L’Archive du lundi n°76 – Petites chroniques des Éditions Hispaniques

L’Archive du lundi n°76 – Petites chroniques des Éditions Hispaniques

En attendant l’imminente livraison de l’édition espagnole du livre d’Antonio Niño « Un siglo de hispanismo en la Sorbona », aux Éditions Hispaniques, l’archive de ce lundi proposée par Béatrice Perez rappelle à grands traits l’histoire de cette riche entreprise éditoriale qui, sise rue Gay-Lussac, a vu passer plusieurs générations d’hispanistes.

 

Déclaration de l’« Association universitaire pour la promotion des études hispaniques (Université de Paris-Sorbonne) » réalisée le 9 janvier 1974, publiée dans le Journal Officiel de la République Française en date du 27 janvier 1974.

 

Document officiel de déclaration de l’association à la préfecture de police signé par Paul Jacques Guinard et Charles Leselbaum, en qualité respective de vice-président et de secrétaire général, à Paris, le 21 décembre 1973 (recto et verso).

Les Éditions Hispaniques
Une belle maison d’édition et notre patrimoine commun

Les « Éditions Hispaniques » – qui ont leur siège à l’Institut d’Études Hispaniques et leurs magasins dans tous les recoins non occupés de l’édifice célébrant son centenaire –, connaissent depuis quelques années un renouveau stimulant. La maison d’édition est une institution prestigieuse, connue hors les murs et hors les frontières, et, en dépit des aléas de son histoire, elle renaît dans un enthousiasme partagé.

Quelques dates, un peu d’histoire, pour une chronique qu’elles méritent amplement. Les « Éditions Hispaniques », pour être tout à fait juste, n’existent pas en tant que telles ; elles sont le fruit presque défendu d’une « Association universitaire pour la promotion des Études Hispaniques de l’université Paris-Sorbonne ». Curieux préambule que le mien de débuter ainsi la chronique d’une maison dynamique et attractive (dont j’ai le privilège d’assurer la présidence) par le constat d’une existence en trompe-l’œil. Mais c’est ainsi que cette maison s’est frayée un chemin assuré, entre liberté et revendication scientifique, par l’investissement de quelques personnes qui ont marqué de leur empreinte son histoire.

En janvier 1974, l’« Association universitaire pour la promotion des Études Hispaniques » est déclarée au Journal Officiel de la République Française, en même temps que le « Club des jeunes amis des animaux et de la nature », ou que le « Pétanque-Club du 18e arrondissement », dans une sorte de joyeuse année de promesse (Document 1).

Pourtant, bien en amont, cette création quasi anodine sur le moment ne devait rien au hasard et venait sanctionner un investissement scientifique tenace de quelques personnes de caractère. Le 21 décembre 1973, en Préfecture de Police, cinq enseignants – Paul Teyssier, Paul Jacques Guinard, Jacques Fressard, Charles Leselbaum et Annick Émieux – se sont présentés collectivement pour en assurer la direction collégiale avec un but vaste, qu’ils avaient pris la peine de définir. L’association fut créée conformément aux dispositions des associations bénévoles relevant de la « Loi 1901 » (ce que les « Éditions Hispaniques » continuent d’être, une association bénévole loi 1901), soit sans aucun but lucratif et reposant sur le travail dévoué des membres, mais engageant la responsabilité financière des personnes déclarées. Il fallait du courage pour oser le faire, et surtout, beaucoup de confiance et une véritable vision scientifique. En effet, pourquoi venir déclarer en préfecture (avec le risque que supposent les associations loi 1901) ce qui existait déjà ?

À la vérité, cet engagement pourrait surprendre s’il n’était venu sanctionner une pratique déjà éprouvée depuis longtemps. Le but des personnes signataires en Préfecture n’était pas de « créer », mais de « donner un cadre légal et pérenne » à l’existant, de venir consolider pour les générations futures un instrument dont ils avaient mesuré l’immense profit (Documents 2/3).

Les presses des « Éditions Hispaniques », avant leur existence – bien informelle – de 1974, fonctionnaient déjà depuis plus d’une décennie. Les nombreux livres publiés dans les années 1960 attestent l’existence de la maison d’édition sous la forme d’une signature en couverture, « Centre de Recherches de l’Institut d’Études Hispaniques, Paris ». En voici quelques exemples parmi d’autres : « Eco y Narciso », de Pedro Calderón de la Barca, publié par Charles V. Aubrun en 1963 [deuxième édition] ; « El estilo mudéjar en arquitectura », de Amador de los Ríos (1965) ; le magnifique « Études sur Sainte Thérèse », « série 3 littérature », de Robert Ricard et Nicole Pélisson, 1968 (ouvrage dont il ne reste que sept exemplaires conservés telles des reliques) ; « Anthologie de Romances », de Danièle Becquer (1969).

L’idée de ces « Éditions Hispaniques » revient à Charles V. Aubrun, très marqué par ses séjours nombreux dans les universités américaines, qui avait décidé qu’il fallait moderniser les infrastructures de diffusion de la recherche, afin de faire connaître celle-ci et de lui servir d’aiguillon [comme Charles Leselbaum l’a rappelé lors d’une journée d’études portant sur cinq figures marquantes du Siècle d’Or (http://ieh.hypotheses.org/338)].

Les « Éditions Hispaniques » se sont ainsi constitué un catalogue de publications éloquent, dont le site internet (http://editions-hispaniques.com/25-les-collections) sert de mémoire de l’activité éditoriale et de portail de vente des ouvrages.

Durant les dernières années du XXe siècle (et jusqu’en 2013), Marie-France Delport a été l’âme véritable des « Éditions Hispaniques ». Avec sa ténacité placide et son engagement farouche (jusque dans ses fonds propres), elle en a assuré la direction, le dynamisme, la pérennité en somme, en négociant les accords éditoriaux et les contrats bancaires. C’est ainsi qu’elle résumait l’histoire des « Éditions Hispaniques » :

« Les Éditions Hispaniques ont été fondées en 1962 par le Professeur Charles V. Aubrun, alors directeur du Département d’espagnol de la Sorbonne. Aidé par quelques collègues, il avait lancé, peu avant, des cours du soir à l’intention des adultes désireux d’apprendre l’espagnol. Ces cours, rapportaient un argent dont Charles V. Aubrun pensait qu’il pourrait servir à la publication d’ouvrages savants. Dans ce but fut créée une Association Loi 1901, l’Association pour l’encouragement des études hispaniques. Celle-ci rassemblait la plupart des enseignants d’espagnol de la Sorbonne ; après la partition de 1969, elle réunira des enseignants de Paris IV et des enseignants de Paris III jusqu’au retrait, en 1998, de ces derniers.

Liées étroitement à une Association Loi de 1901, dont elles sont l’émanation, les Éditions hispaniques ne sont donc pas une entreprise commerciale à but lucratif. Raison d’être de l’Association pour l’encouragement des études hispaniques, les Éditions trouvent leur source principale de financement dans la cotisation dont doivent s’acquitter chaque année les membres de l’Association ainsi que dans les subventions à la publication. La vente des ouvrages du fond et des nouvelles publications constitue l’autre source de revenus ».
Marie-France Delport

Lorsque Marie-France Delport a souhaité laisser la présidence effective de l’Association, Nancy Berthier en a pris la direction en 2013, avec un groupe de fidèles – qui ont assuré la continuité –, et d’autres, séduits par l’aventure collective d’une entreprise qui était « notre chose » à tous, un bien avec une histoire qu’il fallait conserver et accompagner vers le centenaire. La première action fut la création d’un site internet ; puis est venu le temps du recensement des ouvrages, conservés ici et là, dans des lieux parfois terriblement poussiéreux.

Désormais, la nouvelle direction s’emploie à consolider la maison d’édition et à l’ouvrir à des auteurs issus des autres universités françaises et des universités étrangères. Elles s’efforcent également de développer les coéditions. Les publications nombreuses de ces deux dernières années (http://editions-hispaniques.com/25-les-collections) disent assez le succès des « Éditions Hispaniques » et le dévouement de ceux qui y travaillent au quotidien. C’est à eux que je voudrais dédicacer cette petite chronique, en signe d’amitié et de gratitude, Alberto da Silva (webmestre), David Marcilhacy (vice-président) et Élodie Weber (trésorière)

Béatrice Perez,
Présidente des Éditions Hispaniques


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *