L’Archive du lundi n°75 – La Sorbonne et la naissance des Jeux Olympiques

L’Archive du lundi n°75 – La Sorbonne et la naissance des Jeux Olympiques

Cette semaine, comme un écho sportif à l’exceptionnelle « décima victoria » de Rafael Nadal, Javier Ramírez Serrano nous propose de revenir sur la naissance des Jeux Olympiques en Sorbonne : une archive proprement athlétique !

Dessin représentant l’inauguration du Grand Amphithéâtre de la Sorbonne en 1889, peu avant la création du Comité International Olympique, dans ce même lieu, en 1894.

 

Portrait photographique de José Benjamin Zubiaur (Source : ISOH Archive).

 

Plaque commémorative du 90e anniversaire du Comité International Olympique.

À l’origine, les Jeux Olympiques n’ont pas été conçus comme une compétition exclusivement sportive. Leur créateur, le baron Pierre de Coubertin, influencé par des réalisations antérieures similaires mises en œuvre au cours du XIXe siècle (les Jeux Olympiques de Evangelos Zappas en Grèce et ceux de William Penny Brookes en Angleterre), par la révolution pédagogique anglaise de Thomas Arnold et par les festivités athlétiques de la Grèce antique, a élaboré un projet où la morale était aussi importante que le corps. L’idée que Pierre de Frédy, baron de Coubertin, se faisait des antiques festivités d’Olympie et de la philosophie grecque était déjà inscrite dans l’acte de naissance des Jeux à la Sorbonne en 1894.

Dans cet équilibre entre l’esprit et le corps, entre les arts et le sport, on a en effet souvent vu la marque de la « kalokagathia » grecque. C’est d’ailleurs précisément en se fondant sur cette idée d’associer l’éducation physique à la morale que Coubertin a organisé une première rencontre en 1892, à la Sorbonne, avec l’Union des Sports Athlétiques. Le choix de ce lieu n’était pas fortuit : l’Université était le cadre parfait pour donner naissance au projet. La stratégie consistant à octroyer un rôle à l’Académie dans la culture du sport lui permit d’introduire la nouvelle pédagogie physique en France et de dépasser le regard méprisant des élites vis-à-vis de la révolution sportive anglaise. Deux ans plus tard, en 1894, naissait le « Comité International Olympique » dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Le projet était définitivement lancé.

L’Olympisme devait être le cheval de Troie de la révolution pédagogique internationale et c’est dans cette perspective qu’ont été choisis les premiers membres du COI en 1894. L’un d’eux, même s’il n’était pas présent au Congrès, était Don José Benjamin Zubiaur, recteur du Collège national de l’Uruguay. Ce 23 juin, il y avait également deux espagnols dans l’Amphithéâtre : Adolfo González Posada et Aniceto Sela, tous deux de l’Université d’Oviedo et répresentants de la « Sociedad Gimnástica Española » de Madrid. Le premier membre espagnol du COI, nommé en 1902, serait toutefois D. Gonzalo de Figueroa y Torres, comte de Mejorada del Campo.

En 1894, Zubiaur, un pédagogue argentin lui aussi influencé par la révolution sportive anglo-saxone, avait été choisi par Coubertin avec l’espoir de faire circuler le mouvement olympique en Amérique Latine (on peut dire que cette aventure trouva un heureux dénouement à Mexico en 1968, avec l’organisation des premiers Jeux sur le continent latino-américain), mais sa relation avec le COI fut relativement fragile. En 1907, il en fut malheureusement expulsé parce qu’il n’avait pas assisté aux sessions du Comité depuis sa naissance. À cette époque, en effet, le COI ne payait pas les déplacements de ses membres et Zubiaur n’avait pas les moyens de se rendre fréquemment en Europe. Finalement, il fut remplacé par Manuel Quintana, membre d’une illustre famille d’argentins. Zubiaur et Coubertin ne se sont en somme rencontrés qu’une seule fois au cours de leur existence, à l’Exposition Universelle de Paris de 1889, avant même que le baron ne donne forme à son rêve olympique.

Le Comité International Olympique a siégé à Paris jusqu’à ce que la Première Guerre Mondiale éclate, puis il s’est installé en zone neutre, en Suisse. La Sorbonne est restée liée au projet olympique à de nombreuses occasions pendant la première étape de l’histoire des Jeux et, depuis 1955, une plaque commémorative est apposée dans le Grand Amphithéâtre.

Sources :

International Society of Olympic Historians (1997). « Biographies of IOC Members », « Journal of Olympic History (formerly Citius, Altius, Fortius) », 1997 Spring, Vol. 5, N° 1 p. 56.

Comité Olympique International (1894). « Bulletin du Comité International des Jeux Olympiques », N° 1, p. 2.

…………… (1976). « L’Espagne et l’Olympisme », « Revue Olympique », N° 107, pp. 513-529.

Coubertin, Pierre de (2011). « Pierre de Coubertin (1863-1957). Olimpismo. Selección de textos », ed. Norbert Müller et Daniel Poyán Díaz, trad. José Antonio Millán Alba y Daniel Poyán Rubow, Lausana, IOC.

Torres, César R. (2002). « Ideas encontradas: la educación física y el deporte en el debate parlamentario sobre la participación de Argentina en los Juegos Olímpicos de 1908 », « Olympika », 2002, Vol. VII, pp.117-142.

Javier Ramírez Serrano
Universidad Complutense de Madrid


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *