la géographie des lieux avec un resserrement progressif conduisant métaphoriquement à l’explosion de 1868. Pendant toutes ces années, je travaillais en parallèle la nuit ou le week-end comme gardien en uniforme dans une société de surveillance d’usines de la Défense.
Je fis mon service militaire comme professeur d’espagnol au Prytanée de la Flèche où j’avais quinze heures de cours en Seconde, Première, Terminale et quelques élèves de prépa et je préparai avec le CNED l’agrégation dont je manquai de peu l’admissibilité. L’année suivante, j’alternai les cours entre la Sorbonne et l’ENS de Fontenay où j’avais été admis comme auditeur libre (nous étions douze auditeurs et une dizaine de normaliens) ; nos enseignements étaient coordonnés par Maryse Vich-Campos.
Nous avions au programme « El Diablo Mundo » d’Espronceda et le « Don Juan » de Zorrilla ; Nicolás Guillén, « España », Pablo Neruda, « España en el corazón », César Vallejo, « Aparta de mí este cáliz » ; le « Criticón » de Gracián ; la « Cárcel de Amor » de Diego de San Pedro. Aux oraux, qui se déroulaient au lycée La Fontaine, j’eus comme thème de la leçon « l’honneur » dans la « Cárcel de Amor » et une explication de texte sur le « Diablo Mundo », en linguistique un passage du « Criticón », en thème oral un article sur la comète de Halley, en catalan la première scène de « Terra baixa », d’Angel Guimerà.
Je me souviens à la fac, des cours sur le Moyen-Age de Sylvia Roubaud, des cours de catalan de Montserrat Prudon (Denise Boyer était au jury) et, à l’ENS, des cours de version de ce même professeur (avec un cours digne d’anthologie sur le vocabulaire du chien) et des cours de linguistique de Marie-France Delport et de thème de Jean-Claude Chevalier, qui donnait aussi le cours général de linguistique à la Sorbonne ; nous avions aussi des cours à Paris III pour les auteurs américains (notamment Claude Fell et Alfred Melon) et le romantisme. Dans notre groupe d’auditeurs de Normale, je faisais entre autres la connaissance de Chantal Bastelica et de Claire Lagrange.
Le jury était présidé en 1986 par l’historien Joseph Pérez. Je fus reçu, malgré de très mauvaises notes en dissertation : 2/20 à la dissertation en français et même au départ 1/20 ; ce n’est que grâce à la péréquation entre groupes de copies qu’on me rajouta un point et que je devins avant-dernier admissible, remontant ensuite avec les oraux ; j’étais un miraculé comme Albert Melon, membre du jury, me qualifia. Après la meilleure note de tous les candidats en thème écrit sur une traduction de Rousseau, des « Rêveries d’un promeneur solitaire », j’avais aussi eu la meilleure note en catalan et en thème oral (il faut dire que ma passion était la langue et que je passais mon temps, au grand amusement de mes camarades, à lire et à noter du vocabulaire dans des petits carnets, que j’apprenais ensuite sur les pistes de ski…).
Mon idée était alors, comme je l’exposai à M. Guinard, de continuer mon travail sur Galdós en thèse de doctorat et, les années qui suivirent, je m’attelai à la lecture de cette œuvre immense, tout en hésitant aussi à travailler sur la préposition en espagnol. Mais aussi, pendant toute ces années, j’avais milité chez les jeunes giscardiens, d’abord pendant la campagne de 1981, en même temps que ma première année d’espagnol, et ensuite en créant à la Sorbonne une section du Collectif des étudiants libéraux de France (CELF), syndicat giscardien, que je réussis à implanter dans une dizaine d’UER (ou UFR comme on dit maintenant). Nous occupâmes même l’amphi Richelieu une nuit de 1986 pour protester contre la loi Savary et l’une des portes, cassée par les CRS, resta en l’état une bonne quinzaine d’années… Je représentai moi-même les étudiants au conseil d’UER, présidé par Paul-Jacques Guinard, et au conseil d’université présidé par Jacques Bompaire, avec lesquels j’entretenais de très bonnes relations.
J’entrai aussi à Sciences Po Paris en septembre 1981 après ma première année d’espagnol et au prix d’une intense révision pendant l’été, mais j’échouai à l’examen d’entrée en deuxième année, qui, à l’époque, ne pouvait se redoubler. Ce n’est que bien plus tard, après mon agrégation, que je passai pour la deuxième fois le concours d’entrée à l’IEP, avec accès direct en deuxième année cette fois.
Ma passion pour le monde administratif et politique m’avait en effet repris, d’autant que je m’étais convaincu dans le même temps qu’étant sorti 23e seulement de l’agrégation et n’étant pas normalien, je n’avais que peu de chances d’accéder à l’université. Je me dis donc que la voie de l’ENA serait plus facile… et je déclinai même une proposition de Suzanne Varga-Guillou, connue à Sciences Po, d’aller enseigner à Arras où elle créait une section d’espagnol. Tout en enseignant au lycée de Chelles en 1986-1987 (avec quelques heures au collège de Pontault-Combault avec comme tuteur Pierre Civil, devenu depuis professeur d’université) puis au lycée hôtelier et de tourisme de Saint-Quentin-en-Yvelines, de septembre 1987 à octobre 1991, avec les excellents collègues Christiane Pierre, Malou le Poulloin et Gladys Expósito ; c’était un lycée très bien tenu, les élèves garçons ayant même l’obligation de venir en cravate. Nous allions l’été inspecter nos élèves en stage dans les hôtels et restaurants proches de nos lieux de vacances. J’avais pris l’initiative d’ouvrir une salle informatique avec des logiciels d’apprentissage des langues (c’était nouveau à l’époque) et j’avais été élu, sur une liste du SNALC que j’avais créée, au conseil d’administration du lycée.
En parallèle du lycée, où j’avais vingt heures de cours (dont beaucoup d’heures supplémentaires), heureusement regroupées sur trois jours (grâce à un proviseur compréhensif, Colette Monteil, dont le mari était énarque), je suivis pendant quatre ans les enseignements de Sciences Po et de la prépENA, qui me passionnèrent par les clés qu’ils offraient pour comprendre le monde contemporain. En 1991, je présentai tout à la fois le concours pour entrer en prépENA rémunérée (CFPP, devenu aujourd’hui IGPDE) et directement le concours interne de l’ENA ; je réussis les deux.
Après deux années à l’ENA, en 1992-1994, desquelles je retiendrai surtout les deux stages en responsabilité, à la préfecture du Loiret pendant sept mois (année de la crise des routiers) et à Buenos Aires pendant cinq mois (pour le compte de France Télécom et de Telecom Argentina), je choisis le corps préfectoral, métier que j’ambitionnais déjà depuis plusieurs années. Je fus nommé successivement directeur de cabinet du préfet en Maine-et-Loire (1994-1996), avec notamment de grandes inondations à gérer, secrétaire général adjoint du Rhône et sous-préfet de l’arrondissement de Lyon (1996-1999) (avec des milliers de Kosovars à accueillir pendant la guerre), inspecteur de l’administration au ministère de l’intérieur (1999-2000) (pour suivre en priorité les projets informatiques qui m’ont toujours intéressé, notamment le projet de carte d’identité à puce), chef du bureau des services publics locaux sous Lionel Jospin (2000-2002) (avec le suivi de la plupart des politiques locales, la réglementation funéraire en responsabilité mais aussi la loi sur la Corse et la loi sur la démocratie de proximité à conduire en large partie), directeur adjoint du ministre Patrick Devedjian et conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur (2002-2004) (pour la mise en œuvre de l’acte II de la décentralisation), directeur de cabinet du préfet d’Ile-de-France Bertrand Landrieu (2004-2007) (avec la préparation de la fusion des deux préfectures d’Ile-de-France et de Paris), directeur de cabinet du ministre chargé des relations avec le parlement Roger Karoutchi (2007-2008) (avec la réforme de la Constitution de 2008 donnant plus de pouvoirs au Parlement), préfet délégué à l’égalité des chances chargé des banlieues de l’Essonne (2008-2010) (avec de grands moments, comme le plan de vidéosurveillance à Grigny, des rencontres jeunes-police aux Tarterêts et aux Ulis, la restructuration du Bois-Sauvage à Evry, etc.), préfet de la Haute-Saône (2010-2012) (avec l’aboutissement du couvent construit par Renzo Piano près de la chapelle de Le Corbusier sur la colline de Ronchamp), préfet de l’Aude (2012-2013) (avec la « fin du monde » à Bugarach et la gestion du scandale Spanghero), et enfin directeur des stages de l’ENA où je suis chargé, depuis bientôt quatre ans, d’affecter les élèves en stage et de leur rendre visite pour les évaluer en France et à l’étranger.
Pendant toutes ces années, j’ai gardé ma passion pour l’espagnol en étant membre de l’AFDE (devenue AFPE), à laquelle j’adhérai dès 1979 quand j’étais en Première, des Néo-latines, de l’association pour la promotion de la culture catalane à Paris (avec Denise Boyer, Marie-Claire Zimmermann et Mònica Güell) et de la Société des agrégés. Je publiai aussi divers ouvrages, successivement : « Dictionnaire du verbe être en espagnol » en 1990 (avec 5000 exemples ; je m’attelai à ce travail car… je n’arrivais pas à comprendre le fonctionnement de ces deux verbes !), « Le mot et l’idée II » (12 000 mots) et « Les 3500 mots essentiels » en 1997, « Grammaire et vocabulaire du catalan » en 2002), « L’espagnol par la presse » (avec Jacques Caro) en 2013 et enfin, en 2015, « Grammaire de l’espagnol contemporain », chez Ophrys. Etant arrière-petit-fils d’Albert Lebrun, je passai aussi de nombreuses années à travailler sur cette période pour publier en 2013, chez Belin, « Albert Lebrun, le dernier président de la IIIe République », et je prépare de nouveaux ouvrages sur cette période.
Aujourd’hui, à cinquante-cinq ans, marié à une professeur de lettres rencontrée en militant au CELF à la Sorbonne, père de quatre grands enfants, bientôt grand-père, je ne regrette rien de ma carrière. J’ai connu les plus belles années de ma vie à l’institut hispanique et c’est grâce à l’espagnol que l’élève moyen que j’étais a réussi ses études et ensuite sa carrière professionnelle. Je dois tout à Fufu et María Luisa, les deux Asturiennes, qui m’avaient offert leur protection maternelle à un moment où sans doute je me cherchais. Un travail acharné et pas mal de chance ont fait le reste. Aujourd’hui, encore, lire ou entendre l’espagnol suffit à mon bonheur.

Eric FREYSSELINARD

L’Archive du lundi n°71 – L’Institut d’Études Hispaniques : une œuvre d’art « totale » née grâce à la contribution de tous.

L’Archive du lundi n°71 – L’Institut d’Études Hispaniques : une œuvre d’art « totale » née grâce à la contribution de tous.

Adrián Almoguera lève aujourd’hui le voile sur les artistes dont les noms figurent sur les plaques de marbre de l’entrée de l’IEH…

Francisco Mateos González, « Le baptême », 1934, Madrid, MNCARS.

 

Édouard Lambla de Sarria, Projet de construction de l’Institut d’Études Hispaniques, Paris, Archives Nationales, AJ/52/24.

 

Ramón Casas, Portrait de Josep Clarà, c. 1900, Barcelone, MNAC.

 

Le 29 mai 1929, on inaugura au 31 rue Gay-Lussac l’hôtel de l’Institut d’Études Hispaniques de Paris-Sorbonne. Ce beau projet, dont le but était de renforcer les liens culturels et académiques entre la France et l’Espagne, n’a été possible que grâce à la contribution de nombreux mécènes (voir archives nº 66 et 67). Pour donner un caractère représentatif à cette nouvelle institution, située en plein cœur du quartier universitaire de Paris, on fit appel à l’architecte Édouard Lambla de Sarria. Cet ancien élève de l’École des Beaux-Arts travailla alors bénévolement en proposant un projet doté d’une façade éclectique, assez rare dans l’ensemble de son œuvre architecturale, et qui marqua profondément le paysage de la rue Gay-Lussac jusqu’à son altération dans les années 1960 (voir archive nº 22).

Parmi la longue liste de contributeurs à la création de l’Institut recensés sur les plaques commémoratives de l’entrée du bâtiment, on trouve énormément d’artistes et de personnalités liés au monde de la culture hispano-française ayant fait une partie de leur carrière dans le Paris artistique de l’Entre-deux-guerres.

Le peintre Francisco Mateos González (voir aussi archive n° 12), qui voyage en Europe pendant les années 1920, devient décorateur officiel de la Sorbonne en 1928, et sera plus précisément chargé du décor de peintures murales. Si beaucoup de ses travaux à l’étranger ont été perdus au fil du temps, nous pouvons néanmoins toujours voir dans la salle Delpy la seule fresque de Mateos González qui a été conservée sur l’ensemble de ses travaux à la Sorbonne (1). Avec son style expressionniste aux racines « ironique-tragique » allemandes, il travaille pendant plusieurs années à Paris, et il participe à l’exposition de 1937, moment-clé du rayonnement de la culture artistique de l’Espagne en guerre.

Josep Clarà i Ayats, un noucentista catalan né à la fin du XIXe siècle, participe aussi à la création de l’Institut. Après avoir fait des études à Toulouse, il arrive à Paris en 1900 et intègre le cercle des sculpteurs sous l’influence d’Auguste Rodin et d’Aristide Maillol, qui marquent définitivement son style et sa technique. Il entretient d’ailleurs avec ce dernier une belle amitié dont témoigne leur correspondance. L’œuvre de ce sculpteur est l’exemple parfait de l’importance des rapports bilatéraux entre la France et l’Espagne au début du XXe siècle. A Paris il réalise le portrait de nombreuses personnalités de la vie artistique parisienne, comme la célèbre danseuse et muse de l’art contemporain Isadora Duncan (2).

Outre le graveur académique J. H. Lesca, l’ouverture de l’Institut a été aussi possible grâce à la participation de Pedro Gil y Moreno de Mora, qui est né à Paris dans une famille d’entrepreneurs spécialisés dans le commerce entre la France et l’Espagne. Amoureux d’art, il a consacré sa carrière à la peinture et est devenu l’ami intime de Joaquín Sorolla, élevé au rang de peintre espagnol le plus célèbre de cette époque grâce à la célèbre commande de la Hispanic Society de New York.

Cent ans plus tard, l’Institut célèbre sa création en 1917, et s’apprête à se renouveler. Au-delà des nombreuses activités culturelles et festives de cette année de commémoration, l’ancien « hôtel de l’Institut » s’apprête à connaître une troisième phase de transformations qui doit en faire un bâtiment adapté aux besoins pédagogiques d’aujourd’hui.

Adrián Almoguera

(1) Voir notamment VV. AA. Catálogo Exposición Francisco Mateos. Museo Español de Arte Contemporáneo, Madrid, 1973.

(2) Mercè Doñate, Clarà escultor, Cat. Exp. MNAC, Barcelone, 1997.

La campagne de financement participatif lancée pour l’organisation du Centenaire de l’Institut d’études hispanique touche bientôt à sa fin. Dès lundi prochain, la liste des donateurs sera dévoilée sur le site du centenaire.

Nous avons à ce jour récolté 4301€ grâce à votre générosité et nous tenons à vous en remercier. Cette somme nous permettra de financer l’organisation du Prix « Lire en Sorbonne », de la lecture spectacle de la pièce de Juan Mayorga, ainsi que la traduction en français de l’ouvrage d’Antonio Niño sur l’histoire de l’Institut.

Mais ce n’est pas terminé !

Si votre générosité nous le permet, nous pourrons amplifier notre action dans le cadre du Centenaire en finançant :
Si la collecte atteint 5 150 € : Le Prix cinématographique du Centenaire
Ce montant permettra de financer la Masterclass en Sorbonne du lauréat du prix.
Si la collecte atteint 10 300 € : L’achat de matériel de conservation pour les 3 000 clichés-verre
Quel que soit le montant atteint pour ce palier, nous pourrons acheter progressivement le matériel nécessaire à la conservation des clichés, des plus abîmés à l’ensemble de la collection.

Plus que 849€ pour atteindre le prochain palier !

Nous comptons sur vous pour participer ou relayer l’information autour de vous jusqu’au vendredi 19 mai !

Voici le lien vers la plateforme de don : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne

Nous vous remercions chaleureusement de votre soutien.

L’Archive du lundi n°70 – Le théâtre espagnol en Sorbonne : une riche et longue histoire

L’Archive du lundi n°70 – Le théâtre espagnol en Sorbonne : une riche et longue histoire

Cette semaine, notre archive propose de retracer l’histoire récente des pratiques théâtrales à l’Institut d’Études Hispaniques pour vous présenter le projet de lecture-spectacle de « L’art de l’interview » de Juan Mayorga (2013), porté par Hervé Petit et la Compagnie La Traverse en collaboration avec Yves Germain. Ce projet a besoin de votre soutien pour voir le jour! Aidez à sa réalisation en participant à notre campagne de financement participatif : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne

Photographie prise le 15 décembre 2014, lors des Rencontres théâtrales, organisées à Clignancourt par Isabelle Cabrol, Corinne Cristini et Irina Enache, qui furent l’occasion pour les étudiants de Paris-Sorbonne de s’entretenir avec le dramaturge et directeur du Festival international Don Quijote, Luis Jiménez, accompagné par les comédiens et musiciens boliviens de la compagnie Ditirambo.

Photographie prise le 14 octobre 2016, lors des Rencontres théâtrales, organisées à Clignancourt par Isabelle Cabrol, où le dramaturge espagnol Jesús Arbués présenta sa pièce « Ligeros de equipaje » aux étudiants, tandis que les comédiens Pedro Rebollo et Javier García interprétèrent des extraits de la pièce sur « la retirada » de janvier-février 1939.


Photographie prise le 22 novembre 2016, à l’occasion de l’événement « Hablemos de Cervantes », organisé par Luis Jiménez, Isabelle Cabrol, Corinne Cristini et Renaud Malavialle, au cours duquel les dramaturges espagnols Laila Ripoll et Alberto Conejero, ont évoqué l’influence de la littérature du siècle d’Or sur l’écriture dramatique contemporaine espagnole.

Assez tôt dans l’histoire de l’Institut d’Études Hispaniques, les pratiques théâtrales se sont développées, en lien avec la pédagogie ou la recherche, ou bien comme activité culturelle, puis poursuivies avec une régularité frappante. Plusieurs de nos « Archives du lundi » ont déjà porté sur elles ou y ont fait allusion, avec, par exemple, l’évocation par Bernard Pottier de la mise en scène, à la fin des années 40, du « Retablo de las maravillas » interprété par les étudiants (n°54) ; la référence par Danièle Becker au Groupe de Théâtre, dirigé dans les années 50, par Georges Drapier et Fermin Galán (n°24) ; le rappel des Journées de théâtre en Sorbonne de 1972 par Sharon G.Feldman (n°63), le Théâtre espagnol de la Sorbonne TES dans les années soixante-dix, remémoré par Jacinto Soriano (n°62), le souvenir évoqué par Hélène Thieulin-Pardo, de la représentation, en 2000, de « Las galas del difunto » (n°23). Ce ne sont que quelques exemples d’une histoire qui reste à faire.
Aujourd’hui, ces pratiques se poursuivent, notamment avec les étudiants de Licence LLCE-2ème année, à travers des activités variées, des sorties pour voir des pièces de théâtres, des lectures de pièces, ou des rencontres avec des dramaturges et comédiens, comme les Rencontres théâtrales à Clignancourt du 15 décembre 2014, organisées par Isabelle Cabrol, Corinne Cristini et Irina Enache, qui permirent aux étudiants de Paris-Sorbonne de s’entretenir avec le dramaturge et directeur du Festival international Don Quijote, Luis Jiménez, accompagné par les comédiens et musiciens boliviens de la compagnie Ditirambo, à la veille de la représentation des deux pièces « El corral de Bernarda » et « El Retablillo de don Cristóbal » (adaptées des deux pièces de F.García Lorca : « La casa de Bernarda Alba » et « El Retablillo de don Cristóbal ») (Document n°1). Lors des rencontres théâtrales à Clignancourt du 14 octobre 2016, organisées par Isabelle Cabrol, le dramaturge espagnol Jesús Arbués présenta sa pièce « Ligeros de equipaje » aux étudiants, tandis que les comédiens Pedro Rebollo et Javier García interprétèrent des extraits de la pièce sur « la retirada » de janvier-février 1939, qu’ils jouèrent le lendemain, dans le cadre du 25ème Festival don Quijote, au Café de la Danse (Document n°2).
C’est en raison de cette riche et longue tradition que l’Institut d’Études Hispaniques a tenu à accorder une place au théâtre dans le cadre de ses activités commémoratives. Le 22 novembre 2016 dernier, à l’occasion de la commémoration du 400e anniversaire de la mort de Cervantès et du centenaire de l‘Institut d’Études Hispaniques, les hispanistes Mercedes Blanco et Maria Zerari-Penin, les dramaturges espagnols Laila Ripoll et Alberto Conejero, ont évoqué l’influence de la littérature du siècle d’Or sur l’écriture dramatique contemporaine espagnole lors de rencontres organisées à l’amphithéâtre Richelieu (Document n°3).
De même, si la campagne de levée de fonds qui a débuté le 24 avril et se termine le 19 mai atteint ses objectifs, il est prévu d’accueillir une lecture-spectacle de « L’art de l’interview » de Juan Mayorga (2013), pièce traduite du castillan par Yves Lebeau et proposée par Hervé Petit et la Compagnie La Traverse, en collaboration avec Yves Germain. Après des études de lettres et d’espagnol à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Hervé Petit a été pendant plusieurs années comédien avant de créer, en 1992, la Compagnie La Traverse au sein de laquelle il a mis en scène plusieurs spectacles et traduit des œuvres théâtrales espagnoles et catalanes. Membre du Conseil de l’UFR d’études ibériques et latino-américaines de Paris-Sorbonne comme personnalité extérieure, il a déjà rencontré les étudiants de Licence 2 en décembre 2015, pour parler de la pièce de Federico García Lorca « Amor de don Perlimplín con Belisa en su jardín », qui était au programme cette année-là, et qu’il avait quant à lui traduite et mise en scène en 2015. La lecture spectacle qu’il propose s’inscrit dans la logique de cette collaboration.
Pour plus d’informations sur cet événement : https://ieh.hypotheses.org/369

Nous vous remercions chaleureusement de votre soutien!

P.S. L’intégralité de nos archives du lundi est désormais accessible en ligne sur notre site :
https://ieh.hypotheses.org/category/larchive-du-lundi

L’Archive du lundi n°69 – Le concert de Paco Ibáñez en mai 69 : « Une immense émotion, un moment magique »…

L’Archive du lundi n°69 – Le concert de Paco Ibáñez en mai 69 : « Une immense émotion, un moment magique »…

En ce premier mai, l’Archive du lundi vous est contée par l’une des spectatrices du concert en Sorbonne de Paco Ibáñez, le 12 mai 1969, Monique Roumette. Un témoignage rare et poignant pour vous donner un avant-goût de la performance de l’artiste le 6 octobre prochain dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, qui sera l’un des temps forts de la commémoration du Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques (Plus d’informations sur https://ieh.hypotheses.org/le-concert-du-centenaire).

« Paco Ibáñez. Éxito en la Sorbona », article paru dans « Mundo joven », le 24 mai 1969.

 

Photographie de la cour d’honneur de la Sorbonne le soir du concert, publiée dans « Triunfo », le 24 mai 1969.

 

« Paco Ibáñez vuelve a la Sorbona, donde « despegó » su carrera en 1969 », article paru dans « El Diario », le 22 avril 2017.

« J’ai répondu oui, je me souviens. Puis je me suis demandé si j’y étais vraiment. Ou si je fantasmais.
Une image forte était restée dans ma mémoire, très forte. Assise sur le dallage de la cour de la Sorbonne, par une belle nuit de mai, et la haute silhouette de Paco, debout, avec sa guitare, au-dessus de toutes ces têtes qui entonnaient avec lui « A galopar, a galopar,/ hasta enterrarlos en el mar… ». Une immense émotion, un moment magique, sursaut du dernier Mai, en ces temps où ne s’était point éteinte la fraternité partout déployée un an auparavant.
On se souvenait encore de la dernière immense manifestation : de Gaulle avait fui en Allemagne et on se disait « C’est pas possible que l’avenir rêvé soit là, à notre portée ! ». On n’osait pas y croire, mais on l’espérait très fort.
Puis il y eut une autre très grande manifestation qui descendit solennellement, symboliquement les Champs Élysées, puis un autre président.
Or, ce soir là, comme si elle était restée dans l’air de cette cour où tout avait commencé, redescendit dans les cœurs la vraie fraternité retrouvée. Par-delà groupes et groupuscules Paco nous avait tous réunis dans ce désir puissant de faire que les choses changent.
Avec la finesse inimitable de son sens musical, sa sensibilité à la poésie, guidant la sûreté de ses choix qui allaient de Manrique à Celaya, traversé par la fougue, le désespoir et les blessures de sa patrie, de cette terre d’Espagne prisonnière du franquisme, il nous emportait dans la folle chevauchée de Rafael Alberti, qui constitue le seul moment dont je me souvienne vraiment et qui fut, sans doute pour moi et pour d’autres, l’acmé de cette soirée.
Nous nous ressourcions avidement dans l’enthousiasme que déployait en nous la musique unie à la force de la poésie, à la fois palabra esencial en el tiempo, arma cargada de futuro. Dynamique et dynamite chargeaient les mots emportés par le rythme et faisaient de celui qui chantait un chanteur au sens plein du terme. Éluard répondait à un paysan grec qui l’interrogeait : je suis poète. Ah, oui, reprenait le paysan, un chanteur !
Et Paco, pas seulement ce soir-là, mais particulièrement ce soir-là, sut par la grâce de sa musique déployer tous les effets de ce mariage hardi du son, du sens et du rythme, qui est l’être même de la poésie.
Nous étions transportés, transformés dans cette belle nuit, illuminée par ton chant mieux que ne l’eussent fait mille feux d’artifice ».

Monique Roumette

P.S. : N’oubliez pas que vous pouvez recevoir une place en avant-première pour le concert du 6 octobre, si vous participez à notre campagne de financement participatif pour le Centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques !
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne

L’Archive du lundi n°68 – Livre à paraître recherche traducteurs !

L’Archive du lundi n°68 – Livre à paraître recherche traducteurs !

Pour ce lundi très spécial, Miguel Rodríguez nous présente le prochain ouvrage d’Antonio Niño, qui retracera un siècle d’histoire de l’Institut d’Études Hispaniques. Ce livre sortira en juin en espagnol, et nous avons besoin de votre aide pour le traduire en français. Participez à notre campagne de financement participatif pour nous permettre d’y parvenir : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques-de-paris-sorbonne

couverture de la thèse d’Antonio Niño Rodríguez, « Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España, 1875-1931 » (Madrid, Centro Superior de Investigaciones Científicas, 1988).

Professeur d’histoire des Relations internationales à l’Universidad Complutense de Madrid, Antonio Niño Rodríguez a mené un travail de recherche, en vue d’obtenir le Doctorat en Histoire, sur les hispanistes français et l’Espagne, travail réalisé sous la direction de Juan Sisinio Pérez Garzón et avec le soutien de Bernard Vincent. Ce travail novateur, très remarqué, fut publié en 1988, sous le titre « Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España », par le CSIC (Centro Superior de Investigaciones Científicas), la Casa de Velázquez et la Société des Hispanistes Français, dans une édition conjointe qui associait des institutions importantes de notre champ disciplinaire, « l’hispanisme », et ce centre de recherche scientifique essentiel en Espagne que représente le CSIC. Cet ouvrage couvre la période allant des années 1875 – qui voient les débuts de la modernisation de l’université française, l’apparition de la « Revue Historique » et de « Romania » et, dans ce cadre, la naissance de l’hispanisme – à 1931, époque où l’institutionnalisation de la discipline est achevée, avec ses revues scientifiques encore existantes de nos jours, époque où sont fondées ces institutions représentatives de notre métier que sont la Casa de Velázquez et l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de Paris.

À l’occasion du centenaire de l’Institut, le Professeur Niño reprend les grandes lignes de son travail pionnier pour souligner comment notre Institut a été vecteur de culture et un outil diplomatique dans la période d’entre-guerres, important pour la collaboration universitaire binationale. En même temps Niño poursuit sa recherche, en évoquant son évolution à travers les soubresauts du siècle, entre la Restauration, la République et la Dictature. Quel fut le rôle de cet institut universitaire parisien, partie de la Sorbonne – jusqu’à son démembrement immédiatement postérieur aux événements de 68 ?

« Un siglo de hispanismo en la Sorbona » : voici le nouveau livre d’Antonio Niño Rodríguez, une contribution essentielle au Centenaire de l’Institut, à paraître prochainement.

Miguel Rodríguez

L’Archive du lundi n°67 – Le marquis de Casa Valdés, l’un des principaux mécènes de l’édifice de la rue Gay-Lussac

L’Archive du lundi n°67 – Le marquis de Casa Valdés, l’un des principaux mécènes de l’édifice de la rue Gay-Lussac

Dans la lignée de la semaine dernière, nous vous proposons ce lundi une archive très particulière, sur un des principaux mécènes à l’origine de la création de l’Institut d’Études Hispaniques : le marquis de Casa Valdés. Pourquoi cet intérêt pour nos mécènes historiques ? Vous le saurez lundi prochain !

Photographie de la plaque commémorative placée à l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac.

 

Discours prononcé par le marquis de Casa Valdés lors de l’inauguration de l’hôtel de l’Institut d’Études Hispaniques de l’Université de Paris, le 29 mai 1929 (Paris, Institut d’Études Hispaniques, 4 pages, exemplaire consultable à la Bnf).

À l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques, se trouve la plaque commémorative de l’inauguration du bâtiment, qui eut lieu le 29 mai 1929. On peut y voir cité en tant que membre du comité de direction le marquis de Casa Valdés (document 1). On retrouve ce même nom en tête de la liste des mécènes de l’Institut qui figure sur une autre plaque de marbre. La contribution du marquis au financement des travaux de construction de l’hôtel inauguré en 1929 dut être importante car il fut invité à prendre la parole lors de la cérémonie d’inauguration du bâtiment. Après l’intervention du recteur de l’Université de Paris, M. Charléty, celle du recteur de l’Université de Barcelone, M. Díaz González et celle du directeur général de l’Enseignement supérieur en Espagne, M. González Olivero, le marquis de Casa Valdés prononça un bref discours dans lequel il exposa les raisons de sa contribution : « Nous sommes dans cet hôtel parce que nous aimons profondément la France » (document 2).

José Valdés y Mathieu de Billy (1871-1938), deuxième marquis de Casa Valdés, était un aristocrate espagnol, sénateur et gentilhomme de la chambre du roi, chevalier de la Légion d’honneur et membre l’Automobile Club de France. Il venait d’une famille traditionnellement liée à l’armée, en particulier avec la cavalerie. Il était marié à la fille du comte de Revillagigedo, Grand d’Espagne, et vivait, avec sa mère et son épouse, au numéro 18 de la rue de Longchamp, dans le XVIe arrondissement de Paris. Nous savons relativement peu de choses de ce personnage et de ses liens avec l’Institut. Sa fortune, en revanche, devait être conséquente car, en 1933, lorsque fut créé sous la IIème République, un impôt sur les grandes fortunes, le marquis de Casa Valdés fit une déclaration de ses rentes à Madrid, tout en indiquant qu’il résidait à Paris. Il affirmait dans ce document que ses rentes s’élevaient à 324 502 pesetas, somme très importante pour l’époque. D’autant plus que ce chiffre est à considérer comme un minimum, en raison de la sous-estimation de ses biens en Espagne et de la plus que probable omission de son patrimoine en France ou dans d’autres pays. Ce patrimoine était, pour les deux tiers, composé de rentes foncières et, pour le dernier tiers, de valeurs mobilières.

Le bâtiment inauguré en 1929 était situé sur un terrain cédé par l’Université de Paris. La construction coûta 1 200 000 francs. Nous ne connaissons pas le chiffre précis de la contribution du marquis de Casa Valdés, mais, sans aucun doute, il s’agissait de la contribution la plus importante, ainsi qu’en témoignent les marques de reconnaissance qu’elle a reçues.

Antonio Niño Rodríguez

L’Archive du lundi n°66 – L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac : une « œuvre de bonne volonté » (E. Martinenche)

L’Archive du lundi n°66 – L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac : une « œuvre de bonne volonté » (E. Martinenche)

L’Institut d’Études Hispaniques et son bâtiment de la rue Gay-Lussac n’auraient pas pu voir le jour sans de généreux mécènes. À travers l’archive de ce lundi, nous voulons rendre hommage à ces donateurs… et nous vous donnons rendez-vous le 24 avril à 11 heures pour lire la suite de cette aventure !

deux photographies des plaques de marbre placées de part et d’autre de l’entrée de l’Institut de la rue Gay-Lussac (© Nancy Berthier).

 

Ainsi que nous l’avons vu dans l’archive n°17, l’Institut d’Études Hispaniques, créé en 1917, a été hébergé dans un premier temps dans un édifice du 96 boulevard Raspail avant de s’implanter au 31 rue Gay-Lussac, dans un bâtiment inauguré en grande pompe en mai 1929 (voir archive n°28, le discours d’inauguration d’Américo Castro). Cet édifice fut bâti sur un terrain appartenant à l’Université de Paris et financé grâce à l’appui de donateurs dont les noms sont immortalisés sur les deux plaques de marbre apposées de part et d’autre des actuels escaliers d’accès à l’Institut. Qui étaient-ils ?

On y trouvait des aristocrates, comme José Valdés y Mathieu de Billy (1871-1938), MARQUÉS DE CASA VALDÉS, le plus généreux de tous dont le recteur Charléty souligna, lors de l’inauguration du bâtiment « la générosité attentive et éclairée », le MARQUÉS DE CASA RIERA ou le BARON DE DROUHOT. Il y avait également des artistes, comme PEDRO GIL MORENO DE MORA (1892-1945), un grand ami de Joaquín Sorolla, JOSÉ CLARA (1878-1958), un des maîtres de la sculpture figurative espagnole du premier tiers du XXème siècle, JH LESCA, graveur, et bien sûr, FRANCISCO MATEOS (1894-1976), le peintre sévillan qui réalisa gracieusement la décoration murale des murs du premier édifice (voir archive n°12), sans oublier l’architecte ÉDOUARD ARMAND LAMBLA DE SARRIA (1881- ?) qui œuvra à la conception du bâtiment pour l’amour de l’art (voir archive n°22). S’y ajoutaient des professeurs tels que ERNEST MATINENCHE (1869-1941), titulaire d’une chaire magistrale en Sorbonne depuis 1919 et fondateur de l’Institut d’Études Hispaniques (voir archive n°11) ou l’ingénieur centralien JACQUES VALENSI (1903-1992), qui fut professeur de mécanique des fluides à la faculté des sciences de Marseille, ou encore la figure polyvalente du secrétaire général de l’Institut, CARLOS IBAÑEZ DE IBERO GRANDCHAMP (1882-1966), docteur en philosophie et lettres de l’université de Paris, ingénieur et journaliste. Notons également la contribution d’acteurs du monde économique, comme les industriels, FRANÇOIS COTY (1874 -1934), célèbre parfumeur, et LEON SCHINASI (1880–1930), un magnat newyorkais du tabac, philanthrope et collectionneur d’art, mais aussi de compagnies comme la SOCIÉTÉ MINIÈRE ET MÉTALLURGIQUE DE PEÑARROYA, fondée en 1881 par l’ingénieur français Charles Ledoux pour exploiter le site de Peñarroya-Pueblonuevo, et la COMPAGNIE ROYALE ASTURIENNE DES MINES, créée à Bruxelles le 16 mai 1853 pour produire zinc et plomb dans les Asturies. L’INSTITUTO HISPANO CUBANO DE SEVILLA, fondation culturelle à but non lucratif créée en 1928, et l’ACADEMIA GAYA, un centre privé qui dispensait des cours d’espagnol à Paris, complètent ce tableau quelque peu hétéroclite des entités donatrices (1) qui, venus d’horizons très divers, avaient en commun la volonté de contribuer à doter l’Institut d’Études Hispaniques d’un bâtiment propre.

Lors de l’inauguration officielle du 29 mai 1929, le directeur de l’époque, Ernest Martinenche, déclarait à cet égard : « ce modeste hôtel est aussi une œuvre de bonne volonté. Ses donateurs et ses collaborateurs, réunis sous le double patronage de l’Espagne et de l’Université de Paris, sont également convaincus que l’amitié franco-espagnole a des vertus efficaces, et qu’elle ne dépend pas moins d’une connaissance méthodique que de l’élan d’une sympathie naturelle ».

(1) Nous ne sommes pas parvenus à identifier la figure de E. Sydney Benaim

L’Archive du lundi n°65 – Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

L’Archive du lundi n°65 – Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

Cette semaine, Daniel Henri-Pageaux nous offre un portrait lumineux d’Aristide Rumeau (1904-1993), qui enseigna dans les universités de Montpellier, Bordeaux et la Sorbonne (1951-1968) et dont la pédagogie généreuse a marqué des générations d’hispanistes.

 

Couverture et dos du livre publié à titre posthume aux Éditions Hispaniques pour rendre hommage à Aristide Rumeau, « Travaux sur le Lazarillo de Tormes » (1993)

 


Nécrologie d’Aristide Rumeau rédigée par François López dans le « Bulletin Hispanique » (t. 95, n°2, 1993, p. 721-722).

Aristide Rumeau : un bon maître et un maître bon

Aristide Rumeau, c’est pour moi d’abord une silhouette, je ne dirais pas haute en couleurs, mais pittoresque, et plutôt en contraste total avec les illustres représentants du corps professoral que j’ai pu connaître, tant en espagnol qu’en littérature française ou littérature comparée. Et d’abord un petit béret tout rond, rien à voir avec le béret en pointe sur le nez ou tiré sur l’oreille que j’ai tellement vu chez les paysans, dans mon enfance landaise. Non, un petit béret comparable à celui de Bourvil dans ses chansons normando-naïves ou, pour aller « tras-los-montes », à celui de Pepe Isbert dans « Bienvenido Mr Marchal », par exemple.
Le béret était posé sur une face ronde et rougeaude qui s’illuminait d’un petit sourire amical, adjectif plutôt difficile à apposer, de prime abord, à une quelconque personnalité professorale (d’alors…). Et puis, venait la voix, un roulement continuel de « R », quelque chose qui nous transportait aussitôt très loin de la rue Gay-Lussac, très au sud de la Loire et de la Garonne (la Garrronnne). Une fois l’attention, visuelle et auditive, retombée, on pouvait remarquer un éternel imperméable gris et une vieille sacoche usée et plutôt mince.
Il y avait chez Rumeau beaucoup de bonhomie, de simplicité, d’affabilité dans les rapports qu’il entretenait avec ses étudiants. Il savait varier le ton quand il lisait ou quand il se penchait sur ses notes. On étudiait avec lui une langue vivante, une littérature pleine des saveurs, des senteurs des siècles passés, et la rumeur d’un Siècle d’or lointain devenait soudain très présente à nos oreilles. On le voit : ce sont des bons souvenirs que j’ai de ses cours et, soyons justes, il en va de même avec ceux d’Albert Mas (encore le Siècle d’or) et ceux d’un jeune maître-assistant, dynamique, sympathique, ouvert, Robert Marrast.
J’ai eu Rumeau comme professeur en licence, certificat de littérature espagnole en 1958-59. Il y avait au programme la première partie du « Quichotte ». Il nous a déclaré, d’entrée de jeu, que nous, apprentis hispanistes, nous nous devions de connaître au moins par cœur la première phrase du chef-d’œuvre : on ne parlait pas alors d’« inkkkipittt ». Nous avons donc appris ce début, on pouvait aller un peu plus loin que les trois premières lignes et savourer les « duelos y quebrantos » qui ont fait l’objet d’une bonne partie d’un cours. C’était une épreuve de récitation, comme en une lointaine école primaire d’antan, laïque, gratuite et obligatoire, imposée avec le sourire : on se levait et on déclamait et Rumeau hochait la tête et continuait à nous regarder avec une sorte de satisfaction bon enfant.
Il nous parlait aussi du « Lazarillo », mais je n’ai pas souvenir que le texte fût au programme, à moins que cela fît partie des textes que nous avions à lire et sur lesquels on pouvait être interrogé, à l’oral, ce qui était monnaie courante tant en espagnol (avec les question de culture et de civilisation du « certif » dit d’Études pratiques) qu’en littérature française : une façon excellente et simple de développer l’initiative personnelle. Il avait de fait dans l’idée de publier un petit essai sur le « Lazarillo ». A la fin de certains cours, quand on allait à trois ou quatre lui poser quelques questions (parce qu’il ne nous intimidait pas du tout, bien au contraire), il nous parlait de ce texte que j’avais découvert au lycée (en extraits) et qui déjà me fascinait.
Rumeau a publié un petit ouvrage, une sorte de livret : « Notes au Lazarillo », à la fin de l’année 1964 (4ème trimestre) aux Editions hispano-américaines, 26 rue Monsieur le Prince, un fascicule de 38 p. auxquelles s’ajoutaient huit pages de notes souvent érudites. Il aborde d’abord le prologue, avec un « essai » d’interprétation, puis vient un « essai d’attribution ». Là, il avance, non sans beaucoup de prudence, un nom, celui de Hernán Núñez de Toledo, lequel avait publié « Las CCC [Trescientas] del famosísimo poeta Juan de Mena con glosa »…
Dans une note, il précisait : « L’Institut hispanique de Paris possède un exemplaire de l’édition de 1517 que j’ai pu consulter à loisir. » Il déclarait qu’il avait fait « un relevé des parallélismes et des coïncidences d’expression » entre l’édition avec commentaires des « Trescientas » et le « Lazarillo ». Il commentait : « Il y en a d’assez saisissantes ». Mais, tout aussitôt, il ajoutait (et il y a « tout » Rumeau dans ces mots) : « Mais nous connaissons les faiblesses et les dangers de ce genre de collections. » Et il poursuivait :
« Les mots sont un bien commun ; des tours qu’on pourrait croire particuliers ou particulièrement chers à un auteur peuvent se retrouver chez des contemporains sans que le critère de la fréquence soit tout à fait rassurant. Nous ne savons pas faire l’analyse chimique ou le spectre d’un style. Il est hasardeux d’isoler de menus fragments et de les considérer comme des lambeaux d’une signature effacée. Peut-être est-il moins risqué de suivre une phrase où l’auteur se définit et à laquelle il reste fidèle. Il est tentant d’y voir une sorte de carte d’identité, même si on se dit qu’elle peut être truquée. Nous laisserons donc ce catalogue pour suivre la phrase ; disons au moins que ce catalogue ne nous a pas détourné de poursuivre l’enquête. »
Il y a, dans ce morceau de paragraphe (et de bravoure…), tout à la fois un petit discours de la méthode et une courte profession de foi qui allait dans le sens de la stylistique pratiquée par Bataillon et dont le principe est rappelé en une phrase inscrite en haut à gauche en entrant sur un mur de la bibliothèque de l’Institut Hispanique. Car Rumeau tenait bien sûr dans le plus grand respect, entre autres, la préface de Bataillon à l’édition bilingue du « Lazarillo » qui venait de paraître aux Editons Aubier (1958), préface qui recoupait quelque cours ou leçon donnés au Collège de France, édifice que Rumeau nous conseillait fort de fréquenter en auditeur libre.
En 1960-61, pour l’année d’agrég, il revenait à Rumeau de traiter « La Fábula de Píramo y Tisbe » de Góngora et j’ai gardé de cette préparation un souvenir lumineux – ce qui est loin d’être le cas pour d’autres œuvres et d’autres commentateurs. Toujours aux Editions hispano-américaines, il a publié en 1961 des notes et commentaires sur le poème de Góngora. Dans le « Bulletin Hispanique », entre 1962 et 1964, et à la Revue « Les langues néo-latines » pendant les mêmes années, il a publié sept petits articles sur des mots et formules du « Lazarillo » (« lanzar », « despedir la bula », « contóme su hacienda » et sur des éditions du même texte, la fameuse édition d’Anvers de 1553, celles de 1554 et années suivantes jusqu’à celles de Milan (1587-1615). Dans les « Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh » (il faisait partie du « Comité » composé à l’occasion, alors que Charles V. Aubrun, Albert Mas et Claude Couffon, assisté par Haïm Vidal Séphiha, un grand aîné, avaient assuré l’édition des deux superbes volumes, publiés par le Centre de Recherches de l’Institut d’Etudes Hispaniques, en 1966), Rumeau donnait un article sur les éditons « romantiques » du « Lazarillo », une occasion de retrouver un autre nom auquel a été attribué le petit chef-d’œuvre, Diego Hurtado de Mendoza, et de croiser le fer, de façon fort courtoise, mais ferme, avec Angel González Palencia.
Une occasion aussi de retrouver une époque qui avait été le champ de ses premières recherches puisque, sauf erreur, le sujet de sa thèse de doctorat portait sur Mariano José de Larra. Il faudrait aller regarder la volumineuse thèse de Marrast sur Espronceda, pour trouver, si mes souvenirs sont bons… quelques échos de ces premiers travaux. Enfin, au « Bulletin Hispanique » en 1980, Rumeau donnait un article sur « La première traduction du Lazarillo : les éditions de 1560 et 1561 ».
Pour ce qui est de la personne même de Rumeau, bon maître et maître bon, mes souvenirs restent non pas bons, mais excellents, avec une pointe d’attendrissement et d’admiration, à la pensée de tant d’heures passées par le maître, sautant d’un mot à l’autre, d’une édition à une autre, d’une allusion à un sous-entendu ou à un effet de sens ou à je ne sais quelle trouvaille lexicale, aussitôt commentée et accompagnée, par-dessus les lunettes, d’un petit clin d’œil malicieux qui défie le temps.

Daniel-Henri Pageaux
Professeur émérite (Littérature générale & comparée) Sorbonne Nouvelle/Paris III

L’Archive du lundi n°64 – José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques

L’Archive du lundi n°64 – José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques
Estrella Ruiz-Gálvez Priego nous éclaire aujourd’hui sur la figure de José María Quiñones de León, l’ambassadeur d’Espagne dont le rôle fut capital au moment de l’édification de l’actuel bâtiment de la rue Gay-Lussac.

Photographie de la plaque placée à l’entrée de l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac (© Sylvie Montalibet).

Portrait photographique de Quiñones de León réalisé par l’Agence Rol (Source : Gallica, 1918, 18x13cm, négatif sur verre).

José María Quiñones de León et l’Institut d’Études Hispaniques
Sur le mur de gauche du hall d’entrée de l’actuel Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac, une inscription rappelant les circonstances de la création du Centre fait apparaître le nom de José María Quiñones de León, ambassadeur d’Alfonso XIII à Paris.
Aujourd’hui, Quiñones de León, pour le regard distrait du passant, c’est tout juste un nom, fatalement effacé par sa qualité d’ambassadeur ; or, dans l’histoire de la création de l’Institut d’Études Hispaniques, José Quiñones de León fut un acteur de premier plan qui mérite reconnaissance.
José María Quiñones de León, était né en 1873 à Paris, où son père Cayo Quiñones de León, Marquis de San Carlos, était arrivé en 1853 pour remplacer le ministre plénipotentiaire de la reine Isabelle II, Juan Donoso Cortés, qui venait de mourir. José Quiñones de León vécut presque toute sa vie à Paris, ville qu’il aimait, où il a été très aimé et où il est mort en 1957.
Diplomate très efficace, avec un remarquable sens de la négociation à tout niveau, son nom est aussi lié, et très directement, à la bataille diplomatique livrée par l’Espagne pour obtenir un poste de Membre Permanent au sein de la Société de Nations, un projet cher au pays et à son roi Alphonse XIII dont Quiñones de León, était le fidèle serviteur, mais aussi, le fidèle ami personnel.
José Quiñones de Léon, fut aussi en première file pour mettre en exécution sur le terrain les mesures d’aide en faveur des prisonniers et des victimes de la guerre – combattants et civils – décidées par le roi d’Espagne depuis La Oficina Pro Cautivos, qu’il avait logé “chez lui” à Madrid, dans son Palais d’Orient. Une initiative humanitaire de haute envergure que le roi finançait de sa cassette personnelle mais qui mobilisait tout le corps diplomatique espagnol.
Quiñones de León fut un grand espagnol qui aimait beaucoup Paris. Il repose dans le cimetière du Père Lachaise, où il fut enterré le 23 novembre 1957. Il y a très exactement 60 ans.
Je rédige cette note en attendant de pouvoir lui rendre un hommage plus en accord avec son action pour l’Espagne et pour les relations entre la France et l’Espagne.
Estrella Ruiz-Gálvez Priego

L’Archive du lundi n°63 – Las Jornadas Internacionales Universitarias sobre el Teatro Español Contemporáneo de 1972

L’Archive du lundi n°63 – Las Jornadas Internacionales Universitarias sobre el Teatro Español Contemporáneo de 1972

L’Archive du lundi se retrouve une nouvelle fois au théâtre cette semaine avec ce texte de Sharon G.Feldman dédié à un événement de 1972 : las Jornadas Internacionales Universitarias sobre el Teatro Español Contemporáneo.

Article de Ramón Chao intitulé « Teatro español en la Sorbona », publié dans la revue « Triunfo », le 23 décembre 1972 (p. 46-47).

Las Jornadas Internacionales Universitarias sobre el Teatro Español Contemporáneo de 1972

En noviembre de 1972, se celebraron las Jornadas Internacionales Universitarias sobre el Teatro Español Contemporáneo, un simposio, organizado por el Profesor Ángel Berenguer y el Centre d’Études Ibériques, centrado en lo que por aquel entonces se conocía como el « nuevo teatro español ». En la semana que duró el encuentro — sobre el que informaron Moisés Pérez Coterillo, Vicente Romero y Ricard Salvat en las páginas de la revista « Primer Acto » (núm. 152, enero de 1973) — hubo una serie de conferencias, mesas redondas y representaciones vespertinas a las que asistieron con avidez un numeroso público formado por estudiantes, críticos y autores dramáticos. Entre los participantes figuraban los dramaturgos Fernando Arrabal, Manuel Azaña, Josep María Benet i Jornet, Alfredo Crespo, Agustín Gómez-Arcos, Francisco Nieva, José Martín Elizondo, José Guevara y Miguel Romero Esteo, muchos de los cuales ya vivían en el exilio en Francia. Juntos tomaron parte en una gran mesa redonda sobre la difícil tarea de definir el « nuevo teatro español » frente a la llamada « generación realista ». El encuentro en la Sorbona representó para ellos no solo una oportunidad para exhibir sus obras a un grupo de espectadores franceses sino también la posibilidad insólita de despertar el interés de un grupo de críticos y autores dramáticos españoles que desconocían casi por completo sus actividades en Francia. Comentando, por ejemplo, el encuentro con Gómez-Arcos, cuyas obras se presentaron en lengua francesa, Pérez Coterillo, calificó las jornadas como un episodio de redescubrimiento:
Las Jornadas de París nos brindaron la oportunidad de redescubrir a un autor injustamente perdido y no menos injustamente borrado de la memoria quebradiza del teatro español de los últimos años. Años, por otra parte, en los que ha guardado el más estricto silencio, hasta ahora, en que vuelve, dominado todo un proceso de aclimatamiento, a presentarse públicamente ante la sociedad francesa, con un teatro muy diferente del que hasta ahora había escrito.

Sharon G. Feldman
University of Richmond