Les études hispaniques en Sorbonne : un institut dans les soubresauts du siècle

9 octobre 2017 au 10 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international prévu les 9-10 octobre 2017 dans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Etudes Hispaniques, actuelle UFR d’Etudes ibériques et latino-américaines

Organisateurs : Miguel Rodríguez (Paris-Sorbonne) Antonio Niño Rodríguez (Universidad Complutense) Renée-Clémentine Lucien (Paris-Sorbonne) David Marcilhacy (Paris-Sorbonne) Marie-Angèle Orobon (Sorbonne Nouvelle Paris3)

L’appel à communication est lancé, la date limite pour l’envoi des proositions étant fixé au 31 décembre 2016. Vous trouverez l’argumentaire ici : appel-a-communications-congres-hispanismes-en-sorbonne-oct-2017

En 1917, dans le contexte du « rapprochement franco-espagnol » et de la Grande Guerre, l’Institut d’Études Hispaniques est créé au sein de l’Université de Paris. Un siècle plus tard, devenu l’une des 18 UFR (Unités de Formation et de Recherche) de l’université Paris-Sorbonne, ce centre accueille aujourd’hui quelque deux mille étudiants, toutes filières
confondues, dans son édifice du 31 rue Gay-Lussac, dans le 5e arrondissement de Paris (édifice inauguré en 1929 en présence du président de la République française). C’est à travers l’histoire relativement méconnue de l’Institut d’Études Hispaniques – de nos jours l’UFR d’Études ibériques et latino-américaines – que la célébration de ce centenaire souhaiterait faire émerger une réflexion sur la reconnaissance et l’apport des « Langues, littératures et civilisations étrangères » (LLCE) à la vie de l’Université parisienne, mais aussi sur les enjeux diplomatiques et sur le rôle qu’ont joué, pendant le vingtième siècle, enseignants, étudiants, décideurs et autorités de toutes sortes, pour entretenir les relations entre Paris – comme capitale culturelle et politique – et les mondes ibériques et ibéro-américains.

Le congrès international, qui se tiendra du 9 au 11 octobre 2017, tentera d’approfondir certains aspects de cette problématique dans un cadre chronologique allant de 1906, où fut créée la première « maîtrise de conférences » d’espagnol dans la faculté des lettres de l’Université de Paris, à 1968, année marquée par une révolution culturelle bien
connue dont une conséquence institutionnelle fut la création de la « Sorbonne Nouvelle », suivie dans les décennies ultérieures d’autres pôles d’enseignement supérieur en Île-de-France où la reconnaissance des études « hispaniques » serait poursuivie.
Dans la continuité des travaux déjà menés par des spécialistes des langues scandinaves et par les slavisants de l’université Paris-Sorbonne, ce congrès voudrait intégrer des participants de « formations disciplinaires sœurs », comme les anglicistes, les germanistes, les italianistes, etc., pour déceler des similitudes et des différences dans la construction des
formations universitaires désignées sous le sigle LLCE. De même, ce congrès voudrait réfléchir, dans la perspective des processus de construction nationale caractéristiques des XIXe et XXe siècles, à la place accordée, dans les enseignements et la recherche de l’Université de Paris, aux langues d’autres cultures de la péninsule Ibérique (portugaise et galicienne, catalane et basque), aux langues de puissances économiques et linguistiques rivales (anglophones et germanophones) ou de territoires en voie de reconnaissance nationale (les espaces nordiques ou slaves, par exemple). L’approche translinguistique que ce congrès voudrait promouvoir permettrait de s’interroger sur le rôle que les enseignants orientés vers les langues et les civilisations étrangères de l’Université de la Sorbonne ont pu jouer dans la vie de la cité.

 

Regards croisés sur l’histoire et l’historiographie de l’art espagnol en France

18 octobre 2017 au 19 octobre 2017 | Toute la journée

Colloque international ans le cadre du Centenaire de l’Institut d’Etudes Hispaniques, actuelle UFR d’Etudes ibériques et latino-américaines

 

Cette rencontre scientifique a pour but de contribuer au riche programme d’activités organisées dans le cadre du centenaire de l’Institut d’Études Hispaniques en s’intéressant aux nouveaux regards sur la fortune de l’art espagnol en France. Ces journées s’inscrivent également dans la suite d’un certain nombre d’évènements récents, organisés par le Louvre notamment (journées d’études Goya en 2012 et 2013, le colloque « El Greco » en 2014, et l’exposition « Velázquez » au Grand Palais de 2015).

On questionnera particulièrement les transferts artistiques entre la France et l’Espagne, l’histoire du goût pour l’Espagne et l’art espagnol depuis la France, le collectionnisme français d’art espagnol et l’histoire de l’historiographie hispaniste française. Grâce à la contribution de spécialistes reconnus, nous souhaitons ainsi encourager l’intérêt pour les études en histoire de l’art espagnol dans le milieu académique français, un intérêt étroitement lié à l’action de l’Institut d’Études Hispaniques qui jouit d’un grand prestige international qu’il convient aujourd’hui de rappeler et relancer.